Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité10 juin 2017
|Quand la police s’entretue !

Burundi - Sécurité9 juin 2017
|Neuf élèves du lycée de Gatete incarcérés

Burundi - Sécurité8 juin 2017
|Fouille - perquisition très ciblée au Sud du pays

Burundi - Sécurité7 juin 2017
|Mpanda, victime des agissements des inconnus

Burundi - Sécurité6 juin 2017
|Deux ménages du quartier Gasekebuye dévalisés

Burundi - Sécurité 5 juin 2017
|Découverte d’arme à Makamba

Burundi - Sécurité3 juin 2017
|Un corps sans vie retrouvé dans la province de Ngozi

Burundi - Sécurité 2 juin 2017
|Deux Imbonerakure portés disparus

Burundi - Sécurité1er juin 2017
|Une vague d’arrestation qui inquiète

Burundi - Economie31 mai 2017
|Une fusion qui inquiète

Burundi - Administration30 mai 2017
|Le gouvernement révoque 23 officiers de la Fdn

Burundi - Sécurité 29 mai 2017
|Une personne tuée à Ngozi

Burundi - Sécurité 27 mai 2017
|Et les environs de la présidence de la République en danger !

Burundi - Sécurité 26 mai 2017
|Une femme tuée dans Muyinga

Burundi - Sécurité25 mai 2017
|Des anciens militaires emprisonnés bastonnés par des généraux de sécurité

Burundi - Sécurité 24 mai 2017
|Quand les policiers entre-tuent

Burundi - Sécurité 23 mai 2017
|Quand le Burundi devient la boucherie de tous le temps

Burundi - Sécurité22 mai 2017
|Un Arabe tué à Kajaga

Burundi - Sécurité20 mai 2017
|Des crépitements d’armes se font entendre dans Ruziba

Burundi – Médias - Sécurité19 mai 2017
|Un journaliste de la Voix d’Amérique arrêté à Kirundo

Burundi - Sécurité18 mai 2017
|L’insécurité augmente d’un cran dans la zone de Musaga

Burundi - Sécurité - Justice17 mai 2017
|Au-delà des arrestations !

Burundi - Sécurité 16 mai 2017
|Un ex Fab cible d’une fouille-perquisition

Burundi - Sécurité 15 mai 2017
|Gihanga cible d’une attaque armée

Burundi - Anniversaire13 mai 2017
|Le Cndd-Fdd célèbre les deux ans après la tentative de putsch contre Pierre Nkurunziza

Archives

 

 

 



La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.

Au delà des limites de notre patience !!!

6 août 2014

Il nous semble intolérable de continuer à entendre presque tous ces derniers jours du mois d’aout 2014-, à travers les medias, les pays vainqueurs sur l’Allemagne, commémorer et pleurer tout seuls leurs morts, sans daigner y associer les pays africains et encore moins le Burundi, ensuite de rester continuellement amorphe comme si les blessures laissées par cette guerre avaient été cicatrisées. On sait guerre bien qu’elle se soit déroulée au départ en Europe, elle a connu la fin de son parcours en Afrique. Mais, encore, faudra-t-il que ces Africains et les Barundis en particulier s’y intéressent. ?

Le Burundi fut écrasé par trois cycles de démonstrations de force à savoir : la période militaire d’occupation aboutissant à la reddition de Mwezi par le scélérat traite du 06 juin 1906. Ensuite la période dite de pacification pour affermir l’autorité allemande et enfin les engagements de la première guerre mondiale

A. La pénétration allemande au Burundi

C’est à la suite de la Conférence de Berlin de 1885, que les Allemands, conduits par von GOTZEN, envahirent militairement le Burundi par le poste de Kajaga. Ils n’avaient ni lettre d’invitation, ni prise en charges. Ils étaient des intrus et furent accueillis avec la même intensité d’inimitié. Un engagement militaire s’en suivit entre les guerriers du roi Mwezi « Abadasigana » que commandait Mamfu et le contingent allemand voulant ramener le roi Mwezi sous leur respect. Apres les combats féroces et héroïques autour de la colline stratégique de Ndago, le roi Mwezi Gisabo signa le 6 juin 1906 la reddition à Kiganda.

B. La pacification

Au delà de cette date, l’Allemagne mena une répression contre les dissidents de Mwezi dans le nord-est du Burundi, dont les récits regorgent encore d’honneur et de tragédies en dépit des rappels à la modération de Berlin. La pacification dans le Bweru se termina par la décapitation de Kanugunu et sa tète remise comme trophée au roi Mwezi et faute de capturer Mbanzabugabo et Busokoza, la campagne fut clôturée par la pendaison et la tuerie sous les balles des mitrailleuses des askaris de Digi-Digi de plus de 400 personnes à Kibazi (Commune Bwambarangwe) et Tangara (Commune Gashikanwa) dont la plupart étaient de lignages hutus (Abahanza). Quand à Maconco, rattrapé par les Allemands, il fut pendu à Bujumbura. Rusengo fut destitué, au bénéfice de son fils Kinyamazinga. Kilima fut exilé au Malawi.

C. La guerre 1914-1918

La population burundaise n’eut pas à souffrir des seuls Allemands, elle reçut aussi son coup des troupes belges. La guerre a de dures épreuves et rien n’avait préparé cette population au demeurant paysanne à y faire face. Elle assista impuissante à la destruction de son cheptel par l’introduction de la mouche tsé-tsé dans la région du Bugesera, à la pratique de razzia ou de la terre brûlée, aux viols de leurs femmes et leurs enfants commis par les hommes de troupes belges et les askaris africains recrutés de Zanzibar, à l’enrôlement des jeunes, la réquisition des vivres, le portage, sans oublier les dérapages génocidaires qu’ils furent autorisés ou eurent toléré (les génocides de 1915, contre les Benengwe, les Bavubikiro, les Bazigaba, les Bashoma), et les exodes répétitifs des populations avec la trilogie chronologique (guerre - épidémie - famine).

Un de griefs importants à mettre sous la responsabilité de l’Empire allemand est celui d’avoir semé le premier les germes de la cristallisation et du racisme, d’avoir fait interpréter les composantes de la société burundaise en termes d’ethnies et de races, d’en avoir fait élaborer les statiques, les caractériologies, leurs origines et peuplements, sans oublier la véhiculassions des théories et autres exégèses aussi racistes que grotesques par les ethnologues de l’époque tels Chekanowiski, Hans Meyer, le Résident Dr. Kandt, etc.

Les accusations contre l’Allemagne existent et se fondent sur le prescrit de l’article 245 du Traité de Versailles qui stipule « Les puissances alliées et associées, en exigeant que l’Allemagne renonce à tous ses droits et titres sur des possessions d’Outre-mer, ont tenu compte tout d’abord, des intérêts des populations indigènes, dont le Président Wilson à pris défense en promulguant les quatorze points de son message du 8 janvier 1918. Il suffit de rappeler les témoignages allemands officiels et privés d’avant guerre et les accusations formulées au Reichstag principalement par Mr Erzberger et Noske, pour se faire une idée sur les méthodes d’administration coloniales, de la cruelle répression qu’elles ont exercées, des réquisitions arbitraires en vivres, de système de portage, des différentes formes de travail forcé qui eurent dépeuplé d’immenses étendues dans l’Afrique Orientale et du Cameroun, sans oublier le sort tragique des Hereros et Ndamas dans le sud-ouest africain connu de tout le monde entier, la répression sanglante contre les Héhés lors de la révolte des Maji-Maji inspirée et animée par les musulmans ( au sud de la Tanzanie) en 1905-1906, les massacres en Avril 1908 dans le nord-est du Burundi, le massacre des populations, le viol des femmes et des enfants par les troupes rappelés de Bukoba et Tabora à la rescousse lors de la campagne de pacification dans le Bweru »

Outre les amputations du Burundi des territoires du Bushubi en 1890, le Bunyabungo le 14 mai 1910, le Bugufi en 1919, on vit dans bon nombre de huttes des tas d’ossements humains, derniers vestiges des familles disparues. Parfois un des membres rescapes végète à coté des restes des siens qu’il n’a pas eu la force de traîner à l’extérieur, ni d’appeler au secours le voisin subissant le même sort ou disparu. Chaque chose ayant une fin, quelles récompenses le Burundi a-t-il reçu pour ses efforts de guerre aux cotées des Alliées et Associées ?

A quand donc la réparation par l’Allemagne et la Belgique de tous ces crimes et autres violations humanitaires qu’elles ont commis contre le peuple burundais pendant leur occupation, et la commémoration de nos morts laissés sans tombes ni sépultures dignes et dont l’unique souvenir est l’oubli ?

Simon Simbananiye

5/8/2014

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur

A L’OCCASION DE L’OUVERTURE DE L’ANNÉE ACADÉMIQUE 1964-1965.13 janvier 2014
|DISCOURS PRONONCE LE 1er OCTOBRE 1964 PAR LE PROFESSEUR W. DEROUAU RECTEUR DE L’UNIVERSITÉ OFFICIELLE DE BUJUMBURA

Rwanda - Génocide6 décembre 2013
|LA TOUSSAINT ROUGE RWANDAISE DU 1er novembre 1959. (Révolution, fratricides, déicides ou génocides assistés 54 ans après ?) ssimbananiye@gmail.com Genèse et chronologie.