Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité7 octobre 2017
|La province de Rumonge de plus en plus citée dans divers crimes

Burundi - Sécurité6 octobre 2017
|Fouille-perquisition dans la prison de Rumonge, divers articles saisis

Burundi - Sécurité5 octobre 2017
|Un fusil trouvé dans une brousse dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité4 octobre 2017
| Un véhicule des militaires burundais en Somalie endommagé

Burundi - Sécurité3 octobre 2017
|Un vieil homme tué au couteau dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité 2 octobre 2017
|Quand l’insécurité refait surface dans la zone Cibitoke

Burundi - Manifestation30 septembre 2017
|Bujumbura dans la rue pour dénoncer et remercier en même temps

Burundi - Energie29 septembre 2017
|Le manque de courant électrique déstabilise la capitale

Burundi - Sécurité 28 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Gitega

Burundi - Sécurité27 septembre 2017
|Insécurité dans le pays, insécurité dans les pays voisins

Burundi - Sécurité 26 septembre 2017
|Une personne tuée à Matana

Burundi - Sécurité 25 septembre 2017
|Le pays toujours en face de l’insécurité grandissante

Burundi - Sécurité 23 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran au Nord-Ouest du pays

Burundi - Sécurité 22 septembre 2017
|Des corps sans vie trouvés dans la capitale et au sud du pays

Burundi - Sécurité - Intempérie21 septembre 2017
|Va-t-on vers les catastrophes naturelles des pays occidentaux ?

Burundi - Sécurité20 septembre 2017
|Dix-sept adolescents arrêtés dans la province de Rutana

Burundi - Sécurité19 septembre 2017
|Des tirs à l’arme automatique entendus par les habitants de Kibenga

Burundi - Sécurité18 septembre 2017
|Un père tue ses propres enfants dans Bujumbura rural

Burundi - Kenya - Sécurité16 septembre 2017
|Les 4 Burundais attrapés à Isiolo emprisonnés à Nairobi

Burundi - Sécurité 15 septembre 2017
|Pour avoir sauvé une vie en danger, ils sont sous les verrous

Burundi - Sécurité14 septembre 2017
|La police change de langage à propos de l’enlèvement d’un opposant

Burundi - Sécurité 13 septembre 2017
|Un proche de Hussein Radjabu interpellé

Burundi - Sécurité12 septembre 2017
|Attaque armée dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité11 septembre 2017
|Des personnes arrêtées par des Imbonerakure au Sud du pays

Burundi - Manifestation9 septembre 2017
|Le pouvoir encore une fois dans la rue pour manifester contre un rapport de l’Onu

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Gitega

28 septembre 2017

Gitega, le 28 septembre 2017 (Net Press) . Un corps non encore identifié a été trouvé ce mardi 26 septembre sur la colline Masasu, dans la commune Giheta de la province de Gitega. Selon le porte-parole de la police Pierre Nkurikiye, la victime avait été poignardée à l’aide d’un couteau. L’administration, en collaboration avec la police, a procédé à son enterrement en bonne et due forme.

Le domicile du substitut du procureur près la cour d’appel dans la province de Gitega, Thérèse Niyongabo, a été attaqué par deux hommes armés de pistolets ce 27 septembre 2017 et ils ont pillé plusieurs objets de la famille. Ce domicile situé dans le quartier Nyabututsi a été violé au moment où cette dernière était en mission de travail à Bujumbura.

Les assaillants qui n’ont pas été identifiés ont d’abord enfermé les enfants qui étaient seuls et ils ont volé un ordinateur portable, une somme de 400.000 Fbu, deux téléphones portables ainsi que des documents de service.

Dans la commune de Ryansoro, toujours dans la province de Gitega au Centre du pays, un homme de 75 ans a été retrouvé mort hier dans sa maison qu’il occupait seul sur la colline Kampezi, commune Ryansoro. Des informations policières indiquent que cet homme s’est suicidé au moyen d’une corde.

Il semble qu’il ne s’entendait pas avec ses enfants qui étaient opposés à ce qu’il se remarie alors qu’il était veuf depuis quelques années. Les mêmes informations précisent que son enterrement est prévu pour aujourd’hui.

Du côté de la sorcellerie, l’affaire est là aussi compliquée. Un sexagénaire du nom de Célestin Nzobarabantumye accusé de sorcellerie a été tué dans la province de Cibitoke, en commune de Rugombo. D’ après les habitants de cette localité, la victime était un grand sorcier chevronné, il a été tué alors qu’il était accusé d’être impliqué dans la mort d’un jeune homme.

Pour rappel, il y’a une semaine, un autre homme du troisième âge accusé de sorcellerie a été assassiné sur la colline de Rusenda en commune de Bukinanyana, toujours dans la province de Cibitoke. Dans la même foulée, 3 personnes accusées de sorcellerie ont été arrêtées par la police de Muyinga ce mardi le 26 septembre 2017.

Les interpellés avaient refusé à un patient de se faire soigner à l’hôpital de Kiremba en province de Ngozi, en assurant qu’ils vont le guérir et, ironie du sort, le patient a rendu l’âme quelques heures après.

Burundi - Droits de l’Homme

Le Focode déplore la disparition forcée de Jasper Arakaza

Bujumbura, le 28 septembre 2017 (Net Press) . Le forum pour la conscience et le développement vient de faire part d’une disparition forcée d’un jeune homme de 30 ans du nom de Jasper Arakaza, introuvable depuis qu’il a répondu à un rendez-vous d’un ancien administrateur de la commune urbaine de Cibitoke, Emmanuel Niyongabo, en date du 26 décembre 2015.

On dit que l’histoire est un perpétuel recommencement mis à part les époques et les acteurs qui changent. En effet, cette situation est tellement tragique car son grand-père avait disparu dans des conditions similaires en 1972, 43 ans auparavant, une blessure difficile à panser pour le reste de la famille, d’après ce forum.

Pire encore, estime le Focode, sa famille a battu le record du rançonnement car elle a dû débloquer 7.700.000 de nos francs à des agents de la police et du service national des renseignements qui promettaient sa libération mais en vain. Selon toujours le Focode, Jasper Arakaza avait séjourné à l’étranger pendant une bonne dizaine d’années et quand il est rentré au Burundi, il a été sollicité pour devenir membre du parti présidentiel, une proposition qu’il avait déclinée.

Il ne faisait pas de la politique et entendait gagner sa vie par un petit commerce mais il n’a pas su qu’être originaire de Mutakura était devenu comme une infraction par le fait que cette contrée était perçue comme un foyer de contestation du 3ème mandat de Pierre Nkurunziza. Or, Jasper Arakaza était rentré au pays peu avant le début des manifestations.

Cependant, cet ancien administrateur de la commune urbaine de Cibitoke était devenu son meilleur ami et ils partageaient souvent un verre dans une buvette appartenant à Emmanuel Niyongabo. Avec les manifestations, ce fut aussi la période des suspicions entre les deux hommes jusqu’au jour où une grenade a explosé dans cette buvette déménagée vers la commune de Kamenge moins bruyante alors que Jasper Arakaza en venait.

Il fut suspecté et une fois au téléphone, ils se sont donné rendez-vous pour éclaircir la situation. Arakaza s’est rendu de nouveau dans cette buvette contre le gré de sa famille qui trouvait dangereux les contacts de ce jeune homme. Il fut fixé au 26 décembre 2015 et depuis, il n’a plus fait signe de vie.

Cette association profite de sa déclaration pour demander encore une fois le renouvellement du mandat de la commission d’enquête sur le Burundi et appelle la cour pénale internationale à ouvrir une enquête sur les crimes contre l’humanité en cours au Burundi depuis avril 2015.

Burundi - Rdc - Sécurité

Attaque en cours de la ville d’Uvira, au Sud-Kivu

Sud Kivu, le 28 septembre 2017 (Net Press) . Selon le site de la radio mondiale, la population d’Uvira, en République démocratique du Congo, est terrée chez elle. L’électricité est coupée. Des hommes armés, arrivés par bateaux selon un témoin, ont lancé une attaque tôt ce jeudi 28 septembre contre cette ville située au bord du lac Tanganyika. Uvira est la deuxième cité du Sud-Kivu, région située à l’extrême-est de la Rdc.

Déjà, mercredi 27septembre 2017, des hommes armés avaient tenté d’attaquer Uvira par les collines surplombant la ville à l’ouest. Ils avaient été mis en déroute par les forces armées congolaises. Les miliciens maï maï de William Yakutumba avaient promis de marcher sur Uvira après avoir pris le contrôle de Mboko, dimanche 24 septembre.

Selon un témoignage sous couvert d’anonymat, ce jeudi matin, des hommes armés ont lancé l’assaut au lever du jour sur Uvira, en arrivant par bateaux. L’armée a riposté et aurait détruit deux embarcations.

« Ici, la situation est vraiment alarmante. Il y a des tirs un peu partout. Il y a des bateaux marins qui sont venus du côté ennemi. Quatre bateaux sont venus mais deux déjà ont été détruits », confie ce témoin. « Dans le lac Tanganyika, ajoute-t-il, on ne connait pas leur provenance mais quatre bateaux sont venus attaquer Uvira. Heureusement, les Fardc viennent d’en détruire deux et les deux autres ont pris la fuite. »

« Les affrontements sont au niveau de Kabimba, au sud d’Uvira. Ils ont commencé à tirer très tôt le matin, vers 5 h. Heureusement, les militaires congolais Fardc étaient prêts et ils ont attaqué ces bateaux. ». « Nous avons entendu l’arme lourde un peu partout. Nous sommes enfermés dans des maisons, on entend seulement du tonnerre. Les miliciens sont à côté, aux alentours de la ville. Ils ne sont pas encore entrés dans la ville. »

L’on signalera que des congolais de Kavimvira, près de la frontière avec le Burundi, ont fui les affrontements et se sont retrouvés dans la zone de Gatumba, de commune Mutimbuzi dans Bujumbura rural. Selon des informations en provenance cette contrée, le Hcr aurait déjà accueilli les premiers éléments fugitifs.

Burundi - Rdc - Politique

Kabila dans le collimateur de Moise Katumbi

Kinshasa, le 28 septembre 2017 (Net Press) . L’ancien gouverneur de la province de Katanga en République démocratique du Congo, Moise Katumbi, appelle le peuple congolais de descendre dans les rues si jamais Kabila ne quitte pas le pouvoir avant la fin de l’année en cours.

« S’il n’y a pas élection, le président Kabila doit partir le 31 décembre au plus tard. Et nous allons faire appel à la rue parce que la constitution le permet », a déclaré Moïse Katumbi à la chaîne de télévision France 24.

Avant d’ajouter : « Si le président Kabila n’organise pas des élections au 31 décembre, il y aura une transition sans Kabila. Nous allons faire appel officiellement au peuple congolais pour chasser le président Kabila », a-t-il martelé. L’ex-gouverneur du Katanga et richissime homme d’affaires passé à l’opposition en septembre 2015 a argumenté sa menace en citant l’article 64 de la constitution stipulant que « Tout Congolais a le devoir de faire échec à tout individu ou groupe d’individus qui prend le pouvoir par la force ou qui l’exerce en violation des dispositions de la présente Constitution ».

« S’il décide de partir, le président Kabila va rester au pays »

« S’il part, je ne suis pas d’accord qu’on puisse poursuivre un ancien président et son entourage », a par ailleurs affirmé Moïse Katumbi. « S’il décide de partir, le président Kabila va rester au pays, il est sénateur à vie, et le président va continuer avec ses affaires », a encore précisé l’opposant.

Moïse Katumbi, qui vit entre la Belgique et la France après avoir été condamné à trois ans de prison dans une affaire immobilière – une affaire qualifiée par les évêques catholiques de « mascarade » dans un rapport confidentiel – a de nouveau annoncé qu’il préparait son retour en Rdc.

Le contexte politique de la Rdc ne cesse de se tendre à mesure qu’approche l’ultimatum de l’opposition, qui réclame le départ de Joseph Kabila d’ici à la fin de cette année et l’organisation de la présidentielle avant le 31 décembre 2017, comme le prévoit un accord politique conclu le 31 décembre 2016.

Burundi - Ouganda - Polittique

Les députés en viennent aux mains

Kampala, le 28 septembre 2017 (Net Press) . Les députés ougandais se sont rentrés dedans ce mardi 26 septembre 2017 alors qu’ils se penchaient sur la question d’amender la constitution pour permettre au président ougandais et médiateur dans le conflit burundais de s’éterniser au pouvoir. Pour rappel, Yoweri Kagouta Museveni est au pouvoir depuis 1986 au terme d’une guerre civile qui l’ a opposé à son prédécesseur, Milton Obote.

Cette question épineuse qui fait des polémiques sur la sol ougandais a permis des milieux d’Ougandais de descendre dans les rues de Kampala pour empêcher le médiateur dans le conflit burundais Yoweri Kaguta Museveni de répondre au rendez –vous de 2021 où il aura soufflé son soixante dix septième bougie alors que la constitution en vigueur stipule que nul ne peut pas briguer la présidence de la république à 75 ans et plus.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur