Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 10 mai 2017
|Un homme blessé lors d’une attaque armée à Buterere

Burundi - Sécurité 9 mai 2017
|Serait il une lecture différente sur la sécurité burundaise ?

Burundi - Sécurité 8 mai 2017
|Pour avoir autorisé la vente du café au Rwanda , il est emprisonné

Burundi - Sécurité 6 mai 2017
|Une fouille-Perquisition dans Birohe

Burundi - Sécurité 5 mai 2017
|Un homme tué a Kamenge

Burundi - Sécurité 4 mai 2017
|Un autre homme tué dans Cibitoke

Burundi - Sécurité3 mai 2017
|Un retraité tué dans Bujumbura rural

Burundi – Sécurité 2 mai 2017
|Un Makamba qui n’arrête pas de compter ses blessés

Burundi - Sécurité1er mai 2017
|Un commerçant assassiné à Cibitoke

Burundi - Sécurité 29 avril 2017
|Kamenge, victime d’une attaque à la grenade

Burundi - Sécurité 28 avril 2017
|Un homme tué dans la province de Rumonge

Burundi - Onu - Sécurité27 avril 2017
|Jamal Benomar sur le point d’être remplacé au Burundi

Burundi - Sécurité26 avril 2017
|L’insécurité fait parler d’elle dans la zone de Kamenge

Burundi - Sécurité25 avril 2017
|Découverte d’un cadavre dans la rivière Muha

Burundi –Sécurité 24 avril 2017
| Encore une fois Gitega sous le coup des attaques

Burundi - Sécurité 22 avril 2017
|Quand la société civile plaide pour le non-octroi de l’immunité aux putschistes

Burundi - Sécurité21 avril 2017
|L’insécurité augmente d’un cran ici et là dans le pays

Burundi - Sécurité20 avril 2017
|Une jeune fille tuée par son père

Burundi - Sécurité - Société19 avril 2017
|Une affaire sociale qui risque de causer de l’insécurité à Bubanza

Burundi - Sécurité 18 avril 2017
|Deux Burundais kidnappés sur le sol congolais

Burundi – Sécurité 17 avril 2017
|Une fouille-perquisition mêlée des arrestations

Burundi - Sécurité 15 avril 2017
|Une femme tuée par un policier

Burundi - Politique 14 avril 2017
|"Quand le gouvernement applique deux poids et deux mesures", dixit François Nyamoya

Burundi - Sécurité13 avril 2017
|Un homme tué dans le quartier Kibenga de la zone Kinindo

Burundi - Sécurité12 avril 2017
|Assassinat d’une personne dans la zone de Kinindo

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Pour avoir autorisé la vente du café au Rwanda , il est emprisonné

8 mai 2017

Ngozi, le 8 mai 2017 (Net Press) . Romain Ndagabwa, l’administrateur de la commune de Busiga dans la province de Ngozi au Nord du Burundi, a été admis dans l’une des "universités" du délit située sur la colline Kinyami, en commune et province de Ngozi. Il lui est reproché d’avoir autorisé la vente du café n’importe où, y compris chez le voisin du Nord.

Dans le même volet, le représentant du Fnl, aile d’Agathon Rwasa sur la colline Burenda, en commune Butaganzwa de la province Ruyigi (Est du pays), a été arrêté ce dimanche par les agents du service national des renseignements et sur mandat du parquet de la République. Selon le responsable de cette formation politique à Ruyigi, Severin Nitunga, la victime a été arrêtée pour des mobilités politiques. Selon la même source d’information, Révérien Hakizimana dénonçait les rondes nocturnes faites par la jeunesse du parti aux affaires (Imbonerakure).

Sur un autre chapitre, l’association pour la dignité et la solidarité (Ads –Inkingi ) a procédé ce dimanche le 7 mai 2017 à la commémoration de l’assassinat de 408 personnes tuées sur le marché de Kivyuka, en commune de Musigati de la province de Bubanza. Selon le représentant de cette association, le journaliste de la radio Isanganiro Charles Makoto, cette commémoration survient après un long moment d’identification des victimes conservées dans 10 cercueils. Charles Makoto plaide pour que les victimes soient enterrées dignement.

Burundi - Sécurité

Plus de 80 kg de chanvres ont été saisies à Muyinga

Muyinga, le 8 mai 2017 (Net Press) . Plus de 80 kg de chanvres emballés dans des sacs ont été saisis sur la colline Muramba, en commune de Buhinyuza de la province de Muyinga (au Nord est du pays). Selon des sources locales, les responsables de ces ménages n’étaient pas présents lors de la fouille-perquisition

Pour rappel, il y a environs trois semaines, l’administration de Muyinga avait procédé à la destruction d’une bonne quantité de chanvre ainsi que des produits pharmaceutiques périmés saisis dans cette même province. Les spécialistes en matière des frontières indiquent que ces dernières sont souvent poreuses, ce qui permet des fraudes massives entre pays, voire des crimes car les fauteurs de guerre se cachent dans un autre pays, surtout quant il n’y a pas d’accords d’extradition entre les pays voisins.

C’est pour cela donc que le chanvre, les minerais tout comme le café grouillent dans ces provinces qui ont des frontières communes avec le Burundi, notamment Kayanza, Ngozi et Kirundo avec le Rwanda, Cibitoke avec le Rwanda et la Rdc ainsi que Muyinga avec le Rwanda et la Tanzanie.

Burundi - Droits de l’Homme

La campagne Sos-Torture produit son rapport n° 73

Bujumbura, le 8 mai 2017 (Net Press) . Ce rapport couvre la période du 29 avril au 6 mai 2017 et évoque les violations des droits de l’homme au Burundi. Il fait état de la recrudescence des attaques armées et assassinats ciblés dans plusieurs localités du pays. Au moins six personnes ont été tuées et la plupart des victimes des attaques armées non encore revendiquées par les auteurs. Parmi les attaques, trois l’ont été à la grenade et selon toujours ce rapport, neuf personnes ont été blessées.

Deux ressortissants rwandais ont été arrêtés dans la province de Cibitoke, au Nord-Ouest du pays par le responsable du service national des renseignements. Ce dernier n’a pas communiqué le lieu de leur détention et la campagne Sos-Torture craint pour cela qu’ils soient victimes des relations politiques tendues entre les deux pays depuis le début de la crise politico-sécuritaire qui mine le Burundi.

Burundi - France - Politique

Le président Nkurunziza parmi les premiers chefs d’Etats africains à féliciter Emanuel Macron

Bujumbura, le 8 mai 2017 (Net Press) . Marine Le Pen, distancée dans les sondages par Emmanuel Macron dès le premier tour, a vu ce dernier, natif d’Amiens, énarque, inspecteur des finances puis banquier d’affaires, accéder à l’Elysée sans jamais avoir été parlementaire.

Secrétaire général-adjoint et conseiller économique du président Hollande depuis 2012, il est sorti de l’anonymat en entrant en 2014 au ministère de l’Economie où il est resté moins d’une année, avant de claquer la porte, créer un mouvement, En marche ! dont les sigles rappellent également le nom du président élu.

Sa victoire écrasant n’a pas laissé indifférent le président Nkurunziza puisqu’il a été le premier chef d’Etat africain à avoir félicité Emmanuel Macron élu a la tête de l’Hexagone. Sur son compte tweeter, le président Nkurunziza dit qu’il a suivi avec intérêt le déroulement des élections présidentielles françaises et félicite Emmanuel Macron pour cette victoire méritée.

Pour rappel, le président Nkurunziza a été parmi les chefs d’Etats africains à avoir félicité le successeur de Barack Obama, Donald Trump, qui vient de déclarer lui aussi qu’il est impatient de travailler avec Emmanuel Macron. De son côté, le président russe Vladimir Poutine a exhorté Emmanuel Macron à "surmonter la méfiance mutuelle" et d’unir leurs forces pour la stabilité et la sécurité internationales, allusion faite aux rumeurs d’évasion fiscale entretenues par les Russes et reprises par Marine Le Pen à la veille du deuxième tour des élections.

A l’étranger, le président de la commission européenne Jean-Claude Juncker et la chancelière allemande, Angela Merkel, première dirigeante qui a conversé avec M. Macron après son élection, ont salué une bonne nouvelle pour l’Europe.

Emmanuel Macron, 39 ans, est le plus jeune président de l’histoire de la France depuis la Vème République, de Charles De Gaule à François Hollande en passant par George Pompidou, Valéry Giscard d’Estain, François Mitterrand, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy. Au moment où c’est la fête chez Macron, la grande question est de savoir si le président élu pourra avoir la majorité au parlement.

Mais à l’extrême droite, c’est la mort politique au front national. Déjà Jean Marie le Pen, père de Marine, a chargé certains des membres du front national. Pour lui donc, "la défaite du Front National au second tour de l’élection présidentielle a un nom : celui de Florian Philippot", vice-président du Front National. Marine Le Pen, après avoir tué "politiquement" son père, elle veut également assassiner le front national, selon des analystes de la politique française.

Signalons enfin qu’aujourd’hui, 8 mai 2017, le président sortant, François Hollande, a célébré la date du 8 mai, fin de la deuxième guerre mondiale le 8 mai 1945, en compagnie du président élu Emmanuel Macron, qui prendra officiellement ses fonctions à la fin de cette semaine.

Burundi - Union africaine –Economie

Les pays de l’Union africaine se penchent sur la réforme de l’institution à Kigali

Kigali, le 8 mai 2017 (Net Press) . Le chef de l’État rwandais, Paul Kagame, a accueilli ce dimanche à Kigali des représentants de la majorité des pays membres de l’Union africaine (UA) pour discuter de la « mise en œuvre » de la réforme de l’organisation panafricaine pour la rendre plus efficace.

« Il n’existe pas de changements faciles, la route qui nous attend est longue » et peut même être « inconfortable » mais « il est important que nous ne gâchions pas cette opportunité », a déclaré Paul Kagame le 7 mai face à une dizaine de ministres des Affaires étrangères africains et des ambassadeurs auprès de l’Union africaine (UA) dans l’enceinte de la Convention Center de Kigali.

Bureaucratique, inefficace, trop dépendante des donateurs étrangers et peu crédible aux yeux des citoyens, l’institution panafricaine créée en 2002 sur les cendres de l’OUA est depuis de nombreuses années particulièrement critiquée.

De fait, en juillet 2016 à Kigali lors du 27è sommet de l’UA, le président rwandais s’est vu confier la lourde tâche de la réformer. Les grandes lignes de cette réforme ont été présentées lors du sommet suivant, en janvier 2017 à Addis-Abeba, et ont été adoptées par ses homologues africains. Reste désormais à les mettre en application afin que cette réforme ne reste pas qu’un vœu pieux.

La crédibilité de l’UA : un enjeu de la réforme

« Nous sommes à un tournant » car « les défis auxquels nous faisons face nous commandent d’adapter notre outil dans un monde en plein changement », a martelé à la tribune Moussa Faki Mahamat, le nouveau président de la Commission de l’UA, assurant que « la crédibilité » de l’organisation dépendait de la pleine application de ces réformes. Faute notamment d’une volonté politique, « plusieurs projets, plusieurs rapports sur les réformes sont pratiquement des morts nés » par le passé, a-t-il déploré.

Parmi les propositions de Paul Kagame et de son équipe de réforme, figurent surtout la diminution des champs d’intervention de l’organisation, une meilleure division du travail entre la Commission de l’UA d’une part et les communautés économiques régionales et les Etats membres d’autre part ou encore la réforme sur le financement de l’Union africaine qui doit normalement être mise en application dès le 1er janvier 2018. Passage en revue des changements proposés.

Rationalisation du champ d’action de l’UA

Le projet de réforme prévoit la limitation des champs d’intervention de l’Union africaine qui se concentrerait sur quatre « domaines prioritaires » de portée continentale : les affaires politiques, la paix et la sécurité, l’intégration économique et les moyens pour l’Afrique de faire entendre sa voix sur la scène internationale.

Ce recentrement des priorités concerne aussi les sommets de l’UA, ces deux grand-messes semestrielles qui rassemblent les chefs d’État. Lors du prochain rendez-vous panafricain, prévu en juillet, pas plus de trois thèmes comptant parmi les questions « stratégiques » ne devraient être soumis aux chefs d’Etats et de gouvernements.

Réalignement les institutions

Dans la présentation de son rapport à ses homologues en janvier, Paul Kagame avait recommandé la mise en œuvre d’une « division claire du travail » entre l’Union africaine et les communautés économiques régionales, les États membres et les autres institutions continentales. Ce dimanche à Kigali, Moussa Faki Mahamat a expliqué qu’il souhaitait que la commission de l’UA soit représentée dans chacune de ces communautés économiques régionales.

La Commission de l’UA devra aussi faire l’objet d’un audit institutionnel et opérationnel pour évaluer les « goulots d’étranglement » qui paralysent son fonctionnement. « Nous sommes sous et mal administrés » et il y a « un certain nombre de dysfonctionnements » qui ne permettent pas à la Commission d’opérer de manière optimum, a déclaré dimanche Faki Mahamat.

Réforme du financement

Cette réforme particulièrement discutée ce dimanche et vue comme prioritaire doit permettre d’offrir à l’organisation panafricaine une souveraineté financière et politique. En effet, plus de 80% de son budget dépend aujourd’hui des donateurs étrangers. Le principe d’une taxe de 0,2 % sur certaines importations, dite « taxe Kaberuka » du nom l’ancien président de la Banque africaine de développement (BAD) à l’origine de cette proposition, a été entériné en juillet 2016 par les chefs d’Etats réunis à Kigali.

Ce dimanche, certains pays comme Maurice, se sont toutefois inquiétés des accords commerciaux de libre-échange dans lesquels ils se sont engagés et notamment ceux signés avec l’Organisation mondiale du Commerce (OMC), qui interdisent d’établir de discrimination entre leur partenaires commerciaux.

Le Rwanda attendait les 55 chefs de la diplomatie africains, mais ce dimanche ils n’étaient qu’une petite dizaine à avoir fait le déplacement, dont le Bénin, le Tchad, le Mali, le Burkina Faso ou encore le Nigeria. Les autres pays ont été représentés par des vice-ministres ou leurs ambassadeurs à Addis-Abeba, siège de l’UA. Doit-on y voir un mauvais signe pour la réforme et pour la volonté affichée de Paul Kagame de mettre fin à la « crise de la mise en œuvre » des décisions de l’UA ?

« Nous sommes à la croisée des chemins et, au niveau du continent, le processus (de réforme) est irréversible », a estimé face à la presse Louise Mushikiwabo, la ministre rwandaise des Affaires étrangères, selon laquelle la réunion a clairement montré « une détermination » des pays africains à effectuer ces réformes. La mise en œuvre de la réforme de l’Union africaine sera une nouvelle fois débattue lors du prochain sommet de l’organisation en juillet à Addis-Abeba

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur

A L’OCCASION DE L’OUVERTURE DE L’ANNÉE ACADÉMIQUE 1964-1965.13 janvier 2014
|DISCOURS PRONONCE LE 1er OCTOBRE 1964 PAR LE PROFESSEUR W. DEROUAU RECTEUR DE L’UNIVERSITÉ OFFICIELLE DE BUJUMBURA

Rwanda - Génocide6 décembre 2013
|LA TOUSSAINT ROUGE RWANDAISE DU 1er novembre 1959. (Révolution, fratricides, déicides ou génocides assistés 54 ans après ?) ssimbananiye@gmail.com Genèse et chronologie.