Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité10 octobre 2017
|Il tue six voisins avant de se donner la mort

Burundi - Sécurité9 octobre 2017
|Un dimanche pas tout-à-fait tendre

Burundi - Sécurité7 octobre 2017
|La province de Rumonge de plus en plus citée dans divers crimes

Burundi - Sécurité6 octobre 2017
|Fouille-perquisition dans la prison de Rumonge, divers articles saisis

Burundi - Sécurité5 octobre 2017
|Un fusil trouvé dans une brousse dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité4 octobre 2017
| Un véhicule des militaires burundais en Somalie endommagé

Burundi - Sécurité3 octobre 2017
|Un vieil homme tué au couteau dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité 2 octobre 2017
|Quand l’insécurité refait surface dans la zone Cibitoke

Burundi - Manifestation30 septembre 2017
|Bujumbura dans la rue pour dénoncer et remercier en même temps

Burundi - Energie29 septembre 2017
|Le manque de courant électrique déstabilise la capitale

Burundi - Sécurité 28 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Gitega

Burundi - Sécurité27 septembre 2017
|Insécurité dans le pays, insécurité dans les pays voisins

Burundi - Sécurité 26 septembre 2017
|Une personne tuée à Matana

Burundi - Sécurité 25 septembre 2017
|Le pays toujours en face de l’insécurité grandissante

Burundi - Sécurité 23 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran au Nord-Ouest du pays

Burundi - Sécurité 22 septembre 2017
|Des corps sans vie trouvés dans la capitale et au sud du pays

Burundi - Sécurité - Intempérie21 septembre 2017
|Va-t-on vers les catastrophes naturelles des pays occidentaux ?

Burundi - Sécurité20 septembre 2017
|Dix-sept adolescents arrêtés dans la province de Rutana

Burundi - Sécurité19 septembre 2017
|Des tirs à l’arme automatique entendus par les habitants de Kibenga

Burundi - Sécurité18 septembre 2017
|Un père tue ses propres enfants dans Bujumbura rural

Burundi - Kenya - Sécurité16 septembre 2017
|Les 4 Burundais attrapés à Isiolo emprisonnés à Nairobi

Burundi - Sécurité 15 septembre 2017
|Pour avoir sauvé une vie en danger, ils sont sous les verrous

Burundi - Sécurité14 septembre 2017
|La police change de langage à propos de l’enlèvement d’un opposant

Burundi - Sécurité 13 septembre 2017
|Un proche de Hussein Radjabu interpellé

Burundi - Sécurité12 septembre 2017
|Attaque armée dans Bujumbura rural

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Arrestation d’un ex-Fab pour tentative d’homicide

21 janvier 2017

Muramvya, le 21 janvier 2017 (Net Press). Deo Nsengiyumva, un ex-caporal chef a été arreté par la police dans la corconscription de Biganda commune et province de Muramvya.

D’après des sources locales, la police a mené une fouille-perquisition à son domicile et a decouvert une grenade, des tenues militaires et des bottines et la même source indique que ce retraité de l’armee burundaise est accusé de tentative d’assassinat de sa femme. Il a été conduit au cachot du commissariat de la police Muramvya pour des raisons d’enquetes.

Burundi – Médiation

Quand la facilitation tient deux langages différents

Bujumbura, le 21 janvier 2017 (Net Press). C’est ce qui est apparu ce matin dans une émission de la radio Bbc dénommée « Imvo n’imvano » où les invités étaient des politiciens burundais de la mouvance présidentielle et de l’opposition. Il s’agissait de Frédéric Bamvuginyumvira du Frodebu qui vit en Belgique, de Jacques Bigirimana du Fnl proche du Cndd-Fdd vivant au Burundi et de Pancrace Cimpaye, porte-parole du Cnared en exil lui aussi en Belgique.

Le président du Frodebu était intéressant dans ce sens qu’il se réclame du Cnared mais qu’il a malgré tout participé au dernier briefing du facilitateur Mkap à Arusha. Rappelons que cette plateforme a décidé de récuser le facilitateur pour avoir tenu des propos injurieux à son endroit au mois de décembre dernier.

Au cours de l’émission, l’on a senti en réalité que le facilitateur tient deux langages différents suivant qu’ils sont avec ceux qui sont pour ou contre notamment la troisième législature de Pierre Nkurunziza. Avec l’équipe de l’opposition venue de l’Europe, Benjamin Mkapa a indiqué que parmi les questions à étudier, le troisième mandat du président actuel figure parmi les huit. Mais chez ceux venus de Bujumbura, la question n’a même pas été évoquée.

En outre, il apparaît clairement que les membres du Cnared sont divisés sur la participation ou non aux pourparlers d’Arusha car les plus radicaux exigent le départ de Mkapa alors que d’autres trouvent qu’il faut malgré tout participer pour parler de vive voix de ce qui ne va pas dans ce pays. Au regard des positions des uns et des autres, le facilitateur Mkapa pourrait démissionner car, pour paraphraser le colonisateur, il se rendra compte que les Burundais sont de « grands enfants » totalement insaisissables.

Burundi - Economie

La Regideso finance la fondation Buntu

Bujumbura, le 21 janvier 2017 (Net Press). L’on vient d’apprendre que la régie nationale de distribution d’eau et d’électricité, Regideso, a octroyé un don de 20 millions de nos francs à la fondation Buntu de la première dame Denise Nkurunziza. L’opinion de Bujumbura trouve cela curieux car de nos jours, l’on parle de la phase IV, de la famine dans presque toutes les régions du Burundi, bref de la catastrophe humanitaire due à une mauvaise pluviosité si bien que la première personne à assister n’est pas cette fondation.

Par ailleurs, les travailleurs de cette société se lamentent car depuis fin décembre, ils n’ont pas eu de gratification alors qu’ils estiment qu’ils sont à l’origine de la prospérité de l’entreprise. En d’autres termes, ils produisent et il revient aux autres de bénéficier des fortunes issues de leur dur labeur.

Burundi - Humanitaire

La Fnuap au chevet du Burundi en cette période de la crise humanitaire

Bujumbura, le 21 janvier 2017 (Net Press). La famine qui sévit dans tous les coins du Burundi inquiète le fond des Nations Unies pour la population. La répresentante du Fnuap au Burundi, Souzanne Mandong, indique que la crise humanitaire qui persiste sur tout le territoire burundais est inquietante, une crise caractérisee par chute de la production des denrées vivriers due au changement climatique.

En 2016, 3 millions de personnes, presque 1/3 de la population, ont été victimes et une urgence s’impose pour sauver la population de cette crise humanitaire. Il faut l’acces à la nourriture, à l’eau potable et aux services de santé basique, signant l’accord d’aide avec le ministre des relations exterieures. Suzanne Mandong affirme qu’un montant de 73,3 millions de dollars américains doit etre mobilisé pour assister les Burundais ayant besoin d’une assistance humanitaire. Souzanne Maindong affirme que pour le moment, le Finuap va assister un million des personnes plus vurnelables.

De son coté, le ministre des relations exterieures, Alain Aimé Nyamitwe, a indiqué que la crise humanitaire qui s’observe sur toute l’étendue du pays et due à la fermeture des robinets par les partenaires techniques et financiers.

Burundi - Education

Apl récompense les enfants intelligents

Muramvya, le 21 janvier 2017 (Net Press). L’association « Ayons pitié de lui (Apl), a procedé ce vendredi le 20 janvier 2017 aux cérémonies de remise de prix à un enfant qui s’est classé première à l’examen d’Etat, édition 2015. Jomcy Kubwimana de l’Ets Kiganda de la section Gestion et Comptabilité a battu le record de 197,5 /200 et a reçu une enveloppe de 50.000 fbu.

Le président de cette association, Renovat Nitunga, indique que la laureate de l’exetat 2014, Norette Ingabire du lycee d’ijenda qui eu 198,75 /200, a beneficié d’une bourse d’études aux Etats-Unis d’Amérique, dans l’Etat de New Hampshire, à l’université de Dorthmount. Nitunga a profité de cette occasion pour affirmer que le projet solidarité Burundi de demain a pour l’objectif de doter le Burundi les hommes et les femmes qu’il faut et à la place qu’il faut. Renovat Nitunga affirme que cette assocition organise des compétitions centrées sur l’éducation patriotique afin de redorer l’image du Burundi terni par toutes les intemperies.

Renovat Nitunga lance un appel vibrant aux parents de proceder à l’éducation patriotique à leur enfants afin d’eradiquer le passé mauvais bâti sur les divisons ethniques et le mensonge qui ont endeuillé le Burundi depuis son independance pour acheminer le pays vers un avenir meilleur.

Burundi – Catastrophe Humanitaire

Quand la famine sevit dans tout les coins du pays

Bubanza, le 21 janvier 2017 (Net Press). 4 personnes sont mortes au village Muyange I de la commune Gihanga en moins d’une semaine. Le gouverneur de Bubanza affirme que trois milles ménages sont frappés par la famine dans sa province.

Des maladies opportunistes clouent la population sur le lit de l’hôpital. Des enfants qui affirment « n’avoir rien mangé depuis plus de 24h », les situations rapportées par les reporters sont chaque jour plus déprimantes. C’est inquiétant, préoccupant.

Le cas de Bubanza n’est malheureusement pas isolé. A Itaba, Gitega, les administratifs lancent un cri d’alarme. La sécheresse frappe la commune. Dans plusieurs provinces, le niveau de la production agricole a sensiblement baissé.

La famine rôde. Par ailleurs, faute de devises, l’importation de ces produits reste faible pour combler le déficit. Résultat : montée exponentielle des produits de première nécessité. Comment en est-on arrivé là ? Que faut-il faire pour sortir de cette impasse qui commence à effrayer la population ?

Il faut des solutions adéquates et durables. Pas une initiative isolée, mais nationale. En effet, certains administratifs commencent à prendre des mesures qui risquent d’empirer la situation. Comment un gouverneur peut-il empêcher les commerçants non ressortissants de sa province de venir s’y approvisionner ? La libre circulation des biens et services sur tout le territoire national est garantie. Par ailleurs, c’est l’une des clauses de l’intégration régionale.

On ne le dira jamais assez, la meilleure solution pour le moment est le dialogue inclusif et sincère des acteurs politiques et de la société civile. Que les gens ne campent pas sur leur position, qu’ils cessent de s’enfermer dans leurs ghettos idéologiques. Le Burundi est exsangue. Cette faim qui progresse est un signe inquiétant. Il y a urgence !

Burundi - Gambie

Yahya jammeh accepte de quitter le pouvoir

Banjul, le 21 janvier 2017 (Net Press). A l’issue d’une longue journée de médiation avec les chefs d’Etats mauritanien et guinéen ce vendredi, le président sortant de Gambie a finalement déclaré lors de son discours à la télévision nationale en pleine nuit le 21 janvier 2017, qu’il acceptait de quitter le pouvoir. « Je crois en l’importance du dialogue et en la capacité des Africains à résoudre eux mêmes les défis de la démocratie. C’est pourquoi j’ai décidé aujourd’hui de quitter le pouvoir », a déclaré le président sortant et d’ajouter qu’il voulait « préserver la vie de ses concitoyens » et qu’il refusait qu’une « goutte de sang soit versée ». « J’ai une immense gratitude pour tous les Gambiens qui m’ont soutenu pendant 22 ans pour construire une Gambie moderne », a t-il déclaré. Assurant que sa décision « n’a pas été dictée par quoi que ce soit d’autre que pour l’intérêt du peuple gambien et de nos chers pays « et de conclure « je me soumets uniquement à la justice de Dieu le Tout Puissant. Je vous remercie tous et que Dieu le Tout Puissant continue de bénir notre patrie »

De plus en plus isolé, lâché par sa propre armée et puis sous la pression des troupes de la Cedeao qui menaçait une intervention militaire, Yahya Jammeh a fini par céder le pouvoir. L’opinion gambienne et internationale ne connait pas le pays qui va offrir l’asile à Yahya Jammeh, mais des milieux humoristes qui ne tarissent pas de parvenir la rédaction indiquent qu’il veut bénéficier de l’asile au Burundi, le pays qu’il a emboité le pas en quittant la cour pénal internationale pour finir ses jours au palais présidentiel de Ngozi.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur