Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Union Européenne - Politique8 juillet 2017
|L’Union européenne maintient les sanctions contre le Burundi

Burundi - Sécurité7 juillet 2017
|Quand des retraités ex-Fab posent des problèmes de sécurité

Burundi - Sécurité6 juillet 2017
|Tanzanie : base arrière pour les voleurs à main armée ?

Burundi - Sécurité - Justice - Médias5 juillet 2017
|Un journaliste bénévole de la radio Maria dans les cachots de la zone Buyenzi

Burundi - Sécurité4 juillet 2017
|Arrestation des présumés assassins du Dr. Franco de Simoné

Burundi - Sécurité3 juillet 2017
|Arrestation de personnes dans la commune de Mugamba

Burundi - Indépendance1er juillet 2017
|Célébration de la fête nationale de l’indépendance

Burundi - Sécurité30 juin 2017
|Une personne décapitée dans la commune de Gihanga

Burundi - Sécurité 29 juin 2017
|Quant les déclarations de nos dirigeants contrastent avec la réalité

Burundi - Sécurité28 juin 2017
|Un homme tue sa mère à Mwaro

Burundi - Sécurité 27 juin 2017
|Regain d’insécurité un peu partout dans le pays

Burundi - Sécurité26 juin 2017
|Arrestation d’un présumé voleur à main armée à Ruyigi

Burundi - Sécurité 24 juin 2017
|Un homme tué à Kirundo

Burundi - Sécurité23 juin 2017
|Une deuxième fouille dans le quartier Inss en trois jours

Burundi - Sécurité22 juin 2017
|Une personne tuée dans la province de Cibitoke

Burundi - Rwanda - Sécurité21 juin 2017
|Un Burundais appréhendé par l’armée rwandaise, selon la police burundaise

Burundi - Sécurité 20 juin 2017
|Une femme tuée à Kirundo

Burundi - Sécurité 19 juin 2017
|Une attaque à la grenade blessant une personne

Burundi - Sécurité17 juin 2017
|Le Fnl crie au secours

Burundi - Sécurité16 juin 2017
|La police investit la zone de Buyenzi

Burundi - Sécurité15 juin 2017
|Attentat à la grenade dans la zone de Musaga

Burundi - Sécurité14 juin 2017
|Des machettes pour tuer en silence

Burundi - Sécurité13 juin 2017
|Un Imbonerakure enlevé dans Gihanga

Burundi - Sécurité 12 juin 2017
|Un mort devant le commissariat de la police de Muramvya

Burundi - Sécurité10 juin 2017
|Quand la police s’entretue !

Archives

 

 

 



Burundi - Justice

Libéré après une nuit de détention

14 janvier 2017

Bujumbura, le 14 janvier 2017(Net Pressz) . Dans sa livraison d’hier, la rédaction livrait une information relative à l’arrestation d’un officier supérieur, le major Elie Niyonkuru, dans les cachots du service national des renseignements, en date du 12 janvier 2017. Il venait de rentrer de sa mission de la Somalie où il séjourne pour des raisons de double décès dans sa famille, celui de sa sœur et de sa mère.

Selon des informations concordantes, il était arrêté pour atteinte à la sûreté intérieure du pays mais le service national des renseignements n’a pas pu trouver de témoins à charge d’où il a dû le relâcher le lendemain 13 janvier. Ex-Fab de la 33ème promotion de l’Iscam, il est le cousin de feu l’adjudant Eddy Claude Nyongera assassiné dans les enceintes du Snr l’année dernière juste après son interrogatoire.

Signalons également que les deux employés du restaurant-bar "Chez André" accusés de commanditer l’assassinant du ministre de l’eau, de l’environnement et du tourisme détenus depuis le 1er janvier 2017 au service national des renseignements, ont été libérés ce vendredi le 13 janvier 2017.

Burundi - Justice

Rutana, une justice en panne

Rutana, le 14 janvier 2017 (Net Press) . La panne est plutôt de fond car il s’agit de deux détenus qui restent en prison alors que le tribunal de grande instance dans cette province venait de les acquitter. Deux techniciens agronomes de la Sosumo, Philippe Bigirimana et Nicaise Nahimana, sont accusés d’outrage à chef de l’Etat, de tentative d’assassinat contre des Imbonerakure et de propos diffamatoires.

Après quelques séances en flagrance, ils ont été acquittés le 2 janvier 2017 et le procureur avait interjeté appel, d’où ils ont été maintenus en prison. Cependant, le code de procédure pénale prévoit que dans des cas pareils, le détenu doit d’abord recouvrer sa liberté immédiatement après le procès.

Les deux personnes avaient été arrêtées le 28 décembre de l’année dernière lors de la croisade de prière organisée par le couple présidentiel en province de Rutana, au sud-est du pays. D’aucuns pensent que ce procès est téléguidé par une main invisible et risque de devenir un procès politique comme nous en avons suffisamment dans ce pays.

Burundi - Politique

Quand le Cnared est vomi par tous les coins

Bujumbura, le 14 janvier 2017 (Net Press) . Le vice-président de l’Uprona non reconnu par le gouvernement, le professeur Evariste Ngayimpenda, a tenu un point de presse ce vendredi le 13 janvier 2017 à la Maison de la Presse du Burundi, ou il s‘est insurgé contre la suspension du porte-parole de cette formation politique, Tatien Sibomana, par le président de l’Uprona , Charles Nditije, avant d’affirmer que la plateforme de l’opposition burundaise, Canred, n’est pas reconnu par le comité exécutif de l’Uprona comme membre à part entière.

Le professeur Evariste Ngayimpenda indique que le bureau de l’exécutif était composé de 70 membres et que suite aux décès, défections ou exils ainsi que les départs vers d’autres partis politiques, l’Uprona compte actuellement 32 membres du bureau politique dont 2/3, (21 membres), peuvent siéger valablement. Evariste Ngayimpenda dit que selon l’article 39 du statut, qui stipule qu’en cas d’absence du président, le vice-président le remplace et que l’absence pendant 7 mois au pays du président Nditije ne pourra pas handicaper le bon fonctionnement des activités du parti Uprona.

Ils ne comprennent pas comment il a suspendu le porte-parole de ce parti soi-disant que ce dernier aurait lancé des propos qui font mal au dos au Cnared et s’interroge si Tatien Sibomana était le porte-parole de la Cnared. Il a par conséquent invité le président Charles Nditije de suspendre le bureau exécutif, au lieu de chasser le porte parole.

Concernant les différentes consultations ou les pourparlers tenus sur le sol tanzanien à Arusha et à Entebbe au pays de Museveni sous l’égide du facilitateur Benjamin Mkapa, Professeur Evariste Ngayimpenda affirme que c’est le bureau politique de cette formation politique qui désigne les participants, en l’occurrence Charles Nditije, Evariste Ngayimpenda et Tatien Sibomana et dans ces assises, le parti uprona de l’opposition n’est pas invité en tant que membre de la plateforme de l’opposition burundaise , mais en tant que le parti de l’opposition isolement ou membre d’Amizero y’abarundi, en témoigne que même le président Nditije, dans diverses correspondances avec le facilitateur, réagit en tant que le patron de l’Uprona de l’opposition et non en tant que membre à part entière du Cnared.

Le Professeur Ngayimpenda s’interroge comment le parti Uprona qui a des statuts et un règlement d’ordre intérieur puisse être sous l’emprise des directives du Cnared qui n’est régie par aucun statut.

Selon des témoignages recueillis sur Bujumbura, le Cnared semble être vomi dans tous les coins, en témoigne que même le Frodebu de Léonce Ngendakumana et le Cndd de Leonard Nyangoma ont annoncé publiquement qu’ils vont participer aux prochaines consultations d’Arusha. Une autre version indique que l’opposition burundaise ne peut pas être représentée par le Dr Jean Minani car il n’est pas loin des massacres de 1993.

Burundi - Anniversaire

Assassinat de Pierre Ngendandumwe, 52 ans déjà !

Bujumbura, le 14 janvier 2017 (Net Press) . Dans 24 heures, le Burundi se souviendra du 52ème anniversaire jour pour jour de l’assassinat de son premier ministre, Pierre Ngendandumwe, assassiné devant la clinique prince Louis Rwagasore alors qu’il venait de rendre visite à son épouse qui mettait au monde un quatrième enfant.

Né en 1930 dans la province actuelle de Ngozi, il a fait ses études universitaires à Lovanium à Kinshasa où il obtint un diplôme de licence dans la faculté des sciences administratives, devenant ainsi un des premiers licenciés du pays. A la fin de ses études, il a travaillé pour l’administration coloniale comme adjoint à l’administrateur territorial puis ministre des finances au premier gouvernement du Burundi indépendant. Il sera premier ministre à deux reprises, la première fois en 1963 et la deuxième en 1965. Il avait été désigné premier ministre le 7 janvier 1965 malgré les protestations et il sera tué le 15 janvier après qu’il eut sorti son gouvernement par voie de presse à 12h30’.

Il était un fidèle des fidèles du prince Louis Rwaggasore, tout comme Paul Mirerekano et des informations concordantes indiquent qu’il figure parmi les personnes qui n’ont jamais trahi les idéaux du prince assassiné 4 ans plus tôt. Rappelons que lors de l’enterrement du prince Louis Rwagasore, Pierre Ngendandumwe a prononcé une oraison funèbre qui est restée célèbre dans l’histoire récente de ce pays car elle contenait beaucoup de paroles prophétiques.

L’on ne connaît pas jusqu’à présent les mobiles de son assassinat mais une douzaine de personnalités, dont Albin Nyamoya, prédécesseur direct de Pierre Ngendandumwe à la primature, furent arrêtées, y compris un Rwandais Muyenzi qui travaillait à l’ambassade des Etats-Unis au Burundi. Le procès s’est terminé en queue de poisson et toutes les personnes arrêtées furent relâchées. Dans son ouvrage, Augustin Mariro, retraité de l’Unesco, écrit que son assassinat est à l’origine des tueries interethniques au Burundi.

Burundi - Mali - Politique

Adama Barrow , le président élu de la Gambie au sommet Afrique France de Bamako

Bamako, le 14 janvier 2017 (Net Press) . En compagnie du président Nigérien Mahamadou Buhari, le président élu de la Gambie a quitté hier soir Banjul à destination du Mali pour participer au sommet France Afrique de Bamako, dont l’agenda principal est de poursuivre les négociations avec la trentaine des chefs d’Etat afin de convaincre Yahya Jammeh de remettre le pouvoir le 18 janvier 2017 car à Banjul, les discussions n’ont pas abouti.

Le ministre Nigérien des affaires étrangères, à travers les ondes de la radio du monde, a indiqué que Lagos a l’ambition d’accorder l’asile politique à Yahya Jammeh une fois qu’il remettra le pouvoir ce 18 janvier 2017. Réuni dans la capitale éthiopienne, le conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine dit qu’il ne reconnaitra Yahya Jammeh en tant que président de la Gambie après le 19 janvier 2017.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur

A L’OCCASION DE L’OUVERTURE DE L’ANNÉE ACADÉMIQUE 1964-1965.13 janvier 2014
|DISCOURS PRONONCE LE 1er OCTOBRE 1964 PAR LE PROFESSEUR W. DEROUAU RECTEUR DE L’UNIVERSITÉ OFFICIELLE DE BUJUMBURA

Rwanda - Génocide6 décembre 2013
|LA TOUSSAINT ROUGE RWANDAISE DU 1er novembre 1959. (Révolution, fratricides, déicides ou génocides assistés 54 ans après ?) ssimbananiye@gmail.com Genèse et chronologie.