Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi –Sécurité 11 juin 2018
|Deux personnes tuées, vingt autres blessées suite à une attaque à la grenade

Burundi - Sécurité9 juin 2018
|Les Batwa arrêtés avant qu’ils ne se fassent justice

Burundi - Sécurité 8 juin 2018
|Une personne tuée à Ngagara

Burundi - Politique7 juin 2018
|Le président de la République promulgue la nouvelle constitution

Burundi - Sécurité 6 juin 2018
|Une personne enlevée et porté disparu à Ngozi

Burundi - Sécurité5 juin 2018
|Des musulmans emprisonnés pour rébellion

Burundi - Sécurité4 juin 2018
|Une famille pratiquement exterminée au Nord du pays

Burundi - Sécurité2 juin 2018
|Trente-cinq Burundais fuient chaque jour, selon le Hcr !

Burundi - Sécurité1er juin 2018
|Attaque armée à Gitega, un mort et des blessés

Burundi - Sécurité31 mai 2018
|Attaque à main armée dans le Sud de la capitale

Burundi - Sécurité30 mai 2018
|Arrestation de personnes soupçonnées de meurtres

Burundi - Sécurité 29 mai 2018
|Un trafic humain sous une nouvelle facette !

Burundi - Sécurité 28 mai 2018
|Une lourde condamnation jugée plutôt légère par la population victime

Burundi - Sécurité Routière26 mai 2018
|Une personne trouve la mort dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité 25 mai 2018
|Une personne tuée à Buganda

Burundi - Sécurité 24 mai 2018
|Une personne tuée à Mugamba

Burundi - Sécurité23 mai 2018
|Des arrestations à Muyinga

Burundi - Sécurité22 mai 2018
|Pas d’infiltrations dans la province de Bubanza, selon les autorités

Burundi - Sécurité 21 mai 2018
| Une personne tuée à Cibitoke

Burundi - Politique19 mai 2018
|Du référendum aux polémiques

Burundi - Sécurité 18 mai 2018
|Une vague d’arrestations autour d’un rendez –vous !

Burundi - Elections17 mai 2018
|Les Burundais au rendez-vous référendaire

Burundi - Sécurité16 mai 2018
|Alerte très impressionnante de la police en fin de matinée

Burundi - Sécurité Routière15 mai 2018
|Un mort et des blessés dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité14 mai 2018
|Un militant de l’Amizero y’Abarundi tué

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un corps sans vie retrouvé dans la province de Kayanza

20 octobre 2017

Kayanza, le 20 octobre 2017 (Net Press) . Un cadavre d’une femme du nom d’Appolicella Ntunzwenimana, âgée de 35 ans, a été découvert en train de flotter dans la rivière Nyakabindi, sur la colline Kabuye, de la commune Matongo dans la province de Kayanza. Le corps sans vie a été vu pour la première fois par des populations qui ont vite alerté la police. Cette dernière, qui aurait identifié la victime, indique qu’elle souffrait de l’épilepsie. Mais des populations de la commune Matongo indignées estiment que tous les malades ne doivent pas être tués et jetés dans les rivières.

Signalons que ce cadavre est découvert après qu’un autre eut été trouvé dans une autre rivière dénommée Nyawisesera, de la colline Burarana, commune Matongo, toujours dans la province de Kayanza, découvert lui aussi en train de flotter dans la soirée de mardi 17 octobre 2017. Les populations et l’administration donnent des hypothèses différentes sur cette mort de la fillette de 7 ans.

Dans le même volet, Venant Kayiranga, agé de 58 ans, a été tué par des coups de machettes ce jeudi 19 octobre par Marc Gakwaya, âgé de 40 ans, dans la localité de Kigoma, commune Bugabira, en province de Kirundo (nord du pays). Des sources policières indiquent que l’auteur du crime s’est présenté volontairement au commissariat communal de Bugabira pour répondre de ce crime.

Le porte-parole de la police, Pierre Nkurikiye, a annoncé que vers 12 hoo de ce jeudi 19 octobre 2017, deux policiers opérant dans les environs de la station "Top One" ont exigé une somme de 10.000 Fbu à un motard pour que sa moto puisse être libérée et ont été appréhendés pour une affaire de corruption. Une large opinion encourage la police à aller au-delà.

Burundi - Politique - Justice

Bujumbura enterre définitivement la Cpi

Bujumbura, le 20 octobre 2017 (Net Press) . Le président Pierre Nkurunziza a promulgué ce mercredi le 18 octobre 2017 une loi portant retrait du Burundi du statut de Rome de la cour pénale internationale adopté à Rome le 17 juillet 1998. Cette loi intervient au moment où le conseil des ministres tenu ce mardi le 16 octobre 2017 avait statué sur le cas et que les deux chambres du parlement l’avaient adopté.

Pour rappel, la procureure de cette haute juridiction pénale internationale, Fatou Bensouda, avait entamé en avril 2016 une enquête préliminaire sur les crimes commis au Burundi depuis le printemps d’avril 2015. En guise de représailles, le 27 octobre 2016, Bujumbura avait annoncé le déclenchement du processus de se retirer du statut de Rome de la cour pénale internationale , un retrait qui deviendra effectif ce 26 octobre 2017

De son côté, Vital Nshimirimana, un activiste des droits de l’homme en exil au Royaume de Belgique, dit que ce retrait du statut de Rome n’empêche pas une poursuite judiciaire de la Cpi sur les violations massives des droits de la personne humaine commises sur le territoire burundais et que selon Maitre Vital Nshimirimana, ce retrait affecte un seul aspect à savoir la coopération entre l’Etat du Burundi et cette cour.

Burundi - Politique - Anniversaire

Melchior Ndadaye, 24 ans déjà !

Bujumbura, le 20 octobre 2017 (Net Press) . Dans 24 heures plus précisément, le Burundi va se souvenir des 24 ans qui viennent de s’écouler après l’assassinat du premier président hutu démocratiquement élu, Melchior Ndadaye. Ayant introduit la démocratie au Burundi aux côtés d’autres anciens réfugiés au Rwanda, notamment Sylvestre Ntibantunganya, François Ngeze qui était opposé à leur projet, Cyprien Ntaryamira, etc., il se montra très rapidement charismatique, ce qui inquiéta les Tutsi qui étaient pourtant majoritaires à l’armée burundaise de l’époque. Melchior Ndadaye sera parmi les premières victimes de la démocratie naissante dans notre pays.

Le Frodebu mis en place par l’Uprona sans le savoir

Alors qu’ils étaient encore en clandestinité, vers 1986, l’ancien président Pierre Buyoya aurait appris qu’il y a des Hutu en exil au Rwanda qui tentent de former un parti politique. Arrivés au Burundi, le président, voulant les "dompter", les a placés à quelques postes-clé qui leur ont permis d’être "visibles" alors qu’ils étaient au départ inconnus de la grande majorité des Burundais. Ainsi, Ndadaye sera installé à la Coopec, (coopérative d’épargne et de crédit, Ndlr) de Gitega, Sylvestre Ntibantunganya à l’Institut Rwagasore et Léonard Nyangoma à la tête de l’Union des travailleurs du Burundi. Avec ces postes, ces trois leaders du Frodebu étaient en contact avec la population, ce qui leur a permis d’exprimer librement leur intention à la population surtout hutu et par conséquent, étendre leur visibilité..

L’armée burundaise, une grande inquiétude pour les démocrates

Conscients qu’ils n’avaient pas d’armée, les démocrates, dont Melchior Ndadaye, trouvaient que l’armée était un handicap pour leur victoire quasi certaine par le biais d’un homme une voix car il allait jouer sur la corde ethnique, ce qui était facile. D’ailleurs, l’histoire lui donnera raison car en 1993, le vote a été plus ethnique que politique. Mais avant d’en arriver là, le candidat Melchior Ndadaye, mis en avant par son parti Frodebu, eut le réflexe de demander à l’ancien président Pierre Buyoya d’organiser une transition où il serait premier ministre, pour que l’armée soit habituée à un leader hutu à la tête du gouvernement. Il rencontra un refus net de la part de celui qui voulait à tout prix gagner les élections par voie des urnes, avec, pensait-il, des voix des Hutu.

Un comportement qui l’expose

Ayant peu d’expérience en politique, - il était banquier -, il opta pour un écart de langage qui ne passait pas inaperçu. C’est ainsi qu’il parla de "Burundi qui brûle", voulant parler de "Burundi nouveau", que personne ne pourra lui résister car avec les membres de son parti, ils constituent une pluie diluvienne. Ses membres et sympathisants se sont arrogés le droit d’agresser des militaires enragés de voir qu’ils ont été trahis par "leur président" Buyoya. Enfin, mais l’ancien président n’y était pour rien, il était à la fois Hutu et non originaire de Bururi. Tous ces ingrédients faisaient que sa vie de politicien courait un danger, qu’il soit élu ou non. D’autres sont cependant convaincus qu’il a été emporté par le génocide des Tutsi qu’il a lui-même planifié.

Et la justice post Ndadaye ?

Aussitôt après l’assassinat du héros de la démocratie, la justice burundaise n’a jamais levé son doigt pour désigner et juger les coupables. Le Frodebu son parti a tout fait pour porter l’affaire au tribunal, ce fut vain. Pour le moment, le dossier Melchior Ndadaye est à étudier au sein de la commission vérité et réconciliation. Pauvre justice.

Nous apprenons qu’à cette occasion, Keffa Nibizi, président du parti Frodebu Iragi rya Ndadaye et son épouse, Laurence Nininahazwe Ndadaye, ont animé deux conférences de presse. Nous y reviendrons dans nos éditions ultérieures.

Burundi - Environnement

Le lac Tanganyika à la merci des pollueurs de Bujumbura

Bujumbura, le 20 octobre 2017 (Net Press) . Depuis quelques deux ans, le lac Tanganyika est menacé par toutes sortes de déchets aussi bien des ménages, des industries et des terres qui y sont déversés par des eaux de pluie. Ce qui est plus grave, c’est que dans le temps, un site de Buterere purifiait de l’eau usée avant que celle-ci ne se déverse dans le lac, mais nous apprenons que les pompes de ce site qui appartenaient aux services techniques municipaux, Setemu, ne sont plus en bon état et ne fonctionnent.

Dans les provinces de Kirundo et de Makamba, des pluies diluviennes mélangées à du vent violent ont détruit au moins 300 maisons. Dans la pluie de ce mercredi 18 octobre qui a débuté vers 18 heures a détruit au moins 97 maisons dans la province de Kirundo et les familles des victimes n’ont plus où dormir.

A Makamba, la situation est presque similaire même si la pluie y a été plus méchante que dans le nord. En effet, 230 maisons ont vu leurs tôles s’envoler et la plupart d’entre elles appartenaient à des populations qui venaient de rentrer de l’exil. Ils demandent aux humanitaires de leur venir en aide.

Burundi - Usa - Elections.

Barack Obama revient sur la scène politique de son pays

Washington, le 20 octobre 2017 (Net Press) . Selon le site de la radio mondiale, l’ancien président américain qui n’avait participé à aucun meeting depuis son départ de la Maison Blanche, en janvier 2017, est venu apporter son soutien jeudi 19 octobre à deux candidats au poste de gouverneur, dans le New Jersey et en Virginie, où le scrutin s’annonce très serré.

Barack Obama ne l’a jamais nommé. Mais l’ombre de Donald Trump a plané sur les deux discours qu’il a délivrés ce jeudi. Tout d’abord dans le New Jersey dans l’après-midi : « Certains politiques que l’on voit, on pensait les avoir mis au lit ! (rires) Je veux dire... ces gens nous ramènent cinquante ans en arrière. Nous sommes au XXIe siècle, pas au XIXe ! »

Et l’ancien président a continué de décocher ses flèches le soir en Virginie, toujours autour de cette idée d’une politique tournée vers le passé plutôt que vers l’avenir, et concentrée sur la peur plutôt que l’espoir. Mais Barack Obama s’est aussi employé à mobiliser un électorat démocrate un peu dispersé et complètement déprimé. « Notre démocratie est en jeu et elle est en jeu ici même en Virginie. Nous avons besoin de votre aide ! Les élections comptent, voter ça compte ; vous allez envoyer un message partout dans ce pays, et dans le monde entier. Je vous aime. Que Dieu bénisse la Virginie, et allez au boulot ! »

Et le temps d’une soirée, les électeurs démocrates ont renoué avec le charisme d’un homme politique qu’ils continuent à vénérer et à regretter. Mais il en faudra plus pour assurer la victoire au gouverneur de Virginie, au coude-à-coude avec son concurrent soutenu lui par Donald Trump.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))