Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 5 décembre 2017
|Un corps découvert pendu sur un avocatier

Burundi –Sécurité4 décembre 2017
|Quand la police s’entretue

Burundi - Sécurité 2 décembre 2017
|1000 plants de manguiers saisis alors qu’ils allaient être vendus frauduleusement

Burundi – Sécurité 1er décembre 2017
|Une personne tuée à Muramvya

Burundi - Sécurité30 novembre 2017
|Des cas d’insécurité ici et là dans le pays

Burundi - Sécurité29 novembre 2017
|La pluie d’hier a fait une victime au nord de la capitale

Burundi - Sécurité 28 novembre 2017
|Quatre enfants tués dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité 27 novembre 2017
|Des manifestations pour soutenir le président Nkurunziza

Burundi - Sécurité25 novembre 2017
|L’Unicef condamne sans détour l’amputation de deux enfants

Burundi – Sécurité 24 novembre 2017
|Accusés de vol de maïs, des enfants amputés de poignées

Burundi - Justice - Sécurité23 novembre 2017
|L’ancien patron de l’Aprodh au centre du pays transféré

Burundi - Sécurité22 novembre 2017
|Le Focode craint pour la sécurité du brigadier Cishahayo

Burundi - Sécurité 21 novembre 2017
|Quand les anciens activistes des droits de l’hommes sont inquiétés

Burundi - Sécurité 20 novembre 2017
|Une pluie torrentielle tue trois enfants

Burundi - Réconciliation18 novembre 2017
|"Le souvenir des victimes doit être régie par la loi", dixit Mgr. Jean Louis Nahimana

Burundi - Politique 17 novembre 2017
|Une célébration qui relate

Spécial Médias16 novembre 2017
|Une commémoration qui relate

Burundi - Sécurité 15 novembre 2017
|Un corps en extrême décomposition a été trouvé à Muramvya

Burundi - Sécurité14 novembre 2017
|Toujours des assassinats signalés un peu partout dans le pays

Burundi -Sécurité13 novembre 2017
|Deux personnes trouvent la mort dans une noyade

Burundi - Belgique - Coopération11 novembre 2017
|La semaine belge annulée à la dernière minute

Burundi - Sécurité10 novembre 2017
|Deux bandits de Mutakura arrêtés par les militaires frappés comme Jésus Christ sur la croix

Burundi - Environnement - Sécurité9 novembre 2017
|Une foudre fait parler d’elle dans la province de Muramvya

Burundi - Sécurité8 novembre 2017
|Treize personnes arrêtées pour trafic humain

Burundi – Sécurité 7 novembre 2017
|La police arrête plus de 100 personnes au centre ville de Bujumbura

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Une personne décapitée dans la commune de Gihanga

30 juin 2017

Bubanza, le 30 juin 2017 (Net Press) . Elle s’appelle Florence Nduwimana, elle vivait dans le village IV de la commune Gihanga, dans la province de Bubanza à l’Ouest du pays. Elle vivait séparée avec son mari qui lui avait donné trois enfants. Elle est morte décapitée dans la soirée de ce jeudi et son corps a été retrouvé ce matin.

Une personne du nom de Elvis Nzisabira, suspectée par la police, a été arrêtée pour des raisons d’enquête. Selon des informations sur place, cet homme avait été en compagnie avec l’ancien époux de la défunte et il avait passé la soirée chez la victime. Les litiges liés aux conflits de terres serait à l’origine de ce massacre car un procès était pendant la justice.

Dans la même province et sur un autre sujet, un monument du parti Cndd-Fdd a été démoli dans cette commune, au village III. Il aurait été détruit ce mercredi le 28 juin 2017, ce qui a engendré un malaise entre les membres de cette formation politique et ceux des autres partis, dont ceux de la coalition Amizero, en réalité des membres du Fnl proche d’Agathon Rwasa.

Au Sud du pays, un homme nommé Gisanabagabo, originaire de la colline Mutsinda, commune de Songa en province de Bururi, a été tué dans une vallée séparant les secteurs Rukina et Nyagituku. Selon les sources d’informations recueillies sur place, personne ne comprend ce massacre car la victime entretenait de relations de bon voisinage avec son entourage.La police s’est rendue sur les lieux pour mener les enquêtes préliminaires.

A Ngozi, en moins d’une semaine, 4 personnes sont mortes à l’hôpital de Ngozi après ou pendant les opérations chirurgicales à l’hôpital autonome de Ngozi. Des sources sur place affirment que ces incidents qui ont emporté beaucoup ds patients sont liés aux anesthésiants qui ne répondent plus aux normes actuelles.

Dans la même foulée, le Directeur de l’hôpital de Ngozi, le Dr Guillaume Ntawukiriryayo, a tenu ce jeudi une réunion d’urgence avec les médecins chirurgiens, les anesthésistes et le directeur des soins intensifs pour voir ensemble comment juguler ce manquement.

Burundi - Anniversaire

Le Burundi fête son 55ème anniversaire d’indépendance

Bujumbura, le 30 juin 2017 (Net Press) . Dans 24 heures, le Burundi commémorera le 55ème anniversaire de son indépendance qui a eu lieu le 1er juillet 1962. C’est à cette date que le drapeau du Burundi a été hissé et celui de la Belgique baissé, mais les analystes se posent la question de savoir si l’indépendance ne s’est arrêtée qu’à ce geste.

En effet, depuis l’indépendance, le pays a connu des violences cycliques qui ont régulièrement endeuillé des familles entières, les Burundais n’étant pas parvenus à se défaire des barrières ethniques où ils ont plongé durant les 46 ans de la colonisation belge. Que ce soit sous les partis uniques ou sous la démocratie, le Burundi apparaît comme un pays qui a toujours eu un manque criant de visionnaires et souvent qui pensent à leurs propres intérêts au détriment de ceux du pays.

Le 1er juillet arrive au moment où la pauvreté frappe de plein fouet la population entière suite à la fermeture des robinets par les pays traditionnellement partenaires du Burundi. Cette pauvreté s’est accentuée avec la crise politico-sécuritaire de 2015 où, en plus la rareté des devises, le chômage bat son plein au moment où les autorités ont du mal à contrôler la démographie plus que galopante.

Burundi - Politique

"Elle va payer 424 têtes de bétails", dixit Reverien Ndikuriyo

Bujumbura, le 30 juin 2017 (Net Press) . S’exprimant à l’occasion de la retraite des sénateurs tenue ce jeudi, le président du sénat burundais, Reverien Ndikuriyo, a demandé à l’Allemagne de payer 424 têtes de bétails que le roi Mwezi Gisabo a données aux Allemands en guise d’amende lors du traité de Kiganda le 6 juin 1903.

Reverien Ndikuriyo estime que le Burundi a perdu ses trésors, que ces vaches pouvaient produire des bouses qui serviront à la fertilité du sol et du lait qui pouvait être consommé par les fils et filles du pays de Ntare Rugamba, comme lors du traité de Versailles signé le 28 juin 1919 entre l’Allemagne et les Alliés à l’issue de la Première Guerre mondiale.

Élaboré au cours de la conférence de Paris, le traité qui fut signé dans la galerie des Glaces du château de Versailles et promulgué le 10 janvier 1920. Ce dernier annonçait la création d’une Société des Nations (SDN) et déterminait le type de sanctions prises à l’encontre de l’Allemagne et de ses alliés.

En la privant de ses colonies et d’une partie de ses droits militaires, amputée de certains territoires et astreinte à de lourdes réparations économiques, Reverien Ndikuriyo, estime que le Pays d’Angela Merkel devrait demander pardon au peuple burundais suite aux pertes de vies humaines et matérielles que le Burundi a subies lors des 7 ans de guerre pour coloniser le Burundi.

Le patron de la chambre haute du parlement du Burundi a demandé également au royaume de Belgique de s’expliquer devant le peuple burundais sur la réforme administrative du 29 juin 1929 sous la colonisation belge, visant à semer les divisions ethniques au Burundi. Les Hutu ont été écartés du pouvoir monarchique et jusqu’en 1962. Révérien Ndikuriyo a exigé pour cela des peuples belges et allemands de demander pardon au peuple burundais pour les conséquences néfastes dues aux divisions ethniques semées par ces colonisateurs.

Burundi - Environnement

Les hippopotames, un danger pour les riverains du lac Tanganyika

Bujumbura, le 30 juin 2017 (Net Press) . Au cours des Karaokés qui se tiennent régulièrement pendant les weekends sur le terrain de football dit "Tempête", tout prés du musée vivant, les hippopotames sortent fraichement du lac Tanganyika pour aller assister aux concerts tenus par les différents célèbres musiciens, ce qui gène les mélomanes.

D’après nos sources, dans les quartiers de Kibenga lac, ces carnassiers sortent de l’eau à partir de 2 heures du matin pour y retourner à 5 heures, les habitants de cette circonscription craignent qu’ils ne soient dévorés par ces hippopotames et à partir de 16 heures, ces hippopotames embrassent les rues de Kinindo ouest, une localité située non loin du lac Tanganyika. Nos sources affirment que pendant la fête musulmane de ce dimanche le 25 juin 2017, ces carnassiers ont fait irruption dans une foule, ce qui a provoqué la panique.

Des sources environnementalistes affirment que ces hippopotames sont devenus très nombreux au point qu’ils s’approvisionnent en herbe dans les environs du lac Tanganyika. Les habitants riverains demandent au gouvernement burundais que ces animaux aquatiques et terrestres soient surveillés pour éviter qu’ils soient abattus ou dévorent les individus à leur passage.

Burundi - Ethiopie – Politique

Vers la tenue d’une réunion des chefs d’Etats de l’Union Africaine qui s’écarte de la crise burundaise

Addis Abeba, le 30 juin 2017 (Net Press) . Le ministres des affaires étrangères africains se retrouvent dans la capitale éthiopienne ce vendredi pour préparer la réunion de chefs d’Etats de l’Union Africaine prévue au début de la semaine et qui va se pencher sur la réforme institutionnelle et terrorisme au Sahel, un sommet qui s’écarte de la crise burundaise commencée depuis le printemps d’avril 2015.

Parmi l’agenda, figure le vote du budget 2018 de l’Union évalué à 769 millions de dollars et celui dédié à sa reforme, soit 868 ,9 millions de dollars qui doiventt être entièrement financés par les pays membres

La question de l’appui au G5 Sahel

Négligé lors des derniers sommets, le terrorisme dans le Sahel sera l’un des sujets centraux de ce sommet. À la veille de l’ouverture de la réunion des chefs d’État à Addis-Abeba, les présidents du G5 Sahel se retrouvent en effet dimanche 2 juillet à Bamako en compagnie du Français Emmanuel Macron pour étudier les modalités de la mise en place de leur force conjointe dans la région.

Le Mali, la Mauritanie, le Tchad, le Niger et le Burkina Faso ont en effet annoncé au début de l’année le déploiement de 10 000 hommes pour lutter contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière, mais sans que soit résolue la question du financement. Pour l’heure, seule l’Union européenne (UE) s’est engagée à débloquer 50 millions d’euros, alors qu’environ 400 millions d’euros seraient nécessaires. À Addis-Abeba, les pays sahéliens attendent donc plus qu’un soutien politique : ils espèrent un geste financier des membres de l’institution panafricaine. Les crises au Soudan du Sud et en Somalie doivent également être à l’ordre du jour, mais celle que traverse la RDC ne devrait pas être abordée.

Mise en oeuvre de la réforme de l’Union africaine

La mise en œuvre de la réforme de l’Union africaine constitue le chantier majeur de l’institution. Confiée à Paul Kagame en juillet 2016, cette réforme a été présentée et adoptée par les États membres lors du dernier sommet. Cette fois-ci, plusieurs points devraient être discutés et de nombreuses questions soulevées sur la mise en œuvre de ce grand chamboulement du fonctionnement de l’UA.

Depuis janvier, plusieurs pays ont en effet fait savoir leur manque d’enthousiasme et leur scepticisme sur certains points, notamment celui, fondamental et symbolique, du financement de l’UA. Certains craignent que les modalités proposées soit contraires aux règles internationales édictées par l’Organisation mondiale du commerce (OMC). La taxe dite « Kaberuka », du nom de l’ancien président de la banque africaine de développement à l’origine de cette proposition, prévoit d’instaurer un prélèvement de 0,2% sur les importations. Alors qu’aujourd’hui, son budget dépend à plus de 80% de donateurs extérieurs, l’UA souhaite instaurer son autonomie financière et ainsi, son indépendance.

Rabat a dépêché une grosse délégation, qui a investi toutes les réunions préparatoires

Le plan de développement du continent à l’horizon 2063, initié par l’ancienne présidente de la Commission, la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma, sera aussi à l’agenda de ce sommet qui connaîtra, pour la première fois, la participation du Maroc. Rabat a dépêché une importante délégation, qui a investi toutes les réunions préparatoires. Composée des principaux ambassadeurs marocains en poste sur le continent, elle entend s’imposer dans l’agenda des discussions sans oublier son objectif majeur : isoler le Polisario en affaiblissant ses soutiens au sein de l’organisation panafricaine.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.