Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 5 juillet 2018
|Une femme tuée en commune Itaba

Burundi - Sécurité 4 juillet 2018
|Des interpellations au nord comme au sud !

Burundi - Sécurité3 juillet 2018
|Une mort subite d’un prêtre d’origine congolaise inquiète...

Burundi - Sécurité2 juillet 2018
|Un garçonnet de 4 ans retrouvé mort chez ses parents

Burundi - Sécurité30 juin 2018
|Les collègues d’Amissi Hakizimana localisent son emplacement

Burundi - Sécurité29 juin 2018
|Peur panique à la Sobugea

Burundi - Sécurité - Enseignement28 juin 2018
|De l’enseignement précaire à l’insécurité

Burundi - Sécurité27 juin 2018
|Un cadre de la Dpae Muyinga tué

Burundi - Sécurité 26 juin 2018
|Une explosion de grenade sur le boulevard du peuple Murundi

Burundi - Sécurité25 juin 2018
|Insécurité sous toutes ses formes un peu partout au pays

Burundi - Sécurité - Justice23 juin 2018
|Arrestation de personnes soupçonnées de crimes économiques

Burundi - Politique - Santé22 juin 2018
|La santé du président de la République de plus en plus sur les lèvres de la population

Burundi - Sécurité21 juin 2018
|La police appréhende de jeunes Congolais pour observation de leur culture

Burundi - Education - Sécurité20 juin 2018
|Arrestation d’un enseignant accusé de tentative d’assassinat

Burundi - Sécurité 19 juin 2018
|Une pendaison qui suscite des inquiétudes !

Burundi - Sécurité18 juin 2018
|Deux enfants enlevés puis retrouvés à Kayanza

Burundi - Sécurité16 juin 2018
|Les populations de la zone Ngagara se plaignent

Burundi - Sécurité 15 juin 2018
|L’opposition séquestrée sous une autre facette !

Burundi - Sécurité 14 juin 2018
| Une personne tuée lors d’une attaque à la grenade en commune Murwi

Burundi - Sécurité 13 juin 2018
|Un mardi peu tendre !

Burundi –Sécurité 12 juin 2018
|Des disparitions mystérieuses signalées un peu partout

Burundi –Sécurité 11 juin 2018
|Deux personnes tuées, vingt autres blessées suite à une attaque à la grenade

Burundi - Sécurité9 juin 2018
|Les Batwa arrêtés avant qu’ils ne se fassent justice

Burundi - Sécurité 8 juin 2018
|Une personne tuée à Ngagara

Burundi - Politique7 juin 2018
|Le président de la République promulgue la nouvelle constitution

Archives

 

 

 



COMMUNIQUE DE PRESSE :

ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

20 octobre 2015

Samedi 17 octobre, nous avons été informés que le corps sans vie de Charlotte Umugwaneza a été retrouvé sur la route RN1 vers Bugarama.

Cette dame était d’origine rwandaise, sa famille étant arrivée au Burundi dans les années cinquante. Elle était membre du comité exécutif de l’OLUCOME, office de lutte contre la corruption, dont le directeur général Ernest Manirumva avait été assassiné il y a quelques années. L’affaire Manirumva avait agité le Burundi car les enquêtes menées à l’époque avaient identifié les commanditaires de l’assassinat dans l’appareil d’état burundais. Un procès de lampistes avait été mené en son temps et pour la première fois dans l’histoire judiciaire, l’on avait vu les avocats des parties civiles et l’avocat du principal lampiste condamné, Hilaire Ndayizamba, s’insurger contre le verdict de la Cour de Bujumbura et réclamer que l’arrêt prononcé soit cassé afin qu’une enquête digne de ce nom soit menée et qu’un procès équitable soit mené.

C’est l’une des collaboratrices directes de feu Ernest Manirumva qui vient d’être assassinée. Elle était aussi une militante active du MSD. Elle avait charge de famille, trois enfants et deux orphelins. Son mari est burundais. Elle avait quitté son domicile en vue de préparer un déménagement, souhaitant quitter le quartier sans sécurité où elle résidait. Le réseau d’informateurs a été avisé qu’elle avait été enlevée et qu’elle devait se trouver retenue aux services de la documentation… Depuis plus de nouvelles sauf ce corps à tout jamais torturé et abîmé par ses meurtriers.

Dans un premier temps, certains services officiels ont signalé que le cadavre retrouvé n’était pas celui de Charlotte.

Quelle naïveté lorsque l’on sait que des tests ADN permettent d’identifier aisément les personnes, qu’elles soient victimes ou ….. assassins. Face à ce type d’arguments méconnaissant les progrès de la science en matière criminelle, les autorités se sont rétractées.

Devant ce nouvel assassinat qui vient s’ajouter à la liste des victimes d’exécutions extrajudiciaires constitutives de crimes contre l’humanité, imprescriptibles en droit pénal, nous réclamons que Monsieur le Procureur général du Burundi sollicite l’assistance de services de police étrangers, dotés d’outils de recherche concernant l’ADN. Nous demandons à tous les membres de la communauté internationale, africaine d’abord et de la CPI et des Nations Unies ensuite, de déléguer une équipe d’enquêteurs de police capables d’effectuer les constatations scientifiques requises sur les corps des victimes mais aussi en d’autres lieux où l’on pourra effectuer des constatations nécessaires à la manifestation de la vérité, et ce indépendamment des témoignages qui restent à recueillir dans les règles de l’art.

Nous attirons une fois encore l’attention du Procureur général du Burundi sur sa responsabilité écrasante en cette période d’exécutions extrajudiciaires qui ne sont pas élucidées.

Nous rappelons que des dispositions pénales répriment les entraves aux enquêtes judiciaires.

Nous rappelons qu’en ne réprimant pas les auteurs, coauteurs et complices d’enlèvements, de tortures et d’exécutions extrajudiciaires frappant des civils et émanant d’autorités appartenant à l’appareil d’Etat, et constitutives de crimes contre l’humanité, le Procureur général, les membres du Parquet et les officiers de police judiciaire construisent un état d’impunité judiciaire qui contribue à l’appel au meurtre. La systématisation des enquêtes non élucidées et l’absence totale d’assistance aux familles de victimes, parties civiles, engagent la responsabilité de leurs auteurs.

L’équipe d’enquête qui soutient nos efforts, les témoins clandestins des assassinats, les avocats qui partagent la position des parties civiles, les parties civiles elles-mêmes, n’abandonneront jamais leur combat pour la vérité judiciaire. Elles n’hésiteront pas à réclamer l’arrestation des magistrats et policiers qui furent les premiers complices de ces crimes, fût-ce par leur passivité.

Nous demandons une fois encore, que de premières sanctions soient prises à l’encontre de ces personnes.

A l’heure où nous terminons ce communiqué, nous recevons une nouvelle information selon laquelle six corps auraient été retrouvés en province de Kayanza. Ceci reste à établir mais manifestement, la chaine de commandement des exécutions extra-judiciaires au Burundi, échappe à tout contrôle ou intervention, tant préventivement que dans le cadre de la recherche et de la poursuite des crimes commis.

Pour notre part, nous continuerons notre travail pour que justice soit rendue pour ces crimes contre l’humanité.

Bruxelles, le 19 octobre 2015

Bernard Maingain

Avocat au Barreau de Bruxelles

Rapporteur au Tribunal Russell pour le Burundi sur les exécutions extrajudiciaires de civils par des autorités de l’appareil d’Etat ou par des groupements paramilitaires liés à l’appareil d’Etat

Tél. : 32.475.60.87.64.
e-mail : bm@xirius.be

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI