Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité12 septembre 2017
|Attaque armée dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité11 septembre 2017
|Des personnes arrêtées par des Imbonerakure au Sud du pays

Burundi - Manifestation9 septembre 2017
|Le pouvoir encore une fois dans la rue pour manifester contre un rapport de l’Onu

Burundi - Sécurité8 septembre 2017
|Brûlé par son épouse, il est sauvé par des voisins

Burundi - Sécurité7 septembre 2017
|Un cadavre retrouvé dans une rivière à Kayanza

Burundi - Dialogue6 septembre 2017
|Après Paris, Edouard Nduwimana se retrouve à Dar Es Salam

Burundi - Sécurité - Opinion5 septembre 2017
|Quand l’insécurité monte d’un cran dans tous les coins

Burundi - Sécurité4 septembre 2017
|Ruyigi, province très avancée en matière de criminalité

Burundi - Sécurité2 septembre 2017
|La protection civile de la police applaudie des deux mains à Kinindo

Burundi - Sécurité1er septembre 2017
|Un policier tue deux personnes à Kirundo

Burundi - Sécurité 31 août 2017
|Vers une demande de permission pour écrire un texto sur le Smartphone

Burundi - Sécurité30 août 2017
|Tuerie au Sud-Ouest, mais également au Nord-Ouest

Burundi - Sécurité 29 août 2017
| Un Imbonerakure blesse à la machette 5 policiers, et 3 personnes civiles

Burundi - Sécurité28 août 2017
|Un homme de 99 ans tué à Ngozi

Burundi - Sécurité 26 août 2017
|La réserve naturelle de la Rukoko sous le coup d’une arrestation

Burundi - Sécurité25 août 2017
|La lecture de la situation sécuritaire au Burundi toujours controversée

Burundi - Sécurité24 août 2017
|Une femme kidnappée sans aucun secours dans la zone de Bwiza

Burundi - Sécurité23 août 2017
|Une personne meurt dans un accident de voiture

Burundi - Sécurité22 août 2017
|Un homme tue sa conjointe pour des raisons de concubinage

Burundi - Sécurité21 août 2017
|L’insécurité monte d’un cran dans plusieurs coins du pays

Burundi - Sécurité 19 août 2017
|Quand la Regideso est pointée du doigt comme origine de l’insécurité

Bujumbura – Sécurité 18 août 2017
|De l’hécatombe sur Bujumbura

Burundi - Sécurité 17 août 2017
|Une personne tuée a Karusi .

Burundi - Sécurité16 août 2017
|La voiture du gouverneur de Bubanza dans une embuscade

Burundi - Sécurité 15 août 2017
|Un militaire tue son frère d’arme

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

La lecture de la situation sécuritaire au Burundi toujours controversée

25 août 2017

Kampala, le 25 août 2017 (Net Press) . Selon la radio France internationale, au Burundi, le gouvernement a appelé ces dernières semaines les réfugiés en exil à rentrer au pays, arguant que le pays est désormais pacifié et sûr. Faux, répond l’Initiative internationale sur les droits des réfugiés ou international refugee rights initiative (Irri), une organisation non gouvernementale basée à Kampala en Ouganda. Dans un rapport publié ce jeudi 24 août, l’Ong a recueilli les témoignages de Burundais en exil : elle dénonce les tortures et la répression des opposants et pointe du doigt les Imbonerakure, la section jeunesse du parti au pouvoir.

« J’ai fui, parce que j’avais peur de mourir », c’est le nom du rapport écrit par l’Irri qui dénonce les agissements des Imbonerakure. Pour Thijs Van Laer, porte-parole de l’Ong, ces militants se sont transformés en ce qu’il qualifie désormais de « milice politique » : « Cette milice s’est montrée de plus en plus violente vis-à-vis des opposants politiques et aussi des citoyens ordinaires afin de les pousser à rejoindre le parti au pouvoir. »

L’Irri s’appuie sur les témoignages d’une trentaine de réfugiés en exil en Ouganda. Selon eux, les Imbonerakure séviraient impunément un peu partout dans le pays : « Dans certaines communes, ils prennent même la place des services de sécurité comme la police et les services de renseignement. Ils commettent eux-mêmes des arrestations, mettent en détention des citoyens, ils font des cas de torture et même des expulsions. »

Pour Willy Nyamitwe, le conseiller en communication du président de la République, ces témoignages sont « montés de toute pièce par des fugitifs qui ont trempé dans l’insurrection ». Selon l’Onu, plus de 400 000 Burundais ont fui le pays depuis le début de la crise politique.

Burundi - Sécurité

Quand les militaires burundais s’adonnent à la fouille des véhicules

Bujumbura, le 25 août 2017 (Net Press) . Dans la soirée d’hier, vers 18h30’, des militaires en tenue de combat étaient en train de fouiller systématiquement tous les véhicules qui empruntaient l’avenue du Large, au niveau du pont Muha, tout près de l’établissement dit "Ecole Ngeze".

Notre reporter qui est arrivé sur place a constaté que ces militaires, contrairement aux informations répandues hier même, ne sont jamais entrés dans cet établissement pour fouiller, ils sont restés sur la route. Dans cette activité, les véhicules, même du ministère de la défense ou de la sécurité publique, aucun n’échappait à ce contrôle des plus rigoureux.

L’opinion de Bujumbura ne comprenait pas comment les militaires s’adonnent à cette activité d’habitude dévolue à la police. C’est dans ce contexte que la rédaction a contacté le porte-parole de l’armée, le colonel Gaspard Baratuza, à ce sujet.

Revenu d’une réunion de travail, il n’était pas visiblement informé de ce fait. Il a cependant indiqué qu’il y a une forte délégation de l’Eac dans la capitale pour le moment - une compétition des militaires de l’Eac est en cours à Bujumbura -, et la plupart d’entre eux vivent dans ces environs. Ce sont donc des militaires burundais qui doivent assurer leur sécurité et non les policiers.

Au nord Ouest du pays, une sentinelle d’une soixantaine d’années a été tuée à l’aide d’une lance ce jeudi à minuit dans un champs d’oranges sur la colline de Gabiro–Ruvyagira, dans la commune de Rugombo de la province de Cibitoke .Selon nos sources, la victime a été tuée par des bandits qui avaient l’intention d’y voler des fruits d’orange.

Burundi - Diplomatie

"Ce n’est pas une association privée qui s’occupe des affaires de la police", dixit Ambassadeur Quintin.

Bujumbura, le 25 août 2017 (Net Press) . Lors d’une interview avec nos confrères du journal en ligne Ikiriho, l’ambassadeur du Royaume de Belgique au Burundi, Bernard Quintin, a affirmé que l’Etat a un rôle fondamental d’assurer la sécurité de ses citoyens et de toute personne vivant sur son territoire. Il s’est inscrit en faux contre les jeunes du parti au pouvoir, les Imbonerakure, qui remplacent la police dans sa mission de maintenir la paix avant d’ajouter que ce n’est pas une association privée qui s’occupe des affaires de la police.

Sur la question de l’isolement diplomatique de Bujumbura par rapport au monde occidental, l’ambassadeur Bernard Quintin est convaincu "qu’aucun pays du monde, riche ou pauvre, ne peut aujourd’hui penser se développer en se coupant du reste du monde" et que " se replier sur soi ne soit jamais la solution, ni à court, ni a moyen, ni à long terme".

Au sujet de la justice, il dit que le manque criant de moyens est un des éléments qui peut « miner son indépendance. Quant à la révision de la constitution, l’ambassadeur se demande « si le climat, entre autre politique, soit propice à cela et si les conditions de la création d’un consensus soient réunies ». Quant à l’implication des présumés putschistes dans les assises d’Arusha, Bernard Quintin affirme qu’il y a un principe universel : on négocie avec les gens avec lesquels ont n’est pas d’accord au départ, non ?

Burundi - Salubrité

Des agents de la salubrité dans la ville de Bujumbura réclament leurs salaires

Bujumbura, le 25 août 2017 (Net Press) . Des agents de la salubrité dans le quartier "Asiatique" réclament des arriérés de trois mois de salaires car au niveau de la mairie, l’argent a été déjà débloqué même s’il n’est pas encore arrivé à destination. Des informations en provenance de ces agents indiquent que leur représentante, Chantal Nikiza ; a retiré cet argent sur le compte bancaire de leur société mais que jusqu’à présent, elle ne leur en a pas encore remis.

Il semble que ces agents demandent leur dû depuis lundi de la semaine dernière, le 14 août 2017, mais ils se font répondre que l’argent n’a pas encore été retiré de la banque. Ils veulent cependant se préparer pour l’année scolaire prochaine qui avance à grands pas. Quant à Chantal Nikiza, elle a fait savoir qu’elle n’a pas encore retiré l’argent et demande aux agents de patienter jusque mercredi de la semaine prochaine.

Burundi - Transport

Otraco : dysfonctionnement ou excès de zèle ?

Bujumbura, le 25 août 2017 (Net Press) . Le ministre du transport, postes et télécommunications, Jean Bosco Ntunzwenimana, demande à la direction générale de l’Otraco de surseoir à la mise en application de la décision prise récemment par cette entreprise étatique de revoir à la hausse le coût du contrôle technique.

A travers une correspondance, le ministre Ntunzwenimana demande au directeur général de l’Otraco de préparer les nouveaux tarifs de contrôle technique compte tenu de l’état de la technologie au sein de cette entreprise pour que le dossier soit envoyé au conseil des ministres pour étude.

Signalons que le directeur général de l’Otraco, Albert Manirambona, avait annoncé l’augmentation du tarif du contrôle technique pour l’harmoniser avec les prix des autres pays de l’Eac. Il semblait faire croire qu’il applique une mesure qui vient d’en haut mais voilà que le ministère de tutelle est en désaccord avec l’Otraco.

Signalons enfin que si les tarifs avaient été appliqués, ils auraient frappé durement le contribuable car une voiture, une Jeep et une camionnette devraient payer 50.000 Fbu au moment où les bus seraient contraints de payer 35.000 Fbu. Les camions de 3 à 15 tonnes devrait donner 70.000 Fbu alors que tout autre véhicule de plus de 15 tonnes devrait payer 100.000 Fbu. Les motos seraient contraintes de verser 10.000 Fbu pour leur contrôle technique. Cette mesure aurait de toutes les manières des conséquences négatives sur la vie des Burundais dont le pouvoir d’achat est proche de zéro.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur