Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 5 mai 2017
|Un homme tué a Kamenge

Burundi - Sécurité 4 mai 2017
|Un autre homme tué dans Cibitoke

Burundi - Sécurité3 mai 2017
|Un retraité tué dans Bujumbura rural

Burundi – Sécurité 2 mai 2017
|Un Makamba qui n’arrête pas de compter ses blessés

Burundi - Sécurité1er mai 2017
|Un commerçant assassiné à Cibitoke

Burundi - Sécurité 29 avril 2017
|Kamenge, victime d’une attaque à la grenade

Burundi - Sécurité 28 avril 2017
|Un homme tué dans la province de Rumonge

Burundi - Onu - Sécurité27 avril 2017
|Jamal Benomar sur le point d’être remplacé au Burundi

Burundi - Sécurité26 avril 2017
|L’insécurité fait parler d’elle dans la zone de Kamenge

Burundi - Sécurité25 avril 2017
|Découverte d’un cadavre dans la rivière Muha

Burundi –Sécurité 24 avril 2017
| Encore une fois Gitega sous le coup des attaques

Burundi - Sécurité 22 avril 2017
|Quand la société civile plaide pour le non-octroi de l’immunité aux putschistes

Burundi - Sécurité21 avril 2017
|L’insécurité augmente d’un cran ici et là dans le pays

Burundi - Sécurité20 avril 2017
|Une jeune fille tuée par son père

Burundi - Sécurité - Société19 avril 2017
|Une affaire sociale qui risque de causer de l’insécurité à Bubanza

Burundi - Sécurité 18 avril 2017
|Deux Burundais kidnappés sur le sol congolais

Burundi – Sécurité 17 avril 2017
|Une fouille-perquisition mêlée des arrestations

Burundi - Sécurité 15 avril 2017
|Une femme tuée par un policier

Burundi - Politique 14 avril 2017
|"Quand le gouvernement applique deux poids et deux mesures", dixit François Nyamoya

Burundi - Sécurité13 avril 2017
|Un homme tué dans le quartier Kibenga de la zone Kinindo

Burundi - Sécurité12 avril 2017
|Assassinat d’une personne dans la zone de Kinindo

Burundi - Sécurité11 avril 2017
|Un prêtre enlevé lors d’une attaque armée

Burundi - Sécurité 10 avril 2017
|Une attaque d’un bus, une personne tuée

Burundi - Sécurité 8 avril 2017
|Une femme se fait tuer à Mwaro

Burundi - Sécurité 7 avril 2017
| Les proches de Rwasa toujours inquiétés

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Les proches de Rwasa toujours inquiétés

7 avril 2017

Ruyigi, le 7 avril 2017 (Net Press). Le représentant du Fnl non reconnu par le gouvernement, Anaclet Magemanya, de la commune Bweru dans la province de Ruyigi (sud du pays ) a été arrêté sur la colline Mubavu et détenu au cachot de Rusengo. Selon nos sources, les autorités administratives et policières lui reprochent de tenir des réunions illégales.

De son coté le représentant de cette formation politique dans la province de Ruyigi, Pascal Bizumuremyi, estime que des mobiles politiques seraient derrière cette arrestation et invite ces autorités de le relâcher sans autres formes de procès. Le chef local de la police indique avoir procédé à l’interpellation sur demande du procureur de la province.

Burundi - Rwanda - Politique

Quand le Frodebu réclame une enquête sur l’assassinat du Président Ntaryamira

Bujumbura, le 7 avril 2017 (Net Press) . Le secrétaire général du parti Frodebu, Pierre Claver Nahimana, au cours de la commémoration du 23ème anniversaire de l’assassinant du président Ntaryamira survenu dans le ciel de Kigali, a demandé avec insistance au gouvernement burundais de procéder à des enquêtes sérieuses pour connaitre les circonstances de son assassinat.

Une large opinion considère que feu Ntaryamira a été trahi par les siens, en l’occurrence son successeur, le président Sylvestre Ntibantunganya, qui avait des prérogatives d’enquêter sur l’assassinat de son compagnon de lutte, toujours en larme de crocodile sur la tombe de son ami, il s’est contenté d’initier des cérémonies grandioses en mémoire de son prédécesseur.

De plus, sous le président Buyoya, sous Domitien Ndayizeye et le pouvoir en place, personne n’a vu l’intérêt d’enquêter sur ce cas car depuis les années 1998, les négociations avec les belligérances, les accords d’Arusha signés en 2000 la mise en place d’une armée une police multicolore intéressaient les pouvoirs qui se sont succédé et les différentes formations politiques proches du parti Cndd-Fdd en 2005. Cette affaire a basculé dans les oubliettes, le pouvoir étant intéressé à des meetings de tout le temps et la mauvaise relation diplomatique avec le voisin du nord reste un alibi pour n’est pas amorcer l’enquête.

Burundi - Education

Avis d’un lecteur sur le projet de fermeture des écoles médiocres

Bujumbura, le 7 avril 2017 (Net Press) . Le fait de réagir en soi est un acte louable et responsable mais, faut-il le constater au moment des résultats ou au cours de tout le processus de formation des intéressés ? Un rôle qui, normalement, incombe aux inspecteurs lesquels devraient en répondre et de ce fait, en être blâmés ou même punis pour ne pas l’avoir remarqué à temps et prodiguer des conseils requis.

Par ailleurs, a-t-il poursuivi, la fermeture des écoles ne peut en aucune façon être une solution, mais connaître les raisons de ce très bas niveau serait plus avantageux, l’incompétence des professeurs notamment qui peut être corrigée s’il est exigé avec la rigueur voulue. De plus, où vont aller les enfants dont les écoles seront fermées puisque l’on semble oublier que cela aussi risque de poser un autre problème ?

Burundi - Droits de l’Homme

La ligue Iteka publie son rapport trimestriel 2017

Bujumbura, le 7 avril 2017 (Net Press) . Ce rapport couvre la période de janvier à mars 2017 et il se présente comme un condensé des informations parues dans les rapports mensuels de janvier, de février et de mars 2017. Pour cette ligue, ce rythme lui permet de dégager les grandes tendances qui se dessinent par rapport aux violations des droits de l’homme, de mettre en exergue les violations majeures, d’alerter à temps sur les graves violations des droits humains et sur la dégradation et l’état sécuritaire dans le pays.

Cette ligue a l’habitude d’émettre des recommandations aux différents acteurs susceptibles de changer la situation problématique des droits humains. Quant à la situation des droits de l’homme, les tendances sont de 74 personnes tuées, 87 torturées, 41 portées disparues, 34 blessées et 697 personnes victimes d’arrestations et de détentions arbitraires.

Burundi - Etats-Unis - Syrie - Sécurité

Quand les Etats-Unis ripostent sans autre forme de procès

Washington, le 7 avril 2017 (Net Press) . Le nouveau président américain, Donal Trump, a déclenché ce jeudi 6 avril 2017 des frappes contre la Syrie en riposte à une attaque chimique présumée imputée au dictateur Bachar al-Assad, le président américain exhortant les "nations civilisées" à faire cesser le carnage dans ce pays en guerre. Le raid en question avait été lancé mardi dans le nord - ouest de la Syrie a fait au moins 86 morts, dont 27 enfants. Cette frappe a poussé le président russe Vladimir Poutine à rougir et évoquer une "agression" contre un Etat souverain.

Dans une adresse solennelle à la télévision depuis sa résidence en Floride, Donald Trump a affirmé que ces opérations étaient "dans l’intérêt vital de la sécurité nationale" des Etats-Unis.

Le visage grave, le président républicain a affirmé que l’Amérique était "synonyme de justice", appelant les "nations civilisées" à mettre fin au bain de sang en Syrie, ravagée par une guerre qui a fait 320.000 morts depuis mars 2011, jeté des millions de réfugiés sur les routes et provoqué la pire crise humanitaire depuis la Seconde guerre mondiale. Donald Trump a accusé "le dictateur syrien Bachar al-Assad (d’avoir) lancé une horrible attaque avec des armes chimiques contre des civils innocents en utilisant un agent neurotoxique mortel".

Une "agression" se défend la Syrie

De son côté, la télévision syrienne a qualifié les frappes d’"agression", une source militaire syrienne évoquant des "pertes". "Il y a des martyrs, mais nous n’avons pas encore de bilan ni pour les martyrs ni pour les blessés", a affirmé Talal Barazi au téléphone. "Il y a des blessés qui sont atteints de brûlures (...) Il y a des incendies que nous tentons de maîtriser. Ça va prendre un peu de temps pour évaluer les dégâts", a-t-il ajouté. "Bien sûr, nous condamnons" ces frappes, et "toute action visant les bases militaires syrienne est condamnable", a encore poursuivi Talal Barazi.

La coalition de l’opposition politique syrienne, au contraire, s’en est félicitée.
Le chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson, lui aussi en Floride, a justifié l’intervention militaire lorsque des pays "franchissent la ligne", accusant la Russie, alliée de la Syrie, d’avoir manqué à ses responsabilités. D’après le Pentagone, Washington avait prévenu Moscou à l’avance. Le président Trump menaçait depuis mercredi de passer à l’action pour cette attaque "odieuse", un "affront à l’humanité". En arrivant jeudi en Floride pour recevoir son homologue chinois Xi Jinping, qu’il a personnellement informé, Donald Trump avait encore dénoncé une "honte pour l’humanité" et réclamé que "quelque chose se passe".
Mais, juste avant les frappes, la Russie avait mis en garde les Etats-Unis.

Gare aux "conséquences négatives" prévient la Russie

A l’issue d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU qui débattait depuis deux jours d’une résolution de condamnation de l’attaque, l’ambassadeur russe Vladimir Safronkov avait averti des "conséquences négatives" en cas d’intervention militaire. Ce vendredi matin, le Kremlin a dit son mécontentement. "Cette action de Washington cause un préjudice considérable aux relations russo-américaines, qui sont déjà dans un état lamentable", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par les agences de presse russes.

"Le président Poutine considère les frappes américaines contre la Syrie comme une agression contre un Etat souverain en violation des normes du droit international, (se fondant) sur des prétextes inventés", a encore affirmé le porte-parole du Kremlin.

"Le président Poutine considère les frappes américaines contre la Syrie comme une agression contre un Etat souverain en violation des normes du droit international, (se fondant) sur des prétextes inventés", a encore affirmé le porte-parole du Kremlin.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur

A L’OCCASION DE L’OUVERTURE DE L’ANNÉE ACADÉMIQUE 1964-1965.13 janvier 2014
|DISCOURS PRONONCE LE 1er OCTOBRE 1964 PAR LE PROFESSEUR W. DEROUAU RECTEUR DE L’UNIVERSITÉ OFFICIELLE DE BUJUMBURA

Rwanda - Génocide6 décembre 2013
|LA TOUSSAINT ROUGE RWANDAISE DU 1er novembre 1959. (Révolution, fratricides, déicides ou génocides assistés 54 ans après ?) ssimbananiye@gmail.com Genèse et chronologie.