Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité9 octobre 2017
|Un dimanche pas tout-à-fait tendre

Burundi - Sécurité7 octobre 2017
|La province de Rumonge de plus en plus citée dans divers crimes

Burundi - Sécurité6 octobre 2017
|Fouille-perquisition dans la prison de Rumonge, divers articles saisis

Burundi - Sécurité5 octobre 2017
|Un fusil trouvé dans une brousse dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité4 octobre 2017
| Un véhicule des militaires burundais en Somalie endommagé

Burundi - Sécurité3 octobre 2017
|Un vieil homme tué au couteau dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité 2 octobre 2017
|Quand l’insécurité refait surface dans la zone Cibitoke

Burundi - Manifestation30 septembre 2017
|Bujumbura dans la rue pour dénoncer et remercier en même temps

Burundi - Energie29 septembre 2017
|Le manque de courant électrique déstabilise la capitale

Burundi - Sécurité 28 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Gitega

Burundi - Sécurité27 septembre 2017
|Insécurité dans le pays, insécurité dans les pays voisins

Burundi - Sécurité 26 septembre 2017
|Une personne tuée à Matana

Burundi - Sécurité 25 septembre 2017
|Le pays toujours en face de l’insécurité grandissante

Burundi - Sécurité 23 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran au Nord-Ouest du pays

Burundi - Sécurité 22 septembre 2017
|Des corps sans vie trouvés dans la capitale et au sud du pays

Burundi - Sécurité - Intempérie21 septembre 2017
|Va-t-on vers les catastrophes naturelles des pays occidentaux ?

Burundi - Sécurité20 septembre 2017
|Dix-sept adolescents arrêtés dans la province de Rutana

Burundi - Sécurité19 septembre 2017
|Des tirs à l’arme automatique entendus par les habitants de Kibenga

Burundi - Sécurité18 septembre 2017
|Un père tue ses propres enfants dans Bujumbura rural

Burundi - Kenya - Sécurité16 septembre 2017
|Les 4 Burundais attrapés à Isiolo emprisonnés à Nairobi

Burundi - Sécurité 15 septembre 2017
|Pour avoir sauvé une vie en danger, ils sont sous les verrous

Burundi - Sécurité14 septembre 2017
|La police change de langage à propos de l’enlèvement d’un opposant

Burundi - Sécurité 13 septembre 2017
|Un proche de Hussein Radjabu interpellé

Burundi - Sécurité12 septembre 2017
|Attaque armée dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité11 septembre 2017
|Des personnes arrêtées par des Imbonerakure au Sud du pays

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un cadavre retrouvé dans une rivière à Kayanza

7 septembre 2017

Kayanza, le 7 septembre 2017 (Net Press) . Un corps sans vie a été découvert dans la commune de Gatara, en province de Kayanza ce mercredi 6 septembre 2017. Selon les premières informations émanant de la police, ce cadavre a été identifié et la personne étit connue sous le nom de Gérard Gishongomera, âgé d’une quarantaine d’années. Pour le moment, rien ne montre la cause immédiate de cette mort et la police informe qu’elle a déjà commencé ses enquêtes.

Dans la même province, dans la circonscription de la colline Gisara, commune de Muhanga, un corps sans vie d’un jeune homme ligoté a été repêché dans la rivière Ruvyironza dans la soirée de ce 6 septembre 2017. Ce qui a surpris plus d’un, c’est que le procureur de la République dans la province de Kayanza a vite autorisé l’enterrement de ce corps, ce qui risque de fausser les enquêtes.

Plus au Sud, dans la province de Rumonge, le procureur de la République dans cette entité administrative a failli être tué ce mercredi 6 septembre 2017 par un policier alors qu’il se trouvait dans son bureau. Selon nos sources, n’eût été une intervention musclée des policiers qui ont entendu le procureur crier au secours, ses chances de survie étaient très réduites.

Le présumé assassin a été vite arrêté et conduit manu militari au cachot du commissariat de la police de Rumonge pour une enquête préliminaire.

Burundi - Tanzanie - Politique

Vers la reprise du dialogues d’Arusha

Bujumbura, le 7 septembre 2017 (Net Press) . Dans son édition de ce 6 septembre 2017, la rédaction annonçait une tête-à-tête entre l’Ombudsman burundais et le facilitateur dans le conflit burundais, respectivement Edouard Nduwimana et Benjamin William Mkapa à Dr es Salam en Tanzanie. La rédaction informait également que l’Ombudsman devait regagner Bujumbura ce 6 septembre dans l’après-midi.

Dès son arrivée à l’aéroport international de Bujumbura dans la soirée, l’Ombudsman de la République du Burundi, Edouard Nduwimana, a annoncé que la prochaine session de dialogue inter-burundais est fixée au mois d’octobre, sans plus de détails.

S’adressant à la presse, Edouard Nduwimana estime que cette session sera la dernière « pour conclure ce dialogue afin qu’il ne puisse pas s’interférer avec les grands moments que nous projetons très bientôt, notamment la révision de la constitution et les élections de 2020 »

Du côté de la facilitation, rien ne filtre non plus sur l’organisation de ce rendez-vous d’octobre, mais l’on sait qu’elle est vivement critiquée par l’opposition radicale du Cnared et une partie de la communauté internationale d’être penchée sur le côté de Bujumbura au moment où d’autres l’accusent d’incapacité à jouer le rôle de la facilitation.

Dans la tête du gouvernement, il faut absolument préparer les élections de 2020 après la modification de la constitution, une vision que contestent les adeptes du respect des accords d’Arusha qui ont donné naissance à la constitution actuelle.

Burundi - Economie

L’Olucome s’exprime sur la dégradation continuelle de l’économie

Bujumbura, le 7 septembre 2017 (Net Press) . D’emblée, cet observatoire trouve que "Au moment où la dépréciation monétaire s’intensifie, le gouvernement burundais adopte toutes les stratégies possibles pour sucer les citoyens burundais à travers le fisc et contributions au lieu de trouver des solutions durables à la crise économique dans le dialogue inter burundais externe".

Il se dit très préoccupé par la dépréciation monétaire qui s’accélère ces derniers jours à telle enseigne que le taux de dépréciation actuel est le plus élevé depuis que le Burundi est entré dans le système monétaire de gestion. Il est de 60% par rapport à l’année 2015 où un dollar américain s’achetait à 1.700 Fbu contre 2720 en septembre 2017.

Cette dépréciation, selon l’Olucome, continue à provoquer l’augmentation des prix des biens et des services sur le marché alors que le pouvoir d’achat de la population burundaise se détériore progressivement. En effet, les salaires des fonctionnaires de l’Etat, tout comme des privés d’ailleurs, n’augmentent jamais, ce qui pousse les Burundais à vivre dans une pauvreté extrême et sans espoir de s’en sortir aussi longtemps que certains protagonistes ne veulent pas participer au dialogue inter burundais externe alors que c’est la seule voie vers la solution de la crise actuelle.

Cet observatoire interpelle les politiciens burundais, surtout le gouvernement, à prendre conscience sur cette crise que vit le pays et d’en tirer des leçons qui s’imposent afin d’opérer le meilleur choix de participer aux pourparlers externes dans le but de trouver une solution durable à la crise. Sinon, l’Olucome tirera la conclusion que le gouvernement a accepté d’amener son peuple dans un fossé plein de misère inédite et sauver les intérêts de quelques individus qui cherchent à se maintenir au pouvoir, qu’il pleuve ou qu’il neige.

Burundi - Politique

Amendement de la constitution, seule affaire du Cndd-Fdd

Bujumbura, le 7 septembre 2017 (Net Press) . Selon des informations fournies par le site de la radio Bonesha, le premier vice- président de l’assemblée nationale, Agathon Rwasa, regrette que la commission chargée d’analyser les articles de la constitution à amender, n’a pas consulté la coalition Amizero y’Abarundi dont il est le président pour apporter sa contribution dans l’amendement de la constitution. Cependant, cet élu du peuple indique avoir des informations sûres que parmi les articles qui seront annulés, il y a l’article 96 stipulant que « le Président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois ».

Selon Agathon Rwasa, le mandat du président de la République devrait être de 7 ans au lieu de 5 ans .Le président sortant aura la chance de se faire réélire autant de fois qu’il veut. Il affirme aussi que ce projet d’amendement de la constitution exige aux candidats présidentiels d’avoir au moins le niveau de licence. Pour ce président de la coalition de l’opposition Amizero y’Abarundi, cette commission devrait attendre les conclusions du dialogue inter-burundais de l’extérieur, avant de produire son rapport.

Les mêmes inquiétudes ont été soulevées par le parti Frodebu Nyakuri. Keffa Nibizi, président de ce parti, déplore qu’il n’ait jamais été consulté par cette commission pour donner les propositions de son parti sur les articles qu’il faut amender dans l’actuelle constitution. Ce politicien interpelle les autorités auxquelles cette commission donnera rapport de consulter tout le monde. Il demande également à la facilitation de l’Eac d’accélérer le dialogue pour que les conclusions issues de ce dialogue soient prises en compte.

La commission chargée d’analyser les articles à amender dans la constitution a été mise sur pied le 15 mars 2017. Elle a un mandat de six mois qui prendra fin le 15 septembre 2017. L’opposition burundaise en exil et la facilitation ne cessent d’interpeller le gouvernement à surseoir à ce projet de révision de la constitution et de respecter les accords d’Arusha qui ont donné naissance à cette constitution.

Burundi - Education

Hausse du minerval dans les écoles publiques

Bujumbura, le 7 septembre 2017 (Net Press) . Le ministère ayant l’éducation dans ses attributions vient de revoir à la hausse le minerval dans les écoles publiques, aussi bien pour les élèves internes qu’externes. La ministre Janvière Ndirahisha a révélé que cette mesure doit entrer en vigueur à partir de la rentrée scolaire prochaine qui ouvrira ses portes ce lundi le 11 septembre 2017.

Selon cette mesure ministérielle, les élèves internes paieront désormais un montant de 15.000 francs burundais par trimestre au lieu de 10.000 francs burundais les années antérieures. L’on signalera que le Burundi a gardé le système scolaire d’antan, de trois trimestres plus ou moins de même durée.

Les élèves externes vont payer 7.000 francs burundais par trimestre, soit 21.000 francs burundais par an au moment où avant, ils payaient 3.000 francs burundais par trimestre. Cette décision a été mal accueillie par les parents qui estimaient déjà que même les coûts du matériel scolaire ont augmenté de façon exponentielle, ce qui n’arrange pas du tout les choses.

Burundi - Commerce

Pénurie des boissons de la Brarudi un peu partout dans le pays

Bujumbura, le 7 septembre 2017 (Net Press) . L’inquiétude grandit chez les amateurs de la sainte mousse produite par la Brarudi. En effet, depuis quelques temps, les commerçants ne sont pas aussi approvisionnés qu’auparavant. En outre, il y a des produits qui font défaut dont la bière Primus et les différentes sortes de Fanta.

Les gens se posent des questions sur ce phénomène et l’on croit que c’est dans ce contexte que cette entreprise commerciale a décidé de parler à la presse, donc à l’opinion, pour donner plus de lumière. Ce sera une conférence de presse qui sera animée ce lundi 11 septembre 2017 dans les enceintes mêmes de la Brarudi.

Burundi - Angola – Politique

L’Angola déshabille Saint Paul pour habiller Saint Pierre

Luanda, le 7 septembre 2017 (Net Press) . Sans surprise, le mouvement pour la libération de l’Angola, (Mpla), à la tète du pays depuis plus de 40ans, vient de remporter une victoire écrasante 61,07 %, selon l’annonce de ce mercredi soir par la commission électorale indépendante. Cette victoire est perçue par l’opposition angolaise comme celle qui vient de déshabiller Saint Paul pour habiller Saint Pierre, le président sortant José Edouardo de Santos remettra le pouvoir à son ex ministre de la défense, Joao Laurenco 63 ans, considéré comme « un béni-oui oui ou Ndiyo bwana" à l’hégémonie De Santos .

Le président de la plateforme de l’opposition angolaise Claudio Silva parle d’« une victoire illégale et anticonstitutionnelle » caractérisée par le manque de transparence .

De son coté, Joao Laurenco s’en prend violement à la plateforme de l’opposition qui a embrassé les rues de Luanda pour contester contre la victoire du Mpla, de vouloir « gâcher la fête du peuple et de ne pas respecter la volonté du peuple" . Joao Laurenco, lors de son discours, a indiqué qu’il va améliorer ce qui va bien et corriger ce qui ne va pas.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur