Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité7 octobre 2017
|La province de Rumonge de plus en plus citée dans divers crimes

Burundi - Sécurité6 octobre 2017
|Fouille-perquisition dans la prison de Rumonge, divers articles saisis

Burundi - Sécurité5 octobre 2017
|Un fusil trouvé dans une brousse dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité4 octobre 2017
| Un véhicule des militaires burundais en Somalie endommagé

Burundi - Sécurité3 octobre 2017
|Un vieil homme tué au couteau dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité 2 octobre 2017
|Quand l’insécurité refait surface dans la zone Cibitoke

Burundi - Manifestation30 septembre 2017
|Bujumbura dans la rue pour dénoncer et remercier en même temps

Burundi - Energie29 septembre 2017
|Le manque de courant électrique déstabilise la capitale

Burundi - Sécurité 28 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Gitega

Burundi - Sécurité27 septembre 2017
|Insécurité dans le pays, insécurité dans les pays voisins

Burundi - Sécurité 26 septembre 2017
|Une personne tuée à Matana

Burundi - Sécurité 25 septembre 2017
|Le pays toujours en face de l’insécurité grandissante

Burundi - Sécurité 23 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran au Nord-Ouest du pays

Burundi - Sécurité 22 septembre 2017
|Des corps sans vie trouvés dans la capitale et au sud du pays

Burundi - Sécurité - Intempérie21 septembre 2017
|Va-t-on vers les catastrophes naturelles des pays occidentaux ?

Burundi - Sécurité20 septembre 2017
|Dix-sept adolescents arrêtés dans la province de Rutana

Burundi - Sécurité19 septembre 2017
|Des tirs à l’arme automatique entendus par les habitants de Kibenga

Burundi - Sécurité18 septembre 2017
|Un père tue ses propres enfants dans Bujumbura rural

Burundi - Kenya - Sécurité16 septembre 2017
|Les 4 Burundais attrapés à Isiolo emprisonnés à Nairobi

Burundi - Sécurité 15 septembre 2017
|Pour avoir sauvé une vie en danger, ils sont sous les verrous

Burundi - Sécurité14 septembre 2017
|La police change de langage à propos de l’enlèvement d’un opposant

Burundi - Sécurité 13 septembre 2017
|Un proche de Hussein Radjabu interpellé

Burundi - Sécurité12 septembre 2017
|Attaque armée dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité11 septembre 2017
|Des personnes arrêtées par des Imbonerakure au Sud du pays

Burundi - Manifestation9 septembre 2017
|Le pouvoir encore une fois dans la rue pour manifester contre un rapport de l’Onu

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Pour avoir sauvé une vie en danger, ils sont sous les verrous

15 septembre 2017

Cibitoke, le 15 septembre 2017 (Net Press) . Les personnes qui ont averti le service national des renseignements de Cibitoke, pour sauver la vie d’un homme dans un état critique retrouvé au bord du lac Dogodogo, entre la colline Kagazi et Mparambo 2, commune Rugombo, province de Cibitoke, ont été interpellées et conduites manu militari au cachot de la commune Rugombo.

Selon nos sources, la victime a été sérieusement battue par des éléments nos encore identifiés lorsqu’il revenait de la République démocratique du Congo. Le malheur ne vient jamais seul, dit-on, car selon des sources concordantes, la victime en état très critique, au lieu d’être évacué à l’hôpital pour les premiers soins, jusqu’à 18 hoo de ce jeudi, il était lui aussi gardé par le service national des renseignements, au cachot de la commune de Rugombo, dans la même province.

Dans la même foulée, le porte-parole de la police nationale, Pierre Nkurikiye, indique que la police de Bubanza a procédé à une fouille-perquisition dans la prison centrale, 16 téléphones portables ont été saisis, 26 chargeurs, 8 bouteilles de bière vides ainsi que des tenues militaires. Il affirme que tous ces objets sont gardés au commissariat de la police de Bubanza.

Dans la province de Gitega, deux cadavres ont été découverts ce jeudi. Le premier est celui d’un homme et le deuxième est une dame. Les deux corps sans vie ont été trouvés dans des endroits différents et l’on ignore pour le moment les mobiles de ces disparitions, ni l’identité des auteurs de ces forfaits.

Sur un tout autre chapitre, 486 Burundais vivant au camp de réfugiés de Nduta sur le sol tanzanien sont arrivés dans les heures de l’après-midi de ce jeudi avant de passer dans le camp de transit de Gitara en commune de Mabanda, province de Makamba.

Burundi - Justice

Le collectif "Justice for Burundi" s’exprime après l’attaque des locaux de l’Onu

Bruxelles, le 15 septembre 2017 (Net Press) . Le collectif "Justice for Burundi" informe que ces 15 et 16 septembre 2017, 107 nouveaux mandats et une liste de 594 plaignants du Fnl ont été adressés au bureau du procureur à la cour pénale internationale. Il informe par la même occasion la population burundaise que l’entrée d’un groupe armé par effraction dans les locaux du bureau du haut-commissariat des droits de l’homme des Nations Unies à Bujumbura n’a pas permis aux auteurs criminels de ces infractions de s’emparer de quelque information sensible concernant le présent dossier, parce que ces données n’ont jamais été communiquées par le collectif à une autorité résident au Burundi.

La population burundaise doit savoir que la protection des données du collectif est contractuellement, légalement et matériellement assurée. Concernant les données du collectif conservées par les avocats, les dispositions en vue de renforcer la protection de ces données ont immédiatement été prises. La violation de la résidence de travail des Nations Unies à Bujumbura, les assassinats des Imbonerakure susceptibles de témoigner sont des aveux de la fébrilité des auteurs des infractions. Les membres du collectif ne se laisseront pas impressionner et continueront à mener leur combat pour la justice sans discontinuer.

Le collectif des avocats des parties civiles "Justice for Burundi" participera à la 36ème session du Conseil des droits prévue ces 18 et 19 septembre 2017 à Genève et maintiendra intégralement l’exigence de ses mandants qu’une enquête soit menée concernant les crimes commis et que des poursuites judiciaires soient entamées contre les auteurs, coauteurs et complices de ces infractions.

Burundi - Sécurité

La chambre basse du parlement face aux crimes de Bujumbura !

Bujumbura, le 15 septembre 2017 (Net Press) . Dans un communiqué de presse rendu public ce jeudi le 14 septembre 2017, la chambre basse du parlement indique qu’en date du 31 août 2017, le parlement a mis en place une commission spéciale chargée de vérification du rapport de la commission d’enquête sur le Burundi. Au cas où il y’aurait des individus coupables des violations massives des droits de l’homme, ladite chambre prendra en main cette affaire en concertation avec Bujumbura.

Le porte-parole de l’assemblée nationale, l’ancien journaliste de la radiotélévision nationale Alexis Badian Ndayihimbaze, dans la lecture de communiqué, indique que le parlement vient de saisir le conseil de sécurité des Nations Unies pour l’informer de la nouvelle de la mise en place de cette commission. Alexis Badian Ndayihimbaze affirme qu’au cas où ce rapport est biaisé, l’assemblée nationale recommandera au gouvernement burundais de porter plainte auprès des cours et tribunaux compétents en matière contre les auteurs de ce qui sera alors avéré être un rapport mensonger et dommageable.

Dans ce communiqué, l’assemblée nationale exhorte la population burundaise de rester sereine et s’atteler aux travaux de développement. Elle demande à la communauté internationale de prendre en considération le contenu de cette correspondance.

Une large opinion s’interroge pourquoi l’assemblée nationale n’a pas réagi durant ces deux ans de crise burundaise caractérisée par des enlèvements mystérieux, des tueries, ou autres barbaries à la burundaise, avant d’ajouter que ce sont des manœuvres dilatoires pour distraire le conseil de sécurité des Nations Unies pour qu’il ne se penche pas dans un temps raisonnable sur la crise burundaise.

Burundi - Malversations Economiques - Dialogue

L’Olucome pour une reprise urgente du dialogue inter burundais

Bujumbura, le 15 septembre 2017 (Net Press) . L’observatoire pour la lutte contre la corruption et les malversations estime qu’il y a urgence de reprendre du dialogue inter burundais afin d’arrêter la crise économique et ses conséquences qui pèsent sur les citoyens burundais.

Cet observatoire écrit au facilitateur dans le conflit burundais pour exprimer ses inquiétudes en rapport avec le manque de volonté non exprimé des politiciens, plus particulièrement du gouvernement et de ses alliés de participer au dialogue inclusif inter burundais externe. Pour l’Olucome, ce comportement est motivé par des calculs égoïstes et le manque de courage de dépasser le moi qui domine dans leurs manières de raisonner et d’agir.

Cet observatoire fait savoir au facilitateur que les indicateurs économiques de ce pays sont au rouge comparativement aux périodes de 2015 à aujourd’hui, une dette intérieure de plus de 1250 milliards de francs burundais, soit plus de 94% du budget général de 2017, le revenu par habitant qui est passé de 315.2 US$ en 2015 à 284 US$ en 2016, une dévaluation continuelle de la monnaie, etc.

Comme conséquences, le volume des importations exigeants des devises diminue et certains produits commencent à manquer au pays. L’Olucome évoque le cas de la Brarudi qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive ces derniers jours alors que cette entreprise permettait à l’Etat d’encaisser une quantité énorme de taxes à hauteur de plus de 100 milliards de francs burundais par an.

Il revient également sur le manque de carburant qui entraîne l’augmentation des prix des denrées alimentaires, la hausse de l’électricité, etc. La Regideso, l’unique société de distribution de l’eau et de l’électricité, compte augmenter le prix de l’électricité à hauteur de 460.8% suite à un contrat signé avec la société Interpetrol qui a le monopole de presque tous les marchés publics.

Pour cela, l’Olucome demande au facilitateur, pour l’honneur de la sous-région, des pays hôtes et des plus hautes autorités qui ont piloté et obtenu les accords d’Arusha en 2000, de contourner dans l’urgence ce jeu politique égoïste des politiciens pour sauver l’avenir de 12 millions des Burundais.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur