Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité9 octobre 2017
|Un dimanche pas tout-à-fait tendre

Burundi - Sécurité7 octobre 2017
|La province de Rumonge de plus en plus citée dans divers crimes

Burundi - Sécurité6 octobre 2017
|Fouille-perquisition dans la prison de Rumonge, divers articles saisis

Burundi - Sécurité5 octobre 2017
|Un fusil trouvé dans une brousse dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité4 octobre 2017
| Un véhicule des militaires burundais en Somalie endommagé

Burundi - Sécurité3 octobre 2017
|Un vieil homme tué au couteau dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité 2 octobre 2017
|Quand l’insécurité refait surface dans la zone Cibitoke

Burundi - Manifestation30 septembre 2017
|Bujumbura dans la rue pour dénoncer et remercier en même temps

Burundi - Energie29 septembre 2017
|Le manque de courant électrique déstabilise la capitale

Burundi - Sécurité 28 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Gitega

Burundi - Sécurité27 septembre 2017
|Insécurité dans le pays, insécurité dans les pays voisins

Burundi - Sécurité 26 septembre 2017
|Une personne tuée à Matana

Burundi - Sécurité 25 septembre 2017
|Le pays toujours en face de l’insécurité grandissante

Burundi - Sécurité 23 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran au Nord-Ouest du pays

Burundi - Sécurité 22 septembre 2017
|Des corps sans vie trouvés dans la capitale et au sud du pays

Burundi - Sécurité - Intempérie21 septembre 2017
|Va-t-on vers les catastrophes naturelles des pays occidentaux ?

Burundi - Sécurité20 septembre 2017
|Dix-sept adolescents arrêtés dans la province de Rutana

Burundi - Sécurité19 septembre 2017
|Des tirs à l’arme automatique entendus par les habitants de Kibenga

Burundi - Sécurité18 septembre 2017
|Un père tue ses propres enfants dans Bujumbura rural

Burundi - Kenya - Sécurité16 septembre 2017
|Les 4 Burundais attrapés à Isiolo emprisonnés à Nairobi

Burundi - Sécurité 15 septembre 2017
|Pour avoir sauvé une vie en danger, ils sont sous les verrous

Burundi - Sécurité14 septembre 2017
|La police change de langage à propos de l’enlèvement d’un opposant

Burundi - Sécurité 13 septembre 2017
|Un proche de Hussein Radjabu interpellé

Burundi - Sécurité12 septembre 2017
|Attaque armée dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité11 septembre 2017
|Des personnes arrêtées par des Imbonerakure au Sud du pays

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Plaine de la Rusizi, insécurité grandissante

1er août 2017

Bubanza, le 1er août 2017 (Net Press) . Selon des informations sur place, la plaine de la Rusizi est sous le seuil d’une insécurité grandissante et la population des environs de la réserve naturelle de la Rukoko a été réveillée ce lundi le 31 juillet 2017 par des crépitements d’armes nourris d’échanges de tirs d’arme en provenance de la République démocratique du Congo.

Les habitants des environs qui vaquaient à leurs activités ont eu peur suite à cette situation et ont dû fuir. Le porte-parole de l’armée burundaise, le colonel Gaspard Baratuza joint par la rédaction, confirme cette information avant d’ajouter que les opérations de ratissage se déroulent dans le secteur Kiliba –Ondes, secteur 6, entre les forces armées de la République démocratique du Congo et quelques éléments non encore connus.

Dans une autre rubrique Leonard Niyukuri, membre du parti Sahwanya Frodebu, a été arrêté et conduit manu militari au cachot de la commune Nyanza-Lac ) par les membres de la ligue des jeunes du parti aux affaires ( Imbonerakure) sur la colline Kabondo, commune Nyanza-Lac province de la province de Makamba (sud du pays )

Ces Imbonerakure l’accusent de hisser le drapeau de son parti Frodebu dans un endroit inapproprié comme permanence. Les membres de l’opposition de cette entité disent qu’ils vivent de la peur au ventre car ils sont victimes des intimidations de la jeunesse du parti présidentiel. Ils ne comprennent pas pourquoi les monuments du parti Cndd –Fdd sont construits presque dans tous les coins du pays et que les membres de l’opposition sont souvent interdits d’implanter des permanences dans cette localité.

Burundi - Politique

"Le Comesa a été induit en erreur", clame la présidence de la République !

Bujumbura, le 1er août 2017 (Net Press) . Le porte-parole du président de la République Pierre Nkurunziza, Jean Claude Karerwa, clame haut et fort que le secrétariat général du common market of east and south Africa, Comesa, qui a déclaré que le Burundi n’est pas capable d’accueillir le sommet du marché commun de l’Afrique orientale et australe, faute de moyens logistiques a été induit en erreur par les ennemis du pays

Jean Claude Karerwa estime que le Burundi regorge de beaucoup d’Hôtels équipés des suites présidentielles, capables d’accueillir les chefs d’Etats au sommet. Karerwa affirme que Bujumbura dispose de plus d’une quarantaine de véhicules luxueux capables de transporter les éminents invités .

Une large opinion dit que le porte-parole du président dit la vérité et rien que la vérité car le Burundi est le pays le plus pauvre de la planète mais qui regorge des véhicules tellement luxueux que pendant les heures de pointe, en file indienne, sont dans l’embouteillage avant d’affirmer que le Burundi regorge de nombreux hôtels luxueux, en témoigne l’hôtel club du lac Tanganyika, l’hôtel le panoramique, l’Hôtel Bel Air qui a été hautement apprécié par le président ougandais Yoweli Kaguta Museveni lors de son séjours sur Bujumbura. La même source conclut que le gel des aides directes de l’Union Européenne serait derrière cette interdiction.

Burundi - Union Européenne - Politique

Le sénat burundais réagit à une résolution du parlement européen

Bujumbura, le 1er août 2017 (Net Press) . Le sénat burundais, à travers un communiqué, porte à la connaissance du public qu’il a accueilli avec indignation et déception l’adoption au début du mois de juillet 2017 par le parlement européen d’une résolution injuste et mal informée sur le Burundi.

Cette résolution indique en effet que depuis avril 2015, la situation des droits de l’homme s’est détériorée et qu’il faut une enquête neutre afin de traduire les auteurs de ces forfaits devant la justice. Pour le sénat burundais par contre, cette résolution vient conforter les ennemis du pays, spécialement les auteurs du mouvement insurrectionnel et du coup d’Etat raté du 13 mai 2015.

Face à cette situation, le sénat burundais se sent interpellé pour jour pleinement son rôle d’avant-garde dans la sauvegarde des intérêts légitimes du peuple burundais qui l’a mandaté. Pour cela, les sénateurs ont décidé de consacrer la séance de ce matin à l’analyse de ce document et des raisons qui le sous-tendent. Cette séance a été radiodiffusée de 9 à 12 heures.

Burundi - Politique

Vers un rapprochement du gouvernement et de son opposition radicale ?

Helsinki, le 1er août 2017 (Net Press) . Une délégation du gouvernement de Bujumbura a entamé depuis hier des entrevues à Helsinki la capitale finlandaise, avec l’opposition radicale en vue de pouvoir débloquer le dialogue qui est en panne depuis plusieurs mois. Dans cette mission, Bujumbura a envoyé Edouard Nduwimana, l’Ombudsman burundais, Evariste Ndayishimiye, secrétaire général du Cndd-Fdd au pouvoir ainsi que Zénon Ndaruvukanye, argentier du parti présidentiel.

De son côté, l’opposition radicale est composée de Charles Nditije, président du Cnared et de l’Uprona non reconnu par le ministère de l’intérieur et de la formation patriotique, Frédéric Bamvuginyumvira du parti Frodebu, Chauvineau Mugwengezo de l’Upd Zigamibanga, Onésime Nduwimana, ancien porte-parole du Cndd-Fdd, Jean Minani du Frodebu Nyakuri et ancien président du Cnared et Léonidas Hatungimana du parti Ppd Girijambo et ancien porte-parole du président Nkurunziza.

Les deux parties se rencontrent sous la facilitation d’une Ong internationale Cmi ou Crisis Management Initiative qui s’occupe de la résolution pacifique des conflits. Selon des informations non encore confirmées, ces entrevues seraient à la base d’un accord qui sera remis au facilitateur Mkapa qui prévoit une autre séance de dialogue ce mois d’août 2017 à Arusha en Tanzanie.

Pour le moment, rien ne filtre de ces discussions secrètes mais une certaine opinion pense que le déplacement de Pierre Nkurunziza à ngara pourrait être à l’origine de ce déblocage de la situation. Signalons enfin qu’en politique, tous les coups sont permis, aussitôt après la déclaration de Michel Kafando au conseil de sécurité des Nations Unies, Bujumbura avait juré sur tous les toits qu’il n’entend pas s’asseoir avec les terroristes putschistes.

Burundi - Droits de l’Homme

La ligue Iteka sort son bulletin hebdomadaire n° 69

Bujumbura, le 1er août 2017 (Net Press) . Il couvre la semaine du 24 au 30 juillet 2017 et évoque des allégations de violations et des violations des droits de l’homme. Pour ce bulletin, au moins 7 personnes ont été tuées, 1 portée disparue, 4 torturées, 15 arrêtées arbitrairement et 2 victimes de la violence basée sur le genre.

Des jeunes Imbonerakure affiliés au Cndd-Fdd, des agents du service national des renseignements, des policiers et des militaires sont pointés du doigt comme auteurs de la plupart de ces violations des droits humains. Ce bulletin relève des cas d’assassinats, d’enlèvements, de tortures et d’arrestations arbitraires dont sont victimes des présumés opposants du 3ème mandat du Président Pierre Nkurunziza. Les membres des partis de l’opposition en l’occurrence ceux du FNL aile d’Agathon Rwasa, du MSD et ceux du Sahwanya Frodebu sont aussi signalés dans ce bulletin. Le bulletin s’insurge également contre des actes d’intimidation, faits et commis par les jeunes Imbonerakure ainsi que des entrainements paramilitaires.

Le phénomène de viol est aussi signalé dans ce bulletin ainsi que celui de la justice populaire. Ce bulletin émet des recommandations qui sont dirigées à l’endroit du gouvernement pour le changement de la situation précaire des droits de l’Homme dans le pays.

Burundi - Usa - Communication

Donald Trump limoge Scaramucci, son directeur de la communication

Washington, le 1er août 2017 (Net Press) . Dix jours, pas plus. C’est le temps que sera resté Anthony Scaramucci au poste de directeur de la communication de la Maison Blanche. Donald Trump l’a relevé de ses fonctions. Et derrière ce départ, il y aurait l’arrivée de John Kelly. Selon le New York Times, le limogeage d’Anthony Scaramucci était exigé par le tout nouveau secrétaire général de la Maison Blanche.

La Maison Blanche explique dans un communiqué qu’Anthony Scaramucci a jugé préférable de partir pour laisser le nouveau secrétaire général de l’administration présidentielle, John Kelly, mettre en place ses propres équipes. Scaramucci a suscité l’effroi en tenant la semaine dernière des propos insultants et vulgaires concernant d’autres hauts responsables de la Maison Blanche.

La Maison Blanche ressemble à une porte-tambour, l’un y entre, l’autre en sort. L’entrée d’Anthony Scaramucci avait coïncidé avec la sortie de Sean Spicer et un peu plus tard de Reince Priebus, respectivement porte-parole et secrétaire général de la présidence. L’arrivée de John Kelly en remplacement de Priebus a conduit le très éphémère directeur de la communication vers la sortie.

L’ancien général des Marines a remporté sa première victoire : en échange de son acceptation du poste d’administrateur de la Maison Blanche, il a demandé la tête de Scaramucci qui ne voulait avoir comme seul patron que Trump. La nouvelle porte-parole Sarah Huckabee Sanders a tenté d’adoucir la disgrâce en parlant d’un accord mutuel entre Scaramucci et le président : « Je pense qu’Anthony a voulu que le général Kelly puisse fonctionner entièrement avec sa propre équipe, alors que le président a trouvé que ses commentaires étaient inappropriés. »

Scaramucci avait le soutien de Jared Kusher et Ivanka qui l’ont utilisé pour se débarrasser de Priebus. Celui-ci parti, le directeur de la communication était devenu embarrassant, en raison de son comportement et de la vulgarité de son langage. Trump a donc accédé à la demande de John Kelly qui a maintenant le complet contrôle sur le personnel de la Maison Blanche, y compris Steve Bannon et le couple Kushner. Mais pourra-t-il contrôler Donald Trump ?

Le départ d’Anthony Scaramucci s’inscrit dans le cadre de tentatives de Donald Trump de faire oublier la semaine marquée par une succession de revers politiques et un déballage des querelles au sein de l’administration présidentielle, dont les déclarations retentissantes de l’ancien directeur de la communication n’étaient qu’un élément.

Au Sénat, Donald Trump a essuyé un échec humiliant sur la réforme de la santé. La Maison Blanche est également confrontée à plusieurs casse-têtes diplomatiques avec Téhéran, Pyongyang ou Moscou.

Burundi - Rdc - Politique

Parmi les interpellés, les journalistes

Kinshasa, le 1er août 2017 (Net Press) . Le mouvement citoyen de la Lucha (Lutte pour le changement ) a organisé des manifestations ce lundi le 31 juillet 2017 sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo pour contraindre Kabila à quitter le pouvoir et d’organiser les élections avant la fin de décembre 2017. Cette manifestation a été réprimée violemment par la police congolaise suivi d’une vague d’arrestations et parmi les interpellés, cinq journalistes.

Selon l’Afp, les manifestants de Bukavu qui se rassemblaient sur la place de l’indépendance ont été dispersés à coup de gaz lacrymogène par la police avant que cette dernière ne procède à l’arrestation des journalistes qui effectuaient une couverture médiatique de cet évènement, dont 2 journalistes de la chaine de télévision privée Canal Futur et 1 journalistes de la radio d’Etat

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur