Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 13 septembre 2017
|Un proche de Hussein Radjabu interpellé

Burundi - Sécurité12 septembre 2017
|Attaque armée dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité11 septembre 2017
|Des personnes arrêtées par des Imbonerakure au Sud du pays

Burundi - Manifestation9 septembre 2017
|Le pouvoir encore une fois dans la rue pour manifester contre un rapport de l’Onu

Burundi - Sécurité8 septembre 2017
|Brûlé par son épouse, il est sauvé par des voisins

Burundi - Sécurité7 septembre 2017
|Un cadavre retrouvé dans une rivière à Kayanza

Burundi - Dialogue6 septembre 2017
|Après Paris, Edouard Nduwimana se retrouve à Dar Es Salam

Burundi - Sécurité - Opinion5 septembre 2017
|Quand l’insécurité monte d’un cran dans tous les coins

Burundi - Sécurité4 septembre 2017
|Ruyigi, province très avancée en matière de criminalité

Burundi - Sécurité2 septembre 2017
|La protection civile de la police applaudie des deux mains à Kinindo

Burundi - Sécurité1er septembre 2017
|Un policier tue deux personnes à Kirundo

Burundi - Sécurité 31 août 2017
|Vers une demande de permission pour écrire un texto sur le Smartphone

Burundi - Sécurité30 août 2017
|Tuerie au Sud-Ouest, mais également au Nord-Ouest

Burundi - Sécurité 29 août 2017
| Un Imbonerakure blesse à la machette 5 policiers, et 3 personnes civiles

Burundi - Sécurité28 août 2017
|Un homme de 99 ans tué à Ngozi

Burundi - Sécurité 26 août 2017
|La réserve naturelle de la Rukoko sous le coup d’une arrestation

Burundi - Sécurité25 août 2017
|La lecture de la situation sécuritaire au Burundi toujours controversée

Burundi - Sécurité24 août 2017
|Une femme kidnappée sans aucun secours dans la zone de Bwiza

Burundi - Sécurité23 août 2017
|Une personne meurt dans un accident de voiture

Burundi - Sécurité22 août 2017
|Un homme tue sa conjointe pour des raisons de concubinage

Burundi - Sécurité21 août 2017
|L’insécurité monte d’un cran dans plusieurs coins du pays

Burundi - Sécurité 19 août 2017
|Quand la Regideso est pointée du doigt comme origine de l’insécurité

Bujumbura – Sécurité 18 août 2017
|De l’hécatombe sur Bujumbura

Burundi - Sécurité 17 août 2017
|Une personne tuée a Karusi .

Burundi - Sécurité16 août 2017
|La voiture du gouverneur de Bubanza dans une embuscade

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Plus de rumeurs que de réalités dans ce pays

3 février 2017

Bujumbura, le 3 février 2017 (Net Press) . Depuis l’attaque du camp de Mukoni de janvier dernier, les informations données à gauche et à droite en matière de sécurité ne sont plus dignes de foi au regard des contradictions qu’elles contiennent. Le porte-parole de l’armée se trouve maintenant sur la défensive pour apporter cheque fois des corrections et des fois, lui-même donne des informations contradictoires.

Ainsi, dans le cadre de ces informations qui ne sont pas dignes de foi et qui circulent sur les réseaux sociaux, l’on nous fait croire que des militaires de la brigade de Mujejuru ont pris le large et se sont dirigés vers une brousse tout près de ce camp.

Le porte-parole de l’armée indique que des militaires de l’Etat-major de l’armée ont été effectivement aperçus dans une brousse tout près de Mujejuru mais qu’ils étaient plutôt en formation, sans plus de détails.

Burundi - Sécurité Routière

La route Gitega - Karuzi barrée très tôt ce matin

Karuzi, le 3 février 2017 (Net Press) . Deux camions remorques sont entrés en collision hier soir au pont de la Ruvubu, entre les province de Gitega et de Karusi. Les deux camions se sont renversés et l’un d’entre eux a pris feu. Une personne qui était à bord a été sauvée par la police et se trouve actuellement à l’hôpital.

L’un d’entre eux contenait de l’engrais chimique et la population environnante l’a subtilisé. Ce matin, la police a opéré une fouille-perquisition dans ces ménages dans l’intention de récupérer l’engrais volé. Egalement, elle a cherché une dépanneuse pour qu’elle puisse dégager la route qui était impraticable à cause de cet accident.

Burundi - Administration

Les retraités de l’Inss en colère très indignés

Bujumbura, le 3 février 2017 (Net Press) . Les retraités de l’Inss sont très indignés du comportement actuel des autorités de cet institut de sécurité sociale. En effet, depuis bien longtemps, ces retraités avaient leurs pécules le dernier jour du mois en cours et au plus tard le 1er du mois suivant.

Comme l’argent qu’ils recevaient ne leur permet pas de joindre les deux bouts du mois, les retraités avaient l’habitude de faire recours aux découverts dans leurs banques respectives tout en sachant que leur argent venu de l’Inss allait vite boucher le trou. Et passé le 1er de chaque mois, les banques commencent à calculer des intérêts de retard, ce qui pénalise bien entendu le demandeur de service.

Des retraités rencontrés ce matin, visages renfrognés, ont révélé à notre reporter qu’ils viennent de la banque et que jusqu’à présent, il n’y a rien qui soit venu de l’Inss. Et ils se sont rendus à l’institut pour demander ce qui se passe comme problème, ils ont été déçus d’apprendre que l’Inss n’a pas de temps à les écouter, sans explication aucune donc. Ils ne savent pas à quel saint se vouer.

Burundi - Rd Congo - Réfugiés - Opinion

Ce qui s’est passé entre le Burundi et le Congo est plus qu’injuste, selon une certaine opinion

Bujumbura, le 3 février 2017 (Net Press) . Il s’agit d’une opinion qui regrette la remise de plus de 120 réfugiés aux autorités burundaises par celles de la République démocratique du Congo. En effet, pour elle, les arrangements politiques ne peuvent pas violer le statut de la convention internationale sur les réfugiés signée à Genève.

Celle-ci prévoit notamment le principe de non refoulement et le retour volontaire des réfugiés. Les deux côtés les appellent des criminels, cela relève de la compétence de l’Onu mais ce qui est étonnant est le silence de cette même institution face à ce drame, un silence coupable, une situation qui en rappelle une autre, l’assassinat de Mulele ou de Ntare V.

Signalons que ces personnes, une fois dans les mains des autorités burundaises, malgré les assurances des mêmes autorités, à commencer par la ministre de la justice et garde des sceaux, Aimée Laurentine Kanyana, que leur sécurité sera garantie, ont été transférés à la prison centrale de Bujumbura connue sous le nom de Mpimba.

Burundi - Kenya - Diplomatie

Le Kenya accuse le Burundi de trahison, ce dernier s’en défend

Bujumbura, le 3 février 2017 (Net Press) . L’on savait que le Kenya est l’un des soutiens inconditionnels du président Nkurunziza et de son troisième mandat controversé, mais l’on doit également savoir qu’en politique, il n’y a pas d’amitié, il n’y a que des intérêts qui comptent. C’est ce que vient de démontrer le pays des Kenyatta.

En effet, ce pays a envoyé un émissaire sur Bujumbura pour demander un soutien de notre pays à la candidature kenyane au poste de président de la commission de l’Union africaine, en remplacement de Nkosazana Dlamini Zuma dont le mandat venait d’expirer. Il s’agissait de la ministre kenyane des affaires étrangères, Amina Mohamed Jibril, âgée de 55 ans.

La même démarche a été faite d’ailleurs par le Sénégal pour le soutien d’Abdoulaye Bathily, 69 ans et au bout des élections, ni l’un ni l’autre n’a pu occuper ce poste, ayant été gagné par le Tchadien Moussa Faki Mahamat, 56 ans. C’est à ce moment que la presse kenyane a fait état de la trahison du Burundi à l’endroit du Kenya.

Ce 2 février 2017, le ministère burundais des relations extérieures et de la coopération internationale a réagi, à travers un communiqué, indiquant qu’il a été surpris et choqué des allégations de la presse kenyane qui l’accusent de ne pas avoir voté la candidate kenyane lors du dernier sommet d’Addis Abeba. Pour ce ministère, ces accusations des autorités kenyanes sont à la fois émotionnelles et irrationnelles car, le vote étant secret, il en va de la spéculation de déterminer qui a voté pour ou contre.

Le Burundi reconnaît cependant avoir félicité le candidat du Tchad après son élection comme il l’aurait fait avec autant d’enthousiasme, si pas plus, si la candidate du Kenya avait gagné la palme. Le Burundi croit qu’il est la cible facile car il est pris entre deux communautés économiques régionales, la Ceeac et l’Eac. Enfin, le Burundi réitère son engagement à maintenir des relations de fraternité avec la République du Kenya et tous les Etats membres de l’East african community.

Burundi - Culture

L’ancien ministre des relations extérieures sort son livre sur la démocratie

Bujumbura, le 3 février 2017 (Net Press) . Il s’appelle Laurent Kavakure, il a évolué normalement dans le système monopartite car il a d’abord été enseignant après ses études universitaires dans la faculté des lettres et sciences humaines, département d’histoire. Juste après quelques années d’enseignement, il est devenu directeur d’une école secondaire avant de fuir le pays, d’abord en Tanzanie puis à Genève en Suisse. Il vient de sortir un livre intitulé "Burundi, la démocratie à l’épreuve, août 2010 - août 2015" et il est présenté comme un témoin privilégié de ce qu’il a écrit.

Burundi - Gambie

Quand un chien donne la mort dans le milieu présidentiel

Banjul, le 3 février 2017 (Net Press) . Le fils du tout nouveau président de la Gambie, Adama Barrow, Habib Barrow, a trouvé la mort il y a quelques jours après avoir été mordu par un chien au mois de janvier dernier. Ce garçon de 8 ans est décédé à l’hôpital et le chien qui l’a mordu n’était pas vacciné.

Lors de cet accident, il a été blessé au niveau de la tête alors qu’il était allé rendre visite à sa tante paternelle non loin de la capitale Banjul. Cet accident a eu lieu avant l’investiture de son père qui avait fui au Sénégal et des informations concordantes indiquent qu’il n’a pas eu le temps de participer aux obsèques de son fils. Le chien en question a été tué le mardi 31 janvier 2017.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur