Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité10 octobre 2017
|Il tue six voisins avant de se donner la mort

Burundi - Sécurité9 octobre 2017
|Un dimanche pas tout-à-fait tendre

Burundi - Sécurité7 octobre 2017
|La province de Rumonge de plus en plus citée dans divers crimes

Burundi - Sécurité6 octobre 2017
|Fouille-perquisition dans la prison de Rumonge, divers articles saisis

Burundi - Sécurité5 octobre 2017
|Un fusil trouvé dans une brousse dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité4 octobre 2017
| Un véhicule des militaires burundais en Somalie endommagé

Burundi - Sécurité3 octobre 2017
|Un vieil homme tué au couteau dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité 2 octobre 2017
|Quand l’insécurité refait surface dans la zone Cibitoke

Burundi - Manifestation30 septembre 2017
|Bujumbura dans la rue pour dénoncer et remercier en même temps

Burundi - Energie29 septembre 2017
|Le manque de courant électrique déstabilise la capitale

Burundi - Sécurité 28 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Gitega

Burundi - Sécurité27 septembre 2017
|Insécurité dans le pays, insécurité dans les pays voisins

Burundi - Sécurité 26 septembre 2017
|Une personne tuée à Matana

Burundi - Sécurité 25 septembre 2017
|Le pays toujours en face de l’insécurité grandissante

Burundi - Sécurité 23 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran au Nord-Ouest du pays

Burundi - Sécurité 22 septembre 2017
|Des corps sans vie trouvés dans la capitale et au sud du pays

Burundi - Sécurité - Intempérie21 septembre 2017
|Va-t-on vers les catastrophes naturelles des pays occidentaux ?

Burundi - Sécurité20 septembre 2017
|Dix-sept adolescents arrêtés dans la province de Rutana

Burundi - Sécurité19 septembre 2017
|Des tirs à l’arme automatique entendus par les habitants de Kibenga

Burundi - Sécurité18 septembre 2017
|Un père tue ses propres enfants dans Bujumbura rural

Burundi - Kenya - Sécurité16 septembre 2017
|Les 4 Burundais attrapés à Isiolo emprisonnés à Nairobi

Burundi - Sécurité 15 septembre 2017
|Pour avoir sauvé une vie en danger, ils sont sous les verrous

Burundi - Sécurité14 septembre 2017
|La police change de langage à propos de l’enlèvement d’un opposant

Burundi - Sécurité 13 septembre 2017
|Un proche de Hussein Radjabu interpellé

Burundi - Sécurité12 septembre 2017
|Attaque armée dans Bujumbura rural

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un commerçant assassiné à Cibitoke

1er mai 2017

Cibitoke, le 1er mai 2017 (Net Press) . Un commerçant du nom de James Habonimana a été tué ce dimanche soir sur la colline Bwayi de la zone Buseruko, dans la commune Mugina en province de Cibitoke. Le chef de zone, Emmanuel Habiyaremye, affirme que les criminels l’on agressé avant de le tuer et l’ont dépouillé de son argent.

Pour rappel, c’est le 4ème commerçant tué dans ces circonstances depuis le début de cette année dans cette même province. Dans ce même volet, quatre personnes ont été enlevées dans le centre ville de Ngozi par des éléments du service national des renseignements et portées disparues.

Parallèlement, 5 déplacés du site de Muhanga de la province de Kayanza ont été arrêtés. Selon les habitants de ce site, leur arrestation est intervenue après qu’elles eurent adressé une correspondance à l’administrateur communal pour récuser une femme nommée parmi les bénévoles de la commission vérité et réconciliation (Cvr), en charge du recueil des dépositions. L’administrateur de la commune Muhanga, Raymond Sindabizera, indique que ces personnes sont poursuivies pour "leur comportement subversif".

Burundi - Sécurité

Quand les Imbonerakures font descendre les voyageurs pour participer aux travaux communautaires

Makamba, le 1e mai 2017 (Net Press) . Selon des sources de Makamba, les jeunes du parti présidentiel (Imbonerakure) ont fait descendre ce samedi les voyageurs dans la localité de Mabanda pour participer aux travaux communautaires.

La même source affirme que ceux qui ont résisté à descendre ont été insultés et ont été considérés comme des ennemis de la république qu’il faut surveiller jour et nuit et les ont tabassés sérieusement avant de les emprisonner

Burundi - Sécurité

Une pose de la première pierre mêlée d’expropriation par téléphone

Gitega, le 1er mai 2017 (Net Press) . Le collectif des survivants et des victimes du génocide hutu de 1972 a posé la première pierre du monument dédié aux victimes du génocide de 1972 sur la colline Nyambeho, commune Giheta en province de Gitega ce dimanche le 30 avril 2017 sur la propriété d’un certain Matuso de l’ethnie tutsi du clan hima originaire de la commune Mugamba province de Bururi.

Cette expropriation venue manu militari d’un haut et par téléphone indiquant que le déguerpi n’avait pas fait exploiter ce terrain de plus de 3 ha, mais également un terrain mal acquis. Et pour faire le bouclage de crânes de ces tueries, il a planté dans cette circonscription des eucalyptus.

Selon des sources concordantes, la population sur place avait découvert l’élimination systématique de l’intelligentsia hutu avant d’être enterrés dans cette localité de Nyambeho. Une sexagénaire Constance Manirambona dit « les autorités militaires et le gouverneur d’alors de cette province, un certain Septime, assistait a l’élimination des cadres et agents hutu de la circonscription de Gitega et de Karusi « avant d’ajouter que la population de cette localité vit en parfaite harmonie et propose au plus haut sommet du parti au pouvoir de conseiller la jeunesse de la ligue des jeunes Imbonerakure de cesser de déranger la population de cette localité.

Le président de cette collectif indique qu’il y a d’autres lieux qui ont enterré l’intelligentsia hutu en 1972, en l’occurrence Buterere, l’aéroport international de Bujumbura et à Mugera en province de Gitega avant d’indiquer que l’homme en difficultés se caractérise par le culte du meilleur, que les hautes autorités de ce troisième mandat sont les orphelins de 1972, en l’occurrence le président Pierre Nkurunziza, les président de l’assemblée nationale Pascal Nyabenda, le président du sénat Reverien Ndikuriyo, le deuxième vice président de la république Joseph Butore, le président du conseil national du dialogue inter burundais Monseigneur Justin Nzosaba, le ministre des relations extérieurs Aimée Nyamitwe ainsi qu’une large majorité des ambassadeurs accrédités dans divers pays occidentaux.

Une opinion sous couvert d’anonymat fait un clin d’œil à cette association de penser aux membres et partisans du Fnl Pro Rwasa qui ont été tués et jetés dans la rivière Ruvubu ainsi que le mouroir de tout le temps des membres du Fnl Pro Rwasa à majorité hutu

Burundi - Médiation

Une délégation de la facilitation attendue à Bujumbura

Bujumbura, le 1er mai 2017 (Net Press) . Une délégation de la facilitation tanzanienne est attendue à Bujumbura à partir du 3 mai 2017. Elle s’entretiendra avec plusieurs catégories de personnes jusqu’en date du 5 mai 2017. Selon des informations concordantes, ils devraient rencontrer la société civile, les confessions religieuses et des politiciens qui n’avaient pas fait le déplacement d’Arusha lors de la dernière session pour le dialogue.

Il semble que la même délégation envisage également de rencontrer la société civile de la diaspora pour bien préparer la nouvelle rencontre sous la facilitation de l’ancien président tanzanien Benjamin William Mkapa. Cependant, certains politiciens ne voient pas l’opportunité d’une telle visite au Burundi car tous les yeux sont braqués sur le sommet des chefs d’Etat qui devrait se tenir soit le 10 soit le 20 mai à Dar-es-Salam.

Burundi - Pays-Bas - Fête Nationale

Les Hollandais ont savouré la fête du roi

Bujumbura, le 1er mai 2017 (Net Press) . Dans cette soirée du 28 avril 2017, tous les Hollandais vivant à Bujumbura étaient gais, ils discutaient dans leur langue, les autres en anglais ou en français selon leurs compagnies. Les hommes portaient des cravates oranges, à commencer par le premier d’entre eux, l’ambassadeur de ce pays au Burundi. Son épouse portait carrément une robe de couleur orange et l’assistance a appris que même aux Pays-Bas, c’était la même chose car la fête du roi est caractérisée par la couleur orange.

Ce n’est pas tout, il y avait également de la musique, une dame interprétait les chansons de Lionel Richie ainsi que d’autres titres qui rappellent le passé glorieux de la musique douce. Faudrait-il le souligner même si c’est une évidence, il y avait à boire et à manger en abondance si bien que les invités, eux aussi très nombreux, avaient un embarras de choix.

Prenant la parole à cette occasion, l’ambassadeur des Pays-Bas au Burundi a déclaré que chaque année, son pays célèbre cette fête du roi qui existe depuis près de 450 ans. Et pour cette année, le roi des Néerlandais fête son 50ème anniversaire.

Très jeune et très dynamique, l’ambassadeur de ce pays au Burundi a fait savoir que son pays intervient dans le secteur agricole ainsi que dans celui de la santé et reproduction de notre pays. Il y a trois semaine, a-t-il déclaré, il était à Mparambo dans la province de Cibitoke où il a visité un cultivateur moderne du nom de Jean Bosco Nahimana. Il a exprimé sa vive satisfaction au regard des prestations de cet agriculteur.

Revenant sur l’aspect politique de ce pays, il a indiqué qu’il aime le pays et les Burundais et qu’il souhaiterait de voir le Burundi retrouver la paix et la stabilité, d’où son pays soutient le dialogue inclusif conduit pas la communauté est-africaine et piloté par l’ancien président tanzanien Mkapa. Avant de terminer son discours, il a invité l’assistance à lever le verre et à boire à la santé du roi, un mot qu’il a prononcé en Hollandais, une langue inconnue du reporter de Net Press.

Après son discours, a suivi celui du secrétaire permanent au ministère des relations extérieures et de la coopération internationale qui a représenté le gouvernement du Burundi à cette occasion. Il a lui aussi exprimé ses félicitations au roi et à tous les Hollandais vivant sur le sol burundais.

D’après lui, ce pays a connu plusieurs cycles de violences et que ce n’est que maintenant que le pays se relève, d’où un soutien sans faille des pays amis, dont les Pays-Bas est indispensaqble. Il a évoqué un dialogue à travers une commission nationale de dialogue interne, Cndi, pour trouver une solution à la crise du Burundi et dont les conclusions sont déjà aux mains du gouvernement.

Burundi - Sécurité - Anniversaire

Petit séminaire de Buta : 20 ans déjà !

Bururi, le 1er mai 2017 (Net Press) . C’est en date du 30 avril 1997 que 40 séminaristes du petit séminaire de Buta, dans la province de Bururi, ont vu des assaillants du Cndd faire irruption dans leur dortoir. Ces derniers ont intimé l’ordre aux élèves de se séparer suivant leurs ethnies, ce qu’ils refusé. C’est dans ce contexte que les rebelles ont tiré indistinctement sur les élèves, faisant 40 morts parmi eux.

Celui qui était recteur de ce séminaire au moment des faits, l’abbé Zacharie Bukuru, a écrit 7 ans plus tard un livre - témoignage sur ces événements tragiques. Son livre "Les quarante jeunes martyrs de Buta (Burundi 1997), Frères à la vie, à la mort", donne des détails avec une rare précision sur ce qui s’est passé ce jour-là.

La préface de cet ouvrage est de Jean-Pierre Chrétien, un historien français spécialiste de l’Afrique des grands lacs et aujourd’hui à la retraite. Parlant des cas de Teza et de Buta, Jean-Pierre Chrétien mentionne que "les victimes sont en fait des boucs émissaires sacrifiés à des objectifs politiques et à un fantasme racial. Il est frappant d’observer que ces tueries sont toujours accompagnées d’un travail de justification : qu’il s’agisse de ces deux massacres commis par les Forces de défense de la démocratie ou d’autres massacres commis par l’armée gouvernementale..."

Et de poursuivre que "Le cas de Buta, a été de ce point de vue, exemplaire jusqu’aux limites de la décence, puisque le 6 mai 1997, une semaine après le massacre des quarante séminaristes, un site internet implanté en Allemagne, Burundi -Bureau, qui bénéficie d’aides diverses au nom de la défense des ’droits de l’homme’ et prétendait diffuser depuis Bonn "la vérité" au nom du peuple burundais, a osé sortir un communiqué intitulé : A Bururi, les écoliers combattent tandis que les soldats fuient...". Les responsables essaient de faire passer ce mensonge dans les médias internationaux, souvent non sans succès, comme si le sang versé devrait être utile à la fois militairement, politiquement et moralement. La négation de l’horreur par sa légitimation.

Burundi - Travail

Les Burundais se joignent au monde entier pour célébrer la journée internationale du travail

Bujumbura, le 1et mai 2017 (Net Press) . A l’occasion de la journée internationale du travail et des travailleurs, le président de la République s’est adressé à la Nation où il a exprimé sa satisfaction pour des Burundais qui rentrent massivement de leur exil tout en encourageant d’autres qui hésitent encore à emboîter le pas à leurs compatriotes.

Son discours était axé à deux aspects qui sont l’abandon du commerce illicite du café et des minerais, allusion faite aux saisies de ces produits dans les provinces de Kayanza, de Ngozi et de Kirundo par des gens qui tenaient de les écouler au Rwanda. Il est revenu également sur les intérêts bancaires qui sont exorbitants et qui découragent ceux qui veulent investir dans le pays. Il leur a demandé d’arrondir les angles pour des gens qui ont de bons projets.

Les fonctionnaires rencontrés par la rédaction ont indiqué que cette journée arrive au moment où leur pouvoir d’achat est proche de zéro. La plupart d’entre eux ne savent plus joindre les deux bouts du mois avec leurs salaires car ils n’augmentent presque jamais alors que les prix des produits de première nécessité voient leurs prix grimper tous les jours. Ils sont donc obligés de recourir à des découverts bancaires de façon permanente.

Les autres ont indiqué que les annales qui étaient par le passé prévues n’existent plus et cette mesure a frappé jusque dans les sociétés paraétatiques avec autonomie de gestion. C’est pour cette raison que les fonctionnaires se présentent pour sauver leurs postes mais n’en éprouvent plus la fierté, ont-ils affirmé sans rire.

Burundi - Droits de l’Homme

La campagne Sos-Torture sort son rapport n° 72

Bujumbura, le 1er mai 2017 (Net Press) . Il couvre la période du 22 au 29 avril 2017 et concerne les violations des droits de l’homme qui se poursuivent en toute impunité au Burundi. Le rapport évoque l’existence de plus de 20 cas de violences sexuelles répertoriés parmi les filles et femmes burundaises réfugiées dans les pays limitrophes.

Sos-Torture entend transmettre les dossiers complets des victimes et leurs témoignages au collectif des avocats qui représente les familles des victimes devant la cour pénale internationale car le viol est une arme de guerre par ailleurs prôné par le miliciens Imbonerakure.

Cette campagne a recensé également au moins 9 arrestations arbitraires dans différentes localités. Parmi celles-ci, l’arrestation de Belly Bertrand Niyongabire, un jeune homme interné au centre neuropsychiatrique de Kamenge suite à des tortures subies en décembre 2015.

Le rapport revient également sur la disparition forcée d’Oscar Ntasano depuis plus d’une semaine ainsi que les incohérences des déclarations de la police sur le présumé ravisseur de l’homme d’affaires. Le même rapport fait état de 6 personnes tuées dont un jeune homme abattu par des militaires et un avocat tué dans une attaque à la grenade. Le dernier point du rapport concerne la situation carcérale.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur