Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité9 octobre 2017
|Un dimanche pas tout-à-fait tendre

Burundi - Sécurité7 octobre 2017
|La province de Rumonge de plus en plus citée dans divers crimes

Burundi - Sécurité6 octobre 2017
|Fouille-perquisition dans la prison de Rumonge, divers articles saisis

Burundi - Sécurité5 octobre 2017
|Un fusil trouvé dans une brousse dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité4 octobre 2017
| Un véhicule des militaires burundais en Somalie endommagé

Burundi - Sécurité3 octobre 2017
|Un vieil homme tué au couteau dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité 2 octobre 2017
|Quand l’insécurité refait surface dans la zone Cibitoke

Burundi - Manifestation30 septembre 2017
|Bujumbura dans la rue pour dénoncer et remercier en même temps

Burundi - Energie29 septembre 2017
|Le manque de courant électrique déstabilise la capitale

Burundi - Sécurité 28 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Gitega

Burundi - Sécurité27 septembre 2017
|Insécurité dans le pays, insécurité dans les pays voisins

Burundi - Sécurité 26 septembre 2017
|Une personne tuée à Matana

Burundi - Sécurité 25 septembre 2017
|Le pays toujours en face de l’insécurité grandissante

Burundi - Sécurité 23 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran au Nord-Ouest du pays

Burundi - Sécurité 22 septembre 2017
|Des corps sans vie trouvés dans la capitale et au sud du pays

Burundi - Sécurité - Intempérie21 septembre 2017
|Va-t-on vers les catastrophes naturelles des pays occidentaux ?

Burundi - Sécurité20 septembre 2017
|Dix-sept adolescents arrêtés dans la province de Rutana

Burundi - Sécurité19 septembre 2017
|Des tirs à l’arme automatique entendus par les habitants de Kibenga

Burundi - Sécurité18 septembre 2017
|Un père tue ses propres enfants dans Bujumbura rural

Burundi - Kenya - Sécurité16 septembre 2017
|Les 4 Burundais attrapés à Isiolo emprisonnés à Nairobi

Burundi - Sécurité 15 septembre 2017
|Pour avoir sauvé une vie en danger, ils sont sous les verrous

Burundi - Sécurité14 septembre 2017
|La police change de langage à propos de l’enlèvement d’un opposant

Burundi - Sécurité 13 septembre 2017
|Un proche de Hussein Radjabu interpellé

Burundi - Sécurité12 septembre 2017
|Attaque armée dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité11 septembre 2017
|Des personnes arrêtées par des Imbonerakure au Sud du pays

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité - Intempérie

Va-t-on vers les catastrophes naturelles des pays occidentaux ?

21 septembre 2017

Bujumbura, le 21 septembre 2017 (Net Press) . Depuis quelques jours, avec le début de la saison des pluies du mois de septembre, des pluies diluviennes s’abattent sur Bujumbura et l’intérieur du pays, causant parfois des dégâts énormes. Les habitants de la capitale évoquent tous la pluie de ce 19 septembre qui était mélangée à de la grêle, un phénomène très rare dans la capitale Bujumbura qui a d’habitude une température qui varie entre 25 et 34° Celsius.

Dans la province de Rumonge, l’on déplore la mort d’un jeune enfant de 5 ans au centre urbain de cette province suite là aussi aux pluies diluviennes de ce 19 septembre qui ont détruit une maison où cet enfant dormait. Sur toute l’étendue de cette province, l’on a dénombré plus de 250 maisons détruites dans de telles circonstances.

Dans la province voisine de Bururi, plus exactement dans la commune de Songa, plusieurs champs de cultures de maïs, de pommes de terres, de bananeraies et de patates douces ont été également endommagées dans les mêmes conditions.

Burundi - Politique

Le parti Uprona : Vers une nouvelle dislocation ?

Bujumbura, le 21 septembre 2017 (Net Press) . Le parti Uprona, aurait-il des difficultés de cohésion encore une fois ? C’est du moins ce que l’on comprend au regard des informations ou des rumeurs qui circulent sur les réseaux sociaux qui font état d’une situation de précarité au sein de cette formation politique pilotée aujourd’hui par Abel Gashatsi.

En effet, selon toujours ce message qui n’est signé par personne, le premier vice-président de la République afficherait un comportement qui n’est pas digne de son statut, ce qui fait qu’il y a des rivalités entre les conseillers de la première vice-présidence et des conseillers principaux qui ont failli en venir aux mains le 18 septembre, lors de la fête de ce parti.

La rédaction a contacté à ce sujet le secrétaire général et porte-parole du parti, Olivier Nkurunziza, à ce sujet. Il a indiqué avoir vu lui aussi le message mais qu’il n’a pas voulu réagir d’autant plus que personne n’assume ce texte. Sinon, il ne voit pas de problème actuellement au parti Uprona, mais estime plutôt qu’il est plus soudé aujourd’hui que par le passé.

Olivier Nkurunziza, jetant le regard dans la première vice-présidence, n’y voit pas non plus de problème car il n’a jamais vu les Upronistes jurer de se battre comme c’est écrit dans le message. L’on a parlé du limogeage du porte-parole dans ce texte, le secrétaire général trouve qu’il est normal qu’un parti change son équipe. Par ailleurs, celui qui a été remplacé ne s’est pas plaint, a-t-il poursuivi, raison pour laquelle cet argument ne tient pas debout. En plus, Olivier Nkurunziza est le mieux indiqué pour occuper ce poste car il est en contact permanent avec la direction et avec les membres.

La rédaction a voulu savoir si la réunification de ce parti se poursuit, le secrétaire général a répondu par l’affirmative et a révélé qu’il est en contact avec ceux de l’Uprona Umwizero, dont Tatien Sibomana et Evariste Ngayimpenda, mais qu’il n’a pas de contact avec Charles Nditije. Il a ensuite donné l’historique des divisions au sein de l’Uprona depuis 2009 avant de conclure que dans l’immédiat, il n’y a pas de problème au sein de cette formation politique.

La rédaction a contacté également Maître Pontien Ndayishimiye, ancien porte-parole de l’Uprona reconnu par le ministère de l’intérieur et de la formation patriotique. Il a déclaré qu’en 2015, il a été désigné président de la commission communication et porte-parole. Interrogé sur les gens qui doivent participer au dialogue externe, il a soutenu que ceux qui sont poursuivis par la justice burundaise devraient prendre part à ces séances car la paix n’a pas de prix. De par le passé, avait-il renchéri, il y a des gens qui ont négocié alors qu’ils étaient poursuivis par la justice, une expérience dont on peut se servir pour que la crise au pays prenne fin.

Cette prise de position a gêné car les autorités de l’Uprona l’ont grondé, disant que les partenaires (le parti au pouvoir Cndd-Fdd, Ndlr) étaient fâchés. Une autre fois, s’expliquant sur la constitution, il a insisté sur les équilibres ethniques dans les forces de défense et de sécurité, au sénat et à l’assemblée nationale, que la constitution change ou pas. Il avait encore une fois fâché les partenaires et une lettre le destituant a été rédigée.

En gros, selon lui, le grand problème est que les Upronistes ne voient pas les difficultés du parti de la même manière. Il y a beaucoup de gens qui ne sont pas contents car la direction de l’Uprona est très proche du Cndd-Fdd. L’Uprona est toujours là à cause des accords d’Arusha, les autorités font tout pour les effacer, ne sachant pas que leur "décès" entraînera automatiquement "la mort politique" de l’Uprona, a-t-il conclu.

Burundi - France - Politique

Florian Philippot quitte le Front national

Paris, le 21 septembre 2017 (Net Press) . Florian Philippot, rétrogradé mercredi soir au rang de vice-président sans attribution du front national pour avoir refusé de quitter la présidence de son association Les Patriotes, a annoncé jeudi sur la télévision publique France 2 qu’il « quittait le FN ».

Florian Philippot quitte le Front national. C’est une annonce peu surprenante, tellement la tension, ces derniers jours entre le désormais ex-numéro 2 du FN et sa patronne de parti, Marine le Pen, n’avait cessé de monter. « On m’a dit que j’étais vice-président à rien. (…) Je n’ai pas le goût du ridicule, je n’ai jamais eu le goût de rien faire, donc bien sûr je quitte le Front national », a ainsi annoncé celui qui a longtemps été considéré comme le bras droit de Marine Le Pen. J’ai vu des choses ces dernières semaines évoluer négativement, peut-être dans ce nouveau projet (ndlr : la refondation souhaitée par Marine Le Pen) je n’avais pas ma place, alors il fallait trouver des prétextes », a-t-il dit en référence aux critiques formulées en interne contre la création de son association « Les Patriotes », lancée mi-mai.

Il ne part pas seul

Marine Le Pen avait donc décidé mercredi soir de trancher dans le vif, et c’est par voie de communiqué que la présidente du Front national a annoncé sa décision de retirer, à celui qui fut longtemps son bras droit, sa délégation à la stratégie et à la communication. La patronne du FN avait auparavant intimé, en privé puis en public, à son camarade de parti de quitter la tête de son association, évoquant un « conflit d’intérêt ».

Florian Phillipot quitte donc le Front national, mais assure que son « engagement politique reste intact ». « J’’ai mes mandats, je continuerai à me battre. Je suis gaulliste, je n’ai jamais renoncé à mes convictions, y compris en arrivant au FN, je me battrai donc. Sous quelle forme, on verra bien, ce n’est pas le moment d’en parler », a-t-il annoncé.

Phillipot part avec sa principale lieutenante, l’eurodéputée Sophie Montel, qui a également annoncé sur twitter sa démission du Front national, ainsi que son directeur de cabinet, Joffrey Bollée, conseiller régional francilien.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur