Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Union Européenne - Politique8 juillet 2017
|L’Union européenne maintient les sanctions contre le Burundi

Burundi - Sécurité7 juillet 2017
|Quand des retraités ex-Fab posent des problèmes de sécurité

Burundi - Sécurité6 juillet 2017
|Tanzanie : base arrière pour les voleurs à main armée ?

Burundi - Sécurité - Justice - Médias5 juillet 2017
|Un journaliste bénévole de la radio Maria dans les cachots de la zone Buyenzi

Burundi - Sécurité4 juillet 2017
|Arrestation des présumés assassins du Dr. Franco de Simoné

Burundi - Sécurité3 juillet 2017
|Arrestation de personnes dans la commune de Mugamba

Burundi - Indépendance1er juillet 2017
|Célébration de la fête nationale de l’indépendance

Burundi - Sécurité30 juin 2017
|Une personne décapitée dans la commune de Gihanga

Burundi - Sécurité 29 juin 2017
|Quant les déclarations de nos dirigeants contrastent avec la réalité

Burundi - Sécurité28 juin 2017
|Un homme tue sa mère à Mwaro

Burundi - Sécurité 27 juin 2017
|Regain d’insécurité un peu partout dans le pays

Burundi - Sécurité26 juin 2017
|Arrestation d’un présumé voleur à main armée à Ruyigi

Burundi - Sécurité 24 juin 2017
|Un homme tué à Kirundo

Burundi - Sécurité23 juin 2017
|Une deuxième fouille dans le quartier Inss en trois jours

Burundi - Sécurité22 juin 2017
|Une personne tuée dans la province de Cibitoke

Burundi - Rwanda - Sécurité21 juin 2017
|Un Burundais appréhendé par l’armée rwandaise, selon la police burundaise

Burundi - Sécurité 20 juin 2017
|Une femme tuée à Kirundo

Burundi - Sécurité 19 juin 2017
|Une attaque à la grenade blessant une personne

Burundi - Sécurité17 juin 2017
|Le Fnl crie au secours

Burundi - Sécurité16 juin 2017
|La police investit la zone de Buyenzi

Burundi - Sécurité15 juin 2017
|Attentat à la grenade dans la zone de Musaga

Burundi - Sécurité14 juin 2017
|Des machettes pour tuer en silence

Burundi - Sécurité13 juin 2017
|Un Imbonerakure enlevé dans Gihanga

Burundi - Sécurité 12 juin 2017
|Un mort devant le commissariat de la police de Muramvya

Burundi - Sécurité10 juin 2017
|Quand la police s’entretue !

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Fouille - perquisition très ciblée au Sud du pays

8 juin 2017

Makamba, le 8 juin 2017 (Net Press) . Des sources concordantes indiquent qu’une fouille-perquisition a été opérée ce matin sur la colline Jimbi, commune Kibago de la province méridionale de Makamba. Les habitants ont été surpris de voir que leurs ménages étaient encerclés et la colline pleinement investie par des policiers.

Selon les même sources d’information, la police ciblait les ménages des militaires encore en activité, des retraités des ex-Fab ainsi que des membres des partis de l’opposition, dont l’Uprona non reconnu par le ministère de l’intérieur et de la formation patriotique. Même si aucune arme n’a été saisie, la police a informé qu’elle était à la recherche des armes qui grouillent dans cette contrée.

Les mêmes habitants voient dans cette fouille-perquisition une politique de deux poids deux mesures car, s’il faut chercher des armes qui pullulent dans la région, la police devrait fouiller tout le monde, y compris les ménages des membres et sympathisants du parti au pouvoir et de ses satellites, des Imbonerakure car eux aussi peuvent posséder des armes, même illégalement.

Ils demandent que la police soit professionnelle pour ne pas être soumise aux volontés des autorités politiques car, pour mériter le qualificatif d’institution républicaine, elle doit être au-dessus de la mêlée, concluent les mêmes habitants de Jimbi.

Burundi - Union européenne - Coopération

L’Union européenne réagit face aux accusations du gouvernement burundais

Bujumbura, le 8 juin 2017 (Net Press) . Il s’agit d’une déclaration locale de l’Union européenne du 7 juin 2017 suite aux accusations de volonté de déstabilisation du Burundi. Elle indique qu’elle publie la déclaration suivante en accord avec les chefs de mission européens au Burundi. De son côté, la rédaction publie l’intégralité de la déclaration à l’adresse de son lectorat.

"L’Union européenne récuse les fausses accusations de volonté de déstabilisation du Burundi.

"Le gouvernement du Burundi vient de publier un communiqué faisant état d’allégations d’implication de l’UE dans un projet de déstabilisation du Burundi. Nous réfutons formellement ces accusations.

"Elles se basent sur une interprétation volontairement erronée d’un programme de soutien aux défenseurs des droits de l’homme.

"La politique extérieure de l’UE est fondée sur la promotion des droits de l’homme à travers le monde, et la protection de leurs défenseurs.

"Tout règlement durable de la crise au Burundi doit prendre en compte les violations des droits de l’homme en cours et passées, et la protection des personnes et organisations qui œuvrent dans ce sens.

"L’UE est un partenaire de longue date de la République du Burundi et de sa population. Elle soutient les efforts de médiation de la Communauté est africaine et poursuit sa coopération au développement en soutien direct à la population burundaise."

Burundi - Energie

"Nous prenons acte de la déclaration du maire de la ville", dixit les habitants de Bwiza

Bujumbura, le 8 juin 2017 (Net Press) . En date du 6 juin 2017, alors que le maire de la ville de Bujumbura, Freddy Mbonimpa, rencontrait les responsables administratifs et sécuritaires de son ressort, il a déclaré qu’à partir du mois de juillet 2017, il n’y aura plus de problème de courant électrique dans la capitale.

Tout en reconnaissant des difficultés liées au changement climatique ; il avait informé que le gouvernement avait tenté de contourner cette question en cherchant des pièces de rechange, d’où le manque de courant sera en ce moment un lointain souvenir pour les populations de sa circonscription.

Il a par ailleurs invité les citadins à mettre une à deux lampes sur leurs clôtures pour des raisons de sécurité. La rédaction avait directement pensé à ces soudeurs et mécaniciens des zones Buyenzi et Bwiza qui vivent pratiquement du courant électrique. Elle pensait qu’ils allaient souffler un ouf de soulagement, mais curieusement, c’est la prudence chez eux.

Ceux de la zone Bwiza rencontrés par la rédaction, ils prennent acte de cette bonne intension du maire de la ville mais ils attendent et voir. Ils peuvent passer trois ou quatre jours sans courant électrique de la part de la Régideso et quand cela apparaît, c’est pour 30 minutes ou 45 minutes au maximum.

Par ailleurs, poursuivent-ils, ce n’est pas la première fois que les autorités promettent des choses pour assister au contraire. "Si le maire de la ville actuel pouvait faire ce que les autres n’ont pas pu, nous allons applaudir des deux mains", ont-ils conclu.

Nous apprenons, de la bouche du ministre de l’énergie et des mines, Côme Manirakiza, que le tarif du courant électrique doit être revu à la hausse pour résoudre le problème du courant, une promesse qui en rappelle une autre, d’un ancien ministre des finances devant l’assemblée nationale. Ce serait probablement sur cette hausse que le maire de la ville de Bujumbura s’est basée pour faire sa sortie médiatique du 6 juin 2017. Mais pour la population, cette annonce est une nouvelle funeste au regard de son pouvoir d’achat.

Burundi - Usa - Politique

Le président Donald Trump entre le marteau et l’enclume

Washington, le 8 juin 2017 (Net Press) . C’est aujourd’hui que James Comey, ancien directeur de la police fédérale américaine, doit être auditionné par le congrès, une journée que l’on estime déjà comme de tous les dangers pour Donald Trump. C’est une audition publique présentée comme un tournant dans l’enquête sur les possibles interférences russes dans la campagne présidentielle, et sur les liens de l’équipe Trump avec Moscou.

En effet, le public américain veut savoir si oui ou non, Donald Trump a fait pression sur James Comey pour qu’il abandonne une enquête concernant sa campagne électorale, Mike Flynn et la Russie.

L’on saura que la déclaration préliminaire que James Comey doit prononcer ce jeudi devant les élus du congrès a été rendu publique hier et il est accablant pour le président américain. Dès le début, Comey se méfie et consigne tous les détails par écrit, informe ses adjoints et classe le mémo. Il avoue avoir fini par demander au ministre de la justice de lui éviter tout contact direct avec le numéro un du pays. Mais le directeur du Fbi n’aura pas eu à se protéger davantage, puisqu’il sera finalement limogé. Un renvoi qui provoque immédiatement un tollé aux Etats-Unis.

Une grande opinion américaine pense qu’en matière de documentation, James Comey a l’avantage sur Donald Trump dans ce dossier qui bouscule de plus en plus la Maison Blanche. En effet, d’après les spécialistes de ce dossier, si l’on se fie au texte publié avant l’audition, James Comey, l’imperturbable, a été blessé par son limogeage brutal et par les noms d’oiseau dont Donald Trump l’a affublé. Il a l’intention de défendre son honneur. Par ailleurs, Jeff Sessions, ministre de la justice de Trump, aurait présenté sa démission, ce qui lui aurait été refusé.

Les mêmes observateurs estiment que cette audition peut bouleverser la donne, devenir même explosive car en matière de réputation, d’honnêteté, d’homme de parole, James Comey a aussi l’avantage et c’est l’une des raisons pour lesquelles l’administration Trump et ses groupes qui le soutiennent ont un objectif avoué : discréditer James Comey.

L’on apprend tout de même qu’à la veille de cette audition, le 7 juin 2017, le président américain a désigné un autre directeur de la police fédérale américaine en remplacement de James Comey. Il s’agit de Christopher Wray, un ancien haut responsable du ministère de la justice.

La même opinion américaine trouve que le nouveau patron de la Fbi devrait être accueilli favorablement par le personnel de la police fédérale qui craignait la désignation d’un chef proche de Donald Trump.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur

A L’OCCASION DE L’OUVERTURE DE L’ANNÉE ACADÉMIQUE 1964-1965.13 janvier 2014
|DISCOURS PRONONCE LE 1er OCTOBRE 1964 PAR LE PROFESSEUR W. DEROUAU RECTEUR DE L’UNIVERSITÉ OFFICIELLE DE BUJUMBURA

Rwanda - Génocide6 décembre 2013
|LA TOUSSAINT ROUGE RWANDAISE DU 1er novembre 1959. (Révolution, fratricides, déicides ou génocides assistés 54 ans après ?) ssimbananiye@gmail.com Genèse et chronologie.