Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Politique6 février 2017
|Le Burundi souffle ses 26 bougies de l’unité nationale

Burundi - Politique 4 février 2017
|Du rififi au sein de l’Uprona de l’opposition qui a évolué vers les évictions

Burundi - Sécurité3 février 2017
|Plus de rumeurs que de réalités dans ce pays

Burundi - Sécurité2 février 2017
|Un policier tire sur ses collègues

Burundi - Sécurité1er février 2017
|Kinindo : les policiers et les élèves de la circonscription se regardent en chiens de faïence

Burundi - Justice - Sécurité31 janvier 2017
|Des polémiques toujours autour du procès de Muyinga

Burundi - Sécurité 30 janvier 2017
|Un weekend plutôt violent dans la capitale

Burundi - Sécurité 28 janvier 2017
|Des tueries dans un tous les coins

Burundi - Sécurité 27 janvier 2017
|Une attaque qui tente de révéler la vérité

Burundi - Sécurité26 janvier 2017
|Un officier meurt dans un camp militaire

Burundi - Sécurité25 janvier 2017
|Qui croire dans les informations sur l’attaque de Muyinga ?

Burundi - Administration24 janvier 2017
|Décidément, les choses se préicipitent au gouvernement

Burundi - Sécurité23 janvier 2017
|Les agriculteurs et les bergers se rentrent dedans dans Gihanga

Burundi - Sécurité 21 janvier 2017
|Arrestation d’un ex-Fab pour tentative d’homicide

Burundi - Sécurité - Justice20 janvier 2017
|Quatre Français arrêtés par le service national des renseignements à Kirundo

Burundi - Sécurité 19 janvier 2017
|Quand les crimes dépassent l’entendement humain

Burundi - Sécurité18 janvier 2017
|Des militaires arrêtent des policiers dans la zone de Kanyosha

Burundi - Sécurité17 janvier 2017
|Toujours des arrestations qui inquiètent

Burundi - Politique16 janvier 2017
|Le parti Parena trouve du flou dans les invitations de la facilitation

Burundi - Justice14 janvier 2017
|Libéré après une nuit de détention

Burundi - Sécurité13 janvier 2017
|Crise au sein de l’église catholique..., un prêtre introuvable

Burundi - Sécurité12 janvier 2017
|Les parlementaires élus dans la mairie en visite à Kanyosha

Spécial dialogue des Burundais à Arusha11 janvier 2017
|Burundi - Dialogue : Le co-facilitateur dans le conflit burundais tente de reprendre le dialogue

Burundi - Sécurité - Nécrologie10 janvier 2017
|Mise en terre de l’ancien ministre de l’environnement

Burundi - Sécurité 9 janvier 2017
|Des cadavres sans vies dans tous les coins

Archives

 

 

 



ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI

Troisième mandat présidentiel

7 avril 2015

Le 3ème mandat à la Présidence de la République est une question qui est plus politique que juridique : la Cour Constitutionnelle n’est pas compétente pour statuer sur l’inconstitutionnalité de l’Accord d’Arusha ou son interprétation, les députés et les sénateurs avaient un mandat spécial pour élire le Président de la République pour la période post transition.

Dans la suite logique du mouvement d’interdiction au Président Pierre NKURUNZIZA de briguer le 3ème mandat à la Présidence de la République, l’Accord Cadre pour la Restauration d’un Etat de Droit voudrait informer l’opinion tant nationale qu’internationale sur une question qui se révèle plus politique que juridique. L’Accord Cadre pour la Restauration d’un Etat de Droit voudrait apporter sa contribution dans la résolution de ce conflit qui est fondamentalement politique. Pour Pierre NKURUNZIZA et ses adeptes dont le discours est peu convainquant, la Constitution lui permettrait de briguer un 3ème mandat à la tête du pays sous prétexte qu’en 2005, il n’aurait pas été élu au suffrage universel, ce qui justifierait l’inexistence du premier mandat. Suite au tollé suscité par ces propos, l’opposition, la société civile, une grande partie de membres du parti présidentiel, toute la communauté internationale disent non à Monsieur le Président et lui rappellent que le 2ème mandat de Président de la République prend fin au mois d’Août 2015 et qu’il n’a pas le droit de se faire élire aux prochaines élections présidentielles qui sont prévues au mois de juin 2015.

Le chapeau de la Constitution du 18 mars 2005 en dit long : « Conscients de nos responsabilités et de nos devoirs devant l’histoire et les générations futures ; Réaffirmant notre foi dans l’idéal de paix, de réconciliation et d’unité nationale conformément à l’Accord pour la Paix et de Réconciliation au Burundi du 28 août 2000 et aux accords de cessez – le - feu ». Vu, conscient, affirmant, réaffirmant, proclamant… sont des formules de rédaction des textes de loi qui montrent que les textes de référence font partie intégrante de celui en voie d’adoption. Si par contre il s’agit d’une modification, d’un avenant ou d’une révision, qui sont proposées, les visas suivants sont utilisés : Revu, Reconsidérant… ».

L’Accord d’Arusha fait donc partie intégrante de la Constitution du 18 mars 2005. La tentative du Président Pierre NKURUNZIZA de se porter candidat aux prochaines élections du mois de juin 2015 entre en violation de l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation et de la Constitution. L’Accord d’Arusha a été déposé auprès du Secrétaire Général des Nations Unies et du Secrétaire Général de l’Organisation de l’Union Africaine qui en sont les dépositaires et doivent veiller au respect de leur application : « Tous les documents finals sont rédigés en anglais, français et kirundi, les textes anglais et français faisant foi. Le texte français étant l’original, est déposé auprès du Secrétaire Général des Nations Unies, du Secrétaire Général l’Organisation de l’Unité Africaine et du Gouvernement burundais » (article 5 de l’Accord d’Arusha).

Au Protocole II Démocratie et bonne gouvernance, l’article 7.1 a) est ainsi libellé : « La Constitution stipule qu’à l’exception de la toute première élection présidentielle, le Président de la République est élu au suffrage universel direct, chaque électeur ne pouvant voter que pour un seul candidat …3. Il est élu pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois. Nul ne peut exercer plus de deux mandats présidentiels ». L’article 20 point 10 du même protocole dispose : « Le premier Président de la période post - transition est élu par l’Assemblée Nationale et le Sénat réunis, à la majorité des deux tiers ».

Que dit la Constitution du 18 mars 2005 ? Dans le strict respect de l’Accord d’Arusha, la Constitution en son article 301, alinéa 2 dispose : « A titre exceptionnel, le premier Président de la République de la période post- transition est élu par l’Assemblée Nationale et le Sénat réunis en Congrès, à la majorité des deux tiers ».
« En cas de vacance du poste de Président de la République de la période post transition, son successeur est élu selon les modalités prévues par l’alinéa précédent » (Art. 301, alinéa).

La Constitution a non seulement réaffirmé les dispositions de l’Accord d’Arusha mais elle a aussi reproduit intégralement l’Accord aussi bien sur la question relative au mode d’élection du Président de la République et son double mandat. « La Constitution stipule qu’à l’exception de la toute première élection présidentielle, le Président de la République est élu au suffrage universel direct, chaque électeur ne pouvant voter que pour un seul candidat …3. Il est élu pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois. Nul ne peut exercer plus de deux mandats présidentiels ».

Le Président Pierre NKURUNZIZA est le premier Président post - transition qui a été élu au suffrage indirect par l’Assemblée Nationale et le Sénat réunis en Congrès conformément à la Constitution et à l’Accord d’Arusha : « A titre exceptionnel, le premier Président de la République de la période post- transition est élu par l’Assemblée Nationale et le Sénat réunis en Congrès, à la majorité des deux tiers » (Article 301 al. 2de la Constitution).

Les articles 186 et 190 de la Loi n° 1/015 du 20 avril 2005 portant Code électoral sont venus renforcer les dispositions de l’Accord d’Arusha et de la Constitution en les reproduisant intégralement : « Le Président de la République est élu au suffrage universel direct et secret pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois » (art. 186). « Par exception au principe énoncé à l’article 186 de la présente loi, le premier Président de la République de la période de post – transition est élu par l’Assemblée Nationale et le Sénat réunis en Congrès à la majorité des deux tiers » (Art.190).

La Constitution et le Code électoral toujours en vigueur, reproduisent les dispositions de l’Accord d’Arusha. Reste à savoir si la Cour Constitutionnelle peut modifier la donne et permettre au Président Pierre NKURUNZIZA de se porter ou être désigné candidat aux élections présidentielles prochaines. En vertu des articles 225, 228, 229,115, 157, 160,161, 188, 233, 234 et 296 de la Constitution, la Cour Constitutionnelle est compétente pour :

- juger de la constitutionalité des lois et interpréter la Constitution (art.225) ;

- statuer sur la constitutionalité des lois et des actes réglementaires pris dans les matières autres que celles relevant du domaine de la loi (art.228) ;

- assurer le respect de la Constitution y compris la charte des droits fondamentaux par les organes de l’Etat et les autres institutions (art.228) ;

- interpréter la Constitution à la demande du Président de la République, de l’Assemblée Nationale, du Président du Sénat, d’un quart des députés ou d’un quart des sénateurs (art.228) ;

- statuer sur la régularité des élections présidentielles et législatives et des référendums et en proclamer les résultats définitifs (art.228) ;

- recevoir le serment du Président de la République, des Vice - Présidents de la République et des membres du gouvernement avant leur entrée en fonction (art.228) ;

- constater la vacance du poste du Président de la République (art.228) ;

- contrôler la constitutionalité des lois organiques, des règlements intérieurs de l’Assemblée Nationale et du Sénat avant leur promulgation (art.228) ;

- assurer la consultation officielle lorsque le Président de la République veut proclamer par décret-loi, l’état d’exception (article 115 de la Constitution) ;

- sauf en cas de force majeure, constater la régularité des délibérations de l’Assemblée Nationale et du Sénat si elles se déroulent dans des lieux inhabituels (art.157) ;

- donner avis avant la modification par décret présidentiel, des textes de forme législative survenus en des matières qui ne relèvent pas du domaine de la loi (art.160) ;

- donner avis avant la modification par voie législative des textes de forme réglementaire (161) ;

- décider en cas de doute ou de litige sur la recevabilité d’un texte de loi (188) ;

- ensemble avec la Cour Suprême constituer la Haute Cour de Justice (art. 233, 234 de la Constitution) ;

- déclarer qu’un engagement international comporte une clause contraire à la Constitution et que l’autorisation de ratification ne peut intervenir qu’après amendement ou révision de la Constitution (art.296).

Aucune disposition de la Constitution ne permettant à la Cour Constitutionnelle de contrôler ou d’interpréter l’Accord d’Arusha, la compétente pour sa modification ou son interprétation n’appartient qu’ aux signataires de l’Accord d’Arusha qui ont seuls le droit de dénoncer ou de renégocier l’Accord. Cela est d’autant plus vrai que même en cas d’inconstitutionnalité d’un engagement international qui comporte une clause contraire à la Constitution, l’on ne modifie pas l’engagement ou la convention. L’autorisation de ratification ne peut intervenir qu’après amendement ou révision de la Constitution.

Le 3 ème mandat du Président Pierre NKURUNZIZA serait donc contraire à l’Accord d’Arusha, à la Constitution et à la loi électorale. A ceux qui prétendent que les élections de 2005 n’engagent pas le peuple burundais, nous disons qu’ils oublient vite ou font semblant d’ignorer que la Constitution de 2005 a été adoptée par référendum et que de ce fait, le peuple burundais a donné une procuration spéciale aux députés et aux sénateurs d’élire en ses lieu et place le Président de la République. En tout état de cause, la question n’est pas du tout juridique. Elle est politique et la politique a, comme la nature, horreur du vide.

Fait à Bujumbura, le 7.4.2015

Pour l’ACCRED

Maître Gabriel SINARINZI

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur

A L’OCCASION DE L’OUVERTURE DE L’ANNÉE ACADÉMIQUE 1964-1965.13 janvier 2014
|DISCOURS PRONONCE LE 1er OCTOBRE 1964 PAR LE PROFESSEUR W. DEROUAU RECTEUR DE L’UNIVERSITÉ OFFICIELLE DE BUJUMBURA

Rwanda - Génocide6 décembre 2013
|LA TOUSSAINT ROUGE RWANDAISE DU 1er novembre 1959. (Révolution, fratricides, déicides ou génocides assistés 54 ans après ?) ssimbananiye@gmail.com Genèse et chronologie.