Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité12 septembre 2017
|Attaque armée dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité11 septembre 2017
|Des personnes arrêtées par des Imbonerakure au Sud du pays

Burundi - Manifestation9 septembre 2017
|Le pouvoir encore une fois dans la rue pour manifester contre un rapport de l’Onu

Burundi - Sécurité8 septembre 2017
|Brûlé par son épouse, il est sauvé par des voisins

Burundi - Sécurité7 septembre 2017
|Un cadavre retrouvé dans une rivière à Kayanza

Burundi - Dialogue6 septembre 2017
|Après Paris, Edouard Nduwimana se retrouve à Dar Es Salam

Burundi - Sécurité - Opinion5 septembre 2017
|Quand l’insécurité monte d’un cran dans tous les coins

Burundi - Sécurité4 septembre 2017
|Ruyigi, province très avancée en matière de criminalité

Burundi - Sécurité2 septembre 2017
|La protection civile de la police applaudie des deux mains à Kinindo

Burundi - Sécurité1er septembre 2017
|Un policier tue deux personnes à Kirundo

Burundi - Sécurité 31 août 2017
|Vers une demande de permission pour écrire un texto sur le Smartphone

Burundi - Sécurité30 août 2017
|Tuerie au Sud-Ouest, mais également au Nord-Ouest

Burundi - Sécurité 29 août 2017
| Un Imbonerakure blesse à la machette 5 policiers, et 3 personnes civiles

Burundi - Sécurité28 août 2017
|Un homme de 99 ans tué à Ngozi

Burundi - Sécurité 26 août 2017
|La réserve naturelle de la Rukoko sous le coup d’une arrestation

Burundi - Sécurité25 août 2017
|La lecture de la situation sécuritaire au Burundi toujours controversée

Burundi - Sécurité24 août 2017
|Une femme kidnappée sans aucun secours dans la zone de Bwiza

Burundi - Sécurité23 août 2017
|Une personne meurt dans un accident de voiture

Burundi - Sécurité22 août 2017
|Un homme tue sa conjointe pour des raisons de concubinage

Burundi - Sécurité21 août 2017
|L’insécurité monte d’un cran dans plusieurs coins du pays

Burundi - Sécurité 19 août 2017
|Quand la Regideso est pointée du doigt comme origine de l’insécurité

Bujumbura – Sécurité 18 août 2017
|De l’hécatombe sur Bujumbura

Burundi - Sécurité 17 août 2017
|Une personne tuée a Karusi .

Burundi - Sécurité16 août 2017
|La voiture du gouverneur de Bubanza dans une embuscade

Burundi - Sécurité 15 août 2017
|Un militaire tue son frère d’arme

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Mpanda, victime des agissements des inconnus

7 juin 2017

Bubanza, le 7 juin 2017 (Net Press) . La commune Mpanda est l’une des entités administratives qui composent la province de Bubanza, à l’Ouest du pays. C’est une commune qui est actuellement secouée par une insécurité grandissante car, comme on vient de l’apprendre, un certain Eric Ntirandekura, de la colline Rubira, a été porté disparu depuis maintenant deux semaines et même sa famille commence à s’inquiéter.

Selon des informations recueillies auprès des responsables de sécurité, des inconnus sillonnent dans cette commune et arrêtent des habitants de la place en plein jour et les acheminent vers la mairie de Bujumbura. Pour le cas de M. Ntirandekura, il a été kidnappé par deux personnes qui l’ont fait monter à bord d’un véhicule et arrivé à Bujumbura, ils l’auraient transporté à moto jusque dans la zone de Kamenge.

Parmi les deux personnes qui ont été finalement identifiées, l’une d’entre elles serait dans la province de Rumonge tandis qu’une autre, un prénommé Shadrack, a percuté une personne alors qu’il était à moto dans la soirée du 22 mai 2017. Il a été enfermé dans le cachot de la zone Kamenge et au moment où des habitants de Mpanda sont allés demander à ce qu’il soit transféré à la prison de Bubanza pour jugement, des pressions se sont fait entendre sur téléphone pour empêcher un éventuel transfert. Malgré tout, les habitants de cette commune demandent que justice soit faite pour que le leur soit retrouvé le plus rapidement possible.

Burundi - Sécurité Alimentaire

La mairie de Bujumbura suspend les activités d’une usine suspecte

Bujumbura, le 7 juin 2017 (Net Press) . L’usine en soi s’appelle "Vuganeza" et elle est établie dans le quartier de Gasekebuye, 2ème avenue, dans la zone Musaga de la commune de Muha en mairie de Bujumbura. Selon des informations en provenance de cette localité, l’usine fabriquerait des boissons prohibées par la loi burundaise, dénommées "Vuganeza Drink" et qui seraient déjà sur le marché.

Ce matin, la mairie de Bujumbura a procédé à la suspension de cette fameuse usine et a recommandé que ses boissons passent d’abord passer par des laboratoires bien connus et spécialisés pour analyse. Ainsi, plusieurs quantités de cette boisson ont été versées mais les mêmes informations indiquent que dans les boutiques environnantes et dans certaines alimentations, la même boisson y reste abondante.

Une certaine opinion qui a appris cette nouvelle félicite la mairie de Bujumbura qui vient enfin de passer des paroles à l’acte. En effet, dans ses éditions antérieures, la rédaction avait fait part de la vente du jus produit à base de la viande avariée dans la zone de Rohero, quartier Gatoke, où la police avait saisi plus de 500 bouteilles (voir Net Press du 24 mai 2017).

Plus tard, d’autres informations avaient indiqué qu’il y a une boisson qui est fabriquée à base de l’urine et qui est également mise en vente dans plusieurs coins du pays. Mêmes les populations qui avaient appris cette triste nouvelle avaient manifesté une grande inquiétude pour leur santé, surtout que le prix de telles boissons est accessible si on le compare avec celui de la bière Brarudi.

Les mêmes populations rencontrées par la rédaction demandent plutôt à la mairie de protéger la vie des populations citadines en suspendant toutes ces sortes de boissons non reconnues par la loi burundaise. D’autres personnes demandent à ce que le gouvernement puisse revoir à la baisse le prix des produits Brarudi car le recours à de telles boissons est dicté par un faible pouvoir d’achat.

Burundi - Politique

Vers la mise en place d’un Msd pro Cndd-Fdd

Bujumbura, le 7 juin 2017 (Net Press) . Deux mois après la suspension des activités du parti mouvement pour la solidarité et le développement, Msd, d’Alexis Sinduhije, des informations indépendantes affirment qu’il y a un projet du Cndd-Fdd de créer un Msd parallèle ou "Nyakuri" qui soutient le parti présidentiel.

Selon des informations concordantes, il y aurait depuis un certain temps un projet, - piloté par l’actuel Ombudsman -, de détruire le parti Msd. Il semblerait même que certains membres de cette formation politique jusqu’ici la plus soudée, auraient été approchés pour qu’ils demandent pardon, par écrit évidemment, au ministère de l’intérieur et de la formation patriotique.

Les mêmes informations indiquent que dès que ce document est disponible, ceux qui auront apposé leurs signatures demanderont en outre une autorisation de se réunir en congrès extraordinaire visant à remplacer les institutions actuelles, à commencer par Alexis Sinduhije, président de ce parti et homme politique le plus vomi par Bujumbura.

L’on rappellera que le ministère de l’intérieur et de la formation patriotique avait suspendu les activités du Msd sur tout le territoire national pour une durée de 6 mois à partir du 4 avril 2017. Selon toujours ces informations, ces sanctions devraient prendre fin en date du 4 octobre 2017, probablement avec d’autres leaders de cette formation politique.

Burundi - Education

De la réflexion au travail

Bujumbura, le 7 juin 2017 (Net Press) . L’association "Ayons pitié de lui", qui milite pour l’avenir du Burundi via le projet "Ecole du Futur", a commémoré comme les autres les 114 ans de perte de l’indépendance. En effet, poursuit cette association, en date du 6 juin 1903, malgré la résistance du roi Mwezi Gisabo, les Allemands, très forts face au roi, ont obligé ce dernier de céder.

La plupart des Burundais se disaient que le Burundi n’allait plus recouvrer son indépendance mais l’un de ses petits enfants, le prince Louis Rwagasore, vers 1959, est sorti du silence, a tenté des actions vers l’indépendance aussi bien politique qu’économique. Dans son meeting de 1959 à Bukeye, actuelle commune de la province de Muramvya, il a réuni les populations qu’il a orientées vers le petit commerce. Il disait "Ce que nous n’avons pas pu réussir l’année dernière, nous le réussiront peut être cette année et s’il faut recommencer 10 fois pour le réussir, nous le ferons". Rénovat Nitunga, président de l’association "Ayons pitié de lui", félicite même à titre posthume le prince Louis Rwagasore car ses efforts ont abouti à une indépendance retrouvée le 1er juillet 1962.

Cependant, pour le côté économique, le président de "Ayons pitié de lui" trouve qu’il y a encore un grand parcours à faire mais que malgré tout, cela est possible d’améliorer l’économie du Burundi. Il explique que l’objectif du projet "Ecole du Futur" de ladite association est d’identifier des enfants excellents en vue de les encadrer pour combattre, dans l’avenir, la pauvreté au Burundi.

Selon toujours ce président, les défis à éradiquer coûte que coûte sont d’abord le détournement, ensuite le mensonge et enfin des crimes de tous genres. Il est conscient que cela est difficile à réaliser mais en même temps possible. C’est pour cela qu’il invite les enfants brillants de ce pays, indépendamment de leurs ethnies, leurs sexes, leurs origines ou leurs religions, de garder toujours à l’esprit cet objectif : "La lutte contre la pauvreté au Burundi".

Burundi - France - Justice

La France secouée par une attaque d’un policier devant Notre-Dame de Paris

Paris, le 7 juin 2017 (Net Press) . Selon des informations du site de la radio France internationale, l’agresseur d’un policier devant la cathédrale Notre-Dame de Paris, mardi 6 juin, avait prêté allégeance à l’organisation Etat islamique dans une vidéo désormais entre les mains des autorités, selon l’Agence France-Presse. Les ministres ne parlent cependant pas encore de terrorisme. Au lendemain des faits, le porte-parole du gouvernement a évoqué la piste d’un « acte isolé ».

Dans une vidéo retrouvée lors d’une perquisition à son appartement - une location à Cergy, dans le Val-d’Oise -, l’individu qui a attaqué un policier mardi devant Notre-Dame prête allégeance à l’organisation jihadiste Etat islamique (EI), selon une source proche de l’enquête citée par l’Afp. L’agresseur, 40 ans, a été placé ce mercredi en garde à vue à l’hôpital. Il avait été blessé au thorax par un tir de riposte de la police.

Pourtant, ce dernier « n’avait, à aucun moment, donné de signe de sa radicalisation », selon le ministre français Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement. Ce dernier a expliqué ce mercredi sur la radio Rtl que toutes les indications confirmaient la thèse d’un « acte isolé », même si, « dès les premiers instants de son attaque, les mots qu’il a prononcés ont permis de classer cet attentat parmi les attentats terroristes ».

Au moment où il frappait le policier au marteau, l’agresseur, qui serait né en 1977 en Algérie et serait doctorant en sciences de l’information à l’université de Metz, aurait lancé : « C’est pour la Syrie », a rapporté le ministre de l’intérieur Gérard Collomb mardi après l’attaque. Une source proche de l’enquête, toujours citée par l’Afp, précise qu’il se serait présenté comme un « soldat du califat ».

Son directeur présumé de thèse, Arnaud Mercier, s’est exprimé sur l’antenne de la chaîne de télévision Bfmtv. Il n’y avait chez le suspect « aucun signe extérieur d’une adhésion excessive à l’islam », a-t-il dit. L’étudiant « que j’ai connu est aux antipodes de tout ce qu’on décrit », relate ce professeur en sciences de l’information. « Il était plutôt occidentalisé, défendait des valeurs de la démocratie, de liberté de la presse. »

Arnaud Mercier explique ne l’avoir « jamais entendu prononcer le moindre mot de haine vis-à-vis de quiconque ». « Il était doux comme un agneau », ajoute-t-il. « Mon dernier contact a eu lieu en juin 2016. Je lui avais renvoyé un mail en novembre pour le relancer, il n’a pas répondu, ce qui n’était pas dans ses habitudes », précise enfin le professeur Mercier.

Burundi - Royaume Uni - Elections

Elections anticipées au Royaume Uni, et si Theresa May perdrait ?

Londres, le 7 juin 2017 (Net Press) . Convoquées d’initiative, la première ministre britannique Theresa May trouve aujourd’hui que ses calculs peuvent être compliqués par ces élections. En effet, dans un contexte d’attentats, les législatives anticipées vont se tenir comme prévu au Royaume-Uni ce jeudi 8 juin. Cela devait être une formalité pour Theresa May, qui avait plus de 20 points d’avance dans les sondages sur le parti travailliste de Jeremy Corbyn quand elle a annoncé, à la surprise générale, qu’elle organisait ce scrutin.

Or, au cours de la campagne, l’écart s’est considérablement resserré entre la première ministre et le leader de l’opposition. Au lieu de les faciliter, les législatives britanniques pourraient finalement compliquer les négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Une question se pose à la veille du scrutin : pourquoi la première ministre a-t-elle organisé des élections anticipées ?

Le Brexit dans toutes les têtes

A la tête d’un parti divisé entre pro et anti-européens, Theresa May veut renforcer sa position avant d’entamer des négociations avec l’Ue. Pour Sophie Loussouarn, spécialiste de la Grande-Bretagne et maître de conférences à l’université d’Amiens, l’enjeu de ces législatives, c’est avant tout le Brexit :

« Theresa May a souhaité organiser des élections anticipées avant d’entamer les négociations sur le Brexit pour obtenir une légitimité populaire, car elle est devenue premier ministre le 13 juillet 2016 sans avoir été élue à la tête du parti conservateur. Pour elle, obtenir une plus grande majorité à la chambre des communes alors qu’elle n’a que 17 sièges d’avance, est un enjeu considérable, pour avoir les coudées franches dans les négociations. »

Et le principal risque du Brexit, c’est la dislocation du Royaume-Uni. Selon Alistair Cole, professeur de sciences politiques à l’université de Cardiff, c’est précisément ce risque que Theresa May voulait écarter en organisant ces élections anticipées :

« L’Ecosse a bien entendu voté contre le Brexit et le parti national écossais a 56 des 59 sièges de députés. Mais on va voir si Theresa May et les conservateurs arrivent à réduire leur avance. Si les nationalistes écossais restent à 56 députés, c’est un grand problème pour l’avenir du Royaume-Uni. »

Le « coup de poker » de May

Theresa May a choisi de personnaliser ces élections en pensant qu’un bras de fer avec son principal opposant, le leader du parti travailliste Jeremy Corbyn, contesté au sein de son propre parti, serait une bonne stratégie, explique Sophie Loussouarn, qui parle de « coup de poker » :

« Elle était en position de force. Les sondages montrent que l’écart entre les travaillistes et les conservateurs se resserre, mais je vois mal une victoire des travaillistes. Jeremy Corbyn, le chef du parti, manque de crédibilité, même auprès des travaillistes qui pensent que sa politique de défense ne permet pas de lutter contre le terrorisme et de protéger le Royaume-Uni contre l’Etat islamique. »

« Beaucoup plus compliqué que ça »

Theresa May a dit à plusieurs reprises qu’elle n’organiserait pas d’élections anticipées mais elle l’a fait. Elle a annoncé également pendant la campagne des mesures d’austérité qui frappaient directement les retraités britanniques - la base de son électorat - pour aussitôt reculer. Cela a écorné son image de négociatrice inflexible et rigoureuse.

Pendant ce temps, Jeremy Corbyn publiait son « manifesto », le programme du parti travailliste qui recentrait le débat sur des questions de société. « Theresa May a pensé gagner une majorité facilement. Il s’avère que c’est beaucoup plus compliqué que ça », estime Alistair Cole.

« Il ne faut pas oublier qu’une élection, c’est aussi la santé, c’est l’éducation, c’est la défense... Et après ce terrible attentat à Manchester, c’est la sécurité, c’est la police... Donc, tous ces sujets-là sont importants pour une campagne électorale », ajoute le professeur de sciences politiques.

A la veille du scrutin, la grande inconnue reste l’impact de l’attentat de Manchester et des attaques de London Bridge sur le scrutin. Theresa May pourrait se retrouver affaiblie, alors qu’elle doit mener la négociation la plus difficile de l’histoire de son pays depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur