Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 10 mars 2017
|Makamba, mouroir de l’opposition ?

Burundi - Sécurité9 mars 2017
| Encore une autre personne assassinée

Burundi—Sécurité8 mars 2017
|Un Gitega qui n’arrête pas de compter ses morts

Burundi - Sécurité7 mars 2017
|Trois pêcheurs burundais auraient été tués par les militaires rwandais

Burundi - Sécurité 6 mars 2017
|Rugombo sous le joug de tous les démons du monde

Burundi - Sécurité 4 mars 2017
|Vers une "amélioration salariale" des putschistes

Burundi - Sécurité 3 mars 2017
|Burundi : mouroir de tout le temps ?

Burundi - Sécurité 2 mars 2017
|Encore des Imbonerakure qui font la justice de tous les temps

Burundi - Sécurité 1er mars 2017
|Serait-elle une manœuvre de pourchasser les Rwandais ?

Burundi - Sécurité 28 février 2017
|Quand le Burundi n’arrête pas de compter ses morts

Burundi - Sécurité 27 février 2017
|Deux attaques simultanées faisant 4 blessés

Burundi - Sécurité 25 février 2017
|Des enlèvements dans l’église

Burundi - Sécurité Routière24 février 2017
|Quand la police anti-émeute perturbe la sécurité routière

Burundi - Sécurité23 février 2017
|Deux personnes ont été arrêtées

Burundi - Sécurité 22 février 2017
|Transfert vers la prison de neuf membres du Fnl proches d’Agathon Rwasa

Burundi - Sécurité 21 février 2017
|Huit membres du Fnl pro-Rwasa interpellés

Burundi - Sécurité 20 février 2017
|Une fouille-perquisition dans Musaga

Burundi - Politique 18 février 2017
|L’action de Benjamin Mkapa n’est plus bénie sur Bujumbura

Burundi - Justice - Sécurité17 février 2017
|Fouille - perquisition à la prison centrale de Mpimba

Burundi - Sécurité 16 février 2017
|Une guerre fratricide qui débouche sur un assassinat

Burundi - Sécurité15 février 2017
|Des tueries qui dépassent l’entendement humain

Burundi - Sécurité14 février 2017
|Un enseignant tabassé par un élève, 4 enfants tués à Gihanga

Burundi - Sécurité13 février 2017
|Un ménage victime d’une attaque armée

Burundi - Sécurité11 février 2017
|Découverte d’un fusil à Rumonge

Burundi - Justice - Sécurité 10 février 2017
|La grève des transporteurs perturbe le trafic

Archives

 

 

 



Burundi - Administration

Décidément, les choses se préicipitent au gouvernement

24 janvier 2017

Bujumbura, le 24 janvier 2017 (Net Press) . Le nouveau ministre ayant l’environnement dans ses attributions, Célestin Ndayizeye, a prêté serment ce matin au palais des congrès de Kigabo devant le président de la République. Rappelons qu’il avait été nommé membre du gouvernement hier par décret présidentiel et c’est aujourd’hui qu’il entre officiellement dans ses fonctions de ministre.

Célestin Ndayizeye vient d’hériter d’un ministère orphelin depuis le 1er janvier 2017 au petit matin quand son détenteur, feu Emmanuel Niyonkuru, a été assassiné par des gens qui n’ont pas encore été identifiés. Ce temps est relativement long pour un ministère qui s’occupe des secteurs très vitaux de la vie humaine.

Burundi - Sécurité

Le camp de Mukoni attaqué par des inconnus

Muyinga, le 24 janvier 2017 (Net Press) . Dans la nuit d’hier, vers 22 heures, le camp de Mukoni, dans la province de Muyinga, a été attaqué par un groupe d’hommes armés qui n’ont pas été identifiés, une information confirmée par ailleurs par l’administration locale ainsi que par les sources policières locales.

Selon des informations en provenance de Muyinga, l’attaque a duré plus ou moins une heure de temps et l’on ne sait pas jusqu’à présent évaluer les dégâts aussi bien humains que matériels causés par cette attaque. Par contre, quatre fusils de type Kalachnikov ont été saisis et trois personnes soupçonnées d’être impliquée dans cette attaque ont été appréhendées par les forces de l’ordre.

Mais le porte-parole de l’armée burundaise, le colonel Gaspard Baratuza, joint par la rédaction au téléphone, a indiqué qu’un groupe de malfaiteurs armés a attaqué une patrouille militaire située aux alentours de ce camp sans faire de dégâts. Tiraillés par les militaires et la population environnante de ce camps et pour ne pas faciliter leur identification, ces malfaiteurs ont abandonné sur place 4 fusils, 2 grenades et 10 chargeurs avant de prendre la fuite.

Le colonel Baratuza rejette en blocs les informations qui stipulent que ce camp a été attaqué car il ne comprend pas qu’un groupe de 5 personnes puissent attaquer un camps militaire, avant de privilégier la piste de vol à main armée dans des ménages situés à proximité de ce camps. Selon lui, 5 suspects ont été arrêtés pour l’enquête.

De son côté, la gouverneure de la province de Muyinga, Aline Manirabarusha, n’y a va pas par quatre chemins, elle affirme que le camp militaire de Mukoni a été attaqué par une bande armée, ce que nie le porte-parole de l’armée, arguant que la gouverneurs n’est pas outillée dans ce domaine pour affirmer cette attaque.

Selon des sources locales, Muyinga a été hautement encerclé par une imposante équipe de policiers et militaires et même le marché central de Muyinga n’a pas ouvert ses portes. Le porte-parole de l’armée burundaise affirme que nos hommes en uniforme sont en train d’effectuer une fouille afin de traquer les irréguliers qui pourraient être derrière cette attaque

Burundi - Droits de l’Homme

La ligue Iteka sort son bulletin hebdomadaire n° 42

Bujumbura, le 24 janvier 2017(Net Press) . Cette ligue continue à produire des rapports sur les droits de l’homme dans ce pays malgré l’interdiction officielle de la part du gouvernement burundais Il porte sur la période du 16 au 22 janvier 2017 et évoque essentiellement des allégations de violations et des violations des droits de l’homme.

D’après ce bulletin, au moins 4 personnes ont été tuées, deux torturées, deux autres portées disparues et 12 autres arrêtées arbitrairement par la police burundaise en collaboration avec des jeunes Imbonerakure affiliés au parti présidentiel. Selon ce bulletin, le phénomène de cadavre est relevé dans ce bulletin car au moins 2 cadavres ont été enregistrés au cours de cette période.

Il évoque également des cas d’arrestations arbitraires et de disparitions forcées dont sont victimes des présumés opposants, des membres des partis politiques de l’opposition et des militaires ex-Fab en retraire. Il avance qu’au moins deux militaires ex-Fab ont été arrêtés pendant cette semaine et dénonce une justice de deux poids deux mesures qui considère que les opposants politiques du Cndd-Fdd comme étant des criminels par nature.

Le bulletin évoque aussi le droit à la sécurité alimentaire qui est aggravé par des mesures de montée de taxes dans tous les secteurs de la vie et sur les produits de première nécessité dans l’objectif, trouve la ligue Iteka, de combler le budget général de fonctionnement des institutions au détriment de la survie de la population.

Comme il le fait chaque fois, il émet des recommandations qui sont dirigées à l’endroit des différents partenaires susceptibles d’influer pour le changement de la situation des droits de l’homme dans ce pays. L’on se souviendra enfin que la ligue des droits de l’homme Iteka, l’aînée des organisations de la société civile dans ce pays, connaît actuellement des difficultés avec le pouvoir de Bujumbura, du simple fait que les deux parties ne tombent presque jamais d’accord sur la conception de la situation des droits de l’homme dans ce pays, surtout après la crise politico-sécuritaire qui date du 26 avril 2015.

Burundi - Sécurité

Le Burundi et le Tchad, experts dans la lutte contre le terrorisme, selon le bureau de l’Ombsdman

Bujumbura, le 24 janvier 2017 (Net Press) . Selon un communiqué du directeur de la médiation, éducation civique, communication et relation avec les institutions Jérôme Ndiho, le Burundi et le Tchad sont des experts dans la lutte contre le terrorisme. Cela a été dit par l’Ombudsman de la république du Burundi à son homologue tchadien, Abdoulaye Affadine Abdel Rassoul, au cours de sa visite au Tchad depuis ce dimanche le 22 janvier 2017.

Jérôme Ndiho indique que l’Ombudsman de la république du Burundi a profité de cette occasion d’être convié à l’assemblée nationale tchadienne pour échanger avec le 1er vice-président de l’assemblée nationale du Tchad, honorable Moussa Khadam et leurs entretiens étaient centrés sur des bonnes relations qui existent entre le Burundi et le Tchad. Selon cette information, ces relations ont des valeurs positives en termes de démocratie et de lutte contre le terrorisme. Il en a profité également pour remercier les autorités tchadiennes pour le soutien qu’elles ont à chaque fois manifesté à l’endroit du Burundi, soit aux Nations Unies ou à l’Union africaine et au soutiens que ce pays vient d’apporter au Burundi pour que les militaires burundais engagés à l’Amisom soient payés comme les autres sans discrimination.

L’Ombudsman n’a pas manqué d’informer les autorités tchadiennes que le Burundi est en paix mais qu’il a des défis comme toutes les autres nations dans le monde, avant d’ajouter que des dialogues interburundais se poursuivent à l’intérieur du pays sous la houlette de la commission nationale de dialogue inter-burundais , pendant que l’ancien président de la Tanzanie, Benjamin William Mkapa, facilite le dialogue entre Burundais à l’extérieur du Burundi.

Burundi - Belgique –Politique

Le parlement européen demande à la Cpi d’ouvrir sans tarder une enquête sur la violation des droits de l’homme au Burundi

Bruxelles, le 24 janvier 2017 (Net Press) . Selon le journal "Jeune Afrique", le parlement européen demande à la cour pénale internationale d’ouvrir sans tarder une enquête sur la violation des droits de l’homme au Burundi depuis le printemps d’avril 2015, y compris sur le risque d’un génocide sur le territoire burundais, un sujet qui fait mal au dos. Le parlement européen n’est pas à jours, rétorque Bujumbura dans un document de 20 pages.

Le eurodéputés soutiennent par la même occasion la décision de l’Union européenne de suspendre ses aides budgétaires et salue les sanctions ciblées à l’encontre des Burundais responsables de violations des droits de l’homme et ceux qui font obstacle aux efforts visant à trouver une solution pacifique. Le parlement européen est préoccupé par la probable accession au 4 eme mandat du président Nkurunziza.

Burundi - Usa - Justice

Trump dans le collimateur de la justice pour violation de la constitution

Washington, le 24 janvier 2017 (Net Press) . Cela ne fait que trois jours que Donald Trump est arrivé à la Maison Blanche et déjà le nouveau président des Etats-Unis est confronté à des problèmes judiciaires. Une association anti-corruption de Washington a déposé une plainte contre lui ce lundi, selon la radio du monde. Elle reproche à Donald Trump de violer la constitution pour conflit d’intérêts.

« Nous ne voulons pas arriver là. Nous avions l’espoir que le président Trump prendrait des mesures nécessaires pour éviter de violer la constitution, il ne l’a pas fait". Voilà ce que déclare le directeur général de CREW dans un communiqué. Et c’est pourquoi cette association anti-corruption a donc déposé une plainte ce lundi matin devant le tribunal fédéral de Manhattan. CREW reproche à Donald Trump de continuer à percevoir des versements effectués par des gouvernements étrangers à des entreprises de son groupe.

Quelques semaines avant son arrivée à la Maison Blanche, le milliardaire avait en effet annoncé qu’il confiait les clés de sa société à ses deux fils ainsi qu’à son associé de longue date, Allen Weisselberg. Mais le nouveau président n’a pas cédé ses participations.

Pour les plaignants, ceci constitue une violation de la constitution. L’association brandit le texte fondateur qui prévoit qu’aucune personne occupant une fonction publique ne peut, sans l’accord du congrès, « accepter de cadeaux, d’émoluments, de fonction ou de titre de quelque sorte que ce soit d’un roi, prince ou d’un Etat étranger ».
Et CREW de prévenir : « Quand le président négociera des accords commerciaux avec ces pays, le peuple américain n’aura aucun moyen de savoir s’il pense aussi aux profits de Trump, l’homme d’affaires ».

Burundi - Ua - Politique

Cinq personnalités en lice pour remplacer la présidente de l’union Africaine Dlamini Zouma

Amina Mohamed Jibril, 55 ans

Ministre des Affaires étrangères du Kenya, cette diplomate de carrière et juriste de formation est la candidate de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Est (EAC). Cette prétendante kényane est née en 1961 dans une famille modeste, mais a réussi grâce à ses études poussées (elle est titulaire d’un diplôme d’Oxford en relations internationales) et à son franc-parler à s’imposer dans la haute fonction publique de son pays dominée par des hommes.

Entrée dans la carrière professionnelle en 1985, elle a occupé entre 2000 et 2006 la charge de chef de mission de la représentation de Nairobi auprès de l’Office des Nations unies à Genève. Depuis 2013, elle est ministre des Affaires étrangères de son pays.

Elle a également occupé des postes importants dans les organisations internationales, notamment celui du numéro 2 du Programme des Nations unies pour l’environnement (Pnue). C’est l’expérience à l’international de cette proche conseillère qui a convaincu le président Uhuru Kenyatta de proposer sa candidature en octobre dernier pour la présidence de la Commission de l’UA.

La ministre a axé sa campagne sur les thèmes économiques et commerciaux. Elle propose, si elle est élue, de faire de l’Afrique l’une des premières « Destinations des investissements étrangers ». Mais sa prise de position récente pour la cause sahraouie, alors que de plus en plus de pays africains demandent la suspension de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) de l’Union africaine pour faciliter le retour du Maroc au sein de l’organisation panafricaine, pourrait se révéler préjudiciable à sa candidature.

Pelonomi Venson Moitoi, 65 ans

Pelonomi Venson Moitoi est, elle aussi, ministre, plus précisément celle des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Botswana. Candidate malheureuse à Kigali, la Botswanaise croit en ses chances et a décidé de se représenter. Gaborone a réussi à mobiliser autour de sa candidature tous les pays de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) qui estiment que selon la logique de la rotation régionale, la présidence de la Commission de l’UA revient cette fois encore à un pays de la région australe, étant donné que son actuelle présidente n’a fait qu’un seul mandat.

Née en 1951, la candidate botswanaise est titulaire d’une maîtrise en administration obtenue à l’université centrale du Michigan, aux Etats-Unis. Plusieurs fois ministre dans son pays, elle a occupé, avant d’arriver au ministère des Affaires étrangères, des portefeuilles de Transport, Communication, Travail, Science et Education. Elle a fait campagne sur son expérience de quatre décennies dans des postes à responsabilité au sein de la fonction publique botswanaise et voudrait inscrire son action, si elle est élue, dans la mise en œuvre de l’Agenda 2063, adopté il y a quatre ans avec l’ambition de transformer l’Afrique en un continent « fort, prospère, pacifique et solidaire » au cours des cinquante prochaines années.

Or, lors du dernier scrutin, plusieurs pays s’étaient abstenus de voter pour elle, sans doute parce que Gaborone a fait souvent bande à part dans l’Union africaine, notamment s’agissant de la question de la Cour pénale internationale dont les convocations sont vécues comme autant d’humiliations par les dirigeants africains. Peu de chance qu’en six mois ces derniers aient radicalement changé d’avis.

Agapito Mba Mokuy, 51 ans

Ministre des Affaires étrangères de la Guinée équatoriale, Agapito Mba Mokuy est le plus jeune des cinq postulants à la succession de la présidente en exercice de la Commission de l’UA. L’homme pratique couramment cinq langues et il est titulaire d’un diplôme américain en gestion et développement. La candidature de ce diplomate, qui a été en poste pendant deux décennies à l’Unesco où il a occupé de hautes responsabilités, est poussée personnellement par le président équato-guinéen Teodoro Obiang.

Or, ce dossier est une source d’embarras pour les décideurs africains, compte tenu de la nature autocratique du régime de Malabo qui fait peu de cas des droits de l’homme et de l’Etat de droit. D’ailleurs, au sommet de Kigali, sa candidature avait été éliminée par les chefs d’Etat dès le deuxième round du scrutin. Le candidat mise sur son expérience à l’international pour peser dans les débats à Addis-Abeba.

Abdoulaye Bathily, 69 ans

Homme politique sénégalais et diplomate, Abdoulaye Bathily est le candidat du Sénégal et de la Cédéao dont les 15 pays ont promis de voter pour lui comme un seul homme. Il jouit aussi d’une solide expérience internationale. En juillet 2013, il a occupé le poste de représentant spécial adjoint du secrétaire général à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali (Minusma), avant d’être nommé représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour l’Afrique centrale.

Né en 1947, le professeur Bathily est historien et universitaire. Militant communiste dans sa jeunesse, il a participé activement à la vie politique sénégalaise et a été plusieurs fois député et ministre sous la présidence des anciens chefs d’Etat sénégalais Abdou Diouf et Abdoulaye Wade. Panafricaniste convaincu, il fait campagne en promettant de donner, s’il est élu, un nouveau souffle à l’organisation continentale en l’enracinant dans son idéal fédéraliste originel. Mais ses nombreux atouts tant idéologiques que professionnels ne suffiront peut-être pas à ce candidat pour s’imposer dans la compétition pour la présidence de la Commission. Ses amis comptent sur les pays de l’Afrique centrale où Bathily a été en poste pour compenser les suffrages qui pourraient lui manquer à cause du soutien apporté par le Sénégal à la tentative du Maroc de réintégrer l’Union africaine.

Moussa Faki Mahamat, 56 ans

Juriste de formation, Moussa Faki Mahamat est le ministre des Affaires étrangères du Tchad depuis 2008. Né en 1960, il occupe de hautes fonctions au sein de l’administration tchadienne depuis bientôt trente ans. Il a été Premier ministre de son pays entre 2003 et 2005.

La candidature tardive (déclarée en septembre) de ce haut fonctionnaire à la présidence de la Commission de l’Union africaine a surpris les dirigeants africains et a donné du fil à retordre au camp ouest-africain pour lequel la victoire de son candidat semblait acquise. Diplomate de haut vol comme Abdoulaye Bathily, le prétendant tchadien a l’avantage de maîtriser tous les dossiers stratégiques du continent du fait de l’appartenance de son pays au G5 du Sahel impliqué dans les actions de défense et de sécurité des pays du Sahel. Lors du débat télévisé du 9 décembre, Faki Mahamat a fait prévaloir la priorité du développement et la sécurité en ces temps de turbulences que connaît le continent.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur

A L’OCCASION DE L’OUVERTURE DE L’ANNÉE ACADÉMIQUE 1964-1965.13 janvier 2014
|DISCOURS PRONONCE LE 1er OCTOBRE 1964 PAR LE PROFESSEUR W. DEROUAU RECTEUR DE L’UNIVERSITÉ OFFICIELLE DE BUJUMBURA

Rwanda - Génocide6 décembre 2013
|LA TOUSSAINT ROUGE RWANDAISE DU 1er novembre 1959. (Révolution, fratricides, déicides ou génocides assistés 54 ans après ?) ssimbananiye@gmail.com Genèse et chronologie.