Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité13 septembre 2018
|Deux personnes tuées dans un immeuble en construction du ministre des finances

Burundi - Sécurité12 septembre 2018
|Quand les conflits fonciers deviennent parmi les premières causes de décès au pays !

Burundi - Education 11 septembre 2018
|Une rentrée émaillée d’énormes défis !

Burundi - Sécurité 10 septembre 2018
| Des crépitements d’armes entendus à la frontière tanzano-burundaise

Burundi - Sécurité 8 septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyabihanga

Burundi - Sécurité7 septembre 2018
|Des grenades découvertes au chef-lieu de la province de Ngozi

Burundi - Sécurité6 septembre 2018
|Le chef de poste de la zone Kivumu assassiné par les forces de l’ordre...

Burundi - Sécurité 5 septembre 2018
|La police donne la lumière sur l’attaque de Ngozi

Burundi - Sécurité 4 septembre 2018
|Un hippopotame tue un pêcheur dans la localité de Kumase

Burundi - Sécurité3 septembre 2018
|Une maison brûle dans le quartier de Nyakabiga

Burundi - Sécurité1er septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyamurenza au nord du pays

Burundi - Sécurité31 août 2018
|Des membres d’Amizero y’Abarundi inquiets pour leur sécurité

Burundi - Sécurité 30 août 2018
|Quand les journalistes burundais deviennent de plus en plus inquiétés par la police !

Burundi - Sécurité 29 août 2018
|La police nationale découvre des fusils en zone Cibitoke

Burundi - Sécurité 28 août 2018
|Une personne tuée à Gitega

Burundi - Sécurité27 août 2018
|Du rififi entre la police et la population de Ngagara !

Burundi - Sécurité25 août 2018
|Des disparitions mystérieuses qui refont surface

Burundi - Sécurité24 août 2018
|L’opposition sous le seuil de la peur dans la commune de Kabezi !

Burundi - Sécurité23 août 2018
|Une voiture en excès de vitesse endeuille des familles dans la province de Kirundo

Burundi - Sécurité22 août 2018
|Les enfants de la rue encore une fois déguerpis

Burundi - Sécurité 21 août 2018
|Un jeune berger tué au Sud du pays

Burundi - Sécurité 20 août 2018
|Deux personnes cibles de l’attaque à la grenade

Burundi - Sécurité 18 août 2018
|Un rapatriement sous contrainte !

Burundi - Sécurité 17 août 2018
|Un corps sans vie découvert flottant sur le lac Tanganyika

Burundi - Sécurité 16 août 2018
|Une personne tuée à coups de massue à Bubanza

Archives

 

 

 



Burundi - Justice - Manifestations

Le ministère de l’intérieur fête le retrait du Burundi du statut de Rome

28 octobre 2017

Bujumbura, le 28 octobre 2017 (Net Press) . Le ministère de l’intérieur et de la formation patriotique a organisé des manifestations à travers tout le pays pour exprimer la satisfaction du peuple burundais, - mais surtout des autorités de ce pays -, de voir le Burundi retiré du statut de Rome régissant la cour pénale internationale basée à La Haye en Hollande.

Dans la capitale Bujumbura, le rassemblement a eu lieu ce matin à 7h30 au rond point des Nations Unies dans la zone de Ngagara, non loin de la permanence nationale du parti au pouvoir Cndd-Fdd. La marche devait suivre ce rassemblement jusqu’au centre ville, à la place de l’indépendance où une tente avait été construite en pleine rue, entre deux effigies très importantes, celle du prince Louis Rwagasore et l’effigie du président Melchior Ndadaye. Ceci a rappelé aux personnes présentes de la récente déclaration du premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo, qui disait que se retirer de la cour pénale internationale est synonyme d’une seconde indépendance du Burundi.

Plusieurs personnalités avaient pris part à ces cérémonies. L’on citerait notamment l’Ombudsman Edouard Nduwimana, le maire de la ville de Bujumbura, Freddy Mbonimpa, la ministre de la justice et garde des sceaux, Aimée Laurentine Kanyana, celui des relations extérieures et de la coopération internationale, Alain Aimé Nyamitwe, celui de l’agriculture et de l’élevage, Déo Guide Rurema, le ministre du commerce, des postes et télécommunications ainsi que l’assistant au ministère de l’intérieur, Thérence Ntahiraja.

Celui-ci a fait savoir à l’assistance que le gouvernement du Burundi continuera à renforcer la paix et la sécurité à travers tout le pays, sans oublier la promotion de la justice indépendante. Pour lui, le retrait du Burundi de la cour pénale internationale ne veut pas dire favoriser l’impunité, le gouvernement va plutôt promouvoir le respect des droits de l’homme. A ses yeux, ces valeurs étaient devenues comme un prétexte car ils (Union européenne et les ennemis du Burundi, Ndlr) ont perdu la guerre, d’où l’idée de faire des montages que les autorités foulent aux pieds les droits humains pour que la cour puisse s’en occuper. Enfin, il a annoncé que le gouvernement s’apprête à combattre toute personne qui tenterait de semer les troubles au Burundi.

Mais l’opposition et les associations de la société civile, surtout celles qui sont en exil, n’ont pas vu d’un bon œil cette décision du gouvernement qu’elles accusent de faire la politique de l’autruche croyant que les crimes commis par les autorités resteront impunies.

Burundi - Politique

Des déclarations sibyllines au sommet de l’Etat

Bujumbura, le 28 octobre 2017 (Net Press) . Le premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo, fait savoir que personne ne contribuera par force aux élections de 2020, mais plutôt que ce sera par volonté. Il a fait savoir qu’il n’y a aucune loi qui pousse les populations à contribuer aux élections mais qu’elle prévoit la manière dont ceux qui veulent peuvent soutenir.

Personne n’a été jusqu’à présent inquiété mais il est souhaitable que les populations, par patriotisme, puissent participer, au regard du passé récent de ce pays. Même ceux de l’extérieur qui veulent contribuer, nous devrons d’abord les rassurer que nous sommes capables d’organiser nous-mêmes des élections.

La déclaration du premier vice-président semble être sans équivoque mais avant lui, d’autres déclarations tout aussi limpides sont allées dans le sens contraire. Le ministre de l’intérieur et de la formation patriotique, Pascal Barandagiye, a rencontré récemment tous les gouverneurs du pays pour leur entretenir sur ce sujet. Ces derniers avaient demandé qu’il y ait une loi qui fixe les modalités de contribution et un conseil des ministres vient de décider un projet de loi sur les élections de 2020. Ce projet devrait s’acheminer au parlement qui, sans surprise, devra caresser la bête dans le sens du poil.

De son côté, l’Olucome ne cesse de dénoncer cette forme de rançonner les populations dont les économies sont déjà moribondes. Il parlait notamment des parkings payants, des attributions des marchés de manière opaque, sans oublier cette contribution des populations pour les élections de 2020. Il est à se demander donc comment le premier vice-président puisse ignorer un projet de loi alors qu’il a participé à un conseil des ministres qui l’a adopté.

On rappellera que même le président de la République avait abordé la question de la contribution aux élections de 2020 en invoquant qu’il faut les organiser sans attendre une quelconque aide de l’extérieur. Il faisait allusion aux élections de 2015 où les partenaires traditionnels du Burundi ont refusé de financer les élections suite à la troisième candidature controversée du président Nkurunziza.

Burundi - Espagne - Elections

La Catalogne autoproclamée indépendante, elle se réveille sous tutelle

Madrid, le 28 octobre 2017 (Net Press) . Selon le site de la radio France internationale, il s’agit d’un Jour historique en Espagne, ce vendredi 27 octobre : la Catalogne, région du nord-est de l’Espagne, a proclamé son indépendance ; au même moment, le Sénat espagnol validait la mise sous tutelle de la région rebelle, destituant son exécutif et convoquant des élections régionales pour le 21 décembre. Quarante ans après le retour de la démocratie, l’Espagne est plongée dans une crise politique sans précédent.

Mariano Rajoy ne pouvait accepter la déclaration unilatérale d’indépendance et l’application de l’article 155 était, à ses yeux, une obligation très ferme en disant que c’était là la seule manière de « restaurer la légalité constitutionnelle ». Légalité qui, aux yeux de Mariano Rajoy, a été gravement violée par les séparatistes catalans.

La mise sous tutelle par Madrid, qui n’a encore jamais été appliquée par l’Etat à une région, est donc l’issue fatale. Et même si pour le gouvernement, cela sera très compliqué et que cela constitue une mesure d’exception, il se sait appuyé et soutenu par les principaux Etats européens, ainsi que par le parti socialiste et par les centristes libéraux de Ciudadanos.

Des paroles aux actes

Même si le temps semble jouer en sa faveur, Mariano Rajoy a déjà officiellement destitué El Govern, l’exécutif de Catalogne : Carles Puigdemont, son vice-président Oriol Junqueras et près de 254 cadres catalans. Parmi eux, toutes les personnes de confiance qui travaillaient avec le gouvernement catalan, des conseillers, des consultants, mais également des chefs de cabinet. Les représentants de la Généralité à Madrid et à l’étranger ne pourront également plus exercer leur fonction.

Une autre tâche délicate a été mise en oeuvre dès ce début de semaine : la décapitation de la police catalane et de ses 17 000 Mossos d’Esquadra, eux-mêmes divisés. La direction de la police catalane a été démise de ses fonctions ce samedi matin, l’acte a été inscrit au journal officiel. Le gouvernement de Madrid devrait laisser les fonctionnaires accéder à leur bureau aujourd’hui, mais tous ne s’y risqueront pas de peur d’être accusés d’usurpation de pouvoir, et ce même si la police catalane a ordonné à ses agents de respecter la neutralité.

Au lendemain de la mise sous tutelle de la Catalogne et de la destitution de l’exécutif catalan, Carles Puigdemont appelle à résister. Le président destitué appelle « à s’opposer démocratiquement » à l’article 155. Une annonce faite lors d’une prise de parole ce samedi 28 octobre en début d’après-midi. Il a par ailleurs déclaré : « Nous continuerons à œuvrer pour construire un pays libre ». Dans le même temps, les partisans d’une Espagne unie ont manifesté à Madrid en soutien au gouvernement de Mariano Rajoy.

« Le message que je voulais vous adresser était de vous dire d’être patients, d’être persévérants et d’avoir de l’espoir. Et pour cela, nous savons que la meilleure façon de défendre les conquêtes que nous avons obtenues jusqu’aujourd’hui c’est de maintenir la démocratie », a déclaré Carles Puigdemont lors d’un discours télévisé.

Enfin, le risque d’une « contamination » en Europe de cette fièvre indépendantiste, est à considérer sérieusement, prévient Paul Dembiski. L’Ecosse et les régions italiennes de Lombardie et Vénétie, qui viennent de tester le poids de leurs convictions par référendum, sont là pour le rappeler.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi