Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi – Sécurité 5 février 2019
|Une femme tuée par son fils en province de Cibitoke !

Burundi - Sécurité4 février 2019
|Sept personnes grièvement blessées au Nord Ouest du pays

Burundi - Rdc - Sécurité2 février 2019
|Les combats des Burundais en Rdc de plus en plus confirmés

Burundi - Rdc - Sécurité 1er février 2019
| Quatre corps de militaires burundais tués en Rdc rejetés par la rivière Rusizi

Burundi – Justice 31 janvier 2019
|L’étau judiciaire se resserre autour des membres de l’opposition !

Burundi - Sécurité30 janvier 2019
|Des tris nourris inquiètent la population de Gihanga

Burundi - Rdc - Sécurité29 janvier 2019
|La province de Rumonge suspend provisoirement les voyages vers la Rdc

Burundi - Sécurité28 janvier 2019
|Un dimanche pas tendre dans plusieurs coins du pays

Burundi - Sécurité26 janvier 2019
|Quand des rumeurs se propagent dans un laps de temps

Burundi - Sécurité 25 janvier 2019
|Des crépitements d’arme lourde entendus en province de Cibitoke !

Burundi - Sécurité24 janvier 2019
|L’immeuble de Lumitel, agence de Kayanza, réduit en cendres

Burundi – Sécurité 23 janvier 2019
|Le ministre de la défense remercie les forces de sécurité et les jeunes ...

Burundi - Sécurité 22 janvier 2019
|Un réfugié burundais vivant au Kenya tué

Burundi - Sécurité - Environnement21 janvier 2019
|Une foudre fait des morts dans la province de Ngozi

Burundi - Kenya - Rwanda - Sécurité 19 janvier 2019
|Le passeport biométrique des réfugiés burundais vivant au Rwanda remis en cause au Kenya

Burundi - Sécurité 18 janvier 2019
|Deux personnes tuées en province de Kayanza !

Burundi - Sécurité17 janvier 2019
|Une personne tuée à l’Est de la capitale

Burundi - Sécurité 16 janvier 2019
|Cibitoke : Un membre de l’opposition sérieusement tabassé par la police

Burundi - Sécurité 15 janvier 2019
|Un jeune agent de l’autorité de l’aviation civile tué

Burundi - Sécurité 14 janvier 2019
|Le marché de Matana dévasté par un incendie

Burundi - Tanzanie - Sécurité12 janvier 2019
|Peur-panique dans les camps des réfugiés basés en Tanzanie

Burundi - Sécurité11 janvier 2019
|Une vision différente de la mouvance présidentielle !

Burundi - Sécurité10 janvier 2019
|Le gouverneur de la province de Rumonge échappe de justesse à un attentant à la grenade

Burundi - Sécurité9 janvier 2019
|La police met la main sur 6 voleurs présumés de véhicules

Burundi - Rdc - Sécurité 8 janvier 2019
|Les réfugiés burundais vivant en Rdc s’inquiètent !

Archives

 

 

 



Spécial Sécurité

Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

12 décembre 2015

Bujumbura, le 12 décembre 2015 (Net Press) . C’est vers 4 heures de ce 11 décembre que les populations de Bujumbura ont été réveillées par des bruits d’armes, surtout au Nord et au Sud de la capitale Bujumbura. Quelques heures plus tard, elles ont appris que les camps militaires de Ngagara et l’Iscam (institut supérieur des cadres militaires) avaient été attaqués par des hommes non identifiés mais lourdement armés. En plus de ces camps, il y avait également le camp base, situé lui aussi dans la zone de Musaga, où les assaillants sont entrés, non sans complicité interne, et ont récupéré des armes conservées à cet endroit. Dans Bujumbura rural l’on a appris également l’attaque d’une position militaire au camp de Mujejuru, dans la commune de Mugongomanga

Une attaque de grande envergure

Tout le monde aura reconnu que cette attaque était d’une grande envergure si bien que personne n’a osé quitter la maison. L’on signalera que les crépitements d’armes ainsi que des explosions de bombes ont été entendus toute la journée de ce vendredi, faisant de Bujumbura une ville morte. Que ce soit l’administration, les affaires, les banques et assurances, les marchés, tout était au point mort et certains habitants de Bujumbura, surpris par ces violences armées, se demandaient comment ils vont nourrir les leurs, surtout ceux qui ont des enfants en bas âge. Quant aux forces de l’ordre, elles ont fermé hermétiquement tout accès au centre-ville.

Cette situation de fait de bloquer tous les accès de la capitale a eu un impact sur la vie de tout le pays. En effet, même des véhicules en provenance de l’intérieur du pays ou qui s’y rendent n’ont pas fait le déplacement hier. Les compagnies aériennes qui desservent Bujumbura au quotidien ont commencé à atterrir sur Bujumbura ce samedi 12 décembre 2015.

Une communication plutôt déroutante

A la mi-journée, vers 12h30’, le porte-parole de l’armée, le colonel Gaspard Baratuza, a indiqué, par la voie de la radio nationale, que des camps de Ngagara, l’Iscam et le camp de Mujejuru ont été attaqués par des hommes non identifiés. Il a poursuivi en indiquant que du côté des rebelles, 12 personnes ont trouvé la mort, 21 blessées et que seulement 5 militaires avaient été blessés. En outre, il avait informé qu’au moment où il s’adressait à la population, la situation était maîtrisée. Cela n’a pas convaincu beaucoup de monde pour au moins deux raisons. D’une part, au regard de l’ampleur des affrontements, le nombre de 12 personnes tuées était vraisemblablement loin de la réalité. En outre, au-delà de cette période, les hostilités étaient toujours en cours dans la capitale et cette fois-là, même le centre de la ville avait été contaminé, à savoir les zones de Bwiza et Nyakabiga.

Le même jour, dans la soirée, le porte-parole de l’armée a donné de nouveaux effectifs des morts. Il s’agissait de 87 personnes tuées, dont 4 militaires et 4 policiers. Aujourd’hui, la radio nationale a parlé de 25 cadavres trouvés dans la zone de Nyakabiga et 10 corps sans vie au bord de la rivière Ntahangwa. Cependant, d’autres sources indépendantes donnent un effectif de loin supérieur à celui fourni et par le porte-parole de l’armée et par la radio nationale. L’on signalera également que d’autres corps ont été trouvés dans d’autres zones, comme Ngagara et Musaga notamment.

Ce matin, des véhicules de la police ont entrepris d’évacuer les cadavres des zones précitées et les emmenaient vers des endroits gardés secrets pour les enterrer dans des fosses communes. Pour certains, il s’agissait d’éviter des maladies qui pourraient être causées par ces cadavres au moment où les défenseurs des droits de l’homme, Human rights watch notamment ainsi que les milieux de l’opposition estimaient que c’est une façon d’occulter le pogrom de ce 11 décembre.

Une marche pour la paix et le soutien aux forces de l’ordre

Ce matin, quelques axes de Bujumbura étaient encore une fois bloqués mais l’on pouvait, par plusieurs détours, arriver à destination. Du côté du boulevard de 1er novembre, à l’endroit dit chez Ndadaye, il y avait beaucoup de monde, des cyclistes, des motards et des piétons qui étaient rassemblés à cet endroit. L’on a appris plus tard qu’il s’agissait d’une organisation de la marche pour la paix et de soutien aux forces de l’ordre pour la victoire d’hier. Et parmi les manifestants, il y avait notamment le maire de la ville, le premier vice-président de la République ainsi que d’autres dignitaires du Cndd-Fdd et des partis satellites.

Cette marche a vu des manifestants qui défilaient sous la haute protection des mêmes forces de défense et de sécurité. Certains y ont vu un cynisme de la part de l’Etat qui festoie alors que les cadavres gisent encore dans des quartiers. Les informations en provenance des manifestants ont indiqué qu’encore une fois, une somme d’argent a été promise à ceux qui se joindront à la marche, sans toutefois préciser la teneur ce montant.

Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Cela est une question à laquelle l’on ne peut pas répondre tout de suite. Mais d’ores et déjà, le fait que le premier vice-président Gaston Sindimwo envoie ses véhicules à Nyakabiga pour évacuer les siens, le fait qu’il y ait des cadavres dans cette même zone et à Jabe alors qu’il n’y a pas de camps militaires attaqués laisse croire qu’il s’agirait des éléments de défense et de sécurité qui pourraient y être pour quelque chose. Cela pourrait également conduire à penser que le pouvoir était au courant de ce qui allait se passer. Et dans ces circonstances, il serait difficile de nier un génocide car les massacres de ce 11 décembre remplissent les conditions d’être appelés ce nom que le monde entier devrait normalement combattre.

La rédaction de l’agence de presse Net Press voudrait informer son aimable lectorat que suite à l’insécurité qui a prévalu dans la capitale hier, elle n’a pas pu produire de dépêches. Elle sollicite compréhension de la part de ses fidèles lecteurs.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte