Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Belgique - Coopération11 novembre 2017
|La semaine belge annulée à la dernière minute

Burundi - Sécurité10 novembre 2017
|Deux bandits de Mutakura arrêtés par les militaires frappés comme Jésus Christ sur la croix

Burundi - Environnement - Sécurité9 novembre 2017
|Une foudre fait parler d’elle dans la province de Muramvya

Burundi - Sécurité8 novembre 2017
|Treize personnes arrêtées pour trafic humain

Burundi – Sécurité 7 novembre 2017
|La police arrête plus de 100 personnes au centre ville de Bujumbura

Burundi - Ouganda – Sécurité 6 novembre 2017
|Deux morts dont le directeur de ligue Iteka dans un accident de roulage en Ouganda

Burundi - Sécurité4 novembre 2017
|Un homme tué à Rugombo

Burundi - Sécurité 3 novembre 2017
|L’immeuble Tropicana Net Café légèrement touché par un incendie

Burundi - Sécurité2 novembre 2017
|Un homme de Rugombo édenté par les Imbonerakure

Burundi –Sécurité 1er novembre 2017
|De l’intifada entre les policiers et militaires dans Cankuzo

Burundi - Sécurité 31 octobre 2017
|Une fillette violée et tuée à Muyinga

Burundi - Sécurité30 octobre 2017
|Des corps sans vie ici et là à travers le pays

Burundi - Justice - Manifestations28 octobre 2017
|Le ministère de l’intérieur fête le retrait du Burundi du statut de Rome

Burundi - Sécurité27 octobre 2017
|Augmentation d’un cran du meurtre des personnes sans défense

Burundi - Sécurité26 octobre 2017
|Le marché de Buterere prend feu

Burundi - Sécurité 25 octobre 2017
|Le ministre Alain Guillaume Bunyoni percute des piétons

Burundi - Sécurité24 octobre 2017
|Découverte de plusieurs cadavres à travers le pays

Burundi - Sécurité23 octobre 2017
|Un homme reçoit des coups et blessures dans la province de Kayanza

Burundi - Anniversaire21 octobre 2017
|La date du 21 octobre fêtée de façon diverse par les Burundais

Burundi - Sécurité20 octobre 2017
|Un corps sans vie retrouvé dans la province de Kayanza

Burundi - Sécurité19 octobre 2017
|Visiblement agressée, une jeune fille perd sa conscience

Burundi - Sécurité18 octobre 2017
|Plus de dérangement dans Rukoko, dixit le porte-parole de l’armée

Burundi - Sécurité17 octobre 2017
|La foudre devient une grande cause d’insécurité dans notre pays

Burundi - Sécurité 16 octobre 2017
|Deux frères abattus par leur grand-mère

Burundi - Sécurité14 octobre 2017
|Après la pluie, le beau temps !

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Plus de dérangement dans Rukoko, dixit le porte-parole de l’armée

18 octobre 2017

Bubanza, le 18 octobre 2017 (Net Press). Depuis un certain temps, l’on n’entend plus de crépitements d’armes dans la réserve naturelle de la Rukoko située dans la commune de Gihanga, de la province de Bubanza, à l’Ouest du pays. Cette information émane du porte-parole de l’armée, le colonel Gaspard Baratuza.

Pour prouver cela, il a indiqué qu’actuellement, les militaires s’occupent à planter des arbres car depuis un certain temps, plus rien de ce côté ne dérange la sécurité de notre frontière. Il trouve que les causes actuelles d’insécurité sont les accidents, la foudre ainsi que des suicides, surtout dans les régions du nord.

De son côté, le ministre de la sécurité, Alain Guillaume Bunyoni, dressant le bilan du trimestre passé, a indiqué, au cours d’une conférence de presse de ce mardi 17 octobre, que la sécurité s’est nettement améliorée. Pour lui, les explosions de grenade sont passées de 7 au mois de juillet à une au mois de septembre. Les enlèvements des êtres humains sont passés de 17 à un dans la même période.

Au moins 3.000 fouilles-perquisitions ont eu lieu et 17 fusils de type Kalachnikov, des pistolets, au moins 900 balles de fusils, 12.000 kilos de chanvre saisis, sans oublier 129 plants de drogues brûlés ainsi que plus de 200.000 litres de boissons prohibées saisis.

Selon toujours le ministre Bunyoni, c’est la raison qui fait que des policiers vont être retirés de certaines places où ils étaient affectés car les causes de cette présence n’ont plus de raison d’être. Cependant, il n’a pas précisé ces places qui devraient être dépouillées de policiers.

Dans la province de Kayanza, une jeune fille âgée de 7 ans, du nom d’Aline Nijimbere, a été tuée puis jetée dans la rivière Nyawisesera et son corps a été découvert ce mercredi en train de flotter. Cette rivière se trouve sur la colline Burarana, commune Matongo de cette province. Si les populations parlent d’assassinat, l’administration et la police privilégient la théorie de la noyade même si elles disent avoir commencé des enquêtes.

Dans la même rubrique, Anastase Sibomana, détenu à la prison centrale de Muyinga, est mort ce mardi suite à son refus par les autorités pénitentiaires d’aller se faire soigner. Pour rappel, Anastase Sibomana est la 3eme victime de ce comportement. Un peu avant, Elias Nishemezwe, mineur détenu à la prison de Muyinga, a rendu son âme à l’hôpital le 25 juillet 2016. Il était accusé de vouloir rejoindre la rébellion.

Dès l’aube de ce mercredi, les militaires et les policiers ont opéré une fouille-perquisition dans le quartier Mutakura, aux 1ère, 2ème et 3ème avenues, zone Cibitoke, commune urbaine de Ntahangwa, en mairie de Bujumbura. Selon nos sources aucune arme n’a été saisie.

Burundi - Sécurité

Une cohabitation tournée vers la peur de l’autre

Bujumbura, le 18 octobre 2017 (Net Press) . Les populations des zones Cibitoke et Kamenge ne se fréquentent pas convenablement suite aux évènements liés à la crise politico –sécuritaire qui endeuille le Burundi depuis le printemps d’avril 2015. La zone Kamenge, .juste à l’entrée de la zone Cibitoke, tout près du centre jeunes Kamenge, un habitant de cette zone témoigne à la rédaction : « depuis que certains éléments de la zone Cibitoke ont embrassé la rue pour protester contre le 3ème mandat du président Nkurunziza, nous avons peur de fréquenter cette zone.

Pire encore, les jeunes contestataires du 3ème mandat ont assailli le centre jeune Kamenge et ont failli lyncher le président de la commission vérité et réconciliation, Monseigneur Jean Louis Nahimana ; donc nous qui constituons une large majorité des membres du parti au pouvoir, nous avons peur d’y aller au risque d’être brulé vifs comme notre frère Imbonerakure à Nyakabiga lors des mouvements insurrectionnels de 2015 ".

Même son de cloche d’un habitant de Cibitoke : « on a peur d’aller dans la zone de Kamenge, la population de cette entité constituée d’une grande majorité des membres et sympathisants du parti au pouvoir indexe Cibitoke comme bastion des contestataires du troisième mandat du président Nkurunziza. Et lors des différentes manifestations, la ligue de jeunes du parti aux affaires, embrasse les rues de la zone Cibitoke en entonnant des chansons qui nous font peur, Haduga, hamanuka, hanyerera, tuzobasonga ko (sur une montée, une descente ou même un terrain glissant, nous fonceront sur eux ) donc fréquente dans la zone Kamenge nous fait peur.

Tout près du marché de la zone Kamenge, Pasteur Ntahondi, le tailleur, estime qu’il n’a pas peur de visiter son voisin du sud « je passe toute mes soirées nourries par le partage d’un verre avec les amis de la zone Cibitoke, dans le bistrot appelé communément "chez Damas", mes amis, au cours de nos conversations, me disent bamuzanana nabarya bene wacu bo mu kamenget unywane, erega uko bigenda dusangiye igihugu kimwe dutegerezwa kubana mu mahoro ( n’oubliez pas de venir avec nos frères de Kamenge pour nous fréquenter et après tout, nous partageons le même pays, nous devrons vivre en paix et en parfaite harmonie). Et cela me montre que c’est un signe éloquent que mes amis sont dans la soif de cohabiter avec leurs frères de Kamenge.

A la quatorzième avenue de la zone Cibitoke, Eddy Niyungeko révèle : « pendant mes soirées, je passe souvent dans les différents bistrots de Kamenge pour partager avec mes amis les brochettes de chèvres bien garnies, au cours de nos discussions, mes amis regrettent de ne plus cohabiter avec les jeunes filles belles et élégantes de Cibitoke

L’administration de Cibitoke et de Kamenge, à travers les réunions et messages envoyés dans les différentes églises, appelle à la renormalisation des relations de bon voisinage entre les deux entités.

Burundi - Malversations Economiques

Et les auteurs des malversations ! S’interroge l’Olucome

Bujumbura, le 18 octobre 2017 (Net Press) . Le communiqué de l’Olucome est relatif au dernier dossier du fond mondial qui vient de décider de rapatrier la gestion des fonds destinés au gouvernement au Pnud. D’emblée, l’Olucome estime que "Le président de la République du Burundi devrait destituer les personnes impliquées dans les fautes lourdes identifiées par le fond mondial en vue de sauver l’image du Burundi et son peuple".

Cet observatoire vient d’apprendre que le ministère de la santé publique et de lutte contre le sida ne va plus gérer les fonds de Global Fund destinés au Burundi pour la période de 2018 - 2020. C’est donc le Pnud qui va gérer ces fonds sous l’orientation stratégique de l’instance de coordination nationale dont la ministre de la santé est pourtant présidente.

Selon toujours l’Olucome, cette lettre du fond mondial explique les fautes lourdes de gestion commises par le ministère de la santé. Les cinq subventions mises en œuvre au Burundi ont été notées B2, une dernière cible de notation du fond mondial qui signifierait médiocre au terme de l’année 2016. Cela veut dire en réalité que les résultats de programmation ne sont pas à la hauteur des cibles convenues avec le fond mondial.

L’Olucome dit ne pas être étonné par ces fautes lourdes dénoncées par le fond mondial car il avait déjà écrit au président de la République pour lui présenter certains cas de marchés publics attribués illégalement au cours de cette même année tout en lui demandant de prendre des mesures qui s’imposent pour arrêter de tels détournements de fonds de l’Etat mais en vain.

Pour contribuer au secours de la population malade du sida, du paludisme et de la tuberculose, l’Olucome demande au gouvernement de limoger le deuxième vice-président de la République, la ministre de la santé publique et de lutte contre le sida et les membres du comité national en charge du suivi des fonds en vue de corriger les fautes lourdes qu’ils ont commises dans la gestion de l’argent du fond mondial. Il lui demande également de prendre toutes les mesures nécessaires pour arrêter les marchés publics attribués illégalement et décourager ces pratiques de corruption et de détournement.

Cet observatoire demande enfin à l’assemblée nationale d’inviter d’urgence la ministre de la santé publique et de lutte contre le sida et présidente de l’instance de coordination nationale au cours d’une session des députés pour qu’elle réponde aux différentes questions orales liées à ces manquements observés dans la gestions de l’argent du fond mondial.

Burundi - Usa - Politique

Le décret migratoire de Trump encore une fois bloqué par la justice

Washington, le 18 octobre 2017 (Net Press) . Selon le site de Rfi, la dernière version du décret anti-immigration du président américain a été bloquée par la justice quelques heures seulement avant son entrée en vigueur, mardi 17 octobre. Il visait les ressortissants de sept pays. La Maison Blanche, qui tente d’imposer ce texte depuis le mois de janvier dernier, va très certainement faire appel. Le feuilleton judiciaire n’est pas terminé.

C’est une bataille judiciaire qui ne cesse de rebondir : le président américain a modifié son décret à trois reprises, mais à chaque fois, un juge intervient pour suspendre son application.

« La troisième version du décret souffre précisément des mêmes maux que sa version précédente », écrit le juge d’Hawaï qui a ordonné mardi la suspension de l’application du texte. Avant de préciser : « Il établit une discrimination fondée sur la nationalité », une éventualité proscrite par les « principes fondateurs de cette nation ».

Les Yéménites, Syriens, Libyens, Iraniens, Somaliens et Tchadiens pourront donc continuer à obtenir des visas pour entrer aux Etats-Unis. Le juge a en revanche autorisé la mesure qui visait les citoyens de Corée du Nord et les responsables gouvernementaux du Venezuela.

Ce jugement, « porteur d’erreurs dangereuses, sape les efforts du président pour protéger la population américaine », a réagi la Maison Blanche avant d’affirmer sa confiance dans le système judiciaire. Le gouvernement devrait faire appel très rapidement.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.