Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 5 décembre 2017
|Un corps découvert pendu sur un avocatier

Burundi –Sécurité4 décembre 2017
|Quand la police s’entretue

Burundi - Sécurité 2 décembre 2017
|1000 plants de manguiers saisis alors qu’ils allaient être vendus frauduleusement

Burundi – Sécurité 1er décembre 2017
|Une personne tuée à Muramvya

Burundi - Sécurité30 novembre 2017
|Des cas d’insécurité ici et là dans le pays

Burundi - Sécurité29 novembre 2017
|La pluie d’hier a fait une victime au nord de la capitale

Burundi - Sécurité 28 novembre 2017
|Quatre enfants tués dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité 27 novembre 2017
|Des manifestations pour soutenir le président Nkurunziza

Burundi - Sécurité25 novembre 2017
|L’Unicef condamne sans détour l’amputation de deux enfants

Burundi – Sécurité 24 novembre 2017
|Accusés de vol de maïs, des enfants amputés de poignées

Burundi - Justice - Sécurité23 novembre 2017
|L’ancien patron de l’Aprodh au centre du pays transféré

Burundi - Sécurité22 novembre 2017
|Le Focode craint pour la sécurité du brigadier Cishahayo

Burundi - Sécurité 21 novembre 2017
|Quand les anciens activistes des droits de l’hommes sont inquiétés

Burundi - Sécurité 20 novembre 2017
|Une pluie torrentielle tue trois enfants

Burundi - Réconciliation18 novembre 2017
|"Le souvenir des victimes doit être régie par la loi", dixit Mgr. Jean Louis Nahimana

Burundi - Politique 17 novembre 2017
|Une célébration qui relate

Spécial Médias16 novembre 2017
|Une commémoration qui relate

Burundi - Sécurité 15 novembre 2017
|Un corps en extrême décomposition a été trouvé à Muramvya

Burundi - Sécurité14 novembre 2017
|Toujours des assassinats signalés un peu partout dans le pays

Burundi -Sécurité13 novembre 2017
|Deux personnes trouvent la mort dans une noyade

Burundi - Belgique - Coopération11 novembre 2017
|La semaine belge annulée à la dernière minute

Burundi - Sécurité10 novembre 2017
|Deux bandits de Mutakura arrêtés par les militaires frappés comme Jésus Christ sur la croix

Burundi - Environnement - Sécurité9 novembre 2017
|Une foudre fait parler d’elle dans la province de Muramvya

Burundi - Sécurité8 novembre 2017
|Treize personnes arrêtées pour trafic humain

Burundi – Sécurité 7 novembre 2017
|La police arrête plus de 100 personnes au centre ville de Bujumbura

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

L’insécurité augmente d’un cran ici et là dans le pays

21 avril 2017

Rutana, le 21 avril 2017 (Net Press) . Une personne non identifiée a été retrouvée sans vie dans la rivière Mutsindozi, située dans la commune de Bukemba de la province de Rutana. Les populations vivant dans les environs ainsi que l’administration ont indiqué ne pas avoir reconnu la victime. Ils ne connaissent pas non plus les criminels ayant tué cette personne ni les mobiles de cet assassinat.

Dans la province de Kirundo, une femme marâtre a brûlé les mains d’un enfant de quatre ans. Elle l’accusait de s’être servi à manger sans permission en date du 14 avril 2017. Selon les proches de cette famille, en date du 19 avril 2017 et sur insistance de la vraie mère de l’enfant en passe de divorce avec son ancien mari, l’enfant du nom d’Irishura a été dépêché au centre de santé de Marembo, dans la province de Kirundo.

Cette dame du prénom de Consolata a été arrêtée et elle est détenue à la position de police de Marembo même. Signalons que ce crime a été commis en l’absence de Nsengiyumva, le père de l’enfant, qui était en commune de Giteranyi où il travaille.

Dans la province de Makamba, la rédaction avait déjà évoqué un cas d’un ex-Fab, Juvénal Ndayishimiye qui avait été arrêté la nuit de Pâques avant d’être battu et mis au cachot menotté. En effet, le chef de poste de police tentait d’imposer un couvre-feu au chef-lieu de la commune Kibago. La police lui avait refusé l’accès aux soins de santé et ce n’est qu’avant-hier, 19 avril 2017, qu’il a eu cette permission.

Nous apprenons qu’il a été finalement transféré à l’hôpital de Makamba qui l’a de nouveau renvoyé à l’hôpital communautaire de Kayogoro, toujours dans la province de Makamba, pour une radiographie. Nous apprenons également que du sang coule dans l’une des oreilles de Ndayishimiye, une situation qui ne présage rien de bon.

Burundi - Justice

De lourdes sanctions contre un couple

Muramvya, le 21 avril 2017 (Net Press) . Un caporal encore en fonction au camp militaire de Rumonge a été condamné hier à payer une amende de 500.000 Fbu avec une contrainte de corps de deux ans et demi s’il ne paye pas cette amende. Il est accusé par le parquet de Muramvya de détention illégale d’armes. Le ministère public avait requis pour cet homme une peine de 10 ans et une amende d’un million de francs burundais

Le caporal Donatien Ntahondi a reconnu les faits mais il a rétorqué que la grenade découverte chez lui appartenait au gouvernement et qu’il l’avait laissée à la maison par mégarde. Le même ministère public a requis également pour son épouse, Marie Rose Nduwimana, une peine de 5 ans et à payer une amende de 300.000 Fbu.

Elle est accusée de son côté de complicité à la détention d’armes et de vendre des boissons prohibées et des stupéfiants. Elle a été condamnée à payer une amende de 300.000 Fbu. Lors de l’audience, elle a rejeté l’accusation de complicité à la détention illégale d’armes mais elle a reconnu l’infraction de vente des stupéfiants.

Selon des informations en provenance de cette province, ce caporal de l’armée burundaise, ex-Pmpa, a pris l’initiative de se rendre à Muramvya en date du 19 avril 2017 après qu’il eut appris l’arrestation de son épouse le 16 avril 2017. Une fouille-perquisition avait été menée à son domicile et une grenade et des effets militaires y ont été saisis.

Burundi - Médias

Le Cepledho s’exprime sur la réouverture des radios

Bujumbura, le 21 avril 2017 (Net Press) . Le centre de promotion et de protection de la liberté d’expression et des droits de l’homme, Cepledho en sigle, vient de sortir de son silence à propos de l’intention du gouvernement de rouvrir la radio Bonesha Fm, fermée et détruite au lendemain du putsch manqué du 13 mai 2015.

Il se dit satisfait de cette volonté mais s’indigne déjà du fait que les autres radios fermées et détruites au même moment, la Rpa et la radio et télévision Renaissance en l’occurrence, ne sont pas concernées par cette intention. Par ailleurs, les démarches entreprises pour rouvrir la radio sont en violation flagrante de la loi régissant l’organisation et le fonctionnement des associations sans but lucratif et de la loi fondamentale.

Le Cepledho trouve que le directeur a.i a affirmé que la radio sera rouverte car lors de la correspondance adressée au procureur de la République pour reprendre les activités, il a donné copie au bureau de la communication de la présidence de la République, une information que le conseiller principal chargé de la communication à la présidence de la République confirme car il avoue être au courant de cette question. Pour le Cepledho, ce dernier indique qu’il appartient à la justice de se prononcer mais en même temps, il exhorte la même justice de vider le dossier le plus rapidement possible. Et de conclure que le dossier des radios détruites et fermées se retrouve dans les mains des services de la présidence de la République.

Selon toujours ce centre, le traitement de ce dossier Bonesha se fait en violation de la loi car le directeur a.i assure les affaires courantes et n’a ni la qualité ni les prérogatives de représenter la radio devant les juridictions et vis-à-vis des tiers. Cette tâche est du ressort des organes de l’association Radio sans Frontières qui a la personnalité juridique et propriétaire de Bonesha comme stipulé dans l’article 5 de la loi portant cadre organique des Asbl du 27 janvier 2017.

En outre, le conseiller principal chargé de la communication à la présidence de la République a violé le principe sacro-saint de l’indépendance du pouvoir judiciaire en s’immisçant dans la gestion d’un dossier encore pendant devant la justice. Cela démontre, selon le Cepledho, une fois de plus que la justice burundaise n’est pas indépendante et qu’elle est instrumentalisée.

Avant de terminer son communiqué, le Cepledho fait une série de recommandations, toutes adressées au gouvernement dont notamment que ce dernier devrait traiter la question de la réouverture des médias dans le respect du principe inclusif, en associant toutes les radios qui ont été détruites et fermées en 2O15, à savoir Bonesha FM , radio Rpa et radiotélévision Renaissance.

Burundi - Politique

Le Msd appelle à une manifestation à Bruxelles

Bruxelles, le 21 avril 2017 (Net Press) . Le parti Msd invite tous les militants, les sympathisants du parti, tous les compatriotes et amis du Burundi à une manifestation en date du 29 avril 2017 devant l’ambassade du Burundi en Belgique, suivie d’une conférence publique qui sera animée par le président du parti, Alexis Sinduhije.

Selon des informations des proches de cette formation politique, les deux événements ont pour objectif de célébrer le deuxième anniversaire du début de la résistance pour un Etat de droit, le respect de la loi et de la vie humaine au Burundi. Ce sera également l’occasion pour dénoncer l’instrumentalisation de la tragédie de 1972 par l’oligarchie de Bujumbura pour justifier le bain de sang en cours au Burundi. Il s’agira également de protester contre la suspension et le projet de radiation du parti Msd. Enfin, à cette occasion, le parti Msd remettra une lettre ouverte à Monsieur Pierre Nkurunziza.

La manifestation sera organisée de 13 heures à 15 heures et la conférence publique s’étendra de 15 h30 à 20 heures.

Burundi - Education

Dernier avertissement des étudiants grevistes

Bujumbura, le 21 avril 2017 (Net Press) . La direction de l’université du Burundi a mis en garde pour la dernière fois les étudiants qui sont en grève. Selon une mesure prise par le recteur de l’université et portée à la connaissance des étudiants ce matin, tout étudiant en grève qui ne se présentera pas dans les auditoires en date du 24 avril 2017 à partir de 8 heures, verra leur année académique devenir blanche.

Rappelons que la même direction de l’université avait fixé au 21 avril 2017 comme étant la date limite pour ces étudiants. Mais ces derniers continuent à faire savoir qu’ils n’entendent pas poursuivre leurs études avant que le gouvernement ne mette en application ce que les étudiants exigent. C’est notamment la libération de leurs camarades détenus à la prison centrale de Mpimba, la levée de la mesure de renvoi de 8 étudiants parmi les délégués. Ils demandent également que les policiers et les agents du service national des renseignements cessent de les arrêter. L’on saura qu’un autre étudiant du nom d’Egide Nimenya l’a justement été dans la soirée de ce jeudi et détenu dans un lieu encore inconnu. Ils demandent enfin au président de la République de supprimer son projet de transformer la bourse en un prêt-bourse.

Burundi - France - Sécurité

Le terrorisme s’invite en France dans des moments et des endroits particuliers

Paris, le 21 avril 2017 (Net Press) . Une fusillade a éclaté vers 21 heures ce jeudi 20 avril 2017 sur les Champs-Elysées. L’on déplore un policier mort et deux autres, dont l’un grièvement blessé et un autre légèrement blessé ainsi qu’une passante. Selon des informations concordantes, un assaillant a ouvert le feu à l’endroit des policiers avant d’être à son tour tué par ceux qui ont riposté.
.
Le groupe Etat Islamique a revendiqué l’attaque un peu plus tard dans la soirée par voie de son organe de propagande. Le procureur de la République à Paris a annoncé avoir ouvert une enquête pour assassinat et tentative d’assassinat sur personnes dépositaires de l’autorité publique en relation avec une entreprise terroriste et association des malfaiteurs terroristes. Il a également affirmé que l’identité de l’assaillant était connue et vérifiée, mais qu’elle resterait pour le moment secrète pour les besoins de l’enquête.

Mais les informations en provenance des médias français indiquent déjà ce qu’ils savent sur le présumé auteur de l’attentat des Champs-Elysées. En effet, en 2001, cet habitant de Seine-et-Marne, en région parisienne, était au volant d’une voiture volée. Lors d’un accrochage avec des policiers, il ouvre le feu, blessant l’un des fonctionnaires. Interpellé et conduit au commissariat où il est placé en garde à vue, il parvient à s’emparer de l’arme d’un gardien de la paix, tire à cinq reprises sur le policier qui va, tout de même, réussir à maitriser le suspect. Pour cela, l’homme abattu hier soir sur les Champs-Elysées avait été condamné, en 2005, à 15 ans de réclusion criminelle.

Plus récemment, le même homme avait été visé par une enquête antiterroriste pour avoir proféré des menaces contre les forces de l’ordre et manifesté l’intention de tuer des policiers. Interpellé le 23 février dernier, il avait été remis en liberté faute de preuves suffisantes pour le maintenir en détention et le poursuivre. Il était donc bien connu de la police française comme un homme radicalisé.

Cette attaque intervient à un endroit qui est l’un des symboles de Paris, les Champs-Elysées, là même où le président de l’Hexagone est locataire. En outre, l’attaque s’invite à quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle dans ce pays, ce qui pourrait modifier les donnes dans le résultats du premier tour. En effet, le temps qu’il leur reste de la campagne, les candidats vont réajuster leurs propos et se focaliser sur cette attaque somme toute surprenante.

Enfin l’Etat islamique a montré qu’il peut frapper n’importe où et n’importe quand dans ce pays, ce qui peut être également un message fort pour Marine le Pen, le candidat le plus hostile à la religion et à la culture musulmanes.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.