Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité12 septembre 2017
|Attaque armée dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité11 septembre 2017
|Des personnes arrêtées par des Imbonerakure au Sud du pays

Burundi - Manifestation9 septembre 2017
|Le pouvoir encore une fois dans la rue pour manifester contre un rapport de l’Onu

Burundi - Sécurité8 septembre 2017
|Brûlé par son épouse, il est sauvé par des voisins

Burundi - Sécurité7 septembre 2017
|Un cadavre retrouvé dans une rivière à Kayanza

Burundi - Dialogue6 septembre 2017
|Après Paris, Edouard Nduwimana se retrouve à Dar Es Salam

Burundi - Sécurité - Opinion5 septembre 2017
|Quand l’insécurité monte d’un cran dans tous les coins

Burundi - Sécurité4 septembre 2017
|Ruyigi, province très avancée en matière de criminalité

Burundi - Sécurité2 septembre 2017
|La protection civile de la police applaudie des deux mains à Kinindo

Burundi - Sécurité1er septembre 2017
|Un policier tue deux personnes à Kirundo

Burundi - Sécurité 31 août 2017
|Vers une demande de permission pour écrire un texto sur le Smartphone

Burundi - Sécurité30 août 2017
|Tuerie au Sud-Ouest, mais également au Nord-Ouest

Burundi - Sécurité 29 août 2017
| Un Imbonerakure blesse à la machette 5 policiers, et 3 personnes civiles

Burundi - Sécurité28 août 2017
|Un homme de 99 ans tué à Ngozi

Burundi - Sécurité 26 août 2017
|La réserve naturelle de la Rukoko sous le coup d’une arrestation

Burundi - Sécurité25 août 2017
|La lecture de la situation sécuritaire au Burundi toujours controversée

Burundi - Sécurité24 août 2017
|Une femme kidnappée sans aucun secours dans la zone de Bwiza

Burundi - Sécurité23 août 2017
|Une personne meurt dans un accident de voiture

Burundi - Sécurité22 août 2017
|Un homme tue sa conjointe pour des raisons de concubinage

Burundi - Sécurité21 août 2017
|L’insécurité monte d’un cran dans plusieurs coins du pays

Burundi - Sécurité 19 août 2017
|Quand la Regideso est pointée du doigt comme origine de l’insécurité

Bujumbura – Sécurité 18 août 2017
|De l’hécatombe sur Bujumbura

Burundi - Sécurité 17 août 2017
|Une personne tuée a Karusi .

Burundi - Sécurité16 août 2017
|La voiture du gouverneur de Bubanza dans une embuscade

Burundi - Sécurité 15 août 2017
|Un militaire tue son frère d’arme

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Quand le Burundi devient la boucherie de tous le temps

23 mai 2017

Bujumbura, le 23 mai 2017 (Net Press). Une personne a été tuée par les policiers qui traquaient les fraudeurs sur la colline Murama, commune et province de Muyinga. Selon les sources sur place, trois militaires et un civil ont été arrêtés pour l’enquête.

Sur le même volet, un corps sans vie d’un jeune homme a été retrouvé ce lundi sur la colline Bisha, commune Rusaka dans la province de Mwaro et dans la même foulée, un corps en extrême décomposition a été découvert ce lundi sur la colline Camugani, commune et province de Ngozi, au nord du pays.

Par ailleurs, un cadavre a été retrouvé sur la colline Gihosha de la commune et province de Kirundo et l’administration dit n’avoir pas pu identifier la victime.

Burundi - Eac - Politique

La campagne Sos-Torture pas du tout satisfaite de la prestation du médiateur

Dar-es-Salam, le 23 mai 2017 (Net Press) . D’emblée, la campagne Sos-Torture trouve que face aux multiples crimes et graves violations des droits de l’homme commis au Burundi depuis plus de deux ans, le constat est que les chefs d’Etat de la communauté est africaine n’ont jamais condamné ces actes visant les citoyens burundais.

Quand bien les mêmes chefs d’Etat s’étaient saisis de la question de ce pays et malgré qu’ils aient désigné un facilitateur pour la cause, la campagne Sos-Torture estime que le dernier sommet de Tanzanie vient de faire plusieurs pas en arrière alors que le travail du facilitateur est au point mort depuis plusieurs mois.

La campagne s’étonne des déclarations du médiateur Museveni qui désapprouve la décision de l’Union européenne d’avoir imposé des sanctions contre le Burundi pour le simple fait que le Burundi est membre de l’Eac. Pour elle, ces sanctions rentrent dans les engagements que le gouvernement burundais a pris vis-à-vis de l’Union européenne et n’’egagent que le seul Burundi.

Ces déclarations constituent donc un déni de tous les crimes et les graves violations des droits de l’homme en cours au Burundi et un soutien au président Nkurunziza, dont les agents de police et les miliciens Imbonerakure commettent ces crimes depuis la décision de briguer un troisième mandat contesté et en violations de la constitution et de l’accord d’Arusha.

Pour cette association, l’Eac est incapable de trouver une solution à la crise burundaise qui a déjà fait plus de 2.000 morts, plusieurs centaines de victimes de disparitions forcées, plus de 8.000 arrestations arbitraires et au moins 500.000 exilés, principalement dans les pays membres de l’Eac. Elle demande à l’Union européenne de rester ferme sur ses principes et positions de maintenir, voire de renforcer les sanctions tant que le gouvernement burundaais n’aura pas changé de position.

La récente adoption du projet de code pénal et code de procédure pénal par le gouvernement du Burundi comportant une disposition dérogeant à l’exigence du mandat de perquisition et l’autorisation de celle-ci pendant la nuit constitue, aux yeux de la campagne, un recul grave. Elle demande enfin à l’Union africaine et à l’Onu de constater l’échec de l’Eac dans la résolution de la crise au Burundi et de s’impliquer pour que les crimes cessent rapidement et désigner un autre médiateur.

Burundi - Malversations Economiques

Où sont passés les fonds de la régie nationale des Postes ?

Bujumbura, le 23 mai 2017 (Net Press) . La régie nationale des Postes a plusieurs missions dans le secteur de l’économie nationale. En effet, outre qu’elle envoie des courriers à l’intérieur et à l’étranger, elle a également une mission bancaire car plusieurs fonctionnaires moyens, enseignants, fonctionnaires dans plusieurs ministères, les étudiants, etc, touchent leurs salaires via la régie nationale des Postes.

Nous venons d’apprendre, de sources non encore confirmées, que les caisses de cette entreprise publique seraient vides. Et au cas où l’information était avérée, il y a ce double risque qu’à la fin de ce mois, la régie nationale des Postes ne soit pas en mesure de payer ses agents, un millier, ou les autres fonctionnaires car, même si leur argent vient de la fonction publique, la régie nationale des Postes devrait d’abord combler le vide avant de penser au paiement des fonctionnaires, ce qui créerait forcément une crise sociale de plus dans ce pays.

L’on sait que d’habitude, cette entreprise gère beaucoup de fonds, en termes de milliards et il devient inexplicable que d’un coup, elle soit à court de liquidités. Il semblerait que la régie nationale des Postes ait connu un détournement organisé, ce qui risque de gêner davantage les gestionnaires actuels de la boîte.

Juste à côté, une autre entreprise publique mitoyenne de la régie nationale des Postes, l’office national des télécommunications ou Onatel en sigle, ne se porte pas mieux. Selon des informations concordantes, au moment où nous mettons sous presse, nous apprenons que les agents de l’Onatel n’ont pas encore reçu le salaire du mois passé et le grand risque pour eux est d’entrer dans le deuxième mois sans rien percevoir. Ce serait d’ailleurs la hantise de ne rien percevoir encore une fois que les services de l’Onatel coupent les téléphones de leurs clients un peu trop tôt, pour faire pression sur eux afin que ces derniers versent un minimum pour les agents.

Burundi – Sécurité

Le journaliste Antediteste Niragira est enfin libre

Bujumbura, le 23 mai 2017 (Net Press) . Le journaliste correspondant d’une station allemande (Deutsche welle), Antediteste Niragira, détenu sur le sol congolais depuis le 17 mai 2017 est enfin libre. Il a été conduit à la frontière congolo-burundaise ce mardi le 22 mai 2017. Le porte-parole de la police Pierre Nkurikiye affirme que le journaliste est entre de bonnes mains et devrait rejoindre sa famille.

Cependant, sa famille affirme qu’elle ne l’a pas encore vu au moment où la police ne veut pas dévoiler où se trouve pour le moment Antedisteste Niragira. Certaines informations indiquent que le journaliste devrait être d’un moment à l’autre au conseil national de la communication qui devrait à son tour se charger de le remettre à sa famille.

Burundi - Sécurité

Une autre piste pour le trafic des filles dans les monarchies pétrodollars

Bujumbura, le 23 mai 2017 (Net Press) . Le commissaire de la police, de l’air et des frontières et des étrangers, Jimmy Hatungimana, dans une conférence de presse animée ce 22 mai 2017, a indiqué qu’il y a une autre piste pour le trafic de jeunes filles dans les monarchies pétrodollars.

Le commissaire Jimmy Hatungimana affirme que les jeunes filles vendues passent actuellement en République sud-africaine avant de rejoindre les monarchies pétrodollars. La même source tire une sonnette d’alarme à l’endroit des autorités policières et administratives ainsi qu’aux parents pour qu’ensembles, ils découragent ce type de commerce honteux somme toute immoral.

La police de l’air, des frontières et des étrangers affirme qu’elle va adopter un comportement rigoureux dans l’attribution des passeports pour les jeunes filles.

Burundi - Sécurité - Administraation

Désiré Uwamahoro réintégré à la police

Bujumbura, le 23 mai 2017 (Net Press) . L’Opc 2 Désiré Uwamahoro, ancien commandant de la brigade spéciale anti-émeute, a été réintégré dans ses foncions de policier consécutivement à une ordonnance ministérielle signée le 19 mai 2017 par le ministre de la sécurité publique, le commissaire de police chef Alain Guillaume Bunyoni, abrogeant ainsi la mesure qui le révoquait.

Rappelons que Désiré Uwamahoro avait été arrêté, poursuivi pour escroquerie d’un homme d’affaire syrien. Il avait été condamné à une peine de trois mois de prison et à une amende d’un million de francs burundais. Il avait été dans un premier temps incarcéré dans les cachots du service national des renseignements, avait été relâché le lendemain avant d’être arrêté de nouveau après une fouille-perquisition à son domicile pendant la nuit.

Ayant été condamné, il a proposé qu’il soit emprisonné dans la maison de détention de Bubanza, étant lui-même originaire de Gihanga, dans la même province. Au moment de sa condamnation, Désiré Uwamahoro venait de séjourner deux mois en prison et il ne lui restait qu’un petit pois pour qu’il retrouve sa liberté.

Par ailleurs, ceux qui étaient en prison comme lui ont indiqué que son incarcération n’était qu’une formalité car il avait à boire et à manger à gogo et pouvait se permettre de prendre des boissons alcoolisées alors que cela est normalement interdit dans les institutions pénitentiaires.

Burundi - Droits de l’Homme

Parution du bulletin hebdomadaire n° 59 de la ligue Iteka

Bujumbura, le 23 mai 2017 (Net Press) . Il couvre la période du 15 au 21 mai 2017 et évoque des allégations de violations et des violations de droits de l’Homme car au moins 12 personnes ont été tuées au cours de cette période, 7 torturées, 56 arrêtées arbitrairement et deux personnes victimes des violations basées sur le genre.

Par ailleurs, au moins 3 cadavres ont été relevés et les jeunes Imbonerakure affiliés au Cndd-Fdd, des agents du service national des renseignements, des policiers et des militaires sont pointés du doigt comme étant les auteurs de la plupart de ces violations des droits humains.

Le bulletin évoque également des cas de tortures et d’arrestations arbitraires dont sont victimes les présumés opposants au 3ème mandat du président Nkurunziza, des membres de la coalition Amizero y’abarundi, Fnl, l’aile d’Agathon Rwasa et l’Uprona de Charles Nditije qui sont devenus une cible privilégiée de la répression organisée par le régime du régime Nkurunziza.

Par ailleurs, le bulletin s’insurge contre l’impunité qui est accordée aux proches du parti Cndd-Fdd car des membres de ce parti impliqués dans différents crimes jouissent de l’impunité avec une complicité affichée des pouvoirs publics. Le contexte sécuritaire se caractérise par des cas d’assassinats, d’arrestations arbitraires et de tortures et la continuité des actes d’intimidations organisés par des membres du CNDD-FDD contre des présumés opposants du pouvoir en place.

Ce bulletin émet des recommandations qui sont dirigées à l’endroit des différents partenaires susceptibles d’influer pour le changement de la situation précaire des droits de l’Homme dans le pays.

Burundi – Nigeria - Politique

Olosegune Obasanjo parmi les haltes au troisième mandat de pierre Nkurunziza

Niamey, le 23 mai 2017 (Net Press) . Dans un interview accordée à la radio du monde, l’ancien président de la République nigériane Olosegune Obasanjo a demandé au peuple burundais et aux millions d’Africains qui croient à l’émergence de la démocratie africaine d’empêcher le président Nkurunziza de modifier la constitution pour s’éterniser au pouvoir.

Olosegoune Obasanjo estime que si le président Pierre Nkurunziza veut partir avec de l’argent, qu’il se dise que ses homologues peuvent s’organiser pour le collecter, à condition que le Burundi retrouve la paix. Même son de cloche de l’ancien président de la république du Burundi, Pierre Buyoya, toujours dans l’entretien accordé à la radio France internationale, qui estime que le mal burundais est lié aux problèmes de gestion des mandats. Pierre Buyoya affirme que le troisième mandat de Pierre Nkurunziza a plongé le pays dans la crise socio-politique –économique humanitaire et sécuritaire et appelle la communauté internationale à aider pour trouver une solution de la crise Burundaise

Burundi - Gambie - Justice

Gel des avoirs de l’ex-président Yahya Jammeh

Banjul, le 23 mai 2017 (Net Press) . En Gambie, le gouvernement passe à l’attaque suite aux soupçons de détournements d’argent autour de l’ancien président Yahya Jammeh. Ce dernier est soupçonné d’avoir vidé les caisses de l’Etat, en détournant plus de 50 millions de dollars (plus de 44 millions d’euros), avant son départ en exil. Lors d’une conférence de presse, ce lundi 22 mai, à Banjul, le ministre de la justice, Aboubacar Tambadou, a annoncé un gel des biens en Gambie de l’ancien président. Une décision pour l’empêcher de liquider ses biens si la justice lui ordonne de rembourser l’Etat.

Les premières investigations de la police permettent enfin de mettre des chiffres sur les sommes que Yahya Jammeh aurait détournées durant sa présidence. Selon le ministère, entre 2006 et 2017, plus de 3 millions et demi d’euros ont disparu d’un fonds pour la Sécurité sociale et le financement de logements.

Pire encore, au cours des quatre dernières années, le président aurait ordonné le retrait illégal de plus de 44 millions d’euros de la Banque centrale, piochant dans des comptes de l’opérateur téléphonique d’Etat, Gamtel.

La Cour de justice a donc donné le feu vert au ministère pour geler tous les biens connus de l’ancien dictateur en Gambie. Cela va de sa boulangerie, à son abattoir, en passant par ses fermes et son bétail. En tout, plus d’une centaine de propriétés foncières, 88 comptes en banque et 14 entreprises sont concernés.

Le ministre de la Justice insiste en rappelant que les investigations débutent tout juste et que ce n’est, pour l’instant, que la partie émergée de l’iceberg. Une commission d’enquête sera mise en place d’ici juin pour déterminer comment Yahya Jammeh est entré en possession de tous ses biens.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur