Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité7 octobre 2017
|La province de Rumonge de plus en plus citée dans divers crimes

Burundi - Sécurité6 octobre 2017
|Fouille-perquisition dans la prison de Rumonge, divers articles saisis

Burundi - Sécurité5 octobre 2017
|Un fusil trouvé dans une brousse dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité4 octobre 2017
| Un véhicule des militaires burundais en Somalie endommagé

Burundi - Sécurité3 octobre 2017
|Un vieil homme tué au couteau dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité 2 octobre 2017
|Quand l’insécurité refait surface dans la zone Cibitoke

Burundi - Manifestation30 septembre 2017
|Bujumbura dans la rue pour dénoncer et remercier en même temps

Burundi - Energie29 septembre 2017
|Le manque de courant électrique déstabilise la capitale

Burundi - Sécurité 28 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Gitega

Burundi - Sécurité27 septembre 2017
|Insécurité dans le pays, insécurité dans les pays voisins

Burundi - Sécurité 26 septembre 2017
|Une personne tuée à Matana

Burundi - Sécurité 25 septembre 2017
|Le pays toujours en face de l’insécurité grandissante

Burundi - Sécurité 23 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran au Nord-Ouest du pays

Burundi - Sécurité 22 septembre 2017
|Des corps sans vie trouvés dans la capitale et au sud du pays

Burundi - Sécurité - Intempérie21 septembre 2017
|Va-t-on vers les catastrophes naturelles des pays occidentaux ?

Burundi - Sécurité20 septembre 2017
|Dix-sept adolescents arrêtés dans la province de Rutana

Burundi - Sécurité19 septembre 2017
|Des tirs à l’arme automatique entendus par les habitants de Kibenga

Burundi - Sécurité18 septembre 2017
|Un père tue ses propres enfants dans Bujumbura rural

Burundi - Kenya - Sécurité16 septembre 2017
|Les 4 Burundais attrapés à Isiolo emprisonnés à Nairobi

Burundi - Sécurité 15 septembre 2017
|Pour avoir sauvé une vie en danger, ils sont sous les verrous

Burundi - Sécurité14 septembre 2017
|La police change de langage à propos de l’enlèvement d’un opposant

Burundi - Sécurité 13 septembre 2017
|Un proche de Hussein Radjabu interpellé

Burundi - Sécurité12 septembre 2017
|Attaque armée dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité11 septembre 2017
|Des personnes arrêtées par des Imbonerakure au Sud du pays

Burundi - Manifestation9 septembre 2017
|Le pouvoir encore une fois dans la rue pour manifester contre un rapport de l’Onu

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Une personne tuée à Matana

26 septembre 2017

Bururi, le 26 septembre 2017 (Net Press) . Jean Marie Ngendakuriyo, connu sous le sobriquet Bugemeri, a été tué par un policier au marché de la commune Matana en province de Bururi au Sud du pays.

Le porte-parole de la police burundaise, Pierre Nkurikiye, affirme que la victime venait d’être relâchée à la prison centrale de Mpimba. Il a attaqué ledit policier pour lui voler son arme et dans la bagarre, ce dernier a tiré sur Bugemeri qui est mort sur le champs, blessant une jeune demoiselle connue sous le nom de Nadine Sabimbona.

Au Nord Ouest du pays, accusés de tenir une réunion illégale, le pasteur de l’église des amis, Gaspard Ntawundondera ainsi que 6 fidèles de cette église ont été interpellés par les membres de la ligue des jeunes du parti aux affaires vers 19 heures de ce lundi en commune Rugombo province de Cibitoke. Selon des sources concordantes en provenance de cette entité, ces les interpellés étaient venus rendre visite à la femme du pasteur qui est malade.

Burundi - Rdc – Sécurité

Vers la relocalisation des réfugiés Burundais de Kamanyola

Sud-Kivu, le 26 septembre 2017 (Net Press) . Après le carnage de Kamanyola où 39 réfugiés ont été tués et plus de 130 blessés, Kinshasa affirme que les réfugiés burundais vivant dans le camp de réfugiés de Kamanyola vont être relocalisés dans un endroit non encore connu.

Dans la même foulée, la plateforme de l’opposition burundaise ainsi que les associations des activistes des droits de l’homme radiés par Bujumbura vont marcher sur Bruxelles en date du 30 septembre 2017 pour protester contre les tueries de Kamanyola et faire un appel à l’organisation des Nations Unies, l’office du haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés ainsi que le pays d’accueil de traiter dignement les refugiés.

Pour rappel, une large majorité de victimes de Kamanyola sont des adeptes d’Eusèbie Ngendakumana. Malgré leur statut de réfugiés, ils ne veulent pas du tout être enregistrés dans les ordinateurs car cela est interdit pas leur foi !

Burundi - Malversations Economiques

L’Olucome contre une pression fiscale à outrance

Bujumbura, le 26 septembre 2017 (Net Press) . D’entrée de jeu, l’Olucome demande au ministre ayant les finances dans ses attributions de retirer ses propos en rapport avec la politique de son gouvernement de continuer de sucer à fond les citoyens burundais déjà pauvres et lui demande plutôt de proposer l’instauration d’une taxe sur fortune et de rehausser l’impôt sur les revenus des hautes autorités de l’Etat burundais.

Cet observatoire affirme avoir appris que le ministre Domitien Ndihokubwayo, lors de l’ouverture d’un atelier réunissant les cadres de son ministère et les services de l’Etat chargés de la collecte des ressources du budget à Ngozi en date du 22 septembre 2017, aurait déclaré que le budget général 2017 était financé à hauteur de 70.3% sur des ressources domestiques, souhaitant qu’en 2018, le budget général soit financé à 100% par des ressources propres.

Outre que l’Olucome trouve que le projet de loi du budget 2018 est présenté tardivement mais sciemment à l’assemblée nationale pour étude à fond, et ce, en contradiction avec la constitution, il estime également que les chiffres présentés par le ministre en charge des finances publiques sont biaisés. Loin d’être corrects, l’Olucome pense plutôt qu’ils ont été manipulés pour avoir une stratégie de communication dans le but de préparer les citoyens burundais à la prochaine hausse des taxes sur tous les produits.

Il revient sur le manque de dévises qui affecte pratiquement tous les secteurs de la vie nationale, le carburant, la ralentissement de la production des grandes sociétés commerciales telles la Brarudi, la dépréciation de la monnaie burundaise, d’où sa conclusion est que la situation du pays résulte d’une mauvaise gouvernance qui a causé cette crise économique et sociale même si elle tire sa racine dans la crise politique.

L’Olucome est contre cette proposition du ministre des finances publiques d’augmenter la pression fiscale quitte à s’autofinancer à 100%. Pour cela, il propose au gouvernement cinq voies de solutions pour le projet de loi budgétaire de 2018. D’instaurer une taxe sur fortune sur toute personne physique ou morale ayant plus d’une maison construite en matériaux durables ou ayant une maison à deux étages sans avoir un crédit y relatif à la banque en ce moment. Il propose également de rehausser l’impôt sur revenus des hauts cadres de l’Etat comme tout autre fonctionnaire de l’Etat.

En troisième position, il propose de commanditer un audit indépendant de tous les marchés publics attribués depuis 2008 comme la loi sur les marchés publics en son article 14 l’exige. De participer en outre au dialogue inter burundais inclusif externe pour trouver des solutions durables à la crise politique actuelle afin d’ouvrir la porte à tous les citoyens burundais de s’atteler aux travaux de développement de leur pays et aux financements extérieurs. Et d’appliquer enfin le contenu de la déclaration universelle des droits de l’homme et le pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, dans le but de garantir l’équité sociale.

Burundi - Droits de l’Homme

La ligue Iteka produit son bulletin hebdomadaire n° 77

Bujumbura, le 26 septembre 2017 (Net Press) . Le bulletin couvre la période du 18 au 24 septembre 2017 et évoque des allégations de violations et des violations des droits de l’homme enregistrées. Au moins 16 personnes ont été tuées dont 4 cadavres, 2 enlevées, 1 torturée et 12 arrêtées arbitrairement. Le phénomène de cadavres continue à se manifester dans plusieurs endroits du pays et aucune enquête n’est diligentée, ce qui est très inquiétant.

Des jeunes Imbonerakure affiliés au parti Cndd-Fdd au pouvoir, des agents du Snr, des policiers sont pointés du doigt comme étant les auteurs de la plupart de ces violations des droits humains. Ce bulletin relève des cas d’assassinats, d’enlèvements, de tortures et d’arrestations arbitraires dont sont victimes des présumés opposants du 3ème mandat du président Pierre Nkurunziza.

Le bulletin s’insurge contre l’impunité des crimes qui est accordée aux proches du parti Cndd-Fdd. Des membres de ce parti impliqués dans différents crimes jouissent de l’impunité avec une complicité affichée des pouvoirs publics. Ce bulletin émet des recommandations qui sont dirigées à l’endroit du Gouvernement du Burundi pour le changement de la situation précaire des droits de l’Homme dans le pays.

Burundi - Usa - Politique

Obamacare : nouveau revers pour Donald Trump

Washington, le 26 septembre 2017 (Net Press) . Le projet républicain de détricoter la loi sur la couverture maladie de Barack Obama s’est heurté lundi à la défection de trois sénateurs de la majorité. Avec 52 sièges sur 100, les sénateurs républicains peinent à entériner un compromis.

Décidément, Donald Trump peine à se débarrasser de l’"Obamacare", comme il l’avait promis durant sa campagne. Après John McCain et Rand Paul, c’est la sénatrice modérée Susan Collins qui a annoncé, lundi 25 septembre, son opposition à la nouvelle proposition de loi bâclée et aux conséquences graves pour les patients. "Cette proposition de loi aurait un impact négatif important sur le nombre de gens couverts par une assurance", a-t-elle déclaré.

C’est donc un revers cinglant pour le camp républicain qui espérait faire voter cette nouvelle mouture avant la fin de l’année budgétaire 2017. Depuis huit mois, jamais la majorité, qui ne dispose que de 52 sièges sur 100 au Sénat, n’est parvenue à élaborer un compromis capable de rassembler à la fois ses membres modérés et les plus conservateurs.

"C’est désolant"

Déjà en juillet, une mouture précédente de la réforme républicaine avait échoué à une voix près, provoquant l’ire de Donald Trump, qui avait promis de débarrasser le pays de l’"Obamacare". "C’est désolant", s’est lamenté le dirigeant américain lundi sur une radio locale d’Alabama. "On m’avait promis que j’aurais une loi à promulguer sur mon bureau dès le premier jour".

Le plan républicain consistait à transférer aux États une partie du budget fédéral de la santé, tout en réduisant les crédits et en autorisant les autorités locales à déréglementer le marché privé des assurances santé, quitte à supprimer des garde-fous imposés par l’Obamacare pour garantir un niveau de remboursement ou la couverture de certains soins essentiels.

"Tuez la réforme, pas nous !"

Une coalition de médecins, d’associations de malades, de compagnies d’assurance et d’élus démocrates s’est mobilisée contre le plan. Le coup de grâce a été donné par le Bureau du budget du Congrès (CBO), qui a publié lundi une analyse alarmante sur la proposition de loi dite Graham-Cassidy. Selon les économistes du CBO, des "millions" de personnes supplémentaires seraient poussées hors des systèmes de couverture maladie par cette réforme.

Lundi, une audition parlementaire a ainsi été perturbée par des dizaines de manifestants en fauteuils roulants, qui ont dû être expulsés de la salle par la police. "Tuez la réforme, pas nous !" ont-ils scandé, créant un vacarme dans les couloirs d’une annexe du Capitole.

"Obamacare est un échec", a pourtant défendu l’un des coauteurs du projet républicain, Bill Cassidy. "La réalité est que les classes moyennes ont vu leurs primes d’assurance exploser".

Environ 10 % des 273 millions d’Américains de moins de 65 ans vivent actuellement sans couverture maladie, un point bas historique, alors que cette proportion était de 18 % en 2010, l’année de l’adoption d’Obamacare.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur