Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Belgique - Coopération11 novembre 2017
|La semaine belge annulée à la dernière minute

Burundi - Sécurité10 novembre 2017
|Deux bandits de Mutakura arrêtés par les militaires frappés comme Jésus Christ sur la croix

Burundi - Environnement - Sécurité9 novembre 2017
|Une foudre fait parler d’elle dans la province de Muramvya

Burundi - Sécurité8 novembre 2017
|Treize personnes arrêtées pour trafic humain

Burundi – Sécurité 7 novembre 2017
|La police arrête plus de 100 personnes au centre ville de Bujumbura

Burundi - Ouganda – Sécurité 6 novembre 2017
|Deux morts dont le directeur de ligue Iteka dans un accident de roulage en Ouganda

Burundi - Sécurité4 novembre 2017
|Un homme tué à Rugombo

Burundi - Sécurité 3 novembre 2017
|L’immeuble Tropicana Net Café légèrement touché par un incendie

Burundi - Sécurité2 novembre 2017
|Un homme de Rugombo édenté par les Imbonerakure

Burundi –Sécurité 1er novembre 2017
|De l’intifada entre les policiers et militaires dans Cankuzo

Burundi - Sécurité 31 octobre 2017
|Une fillette violée et tuée à Muyinga

Burundi - Sécurité30 octobre 2017
|Des corps sans vie ici et là à travers le pays

Burundi - Justice - Manifestations28 octobre 2017
|Le ministère de l’intérieur fête le retrait du Burundi du statut de Rome

Burundi - Sécurité27 octobre 2017
|Augmentation d’un cran du meurtre des personnes sans défense

Burundi - Sécurité26 octobre 2017
|Le marché de Buterere prend feu

Burundi - Sécurité 25 octobre 2017
|Le ministre Alain Guillaume Bunyoni percute des piétons

Burundi - Sécurité24 octobre 2017
|Découverte de plusieurs cadavres à travers le pays

Burundi - Sécurité23 octobre 2017
|Un homme reçoit des coups et blessures dans la province de Kayanza

Burundi - Anniversaire21 octobre 2017
|La date du 21 octobre fêtée de façon diverse par les Burundais

Burundi - Sécurité20 octobre 2017
|Un corps sans vie retrouvé dans la province de Kayanza

Burundi - Sécurité19 octobre 2017
|Visiblement agressée, une jeune fille perd sa conscience

Burundi - Sécurité18 octobre 2017
|Plus de dérangement dans Rukoko, dixit le porte-parole de l’armée

Burundi - Sécurité17 octobre 2017
|La foudre devient une grande cause d’insécurité dans notre pays

Burundi - Sécurité 16 octobre 2017
|Deux frères abattus par leur grand-mère

Burundi - Sécurité14 octobre 2017
|Après la pluie, le beau temps !

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Le marché de Buterere prend feu

26 octobre 2017

Bujumbura, le 26 octobre 2017 (Net Press) . Le marché de la zone Buterere au Nord de la capitale Bujumbura a pris feu dans la nuit du 24 octobre 2017. Selon des informations recueillies sur place, l’on ne connaît pas encore l’origine de l’incendie mais les gens ont été surpris par l’allure de l’incendie car, estime-t-on à Buterere, 5 minutes ont suffi pour que le marché parte en fumée.

Au niveau de la police, l’on tente de minimiser les dégâts car l’on avance un effectif de 8 kiosques qui auraient pris feu au moment où les populations parlent de 40 kiosques qui ont été brûlés.

Pout un autre chapitre, 4 jours viennent de s’écouler sans goutte d’eau dans la zone Kanyosha, plus précisément à Busoro et à Musama. Quant il y a provision, ce produit est disponible dans les heures avancées de la nuit et pour un petit moment. Les populations sont obligées de recourir aux personnes qui vendent de l’eau dans des bidons et celui de 20 litres coûte entre 500 et 600 Fbu alors qu’auparavant, il revenait à 200 Fbu.

Le même problème est visible dans la zone Gihosha à Nyabagera. Là, c’est plus grave car les populations puisent de l’eau dans la rivière et elles ont une inquiétude d’attraper les maladies dites des mains sales.

Burundi- Politique

Le conseil des ministres adopte un projet de révision en profondeur de la constitution

Bujumbura, le 26 octobre 2017 (Net Press) . Le conseil des ministre a tenu une réunion extraordinaire ce 24 octobre 2017 et a adopté un projet de révision de la constitution qui doit également être adopté par référendum. La nouvelle constitution devrait permettre au président Pierre Nkurunziza de briguer un quatrième mandat en 2020.

Selon ce projet de loi, l’article 96 qui limite le nombre de mandat à deux devrait être élagué du texte fondamental et les mandats deviendraient désormais des septennats. Dans ces conditions, le président Nkurunziza se voit à la tête du pays jusqu’en 2034 à la Kagame. Avec la nouvelle mouture, le système de deux vice-présidences serait aboli et faire place à un premier ministre chef du gouvernement issu du parti présidentiel et à un vice-président issu de l’opposition, apparemment sans pouvoir.

Désormais, si le projet est adopté, les lois simples seraient adoptées à la majorité absolue au parlement alors qu’il fallait avant deux tiers des voix, obligeant le Cndd-Fdd à négocier avec ses adversaires politiques. Ce référendum pourrait donc avoir lieu au mois de février 2018.

Burundi - Société

Une commémoration controverse

Bujumbura, le 26 octobre 2017 (Net Press) . Des monuments des victimes de barbaries qu’a connues le Burundi implantés dans quelques coins du Burundi font l’objet de controverse. Certains sujets suggèrent qu’il n’y ait pas des mémoires parallèles mais que Bujumbura puisse construire un seul monument en la mémoire des victimes des évènements malheureux qui ont frappé douloureusement le Burundi.

Kw’ibubu, en commune Giheta, de la province de Gitega, se trouve implanté un monument commémorant le carnage des élèves tutsi du lycée de Kibimba en 1993. Une vieille femme qui a perdu son mari lors des évènements du 1972 qui observait le dépôt des gerbes de fleur sur la tombe commune de cette hécatombe hocha la tête : « ils ont eu la chance de récupérer les leurs, mon mari a rejoint les autres Hutu dans des fosses communes qu’on n’a pu identifier".

Même son de cloche d’un Tutsi ressortissant de Rumonge qui contemple avec amertument la construction du monument des victimes hutu des massacres de 1972 sur la colline Nyambeho, commune Giheta, province de Gitega, hocha la tête : « il fallait les tuer car ils ont connu le sort qu’ils méritaient, je n’oublierai jamais ma famille qu’ils ont décimée lors des massacres des Tutsi en 1972 en zone Gatete, commune et province Rumonge.

Jean Ndikumana, un habitant de cette contrée estime que pour éradiquer le sentiment de haine ethnique suscité par la commémoration parallèle des mémoires des victimes des crimes du passé, lance un appel vibrant au gouvernement du Burundi de construire un seul monument des victimes des évènements malheureux qui ont frappé sur le Burundi. Madeleine Nzeyimana, une habitante de Kw’ibubu, emboite le pas à Jean Ndikumana.

Coté administration de cette commune, l’on affirme que la commémoration des mémoires parallèles attise le sentiment de méfiance et de haine ethnique : « J’ai réussi à convaincre la population de ces deux entités de ne plus se regardait en chiens de faïence car la haine ethnique a broyé les fils et les filles du pays car le Burundi constitue un seul peuple qui partage la même histoire et la même langue, la même culture et de se mettre ensemble pour consolider l’esprit d’unité et de solidarité qui sauvera le Burundi de toute forme d’impasse « et invite le plus haut sommet de l’Etat à construire un seul monument commémoratif des victimes des évènements du passés".

Burundi - Politique

"Le président Nkurunziza est riche", dixit Jean Claude Karerwa

Bujumbura, le 26 octobre 2017 (Net Press). Au cours de l’émission publique tenue ce mercredi le 25 octobre 2017, dédiée à mettre la lumière sur les dix mensonges dont Bujumbura est accusé par la communauté internationale et les ennemis du Burundi, le porte-parole du président de la république, Jean Claude Karerwa, s’en est pris au récent rapport qui remet en cause le président Pierre Nkurunziza l’accusant de détenir une somme colossale tirée des trésors publics dans les banques étrangères mais affirme que le président Nkurunziza est riche.

Jean Claude Karerwa estime que la richesse du président Nkurunziza, c’est la population car selon lui, le numéro un burundais a investi dans les activités agro-pastorales qui ont procuré l’emploi à 2500 individus. Jean Claude Karerwa indique que le président Nkurunziza ne peut pas ouvrir ses comptes à l’étranger au risque de connaitre le même sort que l’ancien président de la République démocratique du Congo, le Marechal Mobutu, le président libyen, le colonel Mouammar Kadhafi dont leurs avoirs dans les banques occidentales ont été bousillés par les Occidentaux.

Prenant la parole, le porte-parole de la police nationale, Pierre Nkurikiye, a remercié ceux qui ont détruit les radio Rpa, Bonesha qui véhiculaient les mensonges et a invité la foule de huer l’Ong l’Amnistie International qui transmet des rapports biaisés qui ternissent l’image du Burundi. Pierre Nkurikiye estime que les fosses communes éparpillées dans les provinces de Kirundo et commune Bugenyuzi en province de Karuzi n’étaient pas destinées à y enterrer les Tutsi, mais aux travaux de développement, en l’occurrence ces fosses communes constituaient les réserves d’eau potable et rejette en bloc qu’il y ait des fosses commune à Buringa en province de Bubanza.

De son côté, le conseiller principal en communication à la présidence de la république, Willy Nyamitwe, pointe du doigt les différentes organisations qui ont contribué à ternir l’image du pays, en l’occurrence l’Union européenne, les medias étrangers et locaux comme la radio Isanganiro, radio publique africaine, la radio Bonesha, l’office du haut-commissariat des Nations Unies, la commission des droits de l’homme de l’Union Africaine, les putschistes du 13 mai 2015, les frondeurs du parti au pouvoir et les organisations de la société civile en exil.

Coïncidence ou pas, cette émission publique a été organisée 48 heures seulement avant que le pays ne se retire définitivement du statut de Rome régissant la cour pénale internationale, le 27 octobre 2017..

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.