Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité12 septembre 2017
|Attaque armée dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité11 septembre 2017
|Des personnes arrêtées par des Imbonerakure au Sud du pays

Burundi - Manifestation9 septembre 2017
|Le pouvoir encore une fois dans la rue pour manifester contre un rapport de l’Onu

Burundi - Sécurité8 septembre 2017
|Brûlé par son épouse, il est sauvé par des voisins

Burundi - Sécurité7 septembre 2017
|Un cadavre retrouvé dans une rivière à Kayanza

Burundi - Dialogue6 septembre 2017
|Après Paris, Edouard Nduwimana se retrouve à Dar Es Salam

Burundi - Sécurité - Opinion5 septembre 2017
|Quand l’insécurité monte d’un cran dans tous les coins

Burundi - Sécurité4 septembre 2017
|Ruyigi, province très avancée en matière de criminalité

Burundi - Sécurité2 septembre 2017
|La protection civile de la police applaudie des deux mains à Kinindo

Burundi - Sécurité1er septembre 2017
|Un policier tue deux personnes à Kirundo

Burundi - Sécurité 31 août 2017
|Vers une demande de permission pour écrire un texto sur le Smartphone

Burundi - Sécurité30 août 2017
|Tuerie au Sud-Ouest, mais également au Nord-Ouest

Burundi - Sécurité 29 août 2017
| Un Imbonerakure blesse à la machette 5 policiers, et 3 personnes civiles

Burundi - Sécurité28 août 2017
|Un homme de 99 ans tué à Ngozi

Burundi - Sécurité 26 août 2017
|La réserve naturelle de la Rukoko sous le coup d’une arrestation

Burundi - Sécurité25 août 2017
|La lecture de la situation sécuritaire au Burundi toujours controversée

Burundi - Sécurité24 août 2017
|Une femme kidnappée sans aucun secours dans la zone de Bwiza

Burundi - Sécurité23 août 2017
|Une personne meurt dans un accident de voiture

Burundi - Sécurité22 août 2017
|Un homme tue sa conjointe pour des raisons de concubinage

Burundi - Sécurité21 août 2017
|L’insécurité monte d’un cran dans plusieurs coins du pays

Burundi - Sécurité 19 août 2017
|Quand la Regideso est pointée du doigt comme origine de l’insécurité

Bujumbura – Sécurité 18 août 2017
|De l’hécatombe sur Bujumbura

Burundi - Sécurité 17 août 2017
|Une personne tuée a Karusi .

Burundi - Sécurité16 août 2017
|La voiture du gouverneur de Bubanza dans une embuscade

Burundi - Sécurité 15 août 2017
|Un militaire tue son frère d’arme

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Une vague d’arrestations dans Nyakabiga

11 mai 2017

Bujumbura, le 11 mai 2017 (Net Press) . La police a précédé de l’aube de ce jeudi le 11 mai 2017 à une fouille-perquisition dans la zone de Nyakabiga. Selon nos sources, plus de 30 personnes ont été interpellées et conduites manu militari au cachot de la zone Nyakabiga. Pour le moment, les raisons de l’interpellation restent inconnues.

Sur un autre chapitre, les deux cents personnes refoulées au pays de Paul Kagame, dont une vingtaine de ressortissants dans les provinces de Ngozi, de Muyinga et de Kayanza admis au centre de réconciliation de la commune de Kirundo, vivent dans la précarité, selon les témoins, ils mangent une fois les deux jours et dorment à la belle étoile. La plupart des ressortissants de la province de Kirundo ont été accueillis dans leurs familles respectives.

Burundi - Chine - Politique

Le vice-président de la Chine dans nos murs

Bujumbura, le 11 mai 2017 (Net Press) . La rédaction avait déjà annoncé la visite de trois jours du vice-président de la République populaire de Chine au Burundi. L’on peut le dire sans risque de se tromper que depuis que la communauté internationale a fermé les robinets pour le Burundi, le pays de Mao Tse Tung est devenu le premier partenaire du Burundi sur plusieurs plans.

A sa descente d’avion dans l’après-midi de ce 10 mai 2017, il a été accueilli par le premier vice-président Gaston Sindimwo. Il a pu visiter quelques réalisations de son pays au Burundi, notamment une école à Kigobe et une autre encore en construction dans la zone de Kamenge, accompagné par le deuxième vice-président de la République, Joseph Butore.

Il est prévu que cet après-midi, Li Yuanchao, doit rencontrer le président de la République et sa visite devrait prendre fin ce vendredi 12 mai 2017. Officiellement, il est venu renforcer les bonnes relations qui existent déjà entre les deux pays.

Burundi - Sécurité - Nécrologie

Départ pour l’Eternité de l’abbé Adolphe Ntahondereye

Bujumbura, le 11 mai 2017 (Net Press) . L’abbé Adolphe Ntahondereye a été très récemment connu au niveau national et international comme une victime d’une attaque qui a eu lieu dans la soirée du 9 avril 2017 contre un bus qui quittait la centre - ville de Bujumbura en direction de Gatumba, de la commune Mutimbuzi dans Bujumbura rural et à bord duquel se trouvait le prélat. Il ne serait pas superflu d’ajouter que lors de son enlèvement, ses chaussures lui ont été retirées, raison pour laquelle ses pieds étaient gonflés quand il a été relâché en date du 26 avril 2017.

Ces déplacements ont affecté gravement sa santé qui était déjà fragile et il a été transporté jusqu’au foyer de la Charité où il est décédé dans la nuit de mercredi à jeudi 11 mai 2017. Selon des informations en provenance de la paroisse de Gatumba, les mauvais traitements auxquels il n’était pas habitué ont aggravé la situation car il était déjà âgé et avait d’autres maladies.

Burundi - Justice

Et si le Burundi orientait ses avocat malgré lui !

Bujumbura, le 11 mai 2017 (Net Press) . Me Vital Nshimirimana, avocat radié de la liste des avocats du barreau de Bujumbura et en exil, vient de rejoindre l’équipe des avocats qui travaillent avec la cour pénale internationale. Me Nshimirimana estime que cette adhésion est une preuve de la conviction que la justice internationale doit fonctionner pour réprimer les crimes commis au Burundi car en interne, la justice est devenue l’outil de répression du pouvoir.

Me Vital Nshimirimana est le deuxième avocat burundais qui intègre ce barreau après Me Lambert Nigarura, lui aussi en exil et radié comme son confrère. Rappelons que Me Vital Nshimirimana est également président des défenseurs des droits de l’homme en Afrique de l’Est et dans la Corne de l’Afrique.

L’on rappellera également qu’un autre avocat, Me Armel Niyongere, fait partie du barreau de Bruxelles en Belgique tandis que le quatrième, Dieudonné Bashirahishize, qui vit dans les mêmes conditions que les trois, est vice-président de l’association des barreaux de l’Afrique de l’Est.

Burundi - Eac - Malversations Economiques

Le secrétaire général de l’Eac dans l’œil du cyclone

Arusha, le 11 mai 2017 (Net Press) . Selon un journal ougandais Chimpreports, le secrétaire général de l’Eac, le Burundais Libérat Mpfumukeko, est pointé du doigt dans la mauvaise gestion des fonds de l’Eac. Ces informations sont confirmées par le Tanzanien, Dr. Enos Bukulu, son adjoint chargé des finances dans l’Eac.

Sur place au siège de l’Eac, des enquêtes ont débuté sur la mauvaise gestion et le détournement des fonds de l’Eac. Libérat Mpfumukeko est soupçonné d’avoir attribué des marchés, notamment à la société Assurance M/s Liberty Insurance en dehors des procédures. Ainsi, les enquêtes proprement dites ont débuté le 3 mai 2017 car le secrétaire général de l’Eac est accusé d’avoir détourné 200.000 dollars américains, plus ou moins 500 millions de francs burundais. Les travaux qui ont servi de base au décaissement de ce montant n’ont pas été réalisés et Libérat Mpfumukeko est pressenti avoir joué un rôle dans cela, selon toujours les déclarations du Dr. Bukulu.

Enfin, il est accusé à Libérat Mpfumukeko d’utiliser le véhicule de service à des fins personnelles au moment où les lois et règlements de l’Eac placent ce genre d’activités dans la rubrique de "malversations économiques".

Burundi - Union Européenne Politique

Dialogue de sourd entre le Burundi et l’Union européenne

Bujumbura, le 11 mai 2017 (Net Press) . Le parlement burundais est décidé à proposer une résolution du 19 au 21 juin 2017 à Malte lors de l’assemblée paritaire ACP - UE qui présente le Burundi sous ses plus beaux jours : l’amélioration de la sécurité sur toute l’étendue du territoire, retour de 156.266 réfugiés dans les pays voisins et l’Europe comme l’ancien président de la République Sylvestre Ntibantunganya, l’ancienne deuxième vice-présidente de la République Alice Nzomukunda, les anciens députés Mathias Basabose et Joseph Ntidendereza ainsi que l’ancien ambassadeur à Bruxelles Félix Ndayisenga.

Les deux chambres du parlement demandent pour cela à l’Union européenne de tenir compte de ces avancées pour lever les sanctions contre le Burundi car elles affectent énormément la population dans des domaines variés comme l’éducation et la santé.

Un diplomate qui a requis l’anonymat a indiqué que tout d’abord, l’ancien président Sylvestre Ntibantunganya a déclaré ouvertement qu’il n’a jamais fui le pays. En outre, la situation politico-sécuritaire reste précaire d’autant plus qu’il y a encore des tueries, des tortures et des disparitions. Par ailleurs, en matière d’éducation et de santé, l’Union européenne assiste le Burundi mais les fonds ne passent pas par les mains du gouvernement, conformément à l’article 96 de l’accord de Cotonou.

Et d’ajouter que le gouvernement du Burundi est victime de ses propres faits. En effet, dans différents discours, quand l’Union européenne parle de dialogue inclusif avec tous les protagonistes, le gouvernement parle du dialogue interne dont l’objectif est de pérenniser le président au pouvoir. Des jeux en somme qui ne trompent plus l’opinion internationale actuellement très informée sur la situation au Burundi, aussi bien à la communauté d’Afrique de l’Est, à l’Union africaine, à l’Union européenne qu’à l’Onu. Si le pouvoir opte pour la collaboration, les sanctions seront vite levées car, a-t-il conclu, même les bailleurs sont conscients que la pauvreté extrême frappe le pays.

Burundi - Rwanda - Education

La Maison Shalom ouvre un centre communautaire à Kigali

Kigali, le 11 mai 2017 (Net Press) . La Maison Shalom a ouvert ce mercredi le 10 mai 2017 un centre communautaire dénommé « Oasis of peace « dans la ville de Kigali où des jeunes Burundais et Rwandais seront formés en art culinaire, en anglais, en couture ainsi que dans d’autres activités.

La présidente de la Maison Shalom, Marguerite Barankitse dite affectueusement Maggy, estime que le centre va abriter les activités culturelles, les théâtres et les arts. Margueritte Barankitse souligne que le centre va former d’abord les jeunes réfugiés burundais pour l’anglais pour s’ouvrir au monde.

En pleines cérémonies, les enfants entonnaient une chanson du célèbre musicien burundais Prosper Burikukiye dit Bahaga ayant pour titre « Naraduze umudugo , umudugo munini « Je suis monté une grande montagne".

Le centre Oasis of Peace servira également d’échanges culturels entre Burundais et Rwandais. Comme il s’agit de jumelage, la danse traditionnelle rwandaise faisait partie du lot du jour ce mardi au cours des cérémonies. Les réfugiés burundais apprécient positivement l’initiative de la Maison Shalom.

L’ouverture du centre Oasis of peace de Kigali marque une extension des activités de la Maison Shalom, notamment depuis que ses activités au Burundi, dont l’hôpital moderne Rema de Ruyigi, ont été suspendues.

Pour rappel, le gouvernement burundais accuse la présidente de la Maison Shalom d’avoir participé à la tentative de coup d’Etat du 13 mai 2015. Depuis son exil, Maggy Barankitse n’a cependant pas arrêté ses activités et se concentre sur les réfugiés burundais qui ont fui suite à la crise. La présidente de la Maison Shalom a par ailleurs déjà été plusieurs fois primée au cours de ces deux dernières années, le dernier prix en date étant le prestigieux Aurora Prize.

A la lecture pour vous

Burundi -Usa- Politique

"Trump est sur la voie de la destitution", dixit un politologue

Washington, le 11 mai 2017 (Net Press) . Pour la politologue franco-américaine Nicole Bacharan, les élections de mi-mandat détermineront le sort de Donald Trump. Les suspicions grandissent sur le rôle du président dans l’affaire de l’ingérence russe dans l’élection présidentielle.

Suite au limogeage du patron du FBI, les suspicions grandissent sur le rôle du président dans l’affaire de l’ingérence russe dans l’élection présidentielle.

Quand on s’attache aux faits, à la chronologie des deux enquêtes, celles sur les e-mails de Hillary Clinton et celle sur l’ingérence russe dans la campagne présidentielle, on se dit que le limogeage du patron du Fbi est juste incroyable…

C’est impensable. On est dans une situation de confusion incroyable qui tient au fait, soyons clairs, que Trump écarte une personne qui est en train d’enquêter sur lui.

Trump déclare la guerre au Fbi

Mais c’est surtout politiquement que la situation est perturbante. Pour deux raisons. D’abord, James Comey aurait dû être viré depuis longtemps par Barack Obama. L’ancien président américain savait qu’il y avait eu ingérence russe dans la campagne présidentielle mais il n’en a rien fait. Quand le patron du Fbi James Comey, le 5 juillet, descend en flammes le comportement de Hillary Clinton mais dit ne pas avoir d’éléments suffisants pour la poursuivre légalement, on peut s’interroger. Pourquoi ne pas l’avoir poursuivie à l’époque ? Lorsqu’il décide d’informer le Congrès que le Fbi a en sa possession de nouveaux éléments concernant la messagerie privée de Hillary Clinton, il ne sait pas ce que contiennent vraiment ces e-mails mais il sait par contre qu’en parler va nuire à la candidate démocrate à 10 jours de l’élection présidentielle. Il a joué un rôle prépondérant dans l’élection de Donald Trump en torpillant la candidate Clinton. Il sera sans doute poursuivi pour cela… Ensuite, ce qui est perturbant, c’est que ce renvoi fait suite à d’autres renvois…

Il y a eu l’ancienne ministre de la Justice par intérim Sally Yates début 2017 et plus tôt encore, celui de l’ancien procureur de New York, Preet Bharara. Deux personnes qui investiguaient sur Donald Trump…

Avec James Comey, ça fait donc 3. Et c’est naturellement interpellant. Parce que traîne derrière ces renvois le sentiment que Donald Trump a quelque chose à cacher… Petit à petit, les éléments s’accumulent. L’étau se resserre autour du président américain : les conflits d’intérêts, le fait que sa famille, surtout du côté de son beau-fils Jarod Kushner, puisse s’enrichir en étant en même temps au faîte du pouvoir, les abus de pouvoir, les relents de corruption… C’est suspect. Et puis, par-dessus tout, il y a cette très forte possibilité qu’il y ait eu collusion entre l’entourage de Trump et des agences russes proches du Kremlin pour orienter la campagne présidentielle. On sait qu’il y a eu des contacts entre Michael Flynn (ancien conseiller à la sécurité nationale), Paul Manafort (stratège de Trump), notamment, et ces agences…

Mais pas de preuves, jusqu’à présent…

Non, mais le faisceau de faits commence vraiment à interpeller. Les médias américains ne s’y sont pas trompés, eux qui ont engagé à tour de bras des journalistes d’investigation pour trouver la pièce qui manque au puzzle, la preuve que Trump était au courant de ces discussions entre son entourage et les Russes. On n’imagine pas qu’il n’ait pas été au courant mais il n’y a pas encore de preuve formelle.

Tout cela fait furieusement penser au Watergate et à la destitution de Richard Nixon, non ?

Oui, il n’y a pas mal d’éléments de comparaison, comme le renvoi de personnes qui investiguaient sur lui, le refus d’obéir aux juges, le refus de transmettre des documents à la justice… Il faut d’ailleurs se souvenir que Nixon est tombé sur le refus de donner des enregistrements (des écoutes mises en place par la Maison blanche, Ndlr) à la justice. Notez que s’il avait obtempéré, il serait tombé aussi (rires).

Doit-on s’attendre à ce que Trump suive la même voie que son prédécesseur ?

On n’y est pas encore mais on s’en rapproche à grands pas. On peut le dire : Donald Trump est sur la voie de l’impeachment. Tout dépendra je pense, au-delà de nouvelles révélations possibles par la presse, des élections de mi-mandat (mid-terms), qui verront une partie du Congrès être renouvelée. Même si cela ne sera pas évident en raison du découpage des circonscriptions, la Chambre pourrait tomber dans les mains démocrates et Donald Trump aurait la vie plus dure. Mais c’est sans doute au sein de son camp même que cela sera le plus compliqué : la loyauté de son parti est intimement liée à sa popularité. S’il devait jouir d’une cote de popularité très basse – et elle baisse de jour en jour –, Donald Trump sera certainement menacé par les siens.

En attendant, est-ce que les contre-pouvoirs sont réels aux Etats-Unis pour faire la lumière sur cette affaire d’ingérence russe ?

Oui. La presse, les juges, le Congrès… et je rajouterais même les services de renseignements et le Fbi. Donald Trump se les est mis à dos, en les décriant, et hier, en limogeant de manière très brutale James Comey. Pour sûr, la collecte d’informations ne s’arrêtera pas et peut-être verra-t-on un autre « Gorge Profonde » émerger (du nom de l’informateur de la presse dans le Watergate, Ndlr)…

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur