Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité10 octobre 2017
|Il tue six voisins avant de se donner la mort

Burundi - Sécurité9 octobre 2017
|Un dimanche pas tout-à-fait tendre

Burundi - Sécurité7 octobre 2017
|La province de Rumonge de plus en plus citée dans divers crimes

Burundi - Sécurité6 octobre 2017
|Fouille-perquisition dans la prison de Rumonge, divers articles saisis

Burundi - Sécurité5 octobre 2017
|Un fusil trouvé dans une brousse dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité4 octobre 2017
| Un véhicule des militaires burundais en Somalie endommagé

Burundi - Sécurité3 octobre 2017
|Un vieil homme tué au couteau dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité 2 octobre 2017
|Quand l’insécurité refait surface dans la zone Cibitoke

Burundi - Manifestation30 septembre 2017
|Bujumbura dans la rue pour dénoncer et remercier en même temps

Burundi - Energie29 septembre 2017
|Le manque de courant électrique déstabilise la capitale

Burundi - Sécurité 28 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Gitega

Burundi - Sécurité27 septembre 2017
|Insécurité dans le pays, insécurité dans les pays voisins

Burundi - Sécurité 26 septembre 2017
|Une personne tuée à Matana

Burundi - Sécurité 25 septembre 2017
|Le pays toujours en face de l’insécurité grandissante

Burundi - Sécurité 23 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran au Nord-Ouest du pays

Burundi - Sécurité 22 septembre 2017
|Des corps sans vie trouvés dans la capitale et au sud du pays

Burundi - Sécurité - Intempérie21 septembre 2017
|Va-t-on vers les catastrophes naturelles des pays occidentaux ?

Burundi - Sécurité20 septembre 2017
|Dix-sept adolescents arrêtés dans la province de Rutana

Burundi - Sécurité19 septembre 2017
|Des tirs à l’arme automatique entendus par les habitants de Kibenga

Burundi - Sécurité18 septembre 2017
|Un père tue ses propres enfants dans Bujumbura rural

Burundi - Kenya - Sécurité16 septembre 2017
|Les 4 Burundais attrapés à Isiolo emprisonnés à Nairobi

Burundi - Sécurité 15 septembre 2017
|Pour avoir sauvé une vie en danger, ils sont sous les verrous

Burundi - Sécurité14 septembre 2017
|La police change de langage à propos de l’enlèvement d’un opposant

Burundi - Sécurité 13 septembre 2017
|Un proche de Hussein Radjabu interpellé

Burundi - Sécurité12 septembre 2017
|Attaque armée dans Bujumbura rural

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Quand la police s’entretue !

10 juin 2017

Bujumbura, le 10 juin 2017 (Net Press) . Philippe Minani, un officier de la police, a été tué ce vendredi le 9 juin 2017 par ses collègues au quartier Gasekebuye, zone Musaga commune Muha, en mairie de Bujumbura. Le porte-parole de la police, Pierre Nkurikiye, dit que les assassins ont été appréhendés pour une enquête préliminaire.

Parallèlement, les agents d’appui à la protection des institutions (Api), accompagnés par le chef de quartier Kinanira2, avenue Kavumu, zone Musaga, commune de Muha, ont arrêté 6 jeunes vers 23 h 30. Le même chef de quartier, Eric Uwitonze, s’inquiète cependant de cette arrestation en pleine nuit avant d’affirmer que ces jeunes sont détenus aux cachots de la zone Musaga.

Toujours dans le même volet, un imam de Buterere, accusé de trafic des jeunes filles dans les monarchie pétrodollars, a été arrêté ce vendredi le 2 juin 2017. Ses fidèles musulmans ont embrassé les rues pour protester contre cette arrestation, mais le représentant de la communauté islamique du Burundi, Cheikh Sadiki Kajandi, conseille aux manifestants de laisser la justice faire son travail.

La population de Matana en province de Bururi , affirme que la chasse à l’homme membre de l’opposition s’observe le représentant du Fnl non reconnu par le pouvoir en commune Matana, Bernard Gatore a été arrêté pour une affaire de saisie des armes dernièrement dans cette circonscription.

Il a été transféré manu militari à la prison centrale de Mpimba et la même source affirme que la victime avait été arrêté en 2014 où il avait passé quelques jours dans les cachots de police de Matana

Burundi - Manifestations

Le parti présidentiel a encore une fois manifesté ce matin

Bujumbura, le 10 juin 2017 (Net Press). Ce matin, plusieurs camions de type "Fuso" et qui avaient à bord plusieurs membres du parti de l’Aigle, des drapeaux aussi bien dans les mains que sur les véhicules, ont été remarqués sur la route nationale n° 3, en provenance de a province de Rumonge vers Bujumbura.

Au niveau de Kanyosha, tout près du petit séminaire de cette zone, les camions garaient à côté des motos dont le plupart avaient été saisies de force auprès des motards qui venaient faire le taxi. Ils entonnaient une chanson qui rappelle le coup d’Etat du 13 mai 2015 car ils disaient que Niyombare a attaqué mercredi et il a fui jeudi. Dans Kamesa, au-dessus de la zone Musaga dans l’après-midi, certains d’entre eux, qui venaient de participer également à la manifestation, rentraient à motos et d’autres à bord des camionnettes de l’Etat, ce qui a fait dire à des témoins que cela n’est qu’une malversation des biens de la chose publique.

Burundi - Sécurité

Quand la police affiche son efficacité

Bujumbura, le 10 juin 2017 (Net Press). L’atelier de couture Ets Ndayizamba, qui se trouve entre la jonction de la galerie Le Parisien et la direction des finances de la Regideso, non loin du siège de la banque de crédit de Bujumbura, a pris feu vers 14h 10 de ce samedi le 10 juin 2017, n’eut été l’intervention de la police et les forces de l’ordre, les marchandises allaient être volées par des bandits qui s’entremêlaient dans les foules pour tromper la vigilance de la police pour s’emparer desdites marchandises.

Tout commence vers l’atelier de couture (Ets Ndayizamba) où un couturier repassait quelques habits et un incendie a surgi subitement, enflammant tout l’atelier et les petits magasins se trouvant aux environs ont été brulés. Paniqués, les commerçants de la galerie Le Parisien ont vite sorti leur marchandises et sous la protection de la police et après la maitrise du feu, les marchandises ont été remises dans la galerie.

Cela a fait dire à certains que si la police pouvait garder ce cap, elle pourrait changer rapidement de couleur pour ne pas apparaître aux yeux des population comme une police de tous les dangers.

Burundi - Zimbabwe - Justice

Robert Mugabe met en place un tribunal pour punir le procureur général déchu de ses fonctions

Harare, le 10 juin 2017 (Net Press) . Accusé de mauvaise conduite et d’incompétence et abus de pouvoir envers le président zimbabwéen Robert Mugabe, ce dernier a limogé son procureur général de la République, Johannes Tomana et projette mettre en place un tribunal correctionnel contre les personnalités jugées dangereuses aux intrigues du pouvoir.

Selon nos confrères du journal Hellard, le procureur remercié était parmi les fidèles du président Mugabe et selon la même source, l’abandon de poursuites judiciaires contre les présumés attentats du coup d’Etat est venu jeter le feu au poudre avant d’être remercié.

Selon le journal Hellard, Johannes Tomana est accusé par Harare d’abus de pouvoir et sera jugé prochainement sans préciser la date de son inculpation.

Pour rappel, le magistrat avait été condamné en 2015 pour la même infraction à 30 jours de prison ferme pour avoir refusé d’entamer des poursuites judiciaires contre un député de la majorité présidentielle accusé d’avoir violé une mineur.

Burundi - Usa - Sécurité

l’ex-directeur du Fbi qui fait trembler l’Amérique

Washington, le 10 juin 2017 (Net Press) . Son témoignage, jeudi 8 juin 2017, devant la commission d’enquête du Sénat américain a mis à mal le président des Etats-Unis, Donald Trump, révélant au grand jour des pratiques peu orthodoxes voire à la limite de la légalité. Mais James Comey n’en est pas à son premier fait d’arme politique : pendant la campagne présidentielle de 2016, c’est lui qui avait ouvert une enquête sur les emails d’Hillary Clinton, après avoir mené dans les années 1990 et 2000 deux autres instructions contre la démocrate et son mari. Portrait de cet avocat zélé, nommé patron du Fbi en 2013 par Barack Obama, à qui certains attribuent la défaite d’Hillary Clinton.

Il est l’homme par qui le scandale arrive. Directeur du Federal Bureau of Investigation (Fbi) jusqu’à son renvoi par Donald Trump au mois de mai, James Comey, 56 ans, gravite dans les plus hautes sphères du pouvoir américain depuis plus de deux décennies. Père de famille modèle, légiste acharné à la détermination sans faille… Son parcours presque exemplaire n’est en fait pas exempt de soubresauts, d’affaires d’envergures et de zones d’ombre.

« Mis à part les personnages de fiction, c’est sûrement le flic le plus connu des Etats-Unis à l’heure actuelle », observe la politologue américaniste Nicole Bacharan. Mais si James Comey était un anonyme aux yeux du plus grand nombre jusqu’à il y a peu, son nom est depuis longtemps familier à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire politique et judiciaire américaine.

« Un morale solide et inaltérable »

James Comey est un homme droit. C’est du moins ce que disent ceux qui l’ont côtoyé. D’origine irlandaise et de grand-père policier, il naît à New-York en 1960, dans une famille de la classe moyenne : le père travaille dans l’immobilier, la mère dans l’informatique. Elève studieux et doué, il étudie au College of William and Mary, le deuxième plus ancien établissement d’éducation supérieure des Etats-Unis après Harvard.

Dans une vidéo hagiographique de James Comey, réalisée par l’université après sa nomination à la tête du Fbi, un ancien camarade de classe, David Kelley, témoigne : « C’est un homme avec un morale solide et inaltérable. […] Il est brillant, très drôle. » James Comey entretient un lien fort avec son université, qu’il soutient financièrement, et où il effectue occasionnellement des conférences tout au long de sa carrière.

C’est au College of William and Mary qu’il rencontre sa femme, Patrice Failor, avec qui il partage toujours sa vie aujourd’hui. Pendant ses études de droit, il contracte la malaria en lui rendant visite alors qu’elle est en mission pour les Peace Corps en Sierra Leone, mais elle lui sauve la vie en l’emmenant à l’hôpital. Le couple aura six enfants. En 1995, l’un d’entre eux décède des suites d’une maladie bactérienne contractée pendant la grossesse. Meurtri, le couple s’engage ensuite pour une meilleure surveillance médicale des femmes enceintes.

Tout au long de sa vie familiale, James Comey apparaît comme un véritable modèle : il dispense des Sunday classes (cours religieux organisés le dimanche par les paroisses, et qui incombent aux membres les plus investis de la communauté), entraîne des équipes de basket d’enfants de sa ville – « Il se considère comme un bon basketteur parce qu’il est grand », s’amuse David Kelley. Mais du haut de ses 2,03 mètres, c’est surtout dans les tribunaux que James Comey se distingue.

« Il a une sorte de charme qui le rend très efficace face à un juge »

Après son diplôme de droit à l’université de Chicago, il travaille successivement pour John Walker Jr., le cousin du président Bush père, et en tant qu’assistant au bureau du procureur fédéral de Manhattan, alors dirigé par Rudolph Giuliani, futur maire de New-York. Ses collègues saluent son zèle : « Il a géré plus d’affaires que la plupart de ses collègues, et il le faisait extrêmement bien. Il a aussi une sorte de charme qui le rend très efficace face à un juge ou à des jurés », se souvient un de ses collaborateurs de l’époque, Gerard Lynch, interrogé en 2001 par le quotidien américain The New York Times.

Décrit comme humble et drôle, James Comey fait de l’effet. Anthony L. Ricco, qui le côtoyait à l’époque en tant qu’avocat se souvient : « Jim possédait ce mélange rare de bon sens populaire et d’intelligence universitaire […] quand vous vous étiez face à lui, vous deviez batailler en permanence pour avoir le jury de votre côté. »

Au début des années 1990, l’ascension prend forme. Le futur premier flic du pays devient membre du comité spécial du Sénat en charge de l’enquête sur l’affaire Whitewater. Déjà, James Comey a affaire aux Clinton. Bill et Hillary sont soupçonnés de s’être enrichis illégalement grâce à un projet immobilier – le projet Whitewater – en Arkansas, un Etat dont Monsieur a été gouverneur de 1983 à 1992. Finalement, aucune preuve ne permet d’incriminer le couple. Mais c’est en instruisant le dossier que le procureur indépendant Kenneth Starr fait éclater l’affaire Lewinsky – du nom de la secrétaire avec qui le président Bill Clinton a eu des rapports sexuels, ce qui faillit lui coûter son poste à la fin des années 1990.

James Comey quitte pour un temps New York et rejoint la Virginie. Après un bref passage dans un cabinet d’avocat, la gestion du bureau du procureur fédéral de l’Etat du nord-est des Etats-Unis lui est confiée. A ce poste, il tape dans l’œil des plus hauts dignitaires du pays en récupérant le dossier de l’attentat des tours Khobar, qui a fait 19 morts américains, en 1996, en Arabie Saoudite. Dans cette affaire qui traîne depuis des années et qu’il expédie en quelques mois, il met en examen 14 personnes. Lui et son équipe « ont fait ce qu’ils avaient à faire, ils ont retourné toutes les pierres, exploré toutes les pistes », salue le directeur du Fbi de l’époque, Louis Freeh, auprès du New York Times.

« Un homme qui reconnaît le bien du mal »

2001 : les Etats-Unis sont mis à genoux par le 11-Septembre. L’administration Bush, qui suit de près les exploits en matière de contre-terrorisme de Comey, le nomme procureur fédéral du district sud de l’Etat de New York. Il a 41 ans et hérite d’un des postes les plus prestigieux du pays, notamment du fait du statut international de la plus grande ville des Etats-Unis. Pour sa prédécesseur, Mary Jo White « c’est la personne idéale à ce poste dans ce contexte. »

L’année suivante, James Comey se confronte de nouveau aux Clinton. Il ouvre une enquête sur la grâce présidentielle accordée par Bill, au dernier jour de sa présidence en 2001, à l’homme d’affaires Marc Rich. L’homme, doté de cinq nationalités, était accusé de fraude fiscale et de blanchiment d’argent. Exilé, il fuyait un mandat d’arrêt émis par le Fbi, qui l’avait intégré à sa liste des 10 personnes les plus recherchées au monde. Marc Rich était notamment soupçonné d’avoir financé le parti démocrate et la campagne d’Hillary Clinton pour les sénatoriales de l’an 2000. James Comey finit par lâcher l’affaire, faute de preuves. Clinton 2 – Comey 0.

Le 3 octobre 2003, il devient numéro deux du ministère de la justice américaine. Bien que nommé par l’équipe de George W. Bush, il n’hésite pas à s’opposer aux conseillers du président. Une nuit de mars 2004, Alberto Gonzales, futur ministre de la justice, et Andrew Card, directeur du cabinet de George W. Bush, débarquent sous ses yeux dans la chambre de son supérieur, au George Washington Hospital. Le ministre de la justice de l’époque, John Ashcroft, est alors en soins intensifs depuis plusieurs jours, mais l’équipe du président a besoin de sa signature au bas d’un texte prolongeant un programme d’écoutes téléphoniques. Ashcroft et Comey y sont défavorables, et opposent une fin de non-recevoir aux hommes de Bush. Les numéros un et deux du ministère de la justice démissionneront un an plus tard : « Je ne pouvais pas rester alors que l’administration voulait engager des procédures auxquelles le Department of Justice ne trouvait aucune justification légale », expliquera-t-il plusieurs années plus tard devant le Sénat.

James Comey fait ensuite un détour par le secteur privé, dans les plus hautes instances juridiques de plusieurs entreprises : le fonds d’investissement Bridgewater Associates, la Banque HSBC, et même Lockheed Martin, le numéro un mondial de la vente d’armes – qui doit plus du tiers de son chiffre d’affaires aux commandes de l’armée américaine. « Tous les juges et hauts fonctionnaires des Etats-Unis ont l’habitude de passer par le secteur privé », explique le professeur émérite d’histoire américaine à Paris 8 Jacques Portes. « C’est choquant, mais c’est normal dans ce pays, même si le risque de conflit d’intérêts est évident », ajoute l’américaniste Nicole Bacharan.

Près de 10 ans après avoir quitté le ministère de la justice, en 2013, James Comey revient sous le feu des projecteurs. Barack Obama en fait le 17e directeur du Fbi. Il succède à Robert Mueller, qui est aujourd’hui chargé de mener l’enquête indépendante sur Donald Trump. « J’ai rencontré beaucoup de candidats extraordinaires à ce poste, discourt le premier président noir des Etats-Unis au moment de sa prise de fonction. Ce qui m’a convaincu que James Comey était la bonne personne, ce ne sont pas ses diplômes ou son CV, mais c’est de lui avoir parlé, d’avoir rencontré sa famille admirable, de voir que c’était un homme qui reconnaît le bien du mal, et qui part de là pour agir tous les jours. » Surtout, Obama a besoin de convaincre l’aile droite du Congrès pour faire passer ses réformes, et Comey, qui a toujours penché du côté républicain, est la personne idoine.

« On progresse en faisant des erreurs »

Le mandat de directeur du Fbi dure normalement une décennie. James Comey fait exception puisqu’il sera resté en poste moins de 4 ans. « Obama ne s’est jamais plaint de lui, il n’y a jamais eu de problèmes apparents entre eux. C’était un juge efficace, remarqué, sans casseroles », observe le professeur émérite d’histoire américaine Jacques Portes. Remarqué, James Comey le sera d’autant plus quand il tiendra tête aux patrons d’Apple pour obtenir le déchiffrement du portable du tueur de San Bernardino.

Surtout, en pleine campagne présidentielle, à l’été 2016, James Comey ouvre une enquête à propos des mails d’Hillary Clinton – du temps où elle était secrétaire d’Etat de Barack Obama, la candidate démocrate n’utilisait pas le service mail de la Maison Blanche, mais une boîte de réception privée, mettant ainsi en péril la sécurité nationale. « Il a rendu les conclusions de son enquête publique, ce qui est totalement inhabituel. D’autant qu’elles étaient formulées très étrangement, développe Nicole Bacharan. Longuement, il explique ce qu’Hilary Clinton avait fait de grave, de mal… pour conclure finalement qu’il n’y avait pas matière à poursuite. »

Qui plus est, 11 jours avant l’élection, « il annonce publiquement, de son propre chef, qu’il rouvre l’enquête sur les mails de Clinton. C’est absurde, il avait déjà vu tous les mails. Onze jours avant l’élection, c’est hallucinant », poursuit la politologue. Finalement, cette troisième confrontation judicaire avec les Clinton, après les affaires Whitewater et Marc Rich, sera la bonne : Hillary perd l’élection, et de nombreux observateurs en imputent la responsabilité à James Comey.

« On peut dire qu’il est intervenu dans la campagne pour faire perdre Hillary Clinton, affirme Nicole Bacharan. Alors que normalement, le Fbi doit rester hors du jeu politique, il doit se maintenir au-dessus de la mêlée. » Actuellement, c’est plutôt au cœur du pugilat que se trouve l’ancien premier flic des Etats-Unis. Sa suspicion vis-à-vis de Trump a poussé James Comey à consigner le contenu de tous leurs échanges – et son refus d’accéder à ses demandes d’abandonner l’enquête sur les liens entre l’entourage du président et la Russie lui ont coûté son poste.

Aujourd’hui, James Comey, justicier républicain qui a fini par faire tomber les Clinton, est tombé à son tour dans les méandres de ce qui pourrait être l’un des plus grands scandales politiques des dernières décennies. Son flegme pragmatique, dont il ne s’est pas départi pendant les trois heures d’audition devant le Sénat le jeudi 8 mai à propos de l’affaire Trump, le poussait à affirmer, quand il prenait ses fonctions à la tête du Fbi en 2013 : « On progresse en faisant des erreurs et en les corrigeant, en faisant des promesses et en les tenant ». Des erreurs, l’avenir dira s’il y en a eu. Et des promesses, il y en a déjà une qui peut être faite : les Etats-Unis ne sont pas prêts d’oublier le nom de James Comey.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur