Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 13 septembre 2017
|Un proche de Hussein Radjabu interpellé

Burundi - Sécurité12 septembre 2017
|Attaque armée dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité11 septembre 2017
|Des personnes arrêtées par des Imbonerakure au Sud du pays

Burundi - Manifestation9 septembre 2017
|Le pouvoir encore une fois dans la rue pour manifester contre un rapport de l’Onu

Burundi - Sécurité8 septembre 2017
|Brûlé par son épouse, il est sauvé par des voisins

Burundi - Sécurité7 septembre 2017
|Un cadavre retrouvé dans une rivière à Kayanza

Burundi - Dialogue6 septembre 2017
|Après Paris, Edouard Nduwimana se retrouve à Dar Es Salam

Burundi - Sécurité - Opinion5 septembre 2017
|Quand l’insécurité monte d’un cran dans tous les coins

Burundi - Sécurité4 septembre 2017
|Ruyigi, province très avancée en matière de criminalité

Burundi - Sécurité2 septembre 2017
|La protection civile de la police applaudie des deux mains à Kinindo

Burundi - Sécurité1er septembre 2017
|Un policier tue deux personnes à Kirundo

Burundi - Sécurité 31 août 2017
|Vers une demande de permission pour écrire un texto sur le Smartphone

Burundi - Sécurité30 août 2017
|Tuerie au Sud-Ouest, mais également au Nord-Ouest

Burundi - Sécurité 29 août 2017
| Un Imbonerakure blesse à la machette 5 policiers, et 3 personnes civiles

Burundi - Sécurité28 août 2017
|Un homme de 99 ans tué à Ngozi

Burundi - Sécurité 26 août 2017
|La réserve naturelle de la Rukoko sous le coup d’une arrestation

Burundi - Sécurité25 août 2017
|La lecture de la situation sécuritaire au Burundi toujours controversée

Burundi - Sécurité24 août 2017
|Une femme kidnappée sans aucun secours dans la zone de Bwiza

Burundi - Sécurité23 août 2017
|Une personne meurt dans un accident de voiture

Burundi - Sécurité22 août 2017
|Un homme tue sa conjointe pour des raisons de concubinage

Burundi - Sécurité21 août 2017
|L’insécurité monte d’un cran dans plusieurs coins du pays

Burundi - Sécurité 19 août 2017
|Quand la Regideso est pointée du doigt comme origine de l’insécurité

Bujumbura – Sécurité 18 août 2017
|De l’hécatombe sur Bujumbura

Burundi - Sécurité 17 août 2017
|Une personne tuée a Karusi .

Burundi - Sécurité16 août 2017
|La voiture du gouverneur de Bubanza dans une embuscade

Archives

 

 

 



A L’OCCASION DE L’OUVERTURE DE L’ANNÉE ACADÉMIQUE 1964-1965.

DISCOURS PRONONCE LE 1er OCTOBRE 1964 PAR LE PROFESSEUR W. DEROUAU RECTEUR DE L’UNIVERSITÉ OFFICIELLE DE BUJUMBURA

13 janvier 2014

Monsieur le Représentant du Roi,

Le Conseil d’administration, les professeurs et les étudiants de l’Université Officielle de Bujumbura remercient Sa Majesté de vous avoir désigné pour présider cette cérémonie. Ils sont heureux de réitérer à Sa Majesté l’hommage de leur plus profond respect et de leur plus total loyalisme.

C’est par la volonté de Sa Majesté, traduite dans une série d’arrêtés royaux, que l’Université du Burundi a vu le jour, avec les caractères qui constituent sa physionomie propre. C’est encore par des dispositions de Sa Majesté que nos futurs collaborateurs nous seront agrégés à titre définitif, en sorte que le corps académique et, par lui, l’Université dans son ensemble, se trouvent rattachés à Sa Majesté par un lien personnel, gage de dévouement au Souverain, aux institutions et au peuple du Burundi.

Nous formons des veux pour un prompt rétablissement complet de Sa Majesté.

Monsieur le Représentant du Roi, Monsieur le Premier Ministre, Messieurs les

Ministres, Excellence Révérendissime, Messeigneurs,

Messieurs les Ambassadeurs et Représentants du corps diplomatique,

Messieurs les Membres du Conseil d’Administration,

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, Chers Collègues, chers Etudiants,

Mon premier mot ce soir sera pour remercier l’assistance qui a bien voulu répondre à notre invitation. C’est un grand honneur pour nous de voir ici les plus hautes autorités du pays, le corps diplomatique, les experts des organismes internationaux, les dirigeants de l’industrie et du commerce, les chefs d’établissements d’instruction, les cadres de l’administration et nombre de personnes du monde cultivé de Bu¬jumbura. Votre présence ne nous apporte pas seulement un précieux encouragement. Elle avive en nous le sentiment de nos responsabilités envers le pays et envers toute la société.

Je voudrais brièvement vous tracer un tableau sommaire de l’année académique qui vient de s’achever, vous exposer notre situation présente, ouvrir devant vous quelques perspectives d’avenir.

Dans les annales de l’enseignement supérieur du Burundi, l’année académique 1963-1964 restera celle de la mise en place de l’Université. Vous attendez que je vous en rappelle les principaux moments. Le 10 janvier 1964, Sa Majesté Mwambutsa IV signa l’arrêté royal portant création et organisation de l’Université Officielle de Bujumbura. Le 6 mars, un nouvel arrêté royal, en application du précédent, constituait le Conseil d’administration de l’Université. Le 29 août, deux autres arrêtés royaux nommaient les premiers professeurs ordinaires et chargés de cours et le premier recteur.

Le statut, sanctionné par l’arrêté du 10 janvier, a été élaboré et discuté au cours de nombreuses réunions, dont la première remonte au 26 octobre 1962 et auxquelles participèrent des représentants du Gouvernement et de l’Eglise ainsi que des professeurs de l’Université. De ce travail de réflexion en commun est issue une institution d’un type assez spécial qui pourrait peut-être susciter des imitations ailleurs.

L’Université Officielle de Bujumbura réunit en une seule personne morale deux entités préexistantes, à l’origine indépendantes l’une de l’autre puis progressivement associées par la volonté de leurs membres l’institut d’agronomie, ouvert par les pouvoirs publics dès 1958, et le centre universitaire créé par la Compagnie de Jésus en 1960.

L’Université, née de la fusion des deux organismes, est dirigée par un conseil d’administration dont les membres, tous nommés par le Roi, sont choisis par moitié par le Gouvernement, par moitié par la Conférence des Ordinaires du Burundi, en sorte que la collaboration au sein du conseil est et demeure la première condition de succès et d’efficacité.
86

En vertu de l’arrêté royal du 6 mars 1964, le conseil d’administration comprend dix membres, présidés par Monsieur le Ministre d’Etat Pierre Ngendandumwe. Qu’il me soit permis, au nom du corps académique de l’Université, de remercier le Conseil d’administration pour le travail constructif réalisé par lui au cours des cinq séances qu’il a tenues à ce jour et de formuler le vœu que les efforts conjugués du Conseil d’administration et du corps académique portent des fruits durables pour le progrès de l’Université.

D’autres événements heureux ont marqué l’année académique écoulée. Le jeudi 17 octobre 1963, les facultés universitaires de Bujumbura avaient l’honneur de recevoir Monsieur l’Ambassadeur Lindt, Délégué à la Coopération technique suisse, et Monsieur Marcionnelli, ambassadeur de la Confédération helvétique à Léopoldville pour la République du Congo et le Royaume du Burundi : au nom de son gouvernement, Monsieur Marcionnelli remettait à la faculté des sciences le don d’un équipement scientifique d’une valeur de 185.000 francs suisses, (environ deux millions de francs) offert par la Suisse. Je réitère au gouvernement suisse l’expression de notre gratitude.

Une université se fait connaître par ses publications. Les premiers fascicules des « Travaux de l’Université de Bujumbura », couvrant environ 350 pages, ont paru fin mai. Des ouvrages plus importants sont sous presse ou le seront prochainement. Les uns et les autres serviront surtout aux échanges avec les publications des autres universités.

A peu près au même moment, l’Université de Liège et l’Université de Bujumbura, représentées par leurs Recteurs, signaient un accord culturel d’échange d’enseignants, de chercheurs et de publications. Je voudrais renouveler l’expression de notre profonde reconnaissance à Monsieur le Recteur Dubuisson pour cette manière délicate de collaboration et d’assistance, dont il a eu l’initiative.

Monsieur le Recteur Leroy nous a offert le concours de l’Université de Bruxelles sous la forme d’envoi des professeurs auxquels nous désirerions faire appel et par l’échange de publications. Qu’il veuille lui aussi agréer, une fois de plus, nos vifs. remerciements.

Vous me permettrez également d’adresser un fraternel merci aux Facultés Notre-Dame de la Paix de Namur, pour l’appui qu’elles apportent à l’enseignement universitaire du Burundi depuis 1960, en particulier en détachant à Bujumbura quelques-uns de leurs meilleurs professeurs, notamment le R.P. Jacques Denis, titulaire de la chaire de géographie, qui représente en permanence les intérêts de notre Université en Europe, et le R.P. Paul Ortegat, titulaire actuel de notre chaire de philosophie.

De notre côté, nous avons pu rendre service à deux Universités africaines en envoyant deux professeurs de notre faculté des sciences, Messieurs Buyckx et Delvaux, enseigner, le premier, la zoologie à Léopoldville, le second, la chimie à Butare.

Notre Université a été invitée et s’est fait représenter à plusieurs manifestations, à l’étranger : aux séances d’ouverture de l’année académique des Universités d’Elisabethville et de Butare ; aux cérémonies du dixième anniversaire de l’Université Lovanium à Léopoldville ; à la séance d’hommage offerte au Professeur Dubois, par l’Institut de médecine tropicale d’Anvers ; à la cinquante-et-unième session des semaines sociales de Lyon ; à la Conférence internationale tenue à Lagos, sous les auspices de l’UNESCO, sur l’organisation de la recherche et la formation du personnel en Afrique, en ce qui concerne l’étude, la conservation et l’utilisation des ressources naturelles ; au séminaire organisé à Dakar par l’Institut africain de développement économique et de planification ; au conseil central de l’Association internationale des Professeurs d’Université, qui s’est réuni à Heidelberg ; au premier congrès mondial de parasitologie organisé à Rome, la semaine dernière, par la société italienne de parasitologie. Monsieur Dehousse, Professeur ordinaire à Elisabethville et à Bujumbura, a assisté au onzième Congrès international de mécanique théorique et appliquée, qui a eu lieu au Deutsches Museum de Münich Enfin, notre collègue le Révérend Père Barakana, qui, en 1963, avait été appelé comme expert à la deuxième session du Concile Vatican II, participe, au même titre, en ce moment, à la troisième session.

Au cours de l’année académique écoulée, nous avons reçu plusieurs hôtes de marque, notamment Son Excellence Monseigneur Vito Roberti, Nonce apostolique, Monsieur André Journaux, Directeur de l’Institut de Géographie de l’Université de Caen, M. Beuchelt, de l’Institut d’Eth¬nologie de Cologne, M. Shourahy, Délégué permanent de l’Alliance israélite universelle, M. Poussard, Ministre plénipotentiaire, Directeur adjoint des affaires culturelles et techniques, à Paris, M. René Lemar¬chand, Chargé de cours à l’université de Floride, Etats-Unis, le Docteur Aujoulat, ancien Ministre de la République française.

Le dévouement des maîtres et le travail des étudiants ont été récompensés, une fois de plus, par des résultats fort encourageants. En plus des quatre jeunes gens inscrits à la section scientifique spéciale, préparatoire aux écoles d’ingénieurs, cent étudiants s’étaient fait immatriculer dans les facultés. Trente-trois avaient choisi la Philosophie et Lettres : dé ce nombre, vingt-neuf se sont inscrits aux examens, vingt sept les ont réussis, dont trois avec distinction. Des vingt-cinq étudiants entrés à la Faculté des Sciences, vingt-quatre se sont inscrits aux examens, dix ont satisfait. La Faculté des Sciences économiques et sociales comptait quarante-deux étudiants au début des cours, trente neuf ont pris une inscription aux examens, trente les ont réussis, sept avec distinction. Ainsi donc, des quatre-vingt-douze récipiendaires, soixante-sept ont été reçus, soit une proportion de soixante-douze pour cent, dont dix grades. Les jeunes gens qui n’ont pas réussi seront, selon les cas, ou autorisés à répéter les mêmes cours ou orientés vers d’autres études ou aidés, dans la mesure des possibilités, à trouver un emploi répondant à leur formation.

Quelle est notre situation présente ?

Pour différentes raisons, quatre de nos professeurs nous ont quittés : Messieurs Boni, Brys, Ganshof et Gloe. Je tiens à les remercier pour les services éminents rendus à nos étudiants pendant un, deux ou trois ans et pour la simplicité et la cordialité de leurs rapports avec leurs collègues.

Les postes devenus ainsi vacants ne sont pas encore tous pourvus. Nous pouvons cependant d’ores et déjà compter sur le concours de Messieurs Purnode et Vanderplancken pour l’enseignement du droit commercial et sur Monsieur Box pour l’enseignement de l’allemand.

Nous avons pu nous assurer, pour l’année qui s’ouvre, la venue à Bujumbura de plusieurs professeurs visiteurs, notamment de M. Bal, Doyen de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université Lovanium, de Madame del Perugia, de l’Université de Butare, de Monsieur Paulus, de l’Université de Liège.

Le conseil d’administration a engagé de nouveaux maîtres de conférences : notamment pour la formation pédagogique des jeunes universitaires qui se destinent à une carrière d’enseignement, Monsieur Karikunzira ; pour l’enseignement de la géographie, Monsieur Ni-cayenzi ; dans le domaine de l’africanistique, Messieurs Maurice et Ntahokaia. Le conseil a également nommé deux nouveaux assistants à la Faculté de Philosophie et Lettres : Monsieur Alain Goulet pour la philologie romane et Monsieur Emile Vanderlinden pour la philologie classique.

Mais notre principale innovation tient à la décision prise par le Conseil d’administration, le 24 mars, en sa première séance, d’ouvrir, à partir de ce le’’ octobre, la deuxième candidature en Sciences médicales, et, dans la mesure du possible, la deuxième candidature des sections déjà organisées de Sciences naturelles. Cette mesure, qui marque un important pas en avant, était conditionnée par l’entrée dans notre corps académique de plusieurs docteurs en médecine. La France a bien voulu nous en offrir deux au titre de l’assistance technique en la personne du Docteur Roger Lejeune, ancien Chef de clinique chirurgicale de la Faculté de Médecine de Paris, pour l’enseignement de l’anatomie, et de Mademoiselle Jeannine Decaud, Docteur en méde¬cine, candidate à un poste d’enseignement à la Faculté de Médecine de Paris, dans les cadres de la Chaire de Physiologie. A ces deux professeurs à temps plein se joindront, pour des enseignements à temps partiel ou pour la direction de travaux pratiques, le Docteur Baudon, le Docteur Verstraeten, et, prochainement, nous l’espérons, un troisième médecin, déjà en service à Bujumbura.

Monsieur L. Delcambe, ancien Professeur à l’Institut agronomique et actuellement Directeur de Laboratoire au Centre National de Production et d’Étude des Substances d’origine microbienne, rattaché à l’Université de Liège, a bien voulu accepter d’assurer le cours de chimie physiologique. Ainsi, grâce également aux prestations supplémentaires assumées par les professeurs de la Faculté des Sciences déjà en fonction et grâce à l’engagement de deux nouveaux assistants, Monsieur et Madame Guray, la seconde candidature en Sciences médicales peut s’ouvrir normalement. Il en va de même, moyennant l’appoint d’un nouvel assistant, Monsieur Bernard Even, de la section des Sciences chimiques.

A ce jour, le rôle des inscriptions dépasse les cent cinquante unités, réparties comme suit : une soixantaine de Burundi, soixante-dix Rwan¬dais, dix Congolais, dix Belges, un Ougandais, un Pakistanais. Pour la première fois, des étudiantes africaines, au nombre de sept, se sont inscrites. Nous sommes heureux de les accueillir.

Sans les récents événements, les Congolais seraient plus nombreux une vingtaine de jeunes gens de Luluabourg, sortant de l’athénée ou du collège, ont sollicité leur admission à l’une ou l’autre de nos trois facultés. Le Gouvernement du Burundi m’autorise à rappeler la décision prise par Son Excellence le Premier Ministre et diffusée par la radio nationale le mardi 15 septembre : tous les jeunes Congolais qui désirent poursuivre ou entreprendre leurs études à l’Université de Bujumbura continueront à être les bienvenus et à être traités exactement comme les étudiants du pays. La chancellerie du Ministère des Affaires Extérieures du Burundi nous a déjà remis à leur intention, à titre gracieux, des visas d’entrée individuels.

Un tel accroissement de population estudiantine et de disciplines enseignées posait pas mal de problèmes de logement, d’auditoires, de restaurant. La plupart des difficultés ont pu être aplanies grâce à la compréhension de Monsieur le Directeur Général de l’Enseignement, au concours désintéressé de Monsieur le Préfet de l’Athénée Royal et de ses adjoints et du Révérend Père Recteur du Collège du Saint-Esprit et de ses collaborateurs, grâce surtout à l’ingéniosité du Doyen des étudiants, le Révérend Père Hye de Crom. Tandis que les étudiants de la faculté des Sciences restent au collège, où ils étaient déjà, les étudiants de la faculté de Philosophie et Lettres et de la faculté des Sciences économiques et sociales émigrent à l’athénée. Nous adressons nos vifs remerciements au Gouvernement et aux directions des deux établissements secondaires pour l’aide généreuse que tous veulent bien apporter à l’enseignement universitaire du Burundi.

Un tel état de choses ne peut se prolonger. Il convient d’envisager au plus tôt les solutions définitives. Telles sont les perspectives d’avenir que je voudrais vous faire entrevoir.

Il faut d’abord localiser l’Université. Le Gouvernement nous réserve un terrain d’environ cent cinquante hectares, situés au nord de la ville de Bujumbura, sur les deux rives de la Ndahangwa et en bordure du prolongement du boulevard Mwambutsa IV, entre le Lycée Clarté Notre-Dame, l’Abattoir et l’Ecole technique de Kamenge. Si la cession en due forme n’est pas chose faite, c’est que les limites n’ont pu encore être tracées mais le travail de mesurage et de bornage est en cours et l’on peut espérer qu’il sera rapidement terminé. Je tiens à remercier le Gouvernement, la direction et le personnel du service des titres fonciers et du cadastre pour l’extrême bienveillance avec laquelle ils ont considéré et résolu nos problèmes.

Il faudra construire. Où trouver les fonds ? Quels bureaux se chargeront de l’élaboration des plans, de la programmation, de l’exécution ? Sur quels concours pourra-t-on compter à l’intérieur du pays et au dehors ? Voilà, certes, de graves sujets de préoccupation pour le Conseil d’administration de l’Université et ses agents d’exécution. Comme le disait récemment un ami dévoué du Burundi, qui revient de temps à autre en ce pays, Bujumbura, de par sa situation, a une vocation universitaire évidente. D’autres que Monsieur Cracco, nous n’en doutons pas, partageront cet avis. Nous avons la ferme conviction que telles seront en particulier les conclusions de la commission d’experts que l’UNESCO, à la requête du Gouvernement, a promis d’envoyer sous peu au Burundi pour y étudier les questions du développement de l’enseignement universitaire.

L’équilibre du budget ordinaire posera longtemps encore des problèmes ardus. Plusieurs sources permettent actuellement de couvrir les dépenses de fonctionnement. Le Gouvernement du Burundi prend à sa charge les bourses d’études de ses ressortissants. Le Gouvernement belge alloue à l’Université de Bujumbura une subvention annuelle calculée selon les critères appliqués aux Universités d’Elisabethville et de Léopoldville : cette année, comme l’année dernière, la subvention à été de sept millions de francs. Le Saint-Siège nous a attribué, cette année encore, une part des fonds recueillis par l’Œuvre Pontificale de la Propagation de la Foi. Par un protocole signé le 13 mai au ministère de l’Education Nationale du Burundi, le Département d’Etat des Etats-Unis d’Amérique a fait don à l’Université de la somme nécessaire pour payer vingt bourses pendant deux ans à des étudiants de l’Université officielle de Bujumbura, dix bourses étant destinées à des Barundi, les autres à des étrangers. La France nous aide beaucoup en payant les traitements de deux professeurs à temps plein et de deux assistants, l’un destiné à la Faculté de Philosophie et Lettres, l’autre à la Faculté des Sciences. Le Gouvernement helvétique prend à sa charge, cette année encore, l’assistant mis à notre disposition par l’Université de Neuchâtel. Monsieur le Délégué Régional du Haut Commissaire aux Réfugiés et les firmes de Bujumbura qui nous avaient déjà aidés l’année dernière contribuent à l’alimentation du fonds des bourses d’études.

Je réitère au Gouvernement du Burundi l’expression de notre gratitude, je prie Monseigneur le Chargé d’Affaires du Saint-Siège de bien vouloir être l’interprète de notre reconnaissance auprès de Son Emi¬nence le Cardinal Agagianian, Préfet de la Sacrée Congrégation de la Propagande, et auprès de Monseigneur Sigismondi Je saurais gré à Messieurs les Ambassadeurs de Belgique, de France et des Etats-Unis de bien vouloir transmettre à leurs gouvernements nos vifs remerciements. Je remercie la Suisse, Monsieur le Délégué du Haut Commis¬saire aux Réfugiés, Messieurs les Directeurs de B.P. Burundi, de la Brasserie, de Hatton et Cookson et de Petrocongo de leur générosité.

Tous ces problèmes sont dominés par celui de la conception même qu’il faut se faire de l’Université : Comment faire l’Université ? tel était le titre de la conclusion du numéro spécial de mai-juin 1964 consacré par la Revue Esprit au sujet : Dossier pour la réforme de l’enseignement supérieur.

Comment allier la recherche scientifique et l’enseignement ? Comment concevoir l’enseignement pour qu’il porte et ne lasse pas ? Comment intégrer l’Université dans le devenir, de plus en plus accéléré, des nations et du monde ? Comment diversifier les Universités d’après les besoins particuliers de chaque région et comment régler les rapports des Universités entre elles ? Quelle place enfin réserver aux étudiants dans cette construction ? Ce sont là quelques aspects d’un problème aux dimensions mondiales. Nous aurons à nous y atteler pendant cette année et longtemps encore par la suite.

Le 30 mai dernier, les voûtes sept fois séculaires de Notre-Dame de Paris retentissaient des accords d’une symphonie extraordinaire diffusés aux échos du monde par la Radio-Télévision française. L’encyclique Pacem in terris - le testament spirituel de feu le Pape Jean XXIII prêchant à tous les hommes de bonne volonté la concorde et la paix - mise en musique par l’artiste juif Darius Milhaud, était chantée par les chœurs de la Radio-Télévision nationale de France, sous la direction du chef d’orchestre allemand, de religion protestante, Charles Münch, devant le corps diplomatique et une représentation importante de la société parisienne. Fruit merveilleux et symbole splendide de la volonté de rapprochement et d’union qui soulève dans l’espérance les meilleurs de nos contemporains.
Tel est aussi l’esprit de l’Université Officielle de Bujumbura : entre des hommes d’origine, de confession, de pensée philosophique, de culture, de préoccupations diverses, réaliser, dans la lumière (RUMURI) de la vérité, l’union des esprits et des cœurs en vue d’une action commune pour la promotion du Burundi, de l’Afrique, du monde. Je déclare ouverte l’année académique 1964-1965.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur