Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité10 octobre 2017
|Il tue six voisins avant de se donner la mort

Burundi - Sécurité9 octobre 2017
|Un dimanche pas tout-à-fait tendre

Burundi - Sécurité7 octobre 2017
|La province de Rumonge de plus en plus citée dans divers crimes

Burundi - Sécurité6 octobre 2017
|Fouille-perquisition dans la prison de Rumonge, divers articles saisis

Burundi - Sécurité5 octobre 2017
|Un fusil trouvé dans une brousse dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité4 octobre 2017
| Un véhicule des militaires burundais en Somalie endommagé

Burundi - Sécurité3 octobre 2017
|Un vieil homme tué au couteau dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité 2 octobre 2017
|Quand l’insécurité refait surface dans la zone Cibitoke

Burundi - Manifestation30 septembre 2017
|Bujumbura dans la rue pour dénoncer et remercier en même temps

Burundi - Energie29 septembre 2017
|Le manque de courant électrique déstabilise la capitale

Burundi - Sécurité 28 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Gitega

Burundi - Sécurité27 septembre 2017
|Insécurité dans le pays, insécurité dans les pays voisins

Burundi - Sécurité 26 septembre 2017
|Une personne tuée à Matana

Burundi - Sécurité 25 septembre 2017
|Le pays toujours en face de l’insécurité grandissante

Burundi - Sécurité 23 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran au Nord-Ouest du pays

Burundi - Sécurité 22 septembre 2017
|Des corps sans vie trouvés dans la capitale et au sud du pays

Burundi - Sécurité - Intempérie21 septembre 2017
|Va-t-on vers les catastrophes naturelles des pays occidentaux ?

Burundi - Sécurité20 septembre 2017
|Dix-sept adolescents arrêtés dans la province de Rutana

Burundi - Sécurité19 septembre 2017
|Des tirs à l’arme automatique entendus par les habitants de Kibenga

Burundi - Sécurité18 septembre 2017
|Un père tue ses propres enfants dans Bujumbura rural

Burundi - Kenya - Sécurité16 septembre 2017
|Les 4 Burundais attrapés à Isiolo emprisonnés à Nairobi

Burundi - Sécurité 15 septembre 2017
|Pour avoir sauvé une vie en danger, ils sont sous les verrous

Burundi - Sécurité14 septembre 2017
|La police change de langage à propos de l’enlèvement d’un opposant

Burundi - Sécurité 13 septembre 2017
|Un proche de Hussein Radjabu interpellé

Burundi - Sécurité12 septembre 2017
|Attaque armée dans Bujumbura rural

Archives

 

 

 



Burundi – Sécurité

Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

14 décembre 2015

Bujumbura, le 14 décembre 2015 (Net Press) . Ce titre est repris pour la deuxième fois car dans les dépêches du 12 décembre 2015, il avait été utilisé. Si donc l’on peut penser que la responsabilité de ces massacres incombe aux éléments des forces de l’ordre ou au gouvernement par extrapolation, ce dernier ne le voit pas de cette manière. Lors du weekend dernier, le porte-parole du gouvernement, Philippe Nzobonariba, a pointé du doigt les pays occidentaux ainsi que le Rwanda qui seraient derrière ces attaques. En somme, ce sont les pays de l’Union européenne et le voisin du Nord qui, selon le parti au pouvoir, sont des ennemis légendaires de ce pays.

L’on se souviendra que Philippe Nzobonariba a même précisé que l’une des écoles internationales était au courant pour avoir interdit aux enfants d’aller à l’école le vendredi 11 décembre 2015, le jour des attaques. L’opinion de Bujumbura pense que le porte-parole a voulu parler de l’école belge même s’il ne l’a pas citée nommément.

Quant au premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo, il a accusé une personne X sans trop préciser car il a indiqué ce matin que la responsabilité première de ces attaques incombe à ceux qui ont induit en erreur des « enfants », les entraînant à prendre des armes contre les militaires. En d’autres termes, le gouvernement n’y est pour rien, puisqu’il n’a fait que se défendre. Il a promis également qu’il y aura des enquêtes pour que ces personnes soient punies par la justice burundaise. Il a demandé également aux parents de porter plainte contre ces personnes, mais à voir son intervention, il donnait l’impression qu’il connaît déjà les coupables.

Pressentant qu’en cas de conflit armé, il y a toujours de fausses déclarations de part et d’autre, Human rights watch demande plutôt des enquêtes sérieuses et indépendantes sur ce qui se passe au Burundi. Elle est toutefois convaincue que le travail ne sera pas du tout facile dans un pays où la justice n’est pas indépendante.

De telles enquêtes devraient permettre de dégager les responsabilités des uns et des autres dans ces massacres et éviter ainsi des positions partisanes comme c’est le cas de ce journaliste indépendant, Padraic Kudu, qui a été désigné persona non grata par le régime de Bujumbura, pour avoir diffusé des informations qui ne lui plaisent pas. Il lui a été demandé de quitter le Burundi endéans 48 heures et, selon des informations à notre disposition, il aurait déjà franchi les frontières nationales.

Burundi - Sécurité

Une pluie de condamnations, les populations s’en méfient

Bujumbura, le 14 décembre 2015 (Net Press) . Après les incidents meurtriers de ce 12 décembre 2015 dans la capitale Bujumbura, des condamnations fusent de partout. La Belgique demande à l’Union africaine et aux Nations unies d’intervenir pour protéger les populations au Burundi. Didier Reynders, vice-premier ministre et ministre des affaires étrangères évoque pour la première fois une intervention des casques bleus car l’on ne peut pas attendre indéfiniment alors qu’il y a des massacres.

Mais les populations de Bujumbura se moquent éperdument de ces condamnations, au moment où il y a absence totale d’actions concrètes de la part de la communauté internationale. Les mêmes populations trouvent que les Américains sont les plus logiques car, Washington, devant de telles atrocités, a demandé à ses ressortissants qui seraient encore à Bujumbura de vider les lieux.

D’après certaines réactions des populations frappées par les horreurs de ces tueries, des gens conseillent à leurs frères burundais de ne plus attendre une quelconque assistance de la part de la communauté internationale qui ne fait que verser des larmes de crocodile en demandant des négociations alors que c’est le souci cadet du régime de Bujumbura.

Burundi - Sécurité

Une attaque armée en commune Matana.

Bujumbura, le 14 décembre 2015 (Net Press) . Dans la nuit de samedi à dimanche, des hommes armés ont attaqué une position policière au chef-lieu de la commune Matana, en province Bururi.

Selon des informations en provenance de cette localité, lors de ces affrontements, un détenu a été grièvement blessé. Du côté des assaillants, on précise que des armes ont été saisies. Les mêmes informations précisent que jusqu’à la mi-journée de ce dimanche, des tirs nourris aux environs du marché de Matana étaient toujours entendus, ce qui a poussé ledit marché à fermer ses portes.

Les habitants de cette localité alors craignent pour leur sécurité à cause de ces armes saisies car, ont-ils indiqué, des victimes innocentes peuvent êtres arrêtées suite à cette attaque.

Burundi – Rwanda – Sécurité

Un Rwandais arrêté ce matin au centre-ville

Bujumbura, le 14 décembre 2015 (Net Press) . Le scénario s’est observé ce matin tout près du Building le Cayor, où un homme rwandais que certains parmi ceux qui assistaient à la scène connaissent comme technicien de l’agence « Techno Mobile » s’est fait arrêter par les militaires de la garde présidentielle.

Il a été alors embarqué à bord d’un véhicule Hilux de la police nationale où il a été conduit vers un endroit que la rédaction n’a pas connu mais qui, selon des témoignages sur place, aurait été amené probablement au cachot du service national de renseignement. Selon toujours des informations recueillies sur place, cette personne d’origine rwandaise détenait un badge de la présidence de la République du Burundi. Les personnes qui étaient tout près ignorent toutes l’endroit où il aurait trouvé ce badge.

Sur le même chapitre, l’on devrait mentionner qu’un autre groupe de Rwandais dont l’effectif n’a pas été connu, ont été arrêtés hier à la gare du Nord, dans un hôtel qui est connu sous le sobriquet de Ku Matafari.

Burundi - Sécurité

Un journaliste de Bonesha échappe à une embuscade

Bujumbura, le 14 décembre 2015 (Net Press) . Il s’agit d’Onésime Aimé Ndayisenga, qui rentrait chez lui quand il a vu une voiture qui était derrière lui et il a vite pensé à une filature, ce qui était vrai puisque le véhicule le suivait au niveau du boulevard du 28 novembre ce dimanche. Il a pensé directement à virer vers la zone de Rohero, croyant qu’il était au bout de sa peine. C’était sans compter que les malfaiteurs sont restés sur ses trousses car, arrivé à quelques mètres de son domicile, il a constaté que le même véhicule, de type Ti, était toujours derrière lui. Il a rebroussé chemin tout de suite et les mêmes personnes, ayant constaté qu’il les a déjà soupçonnés, ont tenté de tirer en direction de lui, sans toucher la cible heureusement qui conduisait depuis à tombeau ouvert. Il a alors pu arriver dans un endroit sûr où il a pu loger.

Cependant, jusqu’à présent, il n’a pas pu identifier ces bourreaux mais il devine que ce qui lui est arrivé est dû à son métier qui, comme d’aucun le savent, n’est pas facile à exercer dans ces moments-ci. Il a signalé que des fois, il a reçoit des téléphones anonymes le menaçant disant que s’il ne rejoint pas les autres, il risque d’y laisser la peau. Il indique que jusqu’à présent, sa famille est en danger car d’un moment à l’autre, le mal peut leur arriver. Notre confrère souligne qu’il vit à l’aise avec ses voisins et ne craignait rien avant l’arrivée de cette crise.

Rappelons qu’Onésime Aimé Ndayisenga avait passé une heure au service national de renseignement en 2011 comme il le dit. Il précise qu’en cette période, il avait été enlevé au stade prince Louis Rwagasore où il assistait à un match de football en tant qu’arbitre international du ballon rond.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur