Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 10 mai 2017
|Un homme blessé lors d’une attaque armée à Buterere

Burundi - Sécurité 9 mai 2017
|Serait il une lecture différente sur la sécurité burundaise ?

Burundi - Sécurité 8 mai 2017
|Pour avoir autorisé la vente du café au Rwanda , il est emprisonné

Burundi - Sécurité 6 mai 2017
|Une fouille-Perquisition dans Birohe

Burundi - Sécurité 5 mai 2017
|Un homme tué a Kamenge

Burundi - Sécurité 4 mai 2017
|Un autre homme tué dans Cibitoke

Burundi - Sécurité3 mai 2017
|Un retraité tué dans Bujumbura rural

Burundi – Sécurité 2 mai 2017
|Un Makamba qui n’arrête pas de compter ses blessés

Burundi - Sécurité1er mai 2017
|Un commerçant assassiné à Cibitoke

Burundi - Sécurité 29 avril 2017
|Kamenge, victime d’une attaque à la grenade

Burundi - Sécurité 28 avril 2017
|Un homme tué dans la province de Rumonge

Burundi - Onu - Sécurité27 avril 2017
|Jamal Benomar sur le point d’être remplacé au Burundi

Burundi - Sécurité26 avril 2017
|L’insécurité fait parler d’elle dans la zone de Kamenge

Burundi - Sécurité25 avril 2017
|Découverte d’un cadavre dans la rivière Muha

Burundi –Sécurité 24 avril 2017
| Encore une fois Gitega sous le coup des attaques

Burundi - Sécurité 22 avril 2017
|Quand la société civile plaide pour le non-octroi de l’immunité aux putschistes

Burundi - Sécurité21 avril 2017
|L’insécurité augmente d’un cran ici et là dans le pays

Burundi - Sécurité20 avril 2017
|Une jeune fille tuée par son père

Burundi - Sécurité - Société19 avril 2017
|Une affaire sociale qui risque de causer de l’insécurité à Bubanza

Burundi - Sécurité 18 avril 2017
|Deux Burundais kidnappés sur le sol congolais

Burundi – Sécurité 17 avril 2017
|Une fouille-perquisition mêlée des arrestations

Burundi - Sécurité 15 avril 2017
|Une femme tuée par un policier

Burundi - Politique 14 avril 2017
|"Quand le gouvernement applique deux poids et deux mesures", dixit François Nyamoya

Burundi - Sécurité13 avril 2017
|Un homme tué dans le quartier Kibenga de la zone Kinindo

Burundi - Sécurité12 avril 2017
|Assassinat d’une personne dans la zone de Kinindo

Archives

 

 

 



Burundi – Sécurité

Une fouille-perquisition mêlée des arrestations

17 avril 2017

Muramvya, le 17 avril 2017 (Net Press) . La police lourdement armée a procédé hier à une fouille-perquisition sur la colline de Masango, commune et province de Muramvya. L’administrateur de la commune Muramvya, Dieudonné Nsabimana, indique qu’une grenade, une baïonnette et un béret militaire ainsi que des boissons prohibées ont été saisis. Deux personnes, dont une femme d’un militaire, ont été interpellées pour des raisons d’enquêtes.

Parallèlement, un sous-officier de la police, Cyriaque Ntakarutimana, à bord d’un bus de transport en commun, a été arrêté ce dimanche le 16 avril 2017 par la jeunesse du parti présidentiel (Imbonerakure ) dans la localité de Nyanza–lac puis conduit manu militari au poste de police de cette entité. D’après nos sources, ces Imbonerakure lui ont reproché de ne pas appartenir au parti présidentiel mais sous l’intervention musclée de la police de Makamba, le policier a été relâché ce matin.

Burundi - Nécrologie

Dernière adieu d’Antime Baransakaje

Bujumbura, le 17 avril 2017 (Net Press) . Des cérémonies grandioses qui ont été marquées par la présence du ministre de la jeunesse, des sports et de la culture ainsi que de nombreux tambourinaires ont eu lieu à l’hôpital roi Khaled pour saluer le départ pour l’Eternité du célèbre tambourinaire Antime Baransakaje qui s’est éteint en date du 9 avril 2017.

Ensuite, les tambourinaires (aux couleurs du drapeau burundais) ont effectué une parade autour du corbillard empruntant le boulevard du 28 novembre. La messe de requiem se déroulera à Giheta (province de Gitega, au centre du pays). Antime Baranshakaje sera enterré à Gishora (Gitega).

Dans la capitale, feu Stany Niyonizigiye, qui a été tué en date du 11 avril 2017 et dont le corps a été jeté tout près de son domicile en dessous de son véhicule de service, a été mis en terre ce matin au cimetière de Mpanda. Les cérémonies ont commencé très tôt le matin par la levée du corps à l’hôpital Kira Hospital, suivie d’une messe en sa mémoire célébrée à la paroisse Regina Pacis de Kinindo par le curé de cette paroisse, Agapit Nindorera.

Lors de son homélie, le curé a essayé de remonter le moral de la famille du disparu, - c’est un prélat qui sait très bien se tirer d’affaires en matière d’homélies - et a indiqué que les assassins de Stany Niyonizigiye courent toujours alors que lui est au repos éternel. Il a prié pour ces assassins pour qu’ils puissent changer de stratégies et aller au secours des hommes au lieu de les tuer.

Il a en outre fait un témoignage éloquent sur la croyance de Stany Niyonizigiye et de sa contribution au développement de la paroisse. A titre d’exemple, le couple Niyonizigiye avait discuté avec le curé d’une action qu’il pourrait faire pendant la semaine sainte. Il ne savait pas que le mari allait passer la fête de Pâques étant à la droite du Père. Rappelons enfin que feu Niyonizigiye a trouvé la mort dans la nuit du 11 avril alors que la semaine sainte avait débuté le 10 avril 2017.

Burundi –Economie

Un nouveau visage au sein de l’Obr

Bujumbura, le 17 avril 2017 (Net Press) . Léonard Sentore, l’ancien patron de l’office burundaise des recettes, vient d’être remplacé par Audace Niyonzima, cadre de la banque centrale du Burundi. Pour rappel, Audace Niyonzima vient d’être nommé le 4eme argentier du gouvernement après l’Anglais Kiaras Hormes, Domitien Ndihokubwayo, devenu ministre des finances et Leonard Sentore ; qui attend son tour.

Mais l’opinion trouve curieux le fait qu’il soit viré à moins d’une année de prestation directeur général de l’Obr. Pour cette opinion, soit il a démérité ou alors il était trop rigide dans la gestion de cette institution si bien qu’il n’avalait pas la couleuvre facilement. Pour d’autres, alors qu’il était deuxième vice-gouverneur de la Brb, il était membre du parti Frodebu, qu’il aurait viré vers le Cndd-Fdd tout en gardant le pied au parti de Melchior Ndadaye.

Burundi - Droits de l’Homme

La campagne Sos-Torture sort son rapport n° 70

Bujumbura, le 17 avril 2017 (Net Press) . Il couvre la période du 8 au 15 avril 2017 et concerne les violations des droits de l’homme qui se commettent en toute impunité. Le rapport évoque des arrestations arbitraires au nombre de cinq qui ont été répertoriées cette semaine sous étude.

Parmi ces arrestations, figurent celles de deux étudiants dont le procédé ressemble beaucoup plus à des enlèvements forcés, sans oublier un cas de torture d’un militaire à la retraite. Pour cette campagne, trois cas d’assassinats sont répertoriés pendant la semaine. Pour l’une des victimes, la campagne Sos-Torture estime que les juges ont condamné en moins de 24 heures le présumé assassin, bien que l’auteur présumé a avoué le forfait. Il aurait dû pousser plus loin des enquêtes pour déterminer les vrais mobiles derrière ce meurtre et analyser s’il y aurait des complices ou des commanditaires.

Burundi –Corée du Nord –Sécurité

La Corée du Nord menace les Etats-Unis de "guerre nucléaire"

Pyongyang, le 17 avril 2017 (Net Press) . Pyongyang a présenté samedi de nouveaux prototypes de missiles balistiques lors d’une parade militaire géante. Inquiète, la Chine appelle au dialogue. Après le secrétaire à la défense, James Mattis, en février, puis le secrétaire d’Etat, Rex Tillerson, en mars, le vice-président des Etats-Unis, Mike Pence, devait effectuer une visite sous haute tension en Corée du Sud, samedi 15 avril, première étape d’une tournée de dix jours en Asie. Le même jour, une grande parade militaire a célébré à Pyongyang le 105e anniversaire de la naissance du fondateur de la dynastie nord-coréenne, Kim Il-sung, l’occasion d’exposer de nouveaux prototypes de missiles balistiques.

Frapper la Corée du Nord au portefeuille

La perspective de cet anniversaire avait fait redouter un nouveau test nucléaire ou balistique, des programmes relancés spectaculairement depuis l’arrivée au pouvoir de Kim Jong-un, petit-fils du « président éternel », et entraîné le retour vers la péninsule coréenne du groupe aéronaval du porte-avions CARL-VINSON. Ce bâtiment avait participé à des manœuvres conjointes américaines et sud-coréennes le mois précédent. Et le ton était monté entre les Etats-Unis et la République populaire démocratique de Corée.

Sur la place principale de Pyongyang, samedi, Choe Ryong-hae, un proche conseiller de Kim Jong-un, s’est adressé à la foule et a réitéré son avertissement à Washington : « Si les Etats-Unis mènent une provocation imprudente contre nous, notre pouvoir révolutionnaire répliquera dans l’instant par une frappe destructrice et nous répondrons à la guerre totale par la guerre totale et à la guerre nucléaire par notre style de guerre nucléaire. »

La Chine en appelle à la Russie

Pratiquement, tous les jours de la semaine, le président Donald Trump s’était exprimé sur le dossier nord-coréen, le qualifiant jeudi de « problème » qui sera « traité ». Le même jour, il avait assuré dans un message publié sur son compte Twitter avoir « une grande confiance dans le fait que la Chine va très bien s’occuper de la Corée du Nord. S’ils ne le peuvent pas, les Etats-Unis avec leurs alliés s’en chargeront ! »

Le ministre des affaires étrangères chinois, Wang Yi, s’en était ému, assurant avoir « le sentiment qu’un conflit pourrait éclater à tout moment », ajoutant : « Je pense que toutes les parties concernées doivent être hautement vigilantes à l’égard de cette situation. » La Chine souhaite d’ailleurs coopérer avec la Russie pour « contribuer à apaiser au plus vite la situation », a déclaré vendredi soir M. Wang à son homologue russe, Sergueï Lavrov, lors d’un échange téléphonique.

Vendredi, un haut responsable de l’armée américaine, qui s’exprimait sous couvert de l’anonymat auprès de l’agence Associated Press, avait pourtant écarté l’hypothèse d’une riposte militaire à un nouveau test nucléaire ou balistique nord-coréen. Un peu plus tôt, des conseillers importants de l’administration américaine, s’exprimant également anonymement, avaient indiqué avoir mené à son terme un réexamen des options américaines pour parvenir à l’objectif d’une Corée du Nord dépourvue de toute arme nucléaire.

« Non, ce n’est pas si facile »

Commun à toutes les administrations précédentes, cet objectif s’accompagne aujourd’hui d’une « pression maximum ». En l’absence d’une nouvelle stratégie, Washington n’a cependant d’autre choix que de s’en remettre sans surprise à Pékin et espère beaucoup de l’influence qui lui est prêtée sur Pyongyang.

Mercredi, dans un entretien au Wall Street Journal, M. Trump avait raconté avec sa candeur coutumière son entretien avec son homologue chinois, Xi Jinping, reçu en Floride les 6 et 7 avril. Sommé d’être plus pressant à l’écart de son voisin asiatique, ce dernier lui aurait expliqué l’histoire de la Chine et de la péninsule coréenne. « On parle de milliers d’années… et de nombreuses guerres, a rapporté le président. Et après avoir écouté pendant dix minutes, j’ai réalisé que non, ce n’est pas si facile. »

Alors que le Washington Post a assuré jeudi, sur la base d’un rapport de l’Institute for Science and International Security, un think tank basé dans la capitale fédérale, qu’une entreprise chinoise a illégalement collaboré récemment au programme balistique nord-coréen, l’administration américaine semble vouloir intégrer le dossier coréen à un accord global entre Washington et Pékin. M. Trump a d’ailleurs remisé une partie de ses accusations contre la Chine.

L’arme nucléaire, clé de la survie

Le régime nord-coréen est pourtant déterminé. Arrivé au pouvoir en 2011 après la mort de son père, Kim Jong-un a adopté deux ans plus tard une politique qualifiée de « ligne Byungjin » : le « développement parallèle » d’une capacité de dissuasion nucléaire et de l’économie du pays. Les deux objectifs sont à priori irréconciliables : le pays se voit imposer de nouvelles sanctions après chaque essai nucléaire, qui pèsent sur son économie, mais celle-ci tient jusqu’à présent grâce, d’une part, aux échanges avec la Chine et d’autre part à la place croissante que le Parti des travailleurs laisse au secteur privé.

Après avoir observé le sort réservé à Saddam Hussein en Irak et à Mouammar Kadhafi en Libye, pays qui n’étaient pas dotés de l’arme nucléaire, le régime nord-coréen considère que cette technologie est la clé de sa survie. De son côté, la Chine juge qu’il en va de son intérêt stratégique de maintenir en vie cet Etat tampon. Environ, 28 500 soldats américains sont stationnés en Corée du Sud, et il n’est pas question pour Pékin qu’une réunification sur le modèle du Sud – comme elle s’est faite en Allemagne sur le modèle de l’Ouest – permette à ces troupes de s’installer à sa propre frontière.

La Chine a vivement protesté contre le début d’installation du projet de défense antimissile américain THAAD en Corée du Sud, après les tirs de missiles nord-coréens des derniers mois. Pékin plaide pour une formule prévoyant la suspension des essais nord-coréens en échange de celle des exercices militaires de Washington avec la Corée du Sud.

Les Etats-Unis ne sont pas convaincus, jusqu’à présent, par cette proposition chinoise. Mais ils n’ont pas mis en avant, pour l’instant, une nouvelle stratégie. Le 6 avril, les frappes américaines sur une base militaire syrienne ont permis à Washington de revenir dans le jeu dans cette partie du Proche-Orient, au moins pour un temps, après avoir été marginalisé. Mais la Corée du Nord se révèle être un problème autrement plus redoutable.

Burundi-France –Culture

François Hollande naturalise 28 tirailleurs sénégalais

Paris, le 17 avril 2017 (Net Press) . Francois Hollande a présidé ce samedi une cérémonie de réintégration dans la nationalité française de 28 anciens tirailleurs sénégalais, qui avaient combattu sous la bannière tricolore en Indochine ou en Algérie avant de perdre leur nationalité à l’indépendance des colonies africaines en 1960. Sous les ors de la salle des fêtes de l’Elysée, le chef de l’Etat a célébré ces « retrouvailles » avec la France.
« Aujourd’hui, je pose un nouveau principe : ceux qui se sont battus pour la France et qui font le choix d’y vivre doivent pouvoir devenir Français », a-t-il poursuivi, reconnaissant qu’il avait « fallu mener un long combat pour que la France consente enfin à réparer cette injustice ».

« Dette de sang »

« Vous êtes l’histoire de France », a encore lancé François Hollande à l’adresse de ces 28 tirailleurs, nés entre 1927 et 1939, et parmi lesquels figurent 23 Sénégalais, 2 Congolais, 2 Centrafricains et un Ivoirien. La France, a insisté le chef de l’Etat, avait une « dette de sang » à leur égard.

Évoquant ceux « qui n’ont pas pu déposer leur demande dans les délais », il a également assuré que « tous les anciens tirailleurs qui résident en France et qui en feront la demande bénéficieront de la même réponse » positive.
« C’est l’aboutissement d’un long combat, de nombreuses années », s’est réjouie pour sa part Aïssata Seck, adjointe à la maire de Bondy (Seine-Saint-Denis), à l’origine de cette cérémonie. Petite-fille d’un ancien combattant sénégalais, elle avait lancé une pétition signée par 60 000 personnes, dont de nombreuses célébrités.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur

A L’OCCASION DE L’OUVERTURE DE L’ANNÉE ACADÉMIQUE 1964-1965.13 janvier 2014
|DISCOURS PRONONCE LE 1er OCTOBRE 1964 PAR LE PROFESSEUR W. DEROUAU RECTEUR DE L’UNIVERSITÉ OFFICIELLE DE BUJUMBURA

Rwanda - Génocide6 décembre 2013
|LA TOUSSAINT ROUGE RWANDAISE DU 1er novembre 1959. (Révolution, fratricides, déicides ou génocides assistés 54 ans après ?) ssimbananiye@gmail.com Genèse et chronologie.