Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Tanzanie - Sécurité30 novembre 2018
|Un jeune Imbonerakure du Cndd-Fdd tué en Tanzanie

29 novembre 2018
|Burundi - Eac - Politique La communauté...

Burundi - Politique - Opinion28 novembre 2018
|Vers l’arrestation de Pierre Buyoya ?

Burundi - Sécurité27 novembre 2018
|La police procède à des rafles dans le centre-ville de Bujumbura

Burundi - Sécurité26 novembre 2018
|La police de Cibitoke à la recherche des éléments armés

Burundi - Sécurité - Politique24 novembre 2018
|Arrestation de plusieurs officiers supérieurs en retraite

Burundi - Sécurité - Environnement23 novembre 2018
|Les pluies diluviennes occasionnent beaucoup de dégâts dans le Sud du pays

Burundi - Sécurité22 novembre 2018
|La police fait face à l’intifada à la burundaise

Burundi - Rdc - Sécurité 21 novembre 2018
|Arrestations des Burundais et Congolais en République Démocratique du Congo

Burundi - Sécurité20 novembre 2018
|Des éléments pris pour rebelles aperçus en Tanzanie

Burundi - Sécurité19 novembre 2018
|Un homme du centre ville de Gitega tué par un policier

Burundi - Sécurité17 novembre 2018
|Une trentaine de maisons emportées par une pluie diluvienne au Sud du pays

Burundi - Rdc - Sécurité16 novembre 2018
|Une quinzaine de personnes tuées dans la localité d’Uvira

Burundi - Rwanda - Ouganda - Sécurité15 novembre 2018
|Le Burundi et l’Ouganda soupçonnés de déstabiliser le Rwanda

Burundi - Somalie - Sécurité14 novembre 2018
|Vers la fin de l’Amisom ?

Burundi - Sécurité13 novembre 2018
|Bujumbura aux prises avec des rébellions tous azimuts

Burundi - Sécurité 12 novembre 2018
|Deux militaires trouvent la mort dans une bagarre

Burundi - Sécurité10 novembre 2018
|L’administration de Bubanza face à une insécurité causée par des mineurs

Burundi – Politique9 novembre 2018
|Après le refus de l’agrément du parti Fnl – Amizero y’Abarundi, qu’est-ce Agathon Rwasa réserve à l’opinion ?

Burundi – Politique8 novembre 2018
|Le ministre de l’intérieur refuse la demande des Fnl - Amizero y’Abarundi.

Burundi - Politique.7 novembre 2018
|Les membres de l’Uprona préoccupés de leur sécurité en province Cibitoke.

Burundi-Sécurité6 novembre 2018
|Une personne de l’ethnie Twa tuée à la machette

Burundi –Sécurité5 novembre 2018
|Un bandit tué lors d’une intervention des agents de sécurité.

Burundi – Sécurité3 novembre 2018
|Des militaires burundais et des rebelles tués en république démocratique du Congo

Burundi –Sécurité2 novembre 2018
|Affrontement armé à l’Est de la République démocratique du Congo

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Visiblement agressée, une jeune fille perd sa conscience

19 octobre 2017

Bujumbura, le 19 octobre 2017 (Net Press) . Elle était allongée tout près du lycée notre dame, sur l’avenue du peuple Murundi menant vers la zone de Ngagara, presqu’en face du siège de la banque burundaise pour le commerce et l’investissement, Bbci. Elle présentait des signes d’une personne affamée car elle a dévoré du lait qu’on venait de lui apporter avant de le vomir aussitôt après.

Sans aucune force, elle s’allongeait juste après avoir bu ce lait mais elle tremblotait également des pieds jusqu’à la bouche. Elle avait les pieds et le visage blessés et ne pouvait plus parler correctement, raison pour laquelle il était difficile d’avoir son témoignage. Mais pour ceux qui sont arrivés sur place un peu avant, elle aurait indiqué qu’elle a été agressée à la 4ème avenue, sans préciser de quelle zone car les zones comme Bwiza ou Buyenzi ont toutes des 4ème avenues.

Ceux qui étaient présents à cet endroit ont privilégié l’hypothèse qu’elle aurait été agressée ailleurs pour être amenée à cet endroit. La police de protection civile était également sur place pour tenter de l’évacuer vers l’hôpital de l’Ong Médecins Sans Frontières de Kigobe car il traite de tels cas gratuitement.

Mais ce n’était pas facile car plusieurs personnes, dont des taximan, ont refusé de transporter cette fille. D’après des informations recueillies sur place, quand on entre à cet endroit, la voiture y est enfermée et peut y passer toute la journée pour des raisons d’identification de la part de l’Ong. Les éléments de cette police étaient en train de contacter la Croix Rouge Burundi pour ce travail. Et en cas d’intervention lente, il y avait inquiétude pour cette jeune fille car, non seulement il faisait froid, mais aussi il allait pleuvoir.

Burundi - Sécurité

Quand les Burundais continuent à fuir

Fizi, le 19 octobre 2017 (Net Press). 150 nouveaux refugiés constitués par des femmes et des enfants ont été accueillis ce mercredi 18 octobre 2017 au camps de refugiés burundais situés dans la localité de Lusenda à Fizi (province du sud Kivu). Selon des sources sur place, ces nouveaux refugiés venaient de passer 9 mois dans le camps de transit de Sange, dans la circonscription d’Uvira et seront transférés de nouveau dans un camps en construction à Mulongwe dans la localité de Fizi. Pour rappel le camp de Lusenda regorge 30.000 refugiés.

Dans un autre chapitre, 6 détenus originaires de la province de Makamba, accusés de participation aux mouvements armés et qui avaient été condamnés à 15 ans de prison, puis acquittés par la cour d’appel de Bururi, restent détenus à la prison de Murembwe. Le procureur près la cour d’appel de Bururi indique que les raisons qui ont poussé le parquet à ne pas les relâcher sont essentiellement des questions de sécurité et l’ordre public.

Burundi - Politique - Sport

La gouverneure de la province Muyinga fait comme les autres

Muyinga, le 19 octobre 2017 (Net Press) . La gouverneure de la province de Muyinga, Aline Manirabarusha, a adressé une correspondance à tous les secteurs de la vie publique et privée de Muyinga pour contribuer aux financements du match de football qui se tiendra sur le sol tanzanien, à Kigoma plus précisément, en date du 20 octobre 2017.

Selon la correspondance, un enseignant doit payer 3000 Fbu, les titulaires des centres de santé doivent verser 10.000 de nos francs au moment où les chefs de services contribuent à concurrence de 15.000 Fbu. Cette somme d’argent doit parvenir à son cabinet avant la date d’aujourd’hui.

Un fonctionnaire qui n’a pas voulu révéler son identité indique que la gouverneure de Muyinga devrait tenir compte de la conjoncture économique actuelle qui n’est pas bonne pour prendre une décision pareille, avant d’ajouter que « la rentrée scolaire nous a couté cher, les financements des élections de 2020 vont nous couter les yeux de la tête, où allons-nous trouver cet argent ? »

De son côté, la gouverneure de Muyinga affirme que ces cotisations rentrent dans le cadre de financement du bon déroulement de ce match de football car il va contribuer à l’amélioration des relations diplomatiques entre le Burundi et le pays de John Pombe Magufuli, ce qui n’est pas évident, selon toujours les fonctionnaires de cette province.

Burundi - Energie - Opinion

"Qu’est-ce qui se passe dans le monde du carburant ?" S’interroge notre correspondant Jean Paul Nizigiyimana

Québec, le 19 octobre 2017 (Net Press). "Décidément, tout est compliqué au Burundi, l’on a l’impression que l’on navigue à vue, sans planification aucune. Il y a pratiquement plus de deux semaines, il n’y avait aucune goutte de carburant dans ce pays, surtout l’essence. Tout le monde à Bujumbura comme à Québec expliquait à sa manière cette pénurie de ce produit plus que stratégique pour le pays.

"Les plus allergiques au troisième mandat de Pierre Nkurunziza, spécialement des Tutsi, y compris même ceux qui sont membres du parti présidentiel mais frondeurs dans leur for intérieur, placent naturellement ce manque de carburant dans la mauvaise gestion de la chose publique, dans la corruption qui gangrène les plus hautes autorités de ce pays, etc. Pour d’autres de même tendance, le carburant arrive en grande quantité et se vend en République démocratique du Congo pour que le gouvernement puisse avoir des devises.

"Sans toutefois défendre le gouvernement de Pierre Nkurunziza, je pourrais tout simplement dire que la pénurie du carburant n’est pas un phénomène exclusif de son gouvernement A la limite, je peux même le soutenir car il a des difficultés avec le monde occidental alors qu’en 1972, nous avons manqué du carburant car le régime de Michel Micombero venait de commettre un génocide contre les Bahutu.

"Du côté du gouvernement, c’est le silence radio. Le ministre en charge du carburant, ne donne-t-il pas des explications qui se révèlent souvent fausses ? Au ministère de l’énergie, l’on nous disait la semaine dernière qu’une centaine de camions étaient en cours de route vers Bujumbura, mais les camions ont beaucoup traîné monsieur le ministre.

"Les populations n’ont qu’à s’adapter aux nouvelles conditions de vie. Et au moment où tout le monde, du chauffeur de bus au fonctionnaire de l’Etat, commence à abandonner son travail pour faire la queue, hop, le carburant est là. Dans ces conditions, l’explication n’est pas nécessaire, pourvu que l’on tourne ce jour-là.

"Quoi qu’il en soit, la population burundaise a besoin de savoir les tenants et les aboutissants de ce phénomène qui, somme toute, déstabilise le secteur économique de ce pays. C’est la raison pour laquelle nous nous rendons tous les cinq ans aux urnes, nous élisons nos représentants qui nous doivent des explications."

Burundi - Chine - Société

La fille de Willy Nyamitwe élue présidente de l’association des Burundais résidant en Chine.

Beijing, le 19 octobre 2017 (Net Press) . La fille du conseiller principal en communication à la présidence de la République, Glynis Carrel Nyamitwe Nishemezwe, a été élue ce mardi le 17 octobre 2017 présidente de l’association des Burundais résidant en Chine.

Selon nos sources, cette élection de Glynis Carrel Nyamitwe Nishemezwe a été vivement critiquée et contestée. Selon toujours nos sources, le président de l’association des Burundais vivant dans tous les coins du monde, Japhet Legentil Ndayishimiye, un "cnddfddiste" pur sang, aurait influencé pour son élection truffée d’irrégularités. Pour cette opinion, il est anormal qu’une jeune fille sans maturité politique puisse représenter un tas des Burundais autrement plus expérimentés vivant dans l’Empire du Milieu.

Burundi - Education

Des grognes autour du redéploiement

Bujumbura, le 19 octobre 2017 (Net Press) . Amédée Gahungu, ancien enseignant de l’école technique secondaire de Kamenge, dit avoir été redéployé à l’école fondamentale de Gikungu, mais à sa grande surprise, selon lui, il s‘est vu redéployer pour la deuxième fois à l’école fondamentale de Nyabiraba, dans Bujumbura rural.

Ce licencié en langues et littératures françaises affirme qu’il a appris avec amertume qu’il a été remplacé injustement par deux enseignants de qualifications différentes, le premier est diplômé de l’institut supérieur du commerce, Isco, et le deuxième a le diplôme D7 et que cette place d’enseignant de Français est toujours vacante. Amédée Gahungu, lors de son recours relatif à son deuxième redéploiement, a annexé une attestation de service délivrée par la direction de l’Ecofo Gikungu et plaide pour son retour à cette école.

Dans un point de presse de ce 18 octobre, le président de la commission de redéploiement au ministère de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Victor Ndabaniwe, affirme que l’enseignant Amédée Gahungu n’a pas été redéployé à l’Ecofo Gikungu par la commission et que par astuce, il a trompé la directrice de cette école pour prétendre qu’il est parmi les nouveaux enseignants pour occuper une place vacante du cours de Français avant le redéploiement.

Selon Victor Ndabaniwe, la directrice de cet établissement s’est trompée en lui délivrant une attestation de service sans expérience d’au moins une année. Ndabaniwe ajoute que cette attestation lui a été délivrée pour des fins de recours une fois redéployé et invite cet enseignant à regagner l’école où il a été redéployé au risque de s’exposer à des sanctions disciplinaires.

Burundi - Hygiène

D’autres sociétés ou coopératives pour épauler BCCO

Bujumbura, le 19 octobre 2017 (Net Press) . Comme il l’avait promis dernièrement, le maire de la ville de Bujumbura, Freddy Mbonimpa, il y a quelques jours, d’autres sociétés et coopératives pour épauler la société BCCO ont été mises en place depuis ce 18 octobre 2017. Il s’agit notamment de Gira Isuku company de la zone Musaga, de Kanyosha business company et Musaga business company qui vont s’occuper de la propreté dans la zone de Kanyosha, de Abarwaneza Entreprise de Kinindo, de Cooperative Cosmud et Runa business company dans la zone de Gihosha pour la commune de Muha.

Concernant laq commune Ntahangwa, il y aura à Ngagara la Général de service et Usafi business company, Isuku iwacu et House keeping service society pour Kinama, Usafi kwetu pour Kamenge, Dido General business company pour Cibitoke et Société Manirakiza company pour la zone de Buterere.

Les anciens propriétaires des sociétés de salubrité publique contactés par la rédaction indiquent qu’il s’agit en réalité de la société BCCO subdivisée en plusieurs coopératives et sociétés. Ils ont fait part de leur inquiétude car l’un parmi eux, le directeur général de l’entreprise ENTRECCO, Denis Nduwayezu, est détenu dans le bureau spécial de recherche Bsr depuis le 17 octobre et son infraction serait ... Conférence de presse, en tout cas inconnue dans le code de procédure pénal..

Burundi - Kenya - Politique

L’opposant Raila Odinga appelle au boycott du scrutin

Nairobi, le 19 octobre 2017 (Net Press) . Après la démission d’un membre de la commission électorale kenyane, Roselyn Akombe, ce mercredi 18 octobre, l’opposant historique Railla Odinga, qui vient de se retirer de la course électorale de la semaine prochaine, appelle l’opposition à boycotter les élections qui étaient prévues pour le 26 octobre 2017.

Sur les mêmes traces de l’opposant Railla Odinga, le président de la commission électorale Indépendante Wafula Chebukati, a reconnu que les élections ne peuvent pas se dérouler suite aux descensions internes au sein de la commission.

En meeting à Nairobi, Railla Odinga pêche en eau trouble et annonce clairement au boycott, .« Tout cela confirme que l’IEBC prend ses ordres à la présidence. Aujourd’hui, nous changeons nos demandes. Ce n’est plus, sans réforme il n’y aura pas d’élection. Maintenant, c’est tout simplement pas d’élection, a-t-il déclaré. Et d’ajouter qu’en date du 26 octobre, l’opposition organisera des manifestations partout dans le pays.

De la réponse du berger à la bergère, le président Uhuru Kenyatta, en meeting lui aussi, a affirmé que la commission électorale indépendante kenyane veut empêcher le peuple kenyan d’exercer son droit de vote « Ils n’ont pas le droit de bloquer ceux qui préparent notre Nation à l’élection, et donc qui nous permettent de voter sans peur, sans intimidation. Ils n’ont pas le droit de nous empêcher d’exprimer notre choix pour savoir qui devrait diriger ce pays », a-t-il lancé et estime que des actions énergétiques seront déployées pour combattre tout organisation qui tenterait de stopper les élections

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte