Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité8 novembre 2017
|Treize personnes arrêtées pour trafic humain

Burundi – Sécurité 7 novembre 2017
|La police arrête plus de 100 personnes au centre ville de Bujumbura

Burundi - Ouganda – Sécurité 6 novembre 2017
|Deux morts dont le directeur de ligue Iteka dans un accident de roulage en Ouganda

Burundi - Sécurité4 novembre 2017
|Un homme tué à Rugombo

Burundi - Sécurité 3 novembre 2017
|L’immeuble Tropicana Net Café légèrement touché par un incendie

Burundi - Sécurité2 novembre 2017
|Un homme de Rugombo édenté par les Imbonerakure

Burundi –Sécurité 1er novembre 2017
|De l’intifada entre les policiers et militaires dans Cankuzo

Burundi - Sécurité 31 octobre 2017
|Une fillette violée et tuée à Muyinga

Burundi - Sécurité30 octobre 2017
|Des corps sans vie ici et là à travers le pays

Burundi - Justice - Manifestations28 octobre 2017
|Le ministère de l’intérieur fête le retrait du Burundi du statut de Rome

Burundi - Sécurité27 octobre 2017
|Augmentation d’un cran du meurtre des personnes sans défense

Burundi - Sécurité26 octobre 2017
|Le marché de Buterere prend feu

Burundi - Sécurité 25 octobre 2017
|Le ministre Alain Guillaume Bunyoni percute des piétons

Burundi - Sécurité24 octobre 2017
|Découverte de plusieurs cadavres à travers le pays

Burundi - Sécurité23 octobre 2017
|Un homme reçoit des coups et blessures dans la province de Kayanza

Burundi - Anniversaire21 octobre 2017
|La date du 21 octobre fêtée de façon diverse par les Burundais

Burundi - Sécurité20 octobre 2017
|Un corps sans vie retrouvé dans la province de Kayanza

Burundi - Sécurité19 octobre 2017
|Visiblement agressée, une jeune fille perd sa conscience

Burundi - Sécurité18 octobre 2017
|Plus de dérangement dans Rukoko, dixit le porte-parole de l’armée

Burundi - Sécurité17 octobre 2017
|La foudre devient une grande cause d’insécurité dans notre pays

Burundi - Sécurité 16 octobre 2017
|Deux frères abattus par leur grand-mère

Burundi - Sécurité14 octobre 2017
|Après la pluie, le beau temps !

Burundi - Sécurité13 octobre 2017
|Un présumé voleur tué dans la province de Ngozi

Burundi - Sécurité 12 octobre 2017
|Trois personnes tuées dans la plaine de la Rusizi

Burundi - Sécurité11 octobre 2017
|Une tentative de vol qui tourne au vinaigre

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Des crépitements d’armes se font entendre dans Ruziba

20 mai 2017

Bujumbura, le 20 mai 2017 (Net Press) . Dans l’après-midi de ce vendredi 19 mai 2017, des crépitements d’armes ont été entendus dans la zone de Kanyosha, au sud de la capitale Bujumbura. Selon des informations en provenance de cette contrée, à l’endroit appelé Gateramo, un véhicule d’un militaire haut gradé à cogné des produits vivriers que des commerçants vendaient.

C’est ainsi que les réactions de la population n’ont pas tardé à se faire remarquer, exigeant du militaire le paiement des pots cassés. Au fil du temps, la colère ne cessait de monter et les agents de transmission du militaire, qui ont estimé que la sécurité de leur patron pouvait basculer à tout moment, ont jugé bon de tirer en l’air pour disperser la foule.

Boniface Nibigira, un cadre de la société sucrière du Moso située en province de Rutana (sud-est du pays), a été arrêté ce vendredi le 19 mai 2017 sur le lieu du travail et conduit manu militari au cachot de la police de Rutana. Ce membre de l’Uprona non reconnu par le pouvoir est accusé d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat.

Dans le même volet, les policiers et les militaires lourdement armés en patrouille dans les environs du quartier VI dans la zone de Ngagara en commune Ntahangwa ont ordonné dans la nuit de ce vendredi la fermeture de tous les bars sans fournir une moindre explication. Un habitant de ce quartier déplore que les forces de l’ordre dérangent ceux qui partagent un verre paisiblement alors que dans les quartiers voisins de la zone Kamenge, en l’occurrence les quartier de Kavumu et de Twinyoni, victimes d’insécurité grandissante depuis ces derniers jours, se la coulent douce jusqu’à organiser des soirées dansantes qui occasionnent des tapages nocturnes.

Burundi - Eac - Politique

Peu d’intérêt pour les pays membres, peu d’intérêt pour la crise burundaise

Dar-es-Salaam, le 20 mai 2017 (Net Press) . C’était prévisible, une large opinion avait indiqué qu’elle n’attend rien du sommet des chefs d’Etat de l’Afrique de l’Est. A son départ pour la Tanzanie, le premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo, qui représente le Burundi, avait fait savoir par voie de presse que la question du Burundi n’est pas à l’ordre du jour des points à étudier. Les milieux crédules pensaient qu’il n’était pas possible que le sommet ne se penche pas sur la question du Burundi alors que cela avait été demandé avec insistance par le facilitateur Benjamain William Mkapa.

Nous avons appris que non seulement les chefs d’Etat ne s’y sont pas présentés, - deux seulement sur six ont fait le déplacement de la Tanzanie -, mais également les points à étudier concernaient le remplacement du président en exercice sortant de l’Eac, les échanges commerciaux entre l’Eac et l’Union européenne ainsi que l’accueil officiel du Soudan du Sud dans l’East african community.

Les présidents rwandais, kenyan, sud soudanais et burundais n’ont pas fait le déplacement pour des raisons qu’ils n’ont pas fait savoir les raisons de cette absence. Seuls les présidents Museveni de l’Ouganda et l’hôte, John Pombe Magafuli de la Tanzanie, ont pris part à ces travaux. La question est de savoir si les conclusions de Dar-es-Salaam, au cas où il y en ait, vont engager toute la région.

Peut-on conclure que l’ancien président Benjamin William Mkapa était au courant de ce fiasco de Dar-es-Salaam ? D’autant plus qu’il n’a pas hésité à programmer d’autres rencontres, notamment celles des 24 et 25 mai à Entebbe avec les membres de la société civile en exil. En effet, une certaine opinion s’attendait à ce que les orientations de ce sommet seront suivies à la lettre par le facilitateur, ce qui risque de décevoir les naïfs. Et avec un tel rythme, l’on sent que le rendez-vous de juin tel que souhaité par le même facilitateur Mkapa n’est plus qu’un lointain souvenir.

Burundi - Commerce

Faut-il croire aux propos du ministre de l’énergie ?

Bujumbura, le 20 mai 2017 (Net Press) . Lors de la conférence de presse animée ce 19 mai 2017, le ministre de l’énergie et des mines, qui s’occupe également de la vente du carburant, Côme Manirakiza, a tenté de rassurer l’opinion en déclarant que d’ici peu, la vente du carburant redeviendra normale.

Il a indiqué que l’on n’atteindra pas automatiquement le niveau sur lequel le pays était avant la pénurie mais que le problème sera moins senti qu’auparavant. Il a profité de cette occasion pour démentir plusieurs rumeurs qui circulent, notamment que la Tanzanie aurait bloqué tout le carburant acheminé sur Bujumbura. Ces deux pays ont de bonnes relations, devait souligner le ministre Côme Maniralkiza, qui, par ailleurs, a invoqué une éventuelle solution dans la disponibilité des devises. Il demande enfin aux populations qui ont besoin de ce produit de patienter car les véhicules qui l’importent se trouvent en cours de chemin.

La population citadine semble ne pas donner beaucoup de crédit à ces propos car la pénurie du carburant s’observe depuis un mois. La même opinion a rappelé un ancien membre du gouvernement qui a menti à l’assemblée nationale sur les frais à augmenter pour la Régideso pour qu’il y ait une disponibilité permanente du courant électrique. Mais après le vote à l’assemblée, l’électricité a fait défaut de plus belle et elle affirme qu’elle acceptera les propos du ministre suivant les faits en la matière.

Burundi - Economie

Le Lumitel lance un cri d’alarme et propose une solution

Bujumbura, le 20 mai 2017 (Net Press) . A travers une correspondance adressée au ministre de l’énergie et des mines, la société de téléphonie mobile dit que suite à la pénurie persistante du carburant, cette société ne parvient plus à avoir une quantité suffisante de carburant pour alimenter les groupes électrogènes qui servent au fonctionnement de plus de 600 sites répartis dans le pays. Il propose au gouvernement burundais de s’approvisionner urgemment en l’or noir dans les pays voisins.

Le directeur général de cette société prévient : "Dans 2 jours, si nous n’arrivons pas à avoir une quantité suffisante de carburant, nous serons forcés d’éteindre 30 à 50 % de nos sites". Une large partie des abonnés de cette société de téléphonie mobile déplorent que ce vendredi, ils ont connu des perturbations téléphoniques. Il faudrait souligner que le manque criant de cet or noir touche même le secteur argentier du gouvernement (Obr) ou le directeur des ressources humaines, dans un mémorandum adressé au personnel, précise que les contacts étaient menés avec les fournisseurs pour faciliter l’obtention du carburant.

Burundi - Media - Justice

Rsf demande la libération du journaliste Antideteste Niragira

Paris, le 20 mai 2017 (Net Press) . Reporters sans frontières a saisi ce vendredi l’agence nationale des renseignements de la République démocratique du Congo pour s’enquérir des informations concernant la détention du journaliste correspondant de la Deutsche Welle, Antideteste Niragira.

Le service secret congolais accuse le journaliste Antiditeste Niragira d’entrer sur le sol congolais sans visa de séjour, en se réservant de ne répondre à aucune question du directeur du bureau de Reporters sans frontières Afrique, Cléa Kahn-Sriber. Il a affirmé que si le Congo ne lui permet pas d’entrer sur son sol et qu’il le relâche pour qu’il retourne au Burundi

Burundi - Libye – Sécurité

141 morts dans une attaque contre une base militaire

Misrata, le 20 mai 2017 (Net Press) . Selon le journal "Jeune Afrique", au moins 141 personnes, dont la plupart des soldats loyaux à l’homme fort de l’Est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, ont été tués dans une attaque menée par des groupes rivaux contre une base militaire dans le sud libyen.

Selon des sources militaires, la 3e Force, un puissant groupe armé de la ville de Misrata (nord), officieusement loyal au gouvernement d’union nationale (Gna), a mené jeudi une attaque contre la base aérienne de Brak al-Shati, contrôlée par l’armée nationale libyenne (Anl) autoproclamée par le maréchal Haftar.

Ahmad al-Mesmari, porte-parole de l’armée nationale libyenne (Anl, autoproclamée par Haftar), a fait état vendredi soir de 141 morts et plusieurs blessés et disparus dans cette attaque.

Parmi les victimes, figurent aussi des civils qui travaillaient sur la base ou qui se trouvaient aux alentours, a-t-il précisé au cours d’une conférence de presse. Selon lui, « les soldats tués revenaient d’un défilé militaire dans l’Est de la Libye. La plupart d’entre eux n’étaient pas armés. Ils ont été exécutés ».
L’ONU avait évoqué plus tôt un nombre important de morts et « des informations sur des exécutions » sans donner de détails. « Je suis indigné par des informations sur un nombre important de morts, y compris des civils, et des rapports selon lesquels des exécutions sommaires auraient pu avoir lieu », a réagi l’émissaire de l’ONU en Libye, Martin Kobler.

Commission d’enquête

Le Gna a mis en place une commission d’enquête et décidé de « suspendre le ministre de la Défense, Al-Mahdi al-Barghathi, et le commandant de la 3ème Force jusqu’à ce que soient identifiés les responsables » de l’attaque, selon une décision parue vendredi soir. Le Gna et le ministère de la Défense avaient tous deux condamné l’attaque de jeudi, affirmant ne pas avoir donné d’ordre en ce sens.

La base de Brak al-Shati est située à 650 km au sud de Tripoli, dans une région désertique et marginalisée, où l’Etat est quasiment absent depuis que la Libye est plongée dans le chaos à la suite de la chute du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011. Des affrontements réguliers y opposent des milices et des tribus pour le contrôle de toute sorte de trafics très lucratifs avec le Tchad, le Niger et le Soudan voisins.

Contrôlant une grande partie de l’est et du sud libyens, le maréchal Haftar est appuyé par le parlement élu basé à Tobrouk (est), hostile comme lui au Gna qui est issu d’un accord interlibyen signé fin 2015 au Maroc sous l’égide de l’Onu. Une rencontre début mai à Abou Dhabi entre le chef du Gna, Fayez al-Sarraj, et le maréchal Haftar, a permis un timide rapprochement entre les deux hommes qui avaient convenu d’arrêter une escalade militaire dans le sud.

Depuis le début du mois d’avril, les forces loyales à Haftar avaient en effet mené plusieurs attaques contre la base aérienne de Tamenhant contrôlée par la 3e Force, et distante d’une cinquantaine de km de celle de Brak al-Shati. La base de Tamenhant, située près de la ville de Sebha, à plus de 600 km au sud de Tripoli, est convoitée pour sa position stratégique. Après sa rencontre avec M. Sarraj, M. Haftar avait effectivement suspendu son offensive dans le sud.

« Hors-la-loi »

Aguila Saleh, le président du parlement élu, a condamné « l’attaque terroriste perpétrée par les milices de la 3ème Force et par ses alliés », y voyant « une violation grave de l ?accord de trêve conclu à Abou Dhabi ». Il a indiqué avoir donné des directives aux forces armées afin qu’elles prennent les mesures nécessaires pour riposter à cette offensive, défendre le Sud et le nettoyer de toutes les milices hors-la-loi ».

Le Gna a appelé de son côté à un cessez-le-feu « immédiat » dans le sud : « nous avons toujours l’espoir que la raison l’emporte et que s’arrêtent l’escalade et la provocation ». Outre la contestation dans l’Est, le Gna, qui s’est installé en mars 2016 à Tripoli, peine également à contrôler des dizaines de milices dans l’ouest du pays qui affirment leur appartenance aux forces du GNA mais demeurent hors de tout contrôle.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.