Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 13 septembre 2017
|Un proche de Hussein Radjabu interpellé

Burundi - Sécurité12 septembre 2017
|Attaque armée dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité11 septembre 2017
|Des personnes arrêtées par des Imbonerakure au Sud du pays

Burundi - Manifestation9 septembre 2017
|Le pouvoir encore une fois dans la rue pour manifester contre un rapport de l’Onu

Burundi - Sécurité8 septembre 2017
|Brûlé par son épouse, il est sauvé par des voisins

Burundi - Sécurité7 septembre 2017
|Un cadavre retrouvé dans une rivière à Kayanza

Burundi - Dialogue6 septembre 2017
|Après Paris, Edouard Nduwimana se retrouve à Dar Es Salam

Burundi - Sécurité - Opinion5 septembre 2017
|Quand l’insécurité monte d’un cran dans tous les coins

Burundi - Sécurité4 septembre 2017
|Ruyigi, province très avancée en matière de criminalité

Burundi - Sécurité2 septembre 2017
|La protection civile de la police applaudie des deux mains à Kinindo

Burundi - Sécurité1er septembre 2017
|Un policier tue deux personnes à Kirundo

Burundi - Sécurité 31 août 2017
|Vers une demande de permission pour écrire un texto sur le Smartphone

Burundi - Sécurité30 août 2017
|Tuerie au Sud-Ouest, mais également au Nord-Ouest

Burundi - Sécurité 29 août 2017
| Un Imbonerakure blesse à la machette 5 policiers, et 3 personnes civiles

Burundi - Sécurité28 août 2017
|Un homme de 99 ans tué à Ngozi

Burundi - Sécurité 26 août 2017
|La réserve naturelle de la Rukoko sous le coup d’une arrestation

Burundi - Sécurité25 août 2017
|La lecture de la situation sécuritaire au Burundi toujours controversée

Burundi - Sécurité24 août 2017
|Une femme kidnappée sans aucun secours dans la zone de Bwiza

Burundi - Sécurité23 août 2017
|Une personne meurt dans un accident de voiture

Burundi - Sécurité22 août 2017
|Un homme tue sa conjointe pour des raisons de concubinage

Burundi - Sécurité21 août 2017
|L’insécurité monte d’un cran dans plusieurs coins du pays

Burundi - Sécurité 19 août 2017
|Quand la Regideso est pointée du doigt comme origine de l’insécurité

Bujumbura – Sécurité 18 août 2017
|De l’hécatombe sur Bujumbura

Burundi - Sécurité 17 août 2017
|Une personne tuée a Karusi .

Burundi - Sécurité16 août 2017
|La voiture du gouverneur de Bubanza dans une embuscade

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Qui croire dans les informations sur l’attaque de Muyinga ?

25 janvier 2017

Muyinga, le 25 janvier 2017 (Net Press) . Dans son édition du 24 janvier 2017, la rédaction a fait état d’une attaque armée sur le camp militaire de Mukoni situé dans la province de Muyinga, au nord du pays. D’emblée, des tentatives d’explication, les unes plus contradictoires que les autres ont été avancées, ce qui a abouti à une information plus ou moins sibylline de la véritable situation.

Au moment où le porte-parole de l’armée, le colonel Gaspard Baratuza, tentait de minimiser l’attaque en évoquant un groupe de malfaiteurs armés qui a attaqué une patrouille militaire située aux alentours de ce camp sans faire de dégâts, la gouverneure de cette province, Aline Manirabarusha, elle, affirme que le camp militaire de Mukoni a été attaqué par une bande armée, ce que nie le porte-parole de l’armée, arguant que la gouverneurs n’est pas outillée dans ce domaine pour affirmer cette attaque.

Vingt quatre heures après l’attaque, un mouvement a revendiqué cette attaque, il s’agit du front patriotique du salut, Fps, une branche armée du Malibu, mouvements alliés pour la libération du Burundi. La rédaction a contacté de nouveau le porte-parole de l’armée pour de amples détails. Il a indiqué avoir vu la revendication mais qu’il ne connaissait pas personnellement ce mouvement. De toutes les manières, a-t-il poursuivi, s’il y avait un mouvement sérieux qui tenterait d’attaquer l’armée régulière avec seulement un groupe de personnes munis de fusils, ce serait une pure aventure. Pour le colonel Gaspard Baratuza, actuellement, il y a beaucoup de gens qui savent écrire et qui donnent du n’importe quoi pour se donner de l’importance.

Sur un autre plan, il y a une analyse de la journaliste belge, Colette Braeckman, très rodée dans l’actualité de la région des grands lacs africains, parlant de la récente réunion de l’opposition et de la société civile en Belgique, estime que les regards se tournent à nouveau vers l’opposition armée et un particulier vers un mouvement initié par l’ancien mentor du président Nkurunziza, l’un des fondateurs du Cndd, Husseil Radjabu. Selon toujours l’analyse de cette journaliste du 23 janvier 2017, ce dernier serait rapproché d’un officier très populaire dans les rangs de l’ancienne rébellion, du nom de Jérémie Ntizanyibagira.

Sur cette analyse de cette spécialiste de la sous-région, le porte-parole de l’armée, Gaspard Baratuza, a indiqué qu’il ne l’avait pas encore lue au moment où la rédaction de l’agence l’é contacté.

Nous apprenons cependant qu’une fouille-perquisition a été opérée par une imposante équipe de policiers, renforcés par ceux du commissariat de Gitega , dans le site de déplacés de la commune Mutaho en province de Gitega au centre du pays dans le cadre de l’attaque de Mukoni, aucune arme n’a été saisie.

Les déplacés de ce site déplorent que la police applique la politique de deux poids deux mesures car la fouille-perquisition a ciblé le site à majorité tutsi alors que la campagne de Mutaho se la coulait douce. Un policier basé dans la province de Ngozi a lui aussi été arrêté pour des raisons d’enquêtes sur cette même attaque

Sur le même chapitre, après des coups de feux d’hier au quartier Gitaramuka, zone de Musaga, commune de Muha, un arsenal de policiers a procédé a une interpellation massive de tous les passants. Plus de 100 personnes ont été rassemblées au chef-lieu de la zone Musaga et moment où nous mettons sous presse, les traqués viennent d’être relâchés

Burundi –Sécurité

Serait –il le bourrage de crane ?

Karuzi, le 25 janvier 2017 (Net Press) . Les jeunes femmes journalistes de la radio "Voix d’Amérique", Raissa Liliane Inamahoro et Elsa Kwizera, qui enquêtaient sur la famine et les pluies torrentielles et leurs impacts qui se sont abattus sur presque tous les coins de la province de Karuzi, ont été déclarées persona non grata sur le sol de cette province par la gouverneure, Carinie Mbarushimana.

Humiliées par le chargé des opérations au commissariat de la province de Karuzi, les deux journalistes ont été contraintes de quitter Karuzi pour Bujumbura. Raissa Liliane Inamahoro ne comprend pas ce comportement de cette autorité au moment où son organe de presse est accrédité au conseil national de la communication qui l’autorise à faire des couvertures médiatiques sur tous les domaines de la vie nationale et sur toute l’étendue de la République du Burundi. Serait –il le moyen de faire un bourrage de crane pour cacher le malaise de la population de Karuzi, victime de la faim et aux impacts du changement climatique ? S’interroge Inamahoro.

Pourtant la faim inquiète le gouvernement

A travers le ministre de la solidarité nationale, Martin Nivyabandi et celui des relations extérieures, Alain Aimé Nyamitwe, il a été annoncé publiquement que le Burundi est secoué par la crise humanitaire sans précèdent. Martin Nivyabandi a annoncé dernièrement que le gouvernement burundais, dans son budget de 2017, prévoit l’assistance humanitaire pour répondre à la crise qui peut s’abattre sur le Burundi et envisage d’être au chevet des victimes de la faim. Une large opinion se demande pourquoi cette dame de fer peut cacher une crise qui fait couler beaucoup d’encre et de salive et qui était déclarée publiquement par Bujumbura.

Burundi - Politique

La fin du mandat qui déchante

Bruxelles, le 25 janvier 2017 (Net Press) . Le mandat du comité exécutif la plateforme de l’opposition burundaise, Cnared, prend fin ce mercredi le 25 janvier 2017. Anicet Niyonkuru, le secrétaire exécutif parle d’un bilan légèrement positif face à sa mission de contraindre Bujumbura à négocier pour trouver une issue pacifique de la crise burundaise qui secoue le pays depuis le printemps d’avril 2015, une mission qui a accouché une souris car Bujumbura n’a pas l’ambition de négocier avec le Cnared qu’il qualifie de terroriste et putschiste et qu’il était difficile de concilier 20 partis politiques au sein du Cnared pour converger sur le même idée de la tenue des assises dans l’unité

Anicet Niyonkuru indique que malgré ces défis, la plateforme de l’opposition burundaise a continué d’informer la communauté burundaise et internationale sur la violation des droits de l’homme au Burundi et invite le nouveau comité de plaider pour le retour des refugiés politiques au Burundi et la poursuite des pourparlers inclusifs.

Burundi - Usa - Societé

Quand Donald Trump inaugure sa politique anti-immigration

Washington, le 25 janvier 2017 (Net Press) . C’est devant les employés du ministère de la sécurité intérieure que Donald Trump précisera, mercredi 25 janvier, les premières mesures de sa politique anti-immigration. Le nouveau président américain devrait alors signer plusieurs décrets limitant l’octroi des visas, l’accueil de réfugiés et l’immigration, selon le Washington Post et Cnn.

"Grand jour prévu demain sur la sécurité nationale, parmi beaucoup d’autres choses, nous allons construire le mur !", a tweeté Donald Trump, mardi soir.

Il s’est engagé pendant la campagne électorale à expulser les clandestins délinquants des États-Unis et à ériger un mur à la frontière, poreuse, avec le Mexique. Il veut aussi interdire l’entrée des musulmans sur son sol.

Nouvelles restrictions contre les ressortissants du Moyen-Orient

Reste à savoir comment le ministère de la sécurité intérieure, qui sera dirigé par l’ancien général John Kelly, pourra appliquer ces mesures. Jeudi, Donald Trump devrait signer des décrets sur l’immigration et les villes "sanctuaires", qui se sont engagées à refuser d’emprisonner les clandestins lorsque leur détention aura pour but de les expulser.

Ces décrets devraient limiter l’immigration et l’accès aux États-Unis pour les réfugiés et les détenteurs de visas en provenance d’Irak, d’Iran, de Libye, de Somalie, du Soudan, de Syrie et du Yémen, selon le Washington Post, qui souligne que les ressortissants de ces pays sont déjà confrontés à une série d’obstacles pour obtenir un visa américain.

Donald Trump a également promis de supprimer le programme "Daca", mis en place par son prédécesseur Barack Obama en 2012 et qui a permis à plus de 750 000 clandestins arrivés mineurs sur le territoire d’obtenir des permis de séjour et de travail.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur