Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité12 mai 2017
|Fouille-perquisition à la prison centrale de Gitega

Burundi - Sécurité 11 mai 2017
|Une vague d’arrestations dans Nyakabiga

Burundi - Sécurité 10 mai 2017
|Un homme blessé lors d’une attaque armée à Buterere

Burundi - Sécurité 9 mai 2017
|Serait il une lecture différente sur la sécurité burundaise ?

Burundi - Sécurité 8 mai 2017
|Pour avoir autorisé la vente du café au Rwanda , il est emprisonné

Burundi - Sécurité 6 mai 2017
|Une fouille-Perquisition dans Birohe

Burundi - Sécurité 5 mai 2017
|Un homme tué a Kamenge

Burundi - Sécurité 4 mai 2017
|Un autre homme tué dans Cibitoke

Burundi - Sécurité3 mai 2017
|Un retraité tué dans Bujumbura rural

Burundi – Sécurité 2 mai 2017
|Un Makamba qui n’arrête pas de compter ses blessés

Burundi - Sécurité1er mai 2017
|Un commerçant assassiné à Cibitoke

Burundi - Sécurité 29 avril 2017
|Kamenge, victime d’une attaque à la grenade

Burundi - Sécurité 28 avril 2017
|Un homme tué dans la province de Rumonge

Burundi - Onu - Sécurité27 avril 2017
|Jamal Benomar sur le point d’être remplacé au Burundi

Burundi - Sécurité26 avril 2017
|L’insécurité fait parler d’elle dans la zone de Kamenge

Burundi - Sécurité25 avril 2017
|Découverte d’un cadavre dans la rivière Muha

Burundi –Sécurité 24 avril 2017
| Encore une fois Gitega sous le coup des attaques

Burundi - Sécurité 22 avril 2017
|Quand la société civile plaide pour le non-octroi de l’immunité aux putschistes

Burundi - Sécurité21 avril 2017
|L’insécurité augmente d’un cran ici et là dans le pays

Burundi - Sécurité20 avril 2017
|Une jeune fille tuée par son père

Burundi - Sécurité - Société19 avril 2017
|Une affaire sociale qui risque de causer de l’insécurité à Bubanza

Burundi - Sécurité 18 avril 2017
|Deux Burundais kidnappés sur le sol congolais

Burundi – Sécurité 17 avril 2017
|Une fouille-perquisition mêlée des arrestations

Burundi - Sécurité 15 avril 2017
|Une femme tuée par un policier

Burundi - Politique 14 avril 2017
|"Quand le gouvernement applique deux poids et deux mesures", dixit François Nyamoya

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Deux Burundais kidnappés sur le sol congolais

18 avril 2017

Uvira, le 18 avril 2017 (Net Press) . Selon le porte-parole de la police burundaise, Pierre Nkurikiye, un couple qui se rendait en République démocratique du Congo pour récolter leur champs ont été enlevés par des hommes inconnus et puis portés disparus. Pierre Nkurikiye indique que ce scenario s’est observé dans les environs de la réserve naturelle de la Rusizi et Rukoko, à l’endroit même où deux individus, dont le curé de la paroisse de Gatumba, ont été kidnappés.

Sur le même volet sécuritaire, un conducteur de mini bus a été arrêté hier soir à la jonction de la route Bujumbura - Gatumba à un endroit appelé communément « Chanic ». Selon des témoins sur place, la police a procédé à une fouille-perquisition dans ce véhicule et y a découvert 8 cartouches de fusil de type kalachnikov et le chauffeur a été interpellé au service national des renseignements pour des enquêtes.

Et dans le même volet, un sexagénaire et retraité de l’armée, Juvénal Ndayishimiye, qui était en train de partager un verre avec ses amis au delà des heures du couvre-feu en vigueur dans cette localité, a été arrêté ce lundi par la police de Kibago, dans la province de Makamba. D’après nos sources, les policiers l’ont tabassé et Ndayishimiye a essayé de se défendre. Les mêmes policiers l’ont menotté et emprisonné au cachot de Kibago.

Burundi - Justice

Le mal d’être directeur d’une prison

Rutana, le 18 avril 2017 (Net Press) . Après l’évasion spectaculaire des deux prisonniers membres influents du mouvement pour la solidarité et le développement, le directeur de la prison de Rutana, Jonas Nimbona et le brigadier chef de police dans ce même établissement pénitentiaire, Egide Nzeyimana , ont été arrêtés ce lundi puis transférés manu militari à la prison centrale de Bururi. Selon des sources sur place, ils sont accusés d’avoir facilité la fuite de ces deux détenus.

Selon des anciens directeurs de prison rencontrés par la rédaction, ce travail est très risquant et personne ne l’aime en réalité. Seulement, il était dévolu aux gendarmes dans le temps et aux policiers de nos jours. Or, cette catégorie de fonctionnaires s’appellent des grandes muettes et dans leur engagement, ils n’ont pas le droit de refuser l’ordre venu d’en haut. C’est la raison pour laquelle ils font ce travail et se félicitent généralement quand ils quittent cette fonction sans rencontrer de difficultés de la tâche.

A titre de rappel, une situation similaire avait eu lieu à la prison centrale de Mpimba en 2010 quand un prisonnier congolais proche des Fdlr s’est évadé dans des circonstances qui dépassaient l’entendement tout le monde. Le directeur de la prison à l’époque et son chef de poste ont été gardés au service national des renseignements avant d’être transférés à la prison de Muramvya.

Quelques années plus tôt, un ancien directeur de la prison pour hommes de Ngozi, a été lui aussi victime des montages des prisonniers qui ne voulaient pas de lui. Il a dû passer quelques mois à la prison de Mpimba car les enquêtes menées par le ministère de la justice ont abouti à des mensonges des prisonniers qui le jugeaient impopulaire.

Burundi - Droits de l’Homme

La ligue Iteka sort son bulletin hebdomadaire n° 54

Bujumbura, le 18 avril 2017 (Net Press) . Il couvre la période du 10 au 16 avril 2017 et évoque des allégations de violations et des violations des droits de l’homme. Pour le bulletin, au moins trois personnes ont été tuées, deux portées disparues, quatre torturées, 35 arrêtées arbitrairement et une personne qui a été victime de violation basée sur le genre.

Des policiers, des agents du service national des renseignements et des jeunes Imbonerakure affiliés au parti au pouvoir sont dans le point de mire de la ligue Iteka qui les impute ces violations des droits de l’homme. Il relève également des cas d’arrestations arbitraires dont sont victimes des opposants présumés du 3ème mandat, des Fnl proches d’Agathon Rwasa et des militaires ex-Fab. Par la même occasion, le bulletin s’insurge contre l’impunité des crimes accordée aux proches du parti Cndd-Fdd.

Ce bulletin émet des recommandations qui sont dirigées à l’endroit des différents partenaires susceptibles d’influer pour le changement de la situation précaire des droits de l’Homme dans le pays.

Burundi - Rdc - Sécurité

Limogeage du chef de la police de Kinshasa

Kinshasa, le 18 avril 2017 (Net Press). Le général Célestin Kanyama, chef de la police de Kinshasa et visé par des sanctions financières européennes et américaines, a été limogé et remplacé par l’un de ses adjoints, a annoncé lundi la police congolaise.

« Le colonel Elvis (Palanga Nawej) a été désigné commissaire provincial ad intérim de la police nationale congolaise (pour la) ville-province de Kinshasa », a précisé à l’AFP le colonel Pierre-Rombaut Mwanamputu, porte-parole de la police congolaise, dans un message laconique.

« Il n’y a pas d’autres communications à faire à ce sujet », a ajouté l’officier, sans préciser les raisons de la disgrâce du général Kanyama, ni si celui-ci avait été relevé définitivement de son poste ou simplement suspendu. La confirmation de la mesure visant le général Kanyama n’a pu être obtenue de source gouvernementale alors qu’une telle décision relève normalement du pouvoir exécutif.

Le commissaire supérieur principal, Palanga Nawej, passe pour être plutôt apprécié de la population de Kinshasa, mégapole pauvre de 10 millions d’habitants. Il a une image d’homme de terrain, proche de ses hommes, à l’instar du général Kanyama, habitué à monter en première ligne.

Le général Kanyama a été frappé en décembre 2016 par un gel de ses éventuels avoirs en Europe et une interdiction de voyager dans l’Union européenne décidée par les ministres des Affaires étrangères des pays de l’UE, qui l’ont accusé d’être responsable de la « répression violente », en septembre 2016, de manifestations hostiles au président congolais Joseph Kabila. Le pouvoir avait alors qualifié les manifestants d’insurgés. Selon l’ONU, une cinquantaine de personnes avaient été tuées dans ces violences les 19 et 20 septembre.

En juin 2016, le général Kanyama avait été frappé par des sanctions équivalentes aux États-Unis. Washington lui avait reproché d’être « responsable ou complice d’actes de violences et d’enlèvements (…) ciblant des civils », hommes, femmes et enfants lors de la répression d’émeutes hostiles au pouvoir de M. Kabila en janvier 2015 (plusieurs dizaines de morts au total), et lors d’une opération contre le banditisme armé, au cours de laquelle, selon l’ONU, au moins 41 personnes avaient disparu ou trouvé la mort du fait de bavures policières entre fin 2013 et début 2014.

A la tête du pays depuis 2001, M. Kabila, n’a pas le droit de se représenter et son mandat a expiré en décembre. La Rdc traverse la depuis 2011 une crise politique profonde, doublée depuis plus d’un an d’une grave crise économique et sociale.

Burundi - France - Sécurité

Tentative d’attentat imminent déjouée à 5 jours de la présidentielle

Marseille, le 18 avril 2017 (Net Press) . Selon la radio du monde, deux hommes radicalisés soupçonnés de préparer un attentat en France ont été arrêtés à Marseille ce 18 avril 2017. Selon toujours cette radio, le risque terroriste est plus élevé que jamais, d’après le tout nouveau ministre de l’intérieur, Mathias Fekl, après l’arrestation de deux hommes de 23 et 29 ans.

Le président français, François Hollande, a indiqué que c’est une prise remarquable. De son côté, le ministre de l’Intérieur a immédiatement réagi, annonçant que les suspects arrêtés avaient l’intention de passer à l’acte « dans les tout prochains jours ». Matthias Fekl a également rappelé que 50 000 policiers et gendarmes seront déployés pour chacun des deux tours de l’élection présidentielle, les 23 avril et 7 mai.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur

A L’OCCASION DE L’OUVERTURE DE L’ANNÉE ACADÉMIQUE 1964-1965.13 janvier 2014
|DISCOURS PRONONCE LE 1er OCTOBRE 1964 PAR LE PROFESSEUR W. DEROUAU RECTEUR DE L’UNIVERSITÉ OFFICIELLE DE BUJUMBURA

Rwanda - Génocide6 décembre 2013
|LA TOUSSAINT ROUGE RWANDAISE DU 1er novembre 1959. (Révolution, fratricides, déicides ou génocides assistés 54 ans après ?) ssimbananiye@gmail.com Genèse et chronologie.