Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité7 octobre 2017
|La province de Rumonge de plus en plus citée dans divers crimes

Burundi - Sécurité6 octobre 2017
|Fouille-perquisition dans la prison de Rumonge, divers articles saisis

Burundi - Sécurité5 octobre 2017
|Un fusil trouvé dans une brousse dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité4 octobre 2017
| Un véhicule des militaires burundais en Somalie endommagé

Burundi - Sécurité3 octobre 2017
|Un vieil homme tué au couteau dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité 2 octobre 2017
|Quand l’insécurité refait surface dans la zone Cibitoke

Burundi - Manifestation30 septembre 2017
|Bujumbura dans la rue pour dénoncer et remercier en même temps

Burundi - Energie29 septembre 2017
|Le manque de courant électrique déstabilise la capitale

Burundi - Sécurité 28 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Gitega

Burundi - Sécurité27 septembre 2017
|Insécurité dans le pays, insécurité dans les pays voisins

Burundi - Sécurité 26 septembre 2017
|Une personne tuée à Matana

Burundi - Sécurité 25 septembre 2017
|Le pays toujours en face de l’insécurité grandissante

Burundi - Sécurité 23 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran au Nord-Ouest du pays

Burundi - Sécurité 22 septembre 2017
|Des corps sans vie trouvés dans la capitale et au sud du pays

Burundi - Sécurité - Intempérie21 septembre 2017
|Va-t-on vers les catastrophes naturelles des pays occidentaux ?

Burundi - Sécurité20 septembre 2017
|Dix-sept adolescents arrêtés dans la province de Rutana

Burundi - Sécurité19 septembre 2017
|Des tirs à l’arme automatique entendus par les habitants de Kibenga

Burundi - Sécurité18 septembre 2017
|Un père tue ses propres enfants dans Bujumbura rural

Burundi - Kenya - Sécurité16 septembre 2017
|Les 4 Burundais attrapés à Isiolo emprisonnés à Nairobi

Burundi - Sécurité 15 septembre 2017
|Pour avoir sauvé une vie en danger, ils sont sous les verrous

Burundi - Sécurité14 septembre 2017
|La police change de langage à propos de l’enlèvement d’un opposant

Burundi - Sécurité 13 septembre 2017
|Un proche de Hussein Radjabu interpellé

Burundi - Sécurité12 septembre 2017
|Attaque armée dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité11 septembre 2017
|Des personnes arrêtées par des Imbonerakure au Sud du pays

Burundi - Manifestation9 septembre 2017
|Le pouvoir encore une fois dans la rue pour manifester contre un rapport de l’Onu

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Des corps sans vie trouvés dans la capitale et au sud du pays

22 septembre 2017

Bujumbura, le 22 septembre 2017 (Net Press) . Des informations non encore confirmées par la police indiquent qu’un corps sans vie vient d’être découvert au bord du lac Tanganyika, dans les environs du snack bar appelé communément Kumase.

Et un autre corps sans vie accroché sur une branche d’arbre en décomposition a été retrouvé dans la matinée de ce vendredi dans la localité de Kigutu, commune Vyanda, province de Bururi au sud du pays. La police indique que la victime n’est pas encore identifiée

Dans un autre chapitre, le porte–parole de la police, Pierre Nkurikiye, à travers une conférence de presse animée ce vendredi 22 septembre 2017, indique que des chanvres et des fausses quittances utilisées pour escroquer les gens ont été saisiss dans la zone de Kamenge, en commune urbaine de Ntahangwa, au nord de la capitale Bujumbura.

Burundi - Santé Publique

L’hôpital militaire de Kamenge marque des points...

Bujumbura, le 22 septembre 2017 (Net Press) . C’est hier que l’hôpital militaire de Kamenge a inauguré un bâtiment qui accueillera 150 patients, spécialement des femmes et des enfants, une activité rehaussée par la présence du président de la République Pierre Nkurunziza. Le directeur de cet hôpital, Dr. Colonel Marc Nimburanira, se dit satisfait d’autant plus que ce service était à l’étroit.

Il informe que jusque dernièrement, l’hôpital avait seulement 25 lits dans le service de pédiatrie et 30 lits dans la maternité, ce qui est un pas de géant à l’actif de ce directeur extrêmement dynamique et clairvoyant. Il a l’intention dans l’avenir de faire de son hôpital un établissement de référence dans la région des grands lacs quitte à soigner même les militaires en mission de la paix qui tombent malades à l’étranger. Ce sera une occasion d’éviter des soins au Kenya ou en Afrique du Sud.

Selon des informations à notre disposition, les prédécesseurs de ce médecin - directeur se contentaient de placer de l’argent dans les comptes bancaires et à son arrivée, Dr. Marc Nimburanira a proposé un investissement en bonne et due forme, ce qui a été accepté. L’hôpital militaire de Kamenge est actuellement celui qui offre de loin les meilleurs services aux patients et ce, dans des délais raisonnables.

Selon plusieurs témoignages des hommes qui s’y font soigner, l’on note dans le traitement des patients une détermination dans le chef du personnel qui est dévolue aux militaires burundais et une mention spéciale est qu’à cet hôpital, même quand il y a arrêt de travail dans d’autres établissements, le service continue à l’hôpital militaire car, contrairement aux civils, les militaires n’ont pas droit à la grève.

Burundi - Tanzanie - Réfugiés

Un accueil des rapatriés pour le moins bizarre

Mutendeli, le 22 septembre 2017 (Net Press). Des informations concordantes qui fusent de tous les coins indiquent que les réfugiés burundais qui ont décidé de rentrer volontairement au Burundi sont soumis aux tortures par la ligue des jeunes du parti au pouvoir (Imbonerakure), comme cela s’est observé dans la zone de Kamenge et 104 parmi eux ont rebroussé chemin ce mercredi 20 septembre vers le pays de John Pombe Magufuli.

Nos sources affirment que ces réfugiés, une fois arrivés sur le sol tanzanien, ont été maltraités par quelques éléments de la police tanzanienne et ont passé la nuit dans la brousse. Ils ont poursuivi leur chemin vers les camps de Mutendeli sur le sol tanzanien et selon les témoignages de ces réfugiés, ils ont été bien accueillis par diverses organisations internationales.

Dans le même volet, certains rescapés de la fusillade de Kamanyola en République démocratique du Congo témoignent qu’avant le carnage, des éléments burundais rodaient dans les environs et lors de la fusillade, ces éléments ont intimé l’ordre aux forces de l’armée de la république démocratique du Congo de tirer sur eux. Des sources policières du pays de Kabila indiquent que des enquêtes sont en cours pour confirmer cette version.

Dans un communiqué rendu public ce mercredi, les Etats Unis d’Amérique demandent la lumière sur le carnage de Kamanyola en République démocratique du Congo où 39 réfugiés burundais ont été tués et 114 blessés. Les Etats unies demandent au pays de Joseph Kabila de clarifier s’il y aurait des mains invisibles sur les mobilités de ces tueries et de créer un climat de confiance entre les réfugiés burundais et les citoyens congolais, de sécuriser ces réfugiés burundais.

Dans le même volet, les réfugiés burundais vivant en Ouganda ont entamé ce jeudi un deuil d’une semaine en mémoire des réfugiés burundais tués vendredi dernier 15 septembre dans la localité de Kamanyola en République démocratique du Congo. Tout comme les Etats-Unis, ces Burundais de l’Ouganda demandent également de la lumière sur ces massacres.

Burundi - Suisse - Sécurité

Serait –il la politique de deux poids deux mesures ?

Genève, le 22 septembre 2017 (Net Press) . Au moment où le gouvernement burundais avait rayé de la liste des associations activistes des droits de l’homme dirigées respectivement par Maitre Armel Niyongere de l’Acat, Pacifique Nininanahazwe du Focode, Vital Nshimirimana de Forsc et Pierre Claver Mbonimpa de l’Aprodh pour s’être écartées de leur mission assignée en s’entremêlant dans la politique, une opinion est indignée de la participation du président du Fnl pro-gouvernemental, Jacques Bigirimana, sous l’étiquette du Cirid (centre indépendant de recherche et d’initiatives pour le Dialogue) dans les assises de Genève et se demande si réellement Bujumbura peut permettre le jeux de double casquette et en cachette, de la politique et l’activisme aux droits de l’homme .

Des interrogations mêlées d’indignation planent sur cette opinion et ne comprend pas comment le Cirid, organe consultatif de l’organisation des Nations Unies ayant pour devise le dialogue l’arme des grands hommes, dirigé de surcroît par Déo Hakizimana, puisse être manipulé par un homme lui-même soupçonné d’être manipulée à l’exponentiel comme Jacques Bigirimana.

L’on se souviendra que le gouvernement qu’il sert est tiraillé dans les concert des Nations. Pire encore, estime cette opinion, il semblerai que le président sénégalais Macky Sall qui a reçu des mains de cette organisation un prix le 13 décembre 2016 pour son implication pour le dialogue en Afrique s’interroge sur le gabarit de Jacques Bigirimana pour manipuler cette Ong internationale .

Quand le Cirid est sur le point de se rayer aux Nations unies.

Cette opinion ne tarit pas de s’interroger sur l’avenir de cette organisation consultative des Nations Unies qui clame haut et fort que le Burundi va mal et qui mène une bataille farouche sur cette version de la part du Cirid. La rédaction a essayé d’entrer en contact avec son représentant légal, le Burundais Déo Hakizimana mais en vain car son téléphone portable était éteint. Affaire à suivre !

Burundi –Kenya –Politique

Kenyatta aux prises avec la cour suprême et repousse les élections

Nairobi, le 22 septembre 2017 (Net Press) . Le président kenyan, Uhuru Kenyatta, accuse la cour suprême Kenyane de « coup d’état » en invalidant son élection et dans la même foulée, la commission électorale indépendante, tiraillée par l’opposition et la communauté internationale, repousse les élections initialement prévues au 17 octobre 2017.

Dans ses déclarations de ce jeudi 21 septembre, le président kenyan n’a pas mâché ses mots en déclarant que la cour suprême de son pays a sapé la démocratie et ajoute que « le jugement de quelques personnes a réduit à néant les progrès réalisés au fils des ans.

La nouvelle élection reportée au 26 octobre

Les attaques du camp présidentiel contre la cour suprême ne faiblissent pas. Après l’annonce de la décision d’invalider sa réélection (54,27% des voix), Uhuru Kenyatta avait qualifié les juges d’« escrocs » et promis de « régler » les problèmes existant selon lui dans le système judiciaire.

David Maraga, le président de la cour suprême a dénoncé mardi les menaces formulées par des responsables politiques et leurs partisans à l’encontre de son institution. Il s’est également offusqué des manifestations » qui ont clairement pour but d’intimider les juges ». Une centaine de partisans d’Uhuru Kenyatta s’étaient rassemblés mardi devant la cour pour réclamer que leur favori puisse prêter serment pour un second mandat.

Alors que de nombreux doutes subsistaient sur la tenue des nouvelles élections présidentielles le 17 octobre, la commission électorale a annoncé jeudi qu’elle était finalement reportée au 26 octobre. L’institution a donné les raisons du report dans un communiqué : « Nous souhaitons informer le public (…) que la nouvelle élection présidentielle aura désormais lieu le jeudi 26 octobre afin que la commission soit pleinement préparée à l’organisation d’une élection répondant aux standards définis par la cour suprême. ».

Parallèlement, chez son voisin du sud, les étudiants de l’université de Makelele sont descendus dans les rues de Kampala ce jeudi 21 septembre 2017 pour protester contre la non- limitation de l’âge à la course présidentielle, ce qui va permettre au président Yoweli Kaguta Museveni, actuellement âgé de 73 ans , de briguer le rendez –vous 2021.

Selon les sources de Kampala, la police ougandaise à violement réprimé la manifestation à la burundaise et une dizaine des manifestants ont été arrêtés.

Burundi - Usa - Corée du Nord -Sécurité

Kim Jong-un vs Donald Trump, qui sera mis K.O ?

Pyongyang, le 22 septembre 2017 (Net Press) . Se dirige-t-on vers un combat de coq entre Trump et Jong-un ? La tension ne cesse de monter entre les deux hommes que tout oppose, - la taille, l’âge, l’origine (l’un est américain et l’autre asiatique), - à l’exception probablement du niveau intellectuel dangereusement bas des deux côtés.

Soumis à une forte pression à l’Onu, avec de nouvelles sanctions en vue, Kim Jong-un continue de défier le monde et a promis de faire "payer cher" à Donald Trump ses menaces de "destruction totale" de la Corée du Nord. À l’Onu, la Russie et la Chine ont tenté d’endiguer la montée des tensions.

Il a encore suffi d’une courte déclaration au média d’État nord-coréen Kcna pour éclipser des heures de longs discours devant l’assemblée générale de l’Onu à New York. Dans la nuit de jeudi à vendredi, le leader nord-coréen Kim Jong-un est sorti de son silence alors que le monde entier réuni aux Nations unies ne parle que de ses essais nucléaires depuis une semaine. "Je ferai payer cher à l’homme à la tête du commandement suprême aux États-Unis [Donald Trump donc] son discours appelant à la destruction totale" de la Corée du Nord, a-t-il affirmé dans une déclaration diffusée par l’agence Kcna. Une référence au discours prononcé mardi par le président américain à la tribune de l’Onu.

Washington augmente la pression

Cette menace est intervenue à peine deux heures après la fin de la réunion du conseil de sécurité de l’Onu sur le cas nord-coréen. Dans ce cadre, les puissances mondiales se sont écharpées sur la démarche à suivre. D’un côté, les États-Unis se sont montrés inflexibles. "Les menaces répétées contre les États-Unis, et maintenant toute la communauté internationale" vont "renforcer notre détermination" contre les ambitions nucléaires nord-coréennes, a ainsi indiqué le secrétaire d’État américain Rex Tillerson.

"L’hystérie militaire [...] mène non seulement à l’impasse, mais aussi à la catastrophe"

Donald Trump a donné son feu vert à d’éventuelles sanctions contre des "personnes et sociétés qui financent et facilitent les échanges avec la Corée du Nord" dans plusieurs domaines, dont la construction, l’énergie ou le textile. "Les institutions financières étrangères sont maintenant averties qu’elles doivent choisir entre faire des affaires avec les États-Unis ou avec la Corée du Nord", a explicité le secrétaire américain au Trésor Steve Mnuchin.

Pékin et Moscou à la manœuvre

De l’autre côté, la Russie et la Chine ont tenté d’imposer leur solution. Tout en condamnant les agissements de Pyongyang, Moscou et Pékin ont mis en garde les États-Unis contre toute tentation militaire, lors d’allocutions devant l’assemblée générale de l’Onu. Brandir "l’hystérie militaire" dans la crise nucléaire nord-coréenne "mène non seulement à l’impasse, mais aussi à la catastrophe", a ainsi déclaré jeudi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. "La négociation est la seule solution" pour résoudre la crise, a martelé son homologue chinois Wang Yi.

La Chine a toutefois accepté d’appliquer une mesure réclamée par les États-Unis : selon Donald Trump, qui a dévoilé l’information avant Pékin, la banque centrale chinoise a ordonné à ses banques de juguler leurs échanges avec Pyongyang. Le président américain va-t-il accepter en retour la solution portée par la Chine et la Russie ? Ces dernières proposent depuis quelques jours l’instauration d’un double moratoire : arrêt des expérimentations nord-coréennes et des exercices militaires américano-sud-coréens. La Maison-Blanche a jusqu’ici rejeté cette idée.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur