Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité10 octobre 2017
|Il tue six voisins avant de se donner la mort

Burundi - Sécurité9 octobre 2017
|Un dimanche pas tout-à-fait tendre

Burundi - Sécurité7 octobre 2017
|La province de Rumonge de plus en plus citée dans divers crimes

Burundi - Sécurité6 octobre 2017
|Fouille-perquisition dans la prison de Rumonge, divers articles saisis

Burundi - Sécurité5 octobre 2017
|Un fusil trouvé dans une brousse dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité4 octobre 2017
| Un véhicule des militaires burundais en Somalie endommagé

Burundi - Sécurité3 octobre 2017
|Un vieil homme tué au couteau dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité 2 octobre 2017
|Quand l’insécurité refait surface dans la zone Cibitoke

Burundi - Manifestation30 septembre 2017
|Bujumbura dans la rue pour dénoncer et remercier en même temps

Burundi - Energie29 septembre 2017
|Le manque de courant électrique déstabilise la capitale

Burundi - Sécurité 28 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Gitega

Burundi - Sécurité27 septembre 2017
|Insécurité dans le pays, insécurité dans les pays voisins

Burundi - Sécurité 26 septembre 2017
|Une personne tuée à Matana

Burundi - Sécurité 25 septembre 2017
|Le pays toujours en face de l’insécurité grandissante

Burundi - Sécurité 23 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran au Nord-Ouest du pays

Burundi - Sécurité 22 septembre 2017
|Des corps sans vie trouvés dans la capitale et au sud du pays

Burundi - Sécurité - Intempérie21 septembre 2017
|Va-t-on vers les catastrophes naturelles des pays occidentaux ?

Burundi - Sécurité20 septembre 2017
|Dix-sept adolescents arrêtés dans la province de Rutana

Burundi - Sécurité19 septembre 2017
|Des tirs à l’arme automatique entendus par les habitants de Kibenga

Burundi - Sécurité18 septembre 2017
|Un père tue ses propres enfants dans Bujumbura rural

Burundi - Kenya - Sécurité16 septembre 2017
|Les 4 Burundais attrapés à Isiolo emprisonnés à Nairobi

Burundi - Sécurité 15 septembre 2017
|Pour avoir sauvé une vie en danger, ils sont sous les verrous

Burundi - Sécurité14 septembre 2017
|La police change de langage à propos de l’enlèvement d’un opposant

Burundi - Sécurité 13 septembre 2017
|Un proche de Hussein Radjabu interpellé

Burundi - Sécurité12 septembre 2017
|Attaque armée dans Bujumbura rural

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Assassinat d’une personne dans la zone de Kinindo

12 avril 2017

Bujumbura, le 12 avril 2017 (Net Press). Il s’appelait Stany Niyonizigiye, il a été assassiné hier dans des circonstances que l’on ne connaît pas encore par des hommes non identifiés jusqu’à présent. Selon certaines informations, son corps a été retrouvé tout près du terrain de basketball de Kinindo.

Mais d’autres informations précisent que le corps de feu Stany Niyonizigiye a été placé sous son véhicule à son domicile situé à Kinanira III. Vers minuit, son véhicule de service a été conduit jusque devant son portail, a klaxonné, a éteint le moteur tout en laissant les feux ouverts. C’est ainsi qu’après l’intervention du veilleur qui venait ouvrir le portail, il a aperçu le corps de Stany Niyonizigiye allongé sous le véhicule. La victime présentait des blessures au niveau de la tête.

Cet homme très croyant vient de trouver la mort à la veille de la fête de Pâques, en pleine semaine sainte. Il laisse une veuve et trois enfants encore en bas âge. Signalons enfin que Stany Niyonizigiye était comptable au sein d’une association sans but lucratif dénommée "Giriyuja".

A Ngozi, une employée de la Coopec, agence de Ngozi, Evelyne Nizigiyimana, a été tuée par un client de cette microfinance vers 20hoo de ce mardi 11 avril 2017 dans le quartier Kanyami. Des sources sur place indiquent que la victime avait refusé d’accorder une ligne de crédit à Zenon Ndayavugwa, qui est devenu son agresseur de ce soir.

Le criminel que d’autres commerçants accusés d’avoir commis ce meurtre ont été interpellés et transférer manu militari à la prison centrale de Ngozi. Par ailleurs, la police de Cankuzo a procédé à une fouille-perquisition ce mercredi le 12 avril 2017 sur la colline Muterero, commune et province de Cankuzo. Selon nos sources, aucune arme n’a été saisie, seules les boissons prohibées et ceux qui n’ont pas de cartes nationales d’identité ont été sommés de payer 7000 Fbu d’amende.

Burundi-Sécurité

"La sécurité est bonne dans tout le pays", dixit Alain Guillaume Bunyoni

Bujumbura, le 12 avril 2017 (Net Press) . Le ministre de la sécurité publique, Alain Guillaume Bunyoni, dans une conférence de presse tenue ce mercredi le 12 avril 2017, a indiqué que la sécurité est bonne sur toute l’étendue du pays durant ces trois derniers moins. Alain Guillaume Bunyoni affirme que durant cette période, plus de 67 groupes armés ont été démantelés, que nos hommes en uniforme ont saisie 40 fusils de type kalashnokov, 786 cartouches, 6714 malfaiteurs ont été appréhendés. Parallèlement, la présidence de la République a organisé ce mercredi le 12 avril 2017 un point de presse où le porte –parole du président Nkurunziza, Jean Claude Karerwa, a emboité le pas au Ministre Bunyoni que la paix et la tranquillité règnent sur le Burundi, sauf les quelques rares sujets qui contribuent à ternir l’image du pays.

Burundi - Humanitaire

Le Burundi sur la liste des pays à assister par l’Union européenne

Bruxelles, le 12 avril 2017 (Net Press) . L’Union européenne vient de débloquer un montant de 47 millions d’euros destinés à l’appui aux projets de développement des populations des pays comme le Burundi, la République démocratique du Congo, le Rwanda et la Tanzanie. Cette aide sera destinée surtout aux populations qui ont fui leurs pays respectifs, celles qui sont frappées par la famine et celles menacées par les conséquences négatives des changements climatiques.

Selon des informations proches de l’Union européenne, cette assistance se poursuivra à l’endroit des populations qui affrontent diverses difficultés quel que soit leur emplacement, laissant entendre que même le Burundi, malgré la mise en application de l’article 96 de l’accord de Cotonou, fait partie des pays à assister.

Burundi - Administration

Une vingtaine de maisons situées près du nouveau palais présidentiel détruites

Bujumbura, le 12 avril 2017 (Net Press) . Vingt trois maisons bâties sur une superficie de 40 ha située tout près du nouveau palais présidentiel en construction ont été détruites sous la supervision de la police. Des Caterpillar de l’Etat ont détruit ces maisons ce mardi 11 avril 2017 sous l’œil impuissant des propriétaires de ces maisons.

La plupart des personnes qui avaient construit dans cette localité ont indiqué qu’ils n’ont pas été désintéressés par le gouvernement pour qu’ils cherchent des terrains à bâtir ailleurs. Certains autres indiquent que même si le gouvernement venait à dédommager les populations de la place, l’argent qu’ils recevraient ne pourraient pas couvrir les dépenses qu’ils avaient engagées lors de la construction de ces maisons.

Pour le moment, ils n’ont pas donc de solutions ni où emmener leurs biens. La gouverneure de Bujumbura rural, Nadine Gacuti, suggère que ceux qui n’ont pas où emporter leurs biens peuvent provisoirement les déposer au bureau de la commune qui pourrait les garder. Signalons qu’avant de détruire une maison, son propriétaire devait d’abord signer qu’il a récupéré tous ses biens qui étaient dedans, un geste que certains d’entre eux ont apposé, non sans rancœur.

Burundi - France - Elections

Même le président de la République s’inquiète...

Paris, le 12 avril 2017 (Net Press) . C’est le sentiment que François Hollande a exprimé dans les colonnes du journal "Le Monde" de ce mercredi, au regard de la hausse spectaculaire de Jean Luc Mélenchon, leader autoproclamé de la France insoumise, à 10 jours du premier tour. Le président français redoute même un face-à-face avec Marine le Pen en date du 7 mai 2017.

Selon toujours "Le Monde", le président a décidé de sortir de son silence car jusqu’à présent, il ne montrait pas son soutien ni à Benoit Hamon ni à Emmanuel Macron même si officieusement, il prodiguait des conseils à ce dernier en privé. Il trouve que la campagne à laissé peu de place au débat d’idées et de projets au profit de l’émotion.

Mais surtout, les doutes de François Hollande tiennent du fait qu’il y a une forte progression de Jean Luc Mélenchon dans les sondages, passé de 11% à 19%, talonnant voire dépassant François Fillon, en quelques semaines. Et le signe de cette inquiétude est que le président Hollande a lâché en privé que la campagne "sent mauvais". Pour "Le Monde", en mars dernier, toujours dans les colonnes du "Monde", le président partageait ses craintes sur la "menace" d’une victoire de la cheffe du Front national. Un mois plus tard, les favoris ont marqué le pas dans les sondages et les outsiders ont pris de l’assurance, rebattant ainsi les cartes.

Burundi - Pays-Bas – Justice

Pourquoi la Cpi n’arrive pas à (faire) arrêter Omar el-Béchir ?

La Haye, le 12 avril 2017 (Net Press) . Depuis 2010, le président soudanais organise des va-et-vient librement alors que les juges de la cour pénale internationale (Cpi) le lui ont interdit, du moins en théorie. Pour la première fois, la semaine dernière, la cour a jugé un État pour avoir reçu Omar el-Béchir.

Le Statut de Rome, texte fondateur de la Cpi, est clair : les États signataires ont pour obligation de coopérer avec la cour et de livrer toute personne qui fait l’objet d’un mandat d’arrêt international et ce, quelque soit son statut. Mais, visiblement, il ne s’applique pas au président Omar el-Béchir, qui pourtant, depuis 2009, est dans le viseur de la Cpi.

Dans quels pays Omar el-Béchir a-t-il voyagé ?

Malgré l’émission de deux mandats d’arrêts internationaux (pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre et pour génocide) en 2010, le chef de l’État voyage régulièrement, sans être nullement inquiété. Et ce, y compris dans certains États signataires du Statut de Rome : encore fin mars, Omar el-Béchir, invité par le roi Abdallah II de Jordanie, a participé au 28e sommet de la Ligue arabe qui s’est tenu à Amman.

En visite d’État ou à l’occasion de sommets internationaux, Omar el-Béchir s’est rendu dans plus d’une quinzaine de pays africains depuis sept ans, dont plusieurs sont membres de la Cpi (Tchad, Malawi, Kenya, Djibouti, RDC, Ouganda, Nigeria et Afrique du Sud).

Aucun d’entre eux n’a obéi aux demandes de la cour de procéder à l’arrestation du président soudanais lorsqu’il était sur leur sol et les plaintes de la cour à ce sujet devant l’assemblée des États signataires du Statut de Rome n’ont par ailleurs rien donné.

Ses déplacements en toute liberté témoignent-ils d’un dysfonctionnement de la Cpi ?

Pour Ophélie Marrel, responsable de la commission Justice de l’Ong Amnesty International France, les multiples voyages d’Omar el-Béchir sont le reflet du manque de coopération des États signataires et ne doivent pas être imputés à un dysfonctionnement ou un échec de la Cpi.

Telle qu’elle a été pensée au départ, « l’institution dépend entièrement de la coopération des États membres et ne dispose pas d’une police propre », explique cette responsable.

Pourquoi la CPI a-t-elle fait comparaître l’Afrique du Sud ?

Pour la première fois le 7 avril, le gouvernement d’un pays membre, en l’occurrence le gouvernement sud-africain, a dû s’expliquer devant les juges pour avoir refusé d’arrêter Omar el-Béchir en juin 2015. Le président soudanais s’était rendu à Johannesburg pour participer au sommet de l’Union africaine (UA), suscitant une vive polémique dans le pays.

Lors de cette audience inédite à La Haye, les autorités se sont défendues de n’avoir violé aucune règle, invoquant deux principaux arguments : premièrement, l’immunité de chef d’État dont bénéficie le président soudanais aux termes du droit international, deuxièmement, le fait qu’il appartient, lui, à un pays non signataire du Statut de Rome.

La question de l’immunité de chef d’État doit être clarifiée

Selon, Allan Ngari, chercheur à l’Institute for Security Studies (ISS), un think tank sud-africain, ces deux arguments ne tiennent pas. D’abord car, dans cette affaire, la Cpi a été saisie par le Conseil de sécurité des Nations unies qui, à travers une résolution (n°1593, adoptée le 31 mars 2005), a décidé de « déférer au procureur de la Cpi la situation au Darfour depuis le 1er juillet 2002 ». Cette décision autorise donc la Cpi à engager des poursuites dans un État qui n’est pas signataire du Statut de Rome.

En revanche, « la question de l’immunité doit être clarifiée », admet ce spécialiste, basé à Pretoria, en commentant le conflit des règles internationales, invoqué par les autorités sud-africaines.

À l’heure actuelle, Omar el-Béchir est le seul chef d’État en exercice à faire l’objet d’un mandat d’arrêt international. Si le président kényan Uhurru Kenyatta avait dû comparaître en octobre 2014 devant la Cpi pour crimes contre l’humanité, la cour avait décidé, faute de preuves suffisantes, d’abandonner les poursuites contre lui.

La décision de la Cpi sur l’Afrique du Sud aura-t-elle des conséquences ?

Sur la question de savoir si l’Afrique du Sud a failli ou non aux obligations légales que lui impose son statut de membre de la CPI, les juges n’ont pas encore rendu leur verdict. Cette décision pourrait faire jurisprudence, même si les sanctions prises à l’encontre du pays ont peu de chances d’être contraignantes.

Paradoxalement, si le gouvernement doit rendre des comptes aux juges de la Cpi, c’est aussi parce qu’en amont de la visite de Béchir et contrairement à d’autres, il avait saisi la cour comme l’y autorise l’article 97 du Statut de Rome, explique Allan Ngari.

À l’issue de cette consultation, les juges de la Cpi avaient estimé que les autorités sud-africaines devaient obligatoirement procéder à l’arrestation d’Omar el-Béchir, ce qu’elles n’ont pas fait. Un volte-face que reprochent aujourd’hui les juges de La Haye au gouvernement sud-africain.

Comment se positionne l’Union africaine sur le cas Omar el-Béchir ?

Notons que la procédure engagée contre l’Afrique du Sud par la Cpi est totalement indépendante de celle qui a été engagée au niveau national. Lors de sa visite en Afrique du Sud, la haute cour de Pretoria avait interdit au président soudanais de quitter le territoire, dans l’attente que la justice sud-africaine, saisie par une Ong, tranche sur l’examen de la demande d’arrestation émise par la Cpi.

En pratique, Omar el-Béchir avait a pu regagner Khartoum en avion, au départ de la base militaire de Waterkloof, avant même que le verdict ne tombe. Le président soudanais n’avait en réalité pas grand chose à craindre.

Les autorités sud-africaines, qui ne cachent pas leurs critiques envers la Cpi, n’ont fait qu’appliquer la règle dictée par l’UA, imposant aux pays hôtes de sommets de l’organisation régionale d’accorder la protection et l’immunité à leurs participants.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur