Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité7 octobre 2017
|La province de Rumonge de plus en plus citée dans divers crimes

Burundi - Sécurité6 octobre 2017
|Fouille-perquisition dans la prison de Rumonge, divers articles saisis

Burundi - Sécurité5 octobre 2017
|Un fusil trouvé dans une brousse dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité4 octobre 2017
| Un véhicule des militaires burundais en Somalie endommagé

Burundi - Sécurité3 octobre 2017
|Un vieil homme tué au couteau dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité 2 octobre 2017
|Quand l’insécurité refait surface dans la zone Cibitoke

Burundi - Manifestation30 septembre 2017
|Bujumbura dans la rue pour dénoncer et remercier en même temps

Burundi - Energie29 septembre 2017
|Le manque de courant électrique déstabilise la capitale

Burundi - Sécurité 28 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Gitega

Burundi - Sécurité27 septembre 2017
|Insécurité dans le pays, insécurité dans les pays voisins

Burundi - Sécurité 26 septembre 2017
|Une personne tuée à Matana

Burundi - Sécurité 25 septembre 2017
|Le pays toujours en face de l’insécurité grandissante

Burundi - Sécurité 23 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran au Nord-Ouest du pays

Burundi - Sécurité 22 septembre 2017
|Des corps sans vie trouvés dans la capitale et au sud du pays

Burundi - Sécurité - Intempérie21 septembre 2017
|Va-t-on vers les catastrophes naturelles des pays occidentaux ?

Burundi - Sécurité20 septembre 2017
|Dix-sept adolescents arrêtés dans la province de Rutana

Burundi - Sécurité19 septembre 2017
|Des tirs à l’arme automatique entendus par les habitants de Kibenga

Burundi - Sécurité18 septembre 2017
|Un père tue ses propres enfants dans Bujumbura rural

Burundi - Kenya - Sécurité16 septembre 2017
|Les 4 Burundais attrapés à Isiolo emprisonnés à Nairobi

Burundi - Sécurité 15 septembre 2017
|Pour avoir sauvé une vie en danger, ils sont sous les verrous

Burundi - Sécurité14 septembre 2017
|La police change de langage à propos de l’enlèvement d’un opposant

Burundi - Sécurité 13 septembre 2017
|Un proche de Hussein Radjabu interpellé

Burundi - Sécurité12 septembre 2017
|Attaque armée dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité11 septembre 2017
|Des personnes arrêtées par des Imbonerakure au Sud du pays

Burundi - Manifestation9 septembre 2017
|Le pouvoir encore une fois dans la rue pour manifester contre un rapport de l’Onu

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

L’insécurité augmente d’un cran au Nord-Ouest du pays

23 septembre 2017

Cibitoke, le 23 septembre 2017 (Net Press) . Une personne du nom de Bitorwa, âgé de plus de 80 ans, a été tué à la machette dans la soirée de ce 21 septembre 2017 vers 19 heures sur la colline Kabere, commune Bukinanyana de la province de Cibitoke. Selon des informations en provenance de cette contrée, il aurait été attaqué par des hommes non encore identifiés, armés de fusils kalachnikov et de machettes.

Ses voisins ont tenté d’intervenir mais l’un d’entre eux a reçu une balle de la part de ces assaillants et il est pour le moment hospitalisé dans cette même province où il reçoit des soins intensifs.

Les mobiles de son assassinat ne sont pas non plus connus. Au moment où certains indiquent qu’il aurait été tué par des Imbonerakure, d’autres avancent qu’il était régulièrement accusé de sorcellerie. Les voisins demandent à la police de mener des enquêtes au plus vite et son fils a été déjà arrêté pour des raisons d’enquête justement.

Burundi - Justice

Ouverture de l’année judiciaire

Bujumbura, le 23 septembre 2017 (Net Press) . Le président de la République, Pierre Nkurunziza, qui est également le magistrat suprême, à procédé hier à l’ouverture de l’année judiciaire 2017 - 2018. Peu avant, le procureur général de la République, Sylvestre Nyandwi, avait fait savoir que la justice burundaise a toujours existé, même avant la colonisation. Le procureur général de la République a indiqué que les portes de la justice sont ouvertes pour tout le monde, que chacun doit bénéficier de ce dont il a le droit.

De son côté, le président de la cour suprême a indiqué que l’année dernière a enregistré un bilan positif car beaucoup de dossiers ont été jugés et que les procédures du service de greffe ont été respectées. Malgré cela, le président de cette cour a fait savoir qu’il y a d’autres tribunaux qui affichent des lacunes dans leur fonctionnement.

La ministre de la justice et garde des sceaux, Aimée Laurentine Kanyana, trouve que l’année dernière, la justice de proximité a pu limiter les déplacements des justiciables en leur trouvant des leurs entités administratives et que des jugements ont été faits. Pour elle, 5468 détenus ont été libérés suite à la grâce présidentielle. Par ailleurs, l’Etat a gagné 64% des procès intérieurs ainsi que 20 procès engagés contre lui dans les instances judiciaires de l’Afrique de l’Est.

Le président de la République, dans son discours, a trouvé qu’une telle ouverture est une occasion d’évaluer l’année dernière, de définir les objectifs et de prendre conscience du rôle de la justice dans la vie d’une nation. Il est satisfait du degré atteint par la justice dans la lutte contre la corruption et a exprimé le vœu que l’année judiciaire 2017 - 2018 soit meilleure par rapport à la précédente.

Il a profité de cette occasion pour décerner des prix aux magistrats et autres cadres qui ont bien presté lors de l’année judiciaire 2016 - 2017. Ces prix étaient constitués de certificats de mérite ainsi que des enveloppes. Ces activités avaient vu la participation du président de l’assemblée nationale, des deux vice-présidents de la République, de certains membres du gouvernement, de certains membres du corps diplomatique ainsi que des officiers des corps de défense et de sécurité.

Burundi - Génocide

L’association Ac-Génocide Cirimoso condamne les massacres de Kamanyola

Bujumbura, le 23 septembre 2017 (Net Press) . L’association de lutte contre le génocide, Ac-Génocide Cirimoso, a condamné avec la dernière énergie l’assassinat de plusieurs dizaines de réfugiés burundais en République démocratique du Congo, plus précisément à Kamanyola, au Sud-Kivu, en violation de la convention internationale sur les réfugiés de 1951.

Ces massacres sont intervenus en date du 15 septembre 2017 lorsque des Burundais sont allés demander au service national des renseignements de libérer quatre des leurs arrêtés et dont l’intention était de les ramener à Bujumbura. Une échauffourée a vite surgi et les militaires congolais ont tiré à balles réelles sur les réfugiés burundais, faisant 34 morts sur place et 117 blessés, dont certains grièvement. Quelques jours plus tard, d’autres réfugiés ont trouvé la mort à l’hôpital, faisant un bilan de 39 morts.

Cette association demande au gouvernement congolais, au Hcr et aux Nations Unies de mener une enquête vigoureuse pour tirer cette situation au clair afin de traduire les auteurs devant la justice. Elle demande également au gouvernement congolais et au Hcr de protéger les autres réfugiés burundais vivant en République démocratique du Congo. Elle demande enfin au pays de Joseph Kabila de soigner correctement les réfugiés blessés qui ont survécu à ces massacres.

Au gouvernement burundais, Ac-Génocide demande de s’impliquer davantage pour connaître la vérité sur ces massacres et de protéger les réfugiés burundais un peu partout où ils se trouvent. Elle lui demande aussi de faire disparaître les causes de la fuite des Burundais vers l’étranger.

Burundi - Allemagne - Elctions

Elections de ce dimanche, Angela Merkel part favorite

Bonn, le 23 septembre 2017 (Net Press) . Après trois mandats, soit douze ans à la tête de l’Allemagne, Angela Merkel a toutes les chances de sortir gagnante du scrutin de ce dimanche et d’être reconduite jusqu’en 2021 à la tête de son pays. La chancelière pourrait partager alors avec son père en politique, Helmut Kohl, le record de longévité politique à la tête de l’Allemagne, soit seize ans.

Une présence aussi longue au pouvoir est, dans l’époque particulièrement instable que nous connaissons, hors du commun. Avec Emmanuel Macron, la chancelière allemande Angela Merkel travaille depuis le printemps, par exemple, avec le quatrième président français après Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande.

Cette longévité s’explique pour plusieurs raisons. D’abord, la bonne santé de l’économie. Interrogés, les Allemands sont très largement optimistes pour leur pays mais aussi pour leur situation personnelle. Le chômage est au plus bas et a baissé de moitié depuis l’arrivée d’Angela Merkel au pouvoir, il y a douze ans. La chancelière a mené une politique économique et sociale plus à gauche que la ligne traditionnelle de son parti et « subtilisé » régulièrement des thèmes à ses adversaires, qu’il s’agisse de l’abandon du nucléaire ou du développement des crèches pour les enfants, et bien sûr l’accueil de nombreux réfugiés pour citer l’événement phare des quatre dernières années.

Et quand les impulsions venaient des sociaux-démocrates comme durant la grande coalition qui a dirigé l’Allemagne ces quatre dernières années, c’est Angela Merkel et son parti qui ont d’abord profité de ces avancées. L’introduction d’un salaire minimum ou des améliorations pour les retraites constituent des exemples de la législature qui s’achève. Ce cours plus à gauche de la CDU explique sans doute pour partie les difficultés du SPD depuis le début de l’ère Merkel à sortir des tréfonds où il se trouve toujours.

Le style Merkel, reflet de l’Allemagne et des Allemands

Il y a aussi le style Merkel qui séduit les Allemands au-delà des frontières partisanes et qui explique la popularité de la chancelière. Un style simple, sobre, sans-allure, modeste qui constitue quelque part un reflet de la façon dont beaucoup d’Allemands se perçoivent. Le style présidentiel d’Angela Merkel évitant les polémiques mais aussi les prises de position claires la place d’une certaine façon au-dessus des partis.

Enfin, si beaucoup d’Allemands sont satisfaits, ils perçoivent le monde autour d’eux comme étant souvent aux antipodes de leur situation domestique. Les tensions dans les relations internationales, les nombreuses crises dans le monde, la présence au pouvoir de leaders comme Poutine, Erdogan ou Trump constituent autant d’inquiétudes. Angela Merkel apparaît pour beaucoup comme un synonyme de stabilité et l’expérience de la chancelière sur la scène internationale la sert auprès d’électeurs qui préfèrent la sécurité et la continuité.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur