Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité9 octobre 2017
|Un dimanche pas tout-à-fait tendre

Burundi - Sécurité7 octobre 2017
|La province de Rumonge de plus en plus citée dans divers crimes

Burundi - Sécurité6 octobre 2017
|Fouille-perquisition dans la prison de Rumonge, divers articles saisis

Burundi - Sécurité5 octobre 2017
|Un fusil trouvé dans une brousse dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité4 octobre 2017
| Un véhicule des militaires burundais en Somalie endommagé

Burundi - Sécurité3 octobre 2017
|Un vieil homme tué au couteau dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité 2 octobre 2017
|Quand l’insécurité refait surface dans la zone Cibitoke

Burundi - Manifestation30 septembre 2017
|Bujumbura dans la rue pour dénoncer et remercier en même temps

Burundi - Energie29 septembre 2017
|Le manque de courant électrique déstabilise la capitale

Burundi - Sécurité 28 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Gitega

Burundi - Sécurité27 septembre 2017
|Insécurité dans le pays, insécurité dans les pays voisins

Burundi - Sécurité 26 septembre 2017
|Une personne tuée à Matana

Burundi - Sécurité 25 septembre 2017
|Le pays toujours en face de l’insécurité grandissante

Burundi - Sécurité 23 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran au Nord-Ouest du pays

Burundi - Sécurité 22 septembre 2017
|Des corps sans vie trouvés dans la capitale et au sud du pays

Burundi - Sécurité - Intempérie21 septembre 2017
|Va-t-on vers les catastrophes naturelles des pays occidentaux ?

Burundi - Sécurité20 septembre 2017
|Dix-sept adolescents arrêtés dans la province de Rutana

Burundi - Sécurité19 septembre 2017
|Des tirs à l’arme automatique entendus par les habitants de Kibenga

Burundi - Sécurité18 septembre 2017
|Un père tue ses propres enfants dans Bujumbura rural

Burundi - Kenya - Sécurité16 septembre 2017
|Les 4 Burundais attrapés à Isiolo emprisonnés à Nairobi

Burundi - Sécurité 15 septembre 2017
|Pour avoir sauvé une vie en danger, ils sont sous les verrous

Burundi - Sécurité14 septembre 2017
|La police change de langage à propos de l’enlèvement d’un opposant

Burundi - Sécurité 13 septembre 2017
|Un proche de Hussein Radjabu interpellé

Burundi - Sécurité12 septembre 2017
|Attaque armée dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité11 septembre 2017
|Des personnes arrêtées par des Imbonerakure au Sud du pays

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Quand un responsable local déclare un citoyen de son ressort persona non grata !

14 juillet 2017

Makamba, le 14 juillet 2017 (Net Press) . Apollinaire Habonimana, le chef de zone Bigina, dans la commune Kayogoro de la province de Makamba au Sud du pays, a expulsé un citoyen de sa zone, Herni Ntanyungu, connu sous le sobriquet Masharabu, qu’il accuse de faire partie d’une rébellion.

Herni Ntanyungu indique qu’il est pourchassé par le chef de zone, de concert avec les membres de la ligue des jeunes du parti présidentiel (Imbonerakure), qui lui ont également refusé d’accéder à ses biens. Ses voisins sont indignés par le comportement de cet administratif avant d’indiquer que la victime habite sur cette colline depuis 18 ans et qu’il est en parfaite harmonie avec son entourage.

Au Nord du pays, 4 personnes ont été blessées hier suite à une attaque à la grenade alors qu’elles se trouvaient chez un certain Bitariho, sur la colline de Ruhehe dans la commune de Bugabira de la province de Kirundo. Selon des informations concordantes, 5 personnes soupçonnées d’être impliquées dans ce forfait ont été arrêtées.

Burundi - Sécurité

Un membre de l’Acat arrêté

Bujumbura, le 14 juillet 2017 (Net Press) . Il s’appelle Germain Rukuki, un membre de l’association catholique pour l’abolition de la torture, Acat, récemment radiée par le ministre de l’intérieur et de la formation patriotique. Il a été arrêté ce jeudi le 13 juillet 2017 vers 6 heures du matin au quartier VI de la zone Ngagara, commune urbaine de Ntahangwa.

Le porte-parole de la police burundaise, Pierre Nkurikiye, fait savoir que Germain Rukuki est accusé de trouble de l’ordre publique et qu’il y’a des preuves attestant qu’il a financé les manifestations anti troisième mandat du président Pierre Nkurunziza en achetant des armes et des stupéfiants. Pierre Nkurikiye indique par la suite qu’il est accusé d’implication dans la rédaction des rapports qui ternissent l’image du pays.

Sur son compte tweeter, la fédération internationale de l’Acat (Fiacat) dénonce fermement cette arrestation. Contactés par la rédaction, les habitants du quartier VI de la zone Ngagara affirment que Germain Rukuki a été arrêté dans la poursuite de la chasse aux sorcières aux activistes de la société civile radiée par Bujumbura avant de conclure que la victime, si elle avait réellement trempé dans les manifestations anti troisième mandat du président Nkurunziza, il aurait pris le chemin de l’exil comme ses collègues.

Burundi - Sécurité - Justice

Le porte-parole de la sécurité publique accuse la justice de notre pays

Bujumbura, le 14 juillet 2017 (Net Press) . Le porte-parole de la police, Pierre Nkurikiye, n’y va pas par quatre chemins et semble taper du poing sur la table du fait que la police arrête des criminels mais que quelques temps après, ils sont relâchés par la justice burundaise. Il a pris pour exemple le cas d’Osman Shabani Ndayishimiye, accusé d’escroquerie et qui a été arrêté dans la province de Kirundo, tentant de fuir le pays avec 150 millions de francs burundais dans ses poches.

Pierre Nkurikiye a poursuivi en informant que cet homme fait partie de ceux qui ternissent l’image du pays car il a volé beaucoup d’argent aux personnes physiques et aux différentes sociétés. Il vient d’être arrêté alors qu’il a beaucoup de dossiers pendant devant la justice, ce qu’il ne comprend pas du tout. Il cite également un autre cas précis d’une attaque à la grenade dans la zone urbaine de Musaga par des criminels, preuves à l’appui, mais qui ont été relâchés.

Pour le porte-parole de la police, cela est un facteur important dans l’intensification de l’insécurité car la police arrête les gens qui sont gardés pendant un laps de temps avant d’être libérés. Pour lui, c’est donc déplorable que des criminels soient livrés à la justice et qui reviennent encore une fois commettre d’autres forfaits. Il demande à la justice de revoir sa copie en matière de traitement des dossiers des fauteurs de troubles.

De son côté, le porte-parole du gouvernement, Philippe Nzobonariba, trouve que le gouvernement est satisfait des prestations des deux parties, c’est à dire le ministère de la justice et celui de la sécurité.

Burundi - Commerce

La Brarudi apporte des précisions sur une information parue dans Net Press

Bujumbura, le 14 juillet 2017 (Net Press). Dans son édition de ce 13 juillet 2017, la rédaction avait mentionné qu’elle avait essayé de contacter la Brarudi via la responsable de la communication de cette entreprise sans arriver à la joindre. Lors de notre entretien, Mme Nelly Bazikamwe a dit que " la Brarudi a toujours été une entreprise transparente dans toutes ses activités. Brarudi a par ailleurs communiqué sur le même sujet à plusieurs médias dont la radio nationale, Isanganiro et le Renouveau du Burundi..."

Réagissant sur la question de pénurie de la bière Primus qui s’observe dans les quartiers de la capitale Bujumbura comme à Kinindo, la responsable de la communication de Brarudi explique qu’« il n’y a pas de pénurie de bière Primus, une bière prisée par la population burundaise, car nous avons cette bière dans le format 50cl qui est disponible dans tout le pays". Elle explique que « cette forte demande est aussi liée à la haute saison, période de beaucoup d’événements sociaux, une bonne récolte liée à la campagne sorgho, vente de riz, café...où les cultivateurs disposent des moyens financiers et prennent le temps de célébrer leur labeur en partageant une bonne bière.

Et Mme Bazikamwe de dire que l’état défectueux de nos routes est la raison la plus importante car dit-elle, « nos camions sont aujourd’hui obligés de faire des détours pour pouvoir livrer nos produits dans les différents mégas implantés dans le pays. Cela pour sécuriser le plus nos emballages qui sont fragiles et introuvables sur le marché local. Nos emballages sont importés et nous n’avons pas de devises pour nous en procurer ni les remplacer en cas de casses. Raison pour laquelle nous devons faire tout ce qui est possible notamment faire de longues distances sur des routes plus sûres. »

Comme solution pour permettre la disponibilité de ce produit dans les points de vente, Mme Bazikamwe de nous dire que « la Brarudi vient d’augmenter sa flotte de livraison pour diminuer le temps de livraison par leurs camions. Autre stratégie pour une livraison efficace, nous avons tenu en début de semaine une réunion avec nos distributeurs, mégas et points de vente pour leur demander de passer leurs commandes avant épuisement de stocks. »

Burundi - Economie

Quand les Nations Unies tirent sur une sonnette d’alarme

Bujumbura, le 14 juillet 2017 (Net Press) . La commission économique pour l’Afrique de l’Onu, de concert avec les experts des institutions gouvernementales, des fonctionnaires des organisations internationales ainsi que des partenaires de développement se trouvant au Burundi, a procédé au lancement officiel du pays Burundi ce jeudi le 13 juillet 2017 dans l’optique de discuter les conditions économiques et sociales du Burundi et de la sous-région, où divers défis qui gangrènent l’économie du pays ont été évoqués.

Andrew Mold, le directeur par intérim du bureau sous régional de la commission économique pour l’Afrique, affirme que suite à la crise sociopolitique qui prévaut au pays depuis 2015, l’économie burundaise a basculé à la résilience marquée par la diminution de l’assiette fiscale et l’interruption de l’aide budgétaire.

A cela s’ajoute la croissance burundaise qui reste "maigre" en raison de la faible productivité de l’économie agricole de subsistance dont dépend la majorité de la population. Andrew Mold affirme que le secteur de la construction, du commerce ou du tourisme ont été affectés. La mauvaise performance du secteur primaire est en revanche un phénomène de long terme lié à la faible productivité agricole et à l’impact du changement climatique. Andrew Mold invite le gouvernement burundais de profiter de l’intégration régionale - il est en situation géographique favorable (cas du lac Tanganyika) - pour relancer son économie.

De son côté, le ministre de la bonne gouvernance et de la privatisation, Serges Ndayiragije, tout comme le deuxième vice-gouverneur de la banque de la République du Burundi, Melchior Wagara, disent qu’il est difficile de planifier l’économie burundaise dans ces moments de crise sociopolitique et économique que traverse le pays.

Melchior Wagara estime que les banques privées investissent dans des activités productrices des revenus car elles utilisent des fonds des clients et que la banque nationale de développement économique outillée pour financer les travaux de relance économique, est au seuil d’un manque criant des partenaires extérieurs d’antan pour pouvoir financer les projets d’investissement.

Burundi - Sécurité - Administration

Trois officiers de la force de défense nationale révoqués

Bujumbura, le 14 juillet 2017 (Net Press) . Trois officiers burundais, dont deux majors, un homme et une femme, ainsi qu’un capitaine, ont été révoqués par décret présidentiel n° 100/139 du 6 juillet 2017. Selon des informations concordantes, ils ont été révoqués pour avoir déserté ce corps.

Il s’agit des Majors Cléments Hamenyimana et Flora Kwizera ainsi que le capitaine Evariste Nkuyehasi. Ce décret présidentiel avait été motivé par le ministre de la défense nationale et des anciens combattants.

Burundi - Usa - Politique

Emmanuel Macron et Donald Trump affichent leur bonne entente

Paris, le 14 juillet 2017 (Net Press) . Le couple présidentiel américain est arrivé à Paris ce jeudi 13 juillet, à la veille du défilé traditionnel du 14-Juillet dont les Etats-Unis sont les invités d’honneur. Avant d’aller dîner ensemble sur la Tour Eiffel, Donald Trump et Emmanuel Macron ont donné une conférence de presse conjointe.

Emmanuel Macron et Donald Trump ont, semble-t-il, décidé d’oublier leurs différends. Ce jeudi soir, à l’occasion de la venue du président américain à Paris pour assister au défilé du 14-Juillet, ils ont célébré « une relation ancienne », « forte », « destinée à se renforcer dans l’avenir » entre leurs deux pays.

« La France est le premier et le plus ancien allié des Etats-Unis, a souligné Donald Trump. Beaucoup de gens ne le savent pas. Depuis que le général La Fayette a rejoint la lutte pour l’indépendance, nos deux pays sont liés par le même destin. C’était il y a très longtemps mais nous sommes toujours côte à côte. Peut-être plus que jamais. »

Plus que jamais lié par la lutte contre le terrorisme. Les deux présidents ont souligné qu’ils étaient sur la même longueur d’onde en la matière. C’est déjà le cas en Syrie où Paris et Washington mènent des opérations conjointes contre l’organisation Etat Islamique. Les deux pays veulent désormais mettre en place un groupe de contact afin de préparer l’après-conflit. Alors qu’il avait déclaré en juin que le départ de Bachar el-Assad n’était « plus une priorité », Emmanuel Macron est allé ce soir encore plus loin. « Je ne fais pas du départ et de la destitution de Bachar el-Assad une condition préalable à l’intervention de la France », a-t-il souligné.

Cette entente entre les deux chefs d’Etat est cependant absente dans d’autres domaines. C’est le cas du climat pour lequel Emmanuel Macron a une nouvelle fois souligné le désaccord avec son homologue américain. « Mais la discussion se poursuivra », a-t-il promis, affirmant respecter la décision du président Trump. « Quelque chose pourrait se passer concernant l’accord de Paris », a déclaré ce dernier sans toutefois entrer dans les détails.

Donald Trump a également été rattrapé par ses affaires domestiques, notamment les soupçons de collusion entre ses proches et la Russie. Le président américain a pris la défense de son fils, accusé d’avoir rencontré l’année dernière une avocate russe en pleine campagne présidentielle. « Une rencontre insignifiante, sans importance », a déclaré le président Trump qui s’attendait visiblement à cette question.

Le courant entre les deux hommes aux tempéraments assez différents est semble-t-il bien passé. Emmanuel Macron a remercié son homologue pour sa venue en lui adressant un chaleureux « merci Donald » et en ajoutant que le dîner au restaurant Jules Verne sera « un dîner d’amis ». Visiblement flatté, Donald Trump a promis de revenir à Paris. Il n’y a pas si longtemps il avait décrit la France comme un pays « infecté par le terrorisme ». Jeudi soir, il a félicité le gouvernement pour sa capacité en matière de contre-terrorisme.

« La table est une arme de séduction »

Donald Trump et Emmanuel Macron ont dîné au deuxième étage de la Tour Eiffel, dans le restaurant du chef Alain Ducasse, le Jules Verne. Il ne s’agit pas d’un choix anodin, selon Christian Roudaut, qui a écrit sur l’importance de la gastronomie dans les négociations politiques, notamment dans son ouvrage "Les chefs des chefs".

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur