Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 24 mai 2017
|Quand les policiers entre-tuent

Burundi - Sécurité 23 mai 2017
|Quand le Burundi devient la boucherie de tous le temps

Burundi - Sécurité22 mai 2017
|Un Arabe tué à Kajaga

Burundi - Sécurité20 mai 2017
|Des crépitements d’armes se font entendre dans Ruziba

Burundi – Médias - Sécurité19 mai 2017
|Un journaliste de la Voix d’Amérique arrêté à Kirundo

Burundi - Sécurité18 mai 2017
|L’insécurité augmente d’un cran dans la zone de Musaga

Burundi - Sécurité - Justice17 mai 2017
|Au-delà des arrestations !

Burundi - Sécurité 16 mai 2017
|Un ex Fab cible d’une fouille-perquisition

Burundi - Sécurité 15 mai 2017
|Gihanga cible d’une attaque armée

Burundi - Anniversaire13 mai 2017
|Le Cndd-Fdd célèbre les deux ans après la tentative de putsch contre Pierre Nkurunziza

Burundi - Sécurité12 mai 2017
|Fouille-perquisition à la prison centrale de Gitega

Burundi - Sécurité 11 mai 2017
|Une vague d’arrestations dans Nyakabiga

Burundi - Sécurité 10 mai 2017
|Un homme blessé lors d’une attaque armée à Buterere

Burundi - Sécurité 9 mai 2017
|Serait il une lecture différente sur la sécurité burundaise ?

Burundi - Sécurité 8 mai 2017
|Pour avoir autorisé la vente du café au Rwanda , il est emprisonné

Burundi - Sécurité 6 mai 2017
|Une fouille-Perquisition dans Birohe

Burundi - Sécurité 5 mai 2017
|Un homme tué a Kamenge

Burundi - Sécurité 4 mai 2017
|Un autre homme tué dans Cibitoke

Burundi - Sécurité3 mai 2017
|Un retraité tué dans Bujumbura rural

Burundi – Sécurité 2 mai 2017
|Un Makamba qui n’arrête pas de compter ses blessés

Burundi - Sécurité1er mai 2017
|Un commerçant assassiné à Cibitoke

Burundi - Sécurité 29 avril 2017
|Kamenge, victime d’une attaque à la grenade

Burundi - Sécurité 28 avril 2017
|Un homme tué dans la province de Rumonge

Burundi - Onu - Sécurité27 avril 2017
|Jamal Benomar sur le point d’être remplacé au Burundi

Burundi - Sécurité26 avril 2017
|L’insécurité fait parler d’elle dans la zone de Kamenge

Archives

 

 

 



Burundi - Onu - Sécurité

Jamal Benomar sur le point d’être remplacé au Burundi

27 avril 2017

New York, le 27 avril 2017 (Net Press) . Selon des informations concordantes, Jamal Benomar, représentant spécial du secrétaire général de l’Onu au Burundi, est sur le point d’être remplacé dans ses fonctions. Selon les mêmes informations, il va être remplacé par Michel Kafando, président de la transition au Burkina Faso après le départ sans manière de Blaise Compaoré, chassé par la rue en 2014, de 2014 à 2015.

L’on rappellera que le Burundi avait saisi officiellement l’Onu, l’informant qu’il ne voulait plus la collaboration de Jamal Benomar et qu’il souhaitait son remplacement. Il était accusé d’avoir un penchant bien net envers les opposants au pouvoir en place. Même des manifestations avaient été organisées à maintes reprises par Bujumbura contre cet envoyé de l’Onu dans notre pays.

Le Burundi indique qu’il n’a pas encore eu officiellement des lettres qui nomment Michel Kafando mais que malgré tout, il est prêt à collaborer avec lui dans la résolution de la crise politico-sécuritaire que connaît le pays. Cet homme de 75 ans va se mettre à l’œuvre où son prédécesseur a échoué. Va-t-il réussir puisque les représentants spéciaux de l’Onu appliquent sa politique dans les pays où ils sont affectés ?

Burundi - Eac - Sécurité

Eac, vers un nouveau report du sommet des chefs d’Etat de la région ?

Arusha, le 27 avril 2017 (Net Press) . C’est l’interrogation de la plupart des populations de la capitale qui ont constaté que le Kenya, pays membre de l’Eac, a demandé que le sommet des chefs d’Etat soit de nouveau reporté du 10 au 20 mai 2017. Ce serait la deuxième fois, au cas où la requête du Kenya rencontrerait l’approbation du siège de l’Eac, après le Burundi qui avait fait la même démarche au mois d’avril dernier.

Mais la différence entre les deux pays est que le Kenya n’a même pas motivé sa demande, contrairement au Burundi qui avait évoqué une coïncidence entre la date proposée du 6 avril 2017 et la commémoration du 23ème anniversaire de feu Cyprien Ntaryamira ainsi que ses proches collaborateurs.

L’opposition radicale soupçonne le pouvoir de Bujumbura d’être à l’origine de cette demande kenyane pour la simple raison que ce pays soutient le troisième mandat en cours. Selon elle, c’est une façon de décourager le sommet des chefs d’Etat par usure d’autant plus que les échéances de juin prônées par le facilitateur Benjamin William Mkapa deviennent de plus en plus une utopie. Rappelons que lors de ce sommet, la question du Burundi sera largement débattue entre ces chefs d’Etat qui donnent l’impression d’être divisés sur la crise de ce pays et des orientations claires à proposer pour sortir du bourbier.

Du côté de Bujumbura, l’on confirme la participation du Burundi à ce sommet, mais rien ne filtre sur une éventuelle participation du président Nkurunziza. Rappelons que ce sommet avait été envisagé sur requête du facilitateur Benjamin Mkapa qui, visiblement, ne voit pas lui non plus le bout du tunnel sur la crise que le Burundi traverse.

Burundi - Justice

Réquisitoire d’une lourde peine contre un présumé commanditaire de l’attaque de Mukoni

Muyinga, le 27 avril 2017 (Net Press) . Poursuivi pour avoir prêté son véhicule à un homme accusé de faire partie d’un groupe armé qui a attaqué le camp de Mukoni de la commune et province de Muyinga en date du 23 janvier 2017, le ministère public près le parquet de la République à Muyinga a requis contre Dieudonné Kwizera une peine de 30 ans d’emprisonnement et une amende de 200.000 francs burundais, dans une audience publique de ce mercredi le 26 avril 2017.

Arrêté il y’a une semaine, Dieudonné Kwizera ne nie pas avoir prêté son véhicule à un militaire mais affirme qu’il ignorait les mobiles de son utilisation, ce qui, à ses yeux, est une circonstance atténuante. Le jugement sera rendu en date du 5 mai 2017.

Burundi - Communication

Qui dit vrai ?

Bujumbura, le 27 avril 2017 (Net Press) . Une information circule sur les réseaux sociaux à propos d’une éventuelle demande des Etats-Unis au conseil de sécurité de l’Onu d’intervenir militairement au Burundi. Cette nouvelle avait vite circulé un peu partout et en moins de 24 heures, elle est parvenue à l’ambassadeur du Burundi aux Nations Unies.

Dans son message, Albert Shingiro, ambassadeur de notre pays auprès des Nations unies écrit ceci :"Je démens formellement l’intox de mauvais goût sur une ’demande’ des Usa au conseil de sécurité d’une intervention militaire au Burundi".

Burundi - Malversations Economiques

L’Olucome demande une solution urgente à la crise politique actuelle

Bujumbura, le 27 avril 2017 (Net Press) . Cet observatoire trouve d’ores et déjà que "Deux ans de crise socio-politico-économique et sécuritaire au Burundi, les pays de l’East african community (Eac) devraient prendre le taureau par les cornes au lieu de le prendre toujours par les sabots en exigeant aux politiciens burundais et au gouvernement de dialoguer sans conditions faute de quoi les sanctions devraient être prises".

A travers son communiqué du 26 avril 2017, l’Olucome s’indigne beaucoup de la crise politique qui perdure sans aucune solution en perspective. Pour cet observatoire, cette crise est causée spécialement par la mauvaise gouvernance politique et économique provoquée par un appétit insatiable de l’argent et du pouvoir des dirigeants, le manque de vision, etc.

Il démontre que cette situation de crise a occasionné des retombées négatives sur la vie des citoyens burundais, notamment sur le plan sécuritaire. Il rappelle que le Burundi a connu un recul important sur le plan économique dont il dresse un bilan largement négatif. Malgré cette situation, l’Olucome déplore le fait que les politiciens, chacun dans son coin, continuent à combattre pour leurs intérêts sans se soucier beaucoup aux préoccupations de la population, comme la diminution de son pouvoir d’achat, le chômage, l’insatisfaction de ses besoins fondamentaux , la non maîtrise de la démographie, etc.

Cet observatoire propose à tous les Burundais une solution de s’asseoir et mener un dialogue franc et sincère sur les questions qui hantent la population burundaise. Il recommande au gouvernement que la constitution et les accords d’Arusha ne soient amendés que lorsqu’il y aura une stabilité au pays.

Burundi - Burkina-Faso – Justice.

L’étau se resserre dans les rangs des anciens dignitaires du Burkina-Faso

Ouagadougou, le 27 avril 2017 (Net Press) . Certains Burkinabé n’en reviennent pas, un jugement contre Blaise Compaoré et son dernier gouvernement, alors qu’il y a peu, lui même se prenait pour un président indéboulonnable, un président qui fait la pluie et le beau temps pendant plus d’un quart de siècle.

Eh bien, malgré son exil en Côte d’Ivoire, Blaise Compaoré et ses ministres du dernier gouvernement seront jugés à partir de ce 27 avril 2017 comme l’avait annoncé la haute cour de justice. Ils devront répondre d’"assassinat, complicité d’assassinat, coups et blessures" pour la répression de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014.

Tout a chaviré en date du 30 octobre 2014 lorsque l’insurrection populaire a été enclenchée la contre la révision de l’article 37 de la constitution que l’assemblée nationale voulait voter ce jour-là. Et dans ces conditions, Blaise Compaoré allait avoir le droit de briguer un cinquième mandat présidentiel.

Des dizaines de manifestants ont alors investi les rues, incendiant l’hémicycle, un soulèvement de deux jours qui a suffi pour emporter le régime en place au moment des faits. Mais il y avait également un prix à payer car officiellement, la répression a fait 33 morts et 625 blessés, essentiellement par balles.

C’est ce dossier qui poursuit l’ancien président du Faso. Mais il semble qu’il ne sera pas extradé suite à ce procès, bénéficiant de la protection d’Alassane Ouattara de la Côte d’Ivoire que l’ancien président a aidé à accéder à la magistrature suprême.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur

A L’OCCASION DE L’OUVERTURE DE L’ANNÉE ACADÉMIQUE 1964-1965.13 janvier 2014
|DISCOURS PRONONCE LE 1er OCTOBRE 1964 PAR LE PROFESSEUR W. DEROUAU RECTEUR DE L’UNIVERSITÉ OFFICIELLE DE BUJUMBURA

Rwanda - Génocide6 décembre 2013
|LA TOUSSAINT ROUGE RWANDAISE DU 1er novembre 1959. (Révolution, fratricides, déicides ou génocides assistés 54 ans après ?) ssimbananiye@gmail.com Genèse et chronologie.