Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Belgique - Coopération11 novembre 2017
|La semaine belge annulée à la dernière minute

Burundi - Sécurité10 novembre 2017
|Deux bandits de Mutakura arrêtés par les militaires frappés comme Jésus Christ sur la croix

Burundi - Environnement - Sécurité9 novembre 2017
|Une foudre fait parler d’elle dans la province de Muramvya

Burundi - Sécurité8 novembre 2017
|Treize personnes arrêtées pour trafic humain

Burundi – Sécurité 7 novembre 2017
|La police arrête plus de 100 personnes au centre ville de Bujumbura

Burundi - Ouganda – Sécurité 6 novembre 2017
|Deux morts dont le directeur de ligue Iteka dans un accident de roulage en Ouganda

Burundi - Sécurité4 novembre 2017
|Un homme tué à Rugombo

Burundi - Sécurité 3 novembre 2017
|L’immeuble Tropicana Net Café légèrement touché par un incendie

Burundi - Sécurité2 novembre 2017
|Un homme de Rugombo édenté par les Imbonerakure

Burundi –Sécurité 1er novembre 2017
|De l’intifada entre les policiers et militaires dans Cankuzo

Burundi - Sécurité 31 octobre 2017
|Une fillette violée et tuée à Muyinga

Burundi - Sécurité30 octobre 2017
|Des corps sans vie ici et là à travers le pays

Burundi - Justice - Manifestations28 octobre 2017
|Le ministère de l’intérieur fête le retrait du Burundi du statut de Rome

Burundi - Sécurité27 octobre 2017
|Augmentation d’un cran du meurtre des personnes sans défense

Burundi - Sécurité26 octobre 2017
|Le marché de Buterere prend feu

Burundi - Sécurité 25 octobre 2017
|Le ministre Alain Guillaume Bunyoni percute des piétons

Burundi - Sécurité24 octobre 2017
|Découverte de plusieurs cadavres à travers le pays

Burundi - Sécurité23 octobre 2017
|Un homme reçoit des coups et blessures dans la province de Kayanza

Burundi - Anniversaire21 octobre 2017
|La date du 21 octobre fêtée de façon diverse par les Burundais

Burundi - Sécurité20 octobre 2017
|Un corps sans vie retrouvé dans la province de Kayanza

Burundi - Sécurité19 octobre 2017
|Visiblement agressée, une jeune fille perd sa conscience

Burundi - Sécurité18 octobre 2017
|Plus de dérangement dans Rukoko, dixit le porte-parole de l’armée

Burundi - Sécurité17 octobre 2017
|La foudre devient une grande cause d’insécurité dans notre pays

Burundi - Sécurité 16 octobre 2017
|Deux frères abattus par leur grand-mère

Burundi - Sécurité14 octobre 2017
|Après la pluie, le beau temps !

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Une fillette violée et tuée à Muyinga

31 octobre 2017

Muyinga, le 31 octobre 2017 (Net Press) . Un corps sans vie d’une fillette a été découvert dans la soirée ce lundi le 30 octobre 2017 sur la colline Kibogoye, dans la commune et province de Muyinga, au Nord du pays. Selon nos sources, la victime a été d’’abord violée et puis tuée par un ou des gens qui n’ont pas encore été identifiés. Pour rappel, 2 autres fillettes avaient été tuées en juin 2017 dans les mêmes circonstances en province de Muyinga

Des sources de Rugombo en province de Cibitoke indiquent que les jeunes du parti au pouvoir, Imbonerakure ainsi que les démobilisés effectuent depuis ce samedi 28 octobre 2017 des entrainements paramilitaires qui inquiètent la population et surtout l’opposition. Le commissaire de la police sur place à Cibitoke parle de simples activités sportives

Burundi - Kenya - Elections - Coopération

Pierre Nkurunziza félicite son homologue kenyan

Bujumbura, le 31 octobre 2017 (Net Press) . Le président de la République, Pierre Nkurunziza, a félicité son homologue kenyan, Uhuru Kenyatta, pour sa victoire au deuxième tour des élections qui ont eu lieu le 26 octobre dernier. Sur son compte Twitter, Pierre Nkurunziza a écrit en anglais "Je vous félicite encore une fois Frère Uhuru Kenyatta pour votre victoire à l’élection. Meilleurs vœux à vous et au peuple du Kenya de la part du Burundi".

Uhuru Kenyatta, président sortant, avait gagné le premier tour des élections du 8 août 2017 mais il avait vu la cour suprême de son pays les invalider. Au deuxième tour, son rival de toujours, Raila Odinga, s’était retiré de la course présidentielle, entraînant également le retrait de ses supporters, notamment à Kisumu au Sud du pays, son principal fief.

Lors de ces élections du 26 octobre 2017, seuls 39% de Kenyans avaient participé au vote et le président sortant a remporté à concurrence de 98%. Au mois d’août 2017, le président Pierre Nkurunziza avait été le premier et l’unique président à féliciter Uhuru Kenyatta, mais n’avait rien dit lors de la victoire de Paul Kagame du Rwanda alors que les élections dans les deux pays avaient eu presqu’au même moment, une des conséquences des mauvaises relations entre Kigali et Bujumbura.

Les observateurs de la vie politique kenyane estiment que le président Kenyatta est malgré tout sorti affaibli de ces élections car, pour eux, il faudrait mieux une victoire de 51% après un suffrage où participe toute la population que 98% issus de moins de la moitié de la population en âge de voter.

Burundi – Economie

La banque mondiale promet de développer le corridor centre

Bujumbura, le 31 octobre 2017 (Net Press) . La banque mondiale a promis ce mardi le 31 octobre 2017 un montant de 600 millions de dollars pour développer le corridor centre, regroupant les pays comme le Burundi, la Tanzanie, la République démocratique du Congo ainsi que la Zambie regorgeant plus de 50 millions de personnes.

Dans une conférence de presse animée conjointement avec les secrétaires exécutifs de l’autorité du lac Tanganyika, du corridor central et le vice premier ministre ougandais, le secrétaire général de la communauté est africaine, le Burundais Liberat Mpfumukeko, indique que sans le développement des infrastructures de transport la communauté est africaine ne peut pas se développer.

Il affirme que cet argent va contribuer à l’amélioration des ports de Bujumbura, de Kigoma, de Mpulungu, à l’achat de bateaux sophistiqués, à l’amélioration du Lac Tanganyika par la protection des biodiversité, ainsi que sa protection contre toutes intempéries qui polluent le lac Tanganyika, la construction du chemin de fer Dar es Salaam – Kigoma , pour que les marchandises empruntent aisément le lac Tanganyika à destination de Bujumbura et Uvira en République démocratique du Congo.

Pour Liberat Mpfumukeko, l’amélioration des infrastructures ferroviaires et fluviales des pays regroupant le corridor nord va contribuer énormément à la baisse des prix des produits qui circulent dans ces entités.

Une réunion regroupant le Burundi, la Tanzanie, la République démocratique du Congo, la Zambie et les partenaires économiques est prévue à Bujumbura en date du 2 au 3 novembre 2017 pour statuer sur le cas.

Burundi - Justice

Amendement du code de procédure pénal

Bujumbura, le 31 octobre 2017 (Net Press) . L’assemblée nationale vient de se pencher sur d’éventuels amendements du code de procédure pénale. Désormais, le servitude pénal principal de 2 ans sera remplacé par les travaux d’intérêts publics. Le viol contre une fille ou une femme sera punie d’une peine de 15 ans et non de 18 ans comme cela était auparavant.

Selon la ministre ayant en charge la justice, Aimée Laurentine Kanyana, qui était l’invitée de l’assemblée nationale ce 30 octobre 2017, certaines dispositions ont été modifiées pour réduire les effectifs des détenus dans les différentes prisons. Pour revenir sur les travaux d’intérêts publics, ils dureront 2820 heures pour les adultes et 240 heures pour les jeunes âgés de 15 à 18 ans en lieu et place de la détention.

D’autres dispositions concernent les fonctionnaires de l’Etat ou agents des sociétés où l’Etat est actionnaire. En cas d’infractions au moment où ils prestaient encore dans ces services, comme la corruption, ils seront poursuivis. Les policiers ou les militaires qui ne donnent pas de rapports de saisie à leurs supérieurs hiérarchiques seront poursuivis pour détournements. D’autres pratiques qui seront ciblées par le nouveau code de procédure pénal sont la vente des boissons prohibées, le trafic des hommes, etc.

L’on ne peut pas passer sous silence d’autres faits comme le mauvais traitement des animaux, la mendicité, la mendicité par enfants interposés, qui seront également considérés comme des infractions passibles de répréhension par le code de procédure pénale. Ce projet de loi a été approuvé à l’unanimité par les 100 députés présents en plus de 7 procurations.

Burundi - Justice

Un enseignant d’une école secondaire relâché à Rumonge

Rumonge, le 31 octobre 2017 (Net Press) . Il s’appelle Léopold Mugabaranoga, enseignant au lycée d’Iteba en commune et province de Rumonge. Il était détenu à la prison de Murembwe dans la province de Rumonge, poursuivi pour viol d’une jeune fille qu’il enseignait, une accusation qu’il a toujours rejetée. Il vient d’être relâché après 4 mois de détention, un phénomène que plusieurs activistes des droits de l’homme avaient dénoncé.

En effet, cet enseignant a été arrêté le 11 mai 2017 et au mois de juin, il a comparu au tribunal de grande instance dans cette entité administrative. Faute de preuves, il a été acquitté mais malgré cela, on lui a dit qu’il continuera à séjourner en prison car il y a eu un appel. Au mois de juillet, il a de nouveau comparu à la même cour et le dossier a été mis en délibéré. Quelques jours plus tard, il a de nouveau été acquitté et encore une fois, il a été maintenu en prison malgré le jugement rendu.

Ce n’est qu’hier le 30 octobre 2017 qu’il a été relâché. Le directeur du lycée Iteba et Léopold Mugabaranoga étaient en mauvais termes et cet enseignant le soupçonne d’être derrière ces tracasseries judiciaires. Le directeur aurait demandé que l’enseignant soit puni de façon exemplaire car il a été pris en flagrant délit.

Cet enseignant avait été arrêté alors qu’il était en train de discuter avec cette fille qu’il enseignait. Léopold Mugabaranoga va jusqu’à déclarer que même cette présence de cette fille à ce moment précis est un montage du directeur du lycée car les deux personnes sont restées ensembles moins de 5 minutes dans la salle de classe après son cours.

Burundi - Droits de l’Homme

La ligue Iteka publie son bulletin hebdomadaire n° 82

Bujumbura, le 31 octobre 2017 (Net Press) . Il couvre la semaine du 23 au 29 octobre 2017 et évoque des allégations de violations et des viollations des droits de l’homme enregistrées. Au moins 12 personnes ont été tuées dont 8 cadavres, 3 portées disparues, 4 torturées et 63 arrêtées arbitrairement. Le phénomène de cadavres continue à se manifester dans plusieurs endroits du pays et aucune enquête n’est diligentée, ce qui est très inquiétant.

Des jeunes Imbonerakure affiliés au parti Cndd-Fdd au pouvoir, des agents du service national des renseignements Snr, des policiers ainsi que des administratifs sont pointés du doigt comme étant les auteurs de la plupart de ces violations des droits humains. Ce bulletin relève des cas d’assassinat, d’enlèvement, de torture et d’arrestation arbitraire dont sont victimes des présumés opposants du 3ème mandat du président Pierre Nkurunziza.

Le bulletin s’insurge contre l’impunité des crimes qui est accordée aux proches du parti Cndd-Fdd. Des membres de ce parti impliqués dans différents crimes jouissent de l’impunité avec une complicité affichée des pouvoirs publics. Des actes d’intimidation lors des réunions des responsables administratifs surtout lors des marches manifestations où les hauts responsables du pays étaient présents ont été relevés dans ce bulletin. Ce bulletin émet des recommandations qui sont dirigées à l’endroit du gouvernement du Burundi pour le changement de la situation précaire des droits de l’Homme dans le pays.

Burundi - Usa - Justice

L’étau se resserre autour de Donald Trump

Washington, le 31 octobre 2017 (Net Press) . L’ancien directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort et son associé Rick Gates, sont visés par 12 chefs d’inculpation, dont complot contre les Etats-Unis, blanchiment, fausses déclarations et non déclarations de comptes détenus à l’étranger, a annoncé le porte-parole du procureur spécial de l’enquête russe. Quelques temps plus tard, le procureur spécial en charge du dossier de l’ingérence russe a porté à la connaissance de l’opinion américaine un autre proche de Donald Trump dans cette affaire. Il s’agit de l’ex-conseiller pour les affaires étrangères de Donald Trump, George Papadopoulos.

Selon la radio mondiale, Paul Manafort, qui s’est rendu lundi au bureau du FBI du Washington, pourrait être présenté à la justice dans la foulée, a précisé Peter Carr, le porte-parole de Robert Mueller. Il s’agit des premières personnalités inculpées dans le cadre de cette affaire qui empoisonne la présidence de Trump depuis son arrivée à la Maison Blanche.

L’acte d’accusation, publié par le New York Times, mentionne des sommes d’argent versées par l’Ukraine « entre 2006 et 2016 ». « Manafort et Gates ont lavé cet argent » via des comptes offshore, enregistrés notamment à Chypre. « Manafort, comme Gates, a utilisé cet argent pour mener « une vie confortable aux Etats-Unis, sans payer d’impôts ». « Au total, poursuit le document, 75 millions de dollars ont transité sur ces comptes offshore. »

Burundi - Espagne - Politique

Catalogne : que peut espérer Carles Puigdemont de son exil en Belgique ?

Bruxelles, le 31 octobre 2017 (Net Press) . Trois jours après la proclamation de leur indépendance, les séparatistes catalans sont confrontés à une situation qu’ils n’avaient sans doute pas imaginée : leur chef de file, Carles Puigdemont, accusé par les autorités espagnoles de rébellion et de sédition, a « disparu ». En tout cas, il n’est pas apparu publiquement hier, et selon les médias espagnols, il se trouve désormais en Belgique.

Toute la journée de lundi, les rumeurs les plus folles ont couru sur la présence de Carles Puigdemont sur le sol belge et sur les moyens de transport choisis par lui pour parvenir jusqu’ici. Il était en Belgique, toute la Catalogne l’affirmait, sauf que personne ne l’avait vu. On ne l’avait aperçu à aucun des endroits où logiquement il aurait pu se trouver.

Mais c’est désormais plus concret. Une personne l’a rencontré hier après-midi et l’a confirmé. Il s’agit d’un avocat flamand du barreau de Bruges, Maître Paul Bekaert, qui a reçu le leader destituté dans la petite ville de Tielt, à 90 kilomètres de Bruxelles, et qui a accepté d’être son conseil en Belgique.

Vers la création d’un gouvernement catalan en exil ?

De ces faits découlent deux hypothèses. La première : Carles Puigdemont demande l’asile politique. La Belgique l’a bien accordé il y a un demi-siècle à quelques militants catholiques originaires d’Irlande du Nord, au plus fort de la guerre civile, ainsi qu’à quatre Basques, membres de l’ETA, d’ailleurs défendus à l’époque par Maître Bekaert, ce qui ne doit pas être une coïncidence. Mais depuis lors, toutes les tentatives de la part de ressortissants de pays européens ont été rejetées.

Autre hypothèse : il a la volonté de créer un gouvernement en exil de la République autoproclamée de Catalogne. Cette idée est confortée par le fait que Carles Puigdemont est accompagné de cinq ministres régionaux, eux aussi fraichement démis de leurs fonctions.

Pas besoin d’autorisation pour cela, encore faut-il financer dans la durée le fonctionnement d’une telle équipe. En tout cas, les sécessionnistes catalans ne pourront pas compter sur un quelconque soutien de la part du gouvernement belge.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.