Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité13 septembre 2018
|Deux personnes tuées dans un immeuble en construction du ministre des finances

Burundi - Sécurité12 septembre 2018
|Quand les conflits fonciers deviennent parmi les premières causes de décès au pays !

Burundi - Education 11 septembre 2018
|Une rentrée émaillée d’énormes défis !

Burundi - Sécurité 10 septembre 2018
| Des crépitements d’armes entendus à la frontière tanzano-burundaise

Burundi - Sécurité 8 septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyabihanga

Burundi - Sécurité7 septembre 2018
|Des grenades découvertes au chef-lieu de la province de Ngozi

Burundi - Sécurité6 septembre 2018
|Le chef de poste de la zone Kivumu assassiné par les forces de l’ordre...

Burundi - Sécurité 5 septembre 2018
|La police donne la lumière sur l’attaque de Ngozi

Burundi - Sécurité 4 septembre 2018
|Un hippopotame tue un pêcheur dans la localité de Kumase

Burundi - Sécurité3 septembre 2018
|Une maison brûle dans le quartier de Nyakabiga

Burundi - Sécurité1er septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyamurenza au nord du pays

Burundi - Sécurité31 août 2018
|Des membres d’Amizero y’Abarundi inquiets pour leur sécurité

Burundi - Sécurité 30 août 2018
|Quand les journalistes burundais deviennent de plus en plus inquiétés par la police !

Burundi - Sécurité 29 août 2018
|La police nationale découvre des fusils en zone Cibitoke

Burundi - Sécurité 28 août 2018
|Une personne tuée à Gitega

Burundi - Sécurité27 août 2018
|Du rififi entre la police et la population de Ngagara !

Burundi - Sécurité25 août 2018
|Des disparitions mystérieuses qui refont surface

Burundi - Sécurité24 août 2018
|L’opposition sous le seuil de la peur dans la commune de Kabezi !

Burundi - Sécurité23 août 2018
|Une voiture en excès de vitesse endeuille des familles dans la province de Kirundo

Burundi - Sécurité22 août 2018
|Les enfants de la rue encore une fois déguerpis

Burundi - Sécurité 21 août 2018
|Un jeune berger tué au Sud du pays

Burundi - Sécurité 20 août 2018
|Deux personnes cibles de l’attaque à la grenade

Burundi - Sécurité 18 août 2018
|Un rapatriement sous contrainte !

Burundi - Sécurité 17 août 2018
|Un corps sans vie découvert flottant sur le lac Tanganyika

Burundi - Sécurité 16 août 2018
|Une personne tuée à coups de massue à Bubanza

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un homme de Rugombo édenté par les Imbonerakure

2 novembre 2017

Cibitoke, le 2 novembre 2017 (Net Press) . Un homme qui allait assister à sa parenté au centre de santé de Rugombo, en province de Cibitoke, a été tabassé par les membres du parti aux affaires (Imbonerakure) dans la soirée de ce mercredi 1er novembre 2017, perdant sur le champ 3 dents , selon nos sources.

Des témoins sur place indiquent que la victime a été évacuée vers l’hôpital de Cibitoke par quelques éléments de la police en compagnie des militaires. Un de ces jeunes a été interpellé pour l’enquête et les autres son en train de courent toujours.

Des sources de Gitega au centre du pays indiquent que quelques éléments de la police ont opéré une arrestation massive de 45 jeunes hier matin dans une salle de cinéma. L’administration policière de Gitega indique que ces arrestations vont dans le cadre de décourager la délinquance et le banditisme et envisage d’infliger à ces jeunes à des travaux d’intérêt publique

Burundi - Belgique – Politique

Le Cnared exige la lumière sur la disparition de 4 leaders du Fpb

Bruxelles, le 2 novembre 2017 (Net Press) . La plateforme de l’opposition burundaise Cnared - Giriteka, à travers un communiqué de presse rendu public ce 1er novembre 2017, exige à la Tanzanie et au Burundi de donner la lumière sur la disparition de 4 leaders du mouvement Fpb, en l’occurrence le général major Jérémie Ntiranyibagira, le colonel Edouard Nshimirimana, le capitaine Libère Nzeyimana et Madame Liberate Nijimbere.

A travers ce communiqué que la rédaction livre entièrement indique que les 4 leaders du mouvement Fpb arreté le 21 octobre 2017 et conduits dans un lieu tenu secret. Des sources concordante, selon ce communiqué, affirment que le service secret tanzanien aurait livré les 4 détenus au service national des renseignements de Muyinga via son responsable Gerard Ndayisenga, accompagné par le président du parti Cndd-Fdd en province de Muyinga.

Le même communiqué estime que Madame Liberate Nijimbere, une citoyenne tanzanienne, ne pouvait en aucun cas être livré à la police burundaise et que si elle a enfreint la loi tanzanienne, c’est la justice tanzanienne qui doit statuer sur le cas et non le service national des renseignements burundais.

Le Cnared rappelle que la Tanzanie, une terre d’exil et d’accueil des Burundais et un pays hôte des pourparlers inter-burundais, a une lourde responsabilité de sécuriser les réfugiés et les acteurs burundais impliqués dans le processus de pourparlers.

Le Cnared –Giriteka rappelle que le 17 août 1990, le président fondateur du Palipehutu-Fnl, Rémy Gahutu, a été tué en Tanzanie dans la prison d’Ukonga, le 11 janvier 2012, le leader du mouvement pour la solidarité et le développement (Msd), Alexis Sinduhije, a été arrêté à l’aéroport de Dar es Salam et après moult tractations, il a été libéré après 4 jours, échappant à une extradition sur Bujumbura.

Le 29 mai 2015, le président Upd–Zigamibanga, Chauvineau Mugwengezo , Maitre Cyriaque Nibitegeka et Pancrace Cimpaye, porte-parole du Cnared–Giriteka ont été arrêtés a l’aéroport de Dar es Salaam et refoulés. En juillet 2017, un activiste de la société civile, Pacifique Nininahazwe, qui participait à la session des pourparlers inter-burundais à Arusha, a échappé à une arrestation-extradition grâce à l’intervention des anciens présidents burundais.

Dans ce communiqué, le Cnared-Giriteka demande au gouvernement tanzanien de protéger les exilés burundais arrivés sur son territoire selon le droit international en matière de protection des réfugiés, de sortir de son silence et d’indiquer clairement ce que sont devenus les 4 leaders du mouvement Fpb qui auraient été livrés au Burundi, de prendre conscience que les actes pareils qui font atteinte aux droits humains ternissent l’image de la Tanzanie qui n’est plus considérée comme terre d’accueil et d’asile dans la sous-région, de savoir que cet acte met en doute la fiabilité de la Tanzanie comme terre d’accueil des pourparlers inter –burundais, conclut ce communiqué.

Burundi - Usa - Sécurité

Vers la suppression de la Lotterie Green Cards aux Etats-Unis

Washington, le 2 novembre 2017 (Net Press) . Le système d’immigration des Etats-Unis est-il la cause de l’attentat de New York ? C’est en tout cas la lecture de Donald Trump. Le chauffeur du camion, d’origine ouzbek, qui a tué mardi 26 octobre 2017 8 personnes et blessé 11 autres, avait un titre de séjour permanent : la fameuse « green card », la carte verte, probablement obtenue par un programme de loterie qui permet chaque année à 50 000 personnes d’obtenir des visas ou des cartes de résident.

Au lendemain de l’attaque, le président américain a réclamé la fin de ce système d’attribution de la carte verte qui fonctionne par un tirage au sort. « J’ai demandé au Congrès de se pencher immédiatement sur cette loterie pour y mettre un terme et nous en débarrasser. Nous voulons des gens qui contribuent à la sécurité de notre pays. Nous ne voulons pas de loteries qui amènent de mauvaises personnes », a déclaré Donald Trump.

Le président américain s’en est ensuite pris au démocrate Chuck Schumer qui avait participé en 1990 à la création de ce programme de loterie censé garantir la diversité de l’immigration vers les Etats-Unis. L’actuel chef de file des démocrates au Sénat en vient à regretter le président George W. Bush.

« Le président Bush nous a unis. Au lendemain des attentats du 11 septembre, il nous a invités à la Maison Blanche en nous demandant : comment pouvons-nous travailler ensemble ? Alors que le président Trump ne fait que tirer un horrible bénéfice d’une tragédie et tente de diviser. S’il voulait vraiment faire quelque chose pour venir à bout du terrorisme, il garantirait les financements du contre-terrorisme afin d’aider la police new-yorkaise et toutes les autres. Au lieu de quoi, il prévoit d’opérer des coupes dans le cadre du budget qu’il a proposé », souligne Chuck Schumer.

Le gouverneur de New York, le démocrate Andrew Cuomo, a également accusé Donald Trump d’utiliser l’attentat de New York à des fins politiques.

Burundi - France - Médias - Anniversaire

Quatre ans après l’attentat de Ghislaine Dupont et de Claude Verlon, de nombreuses zones d’ombre

Paris, le 2 novembre 2017 (Net Press) . C’est aujourd’hui le 4ème anniversaire de la disparition de nos deux collègues de Rfi, Ghislaine Dupont et Claude Verlon, tués à Kidal dans le nord du Mali en 2013. Quatre ans après les faits, l’enquête française n’avance que très lentement. Ce qui provoque le désarroi des familles des victimes.

Il y a bien eu une seconde déclassification de documents au printemps, mais en raison du secret-défense, de nombreux passages ont été caviardés, rendant leur lecture très difficile. La Minusma, la Mission des Nations unies au Mali, présente à Kidal, a certes fourni des documents à la justice, mais ils n’ont rien apporté de bien nouveau. L’enquête française n’a pas beaucoup progressé ces derniers temps. Au Mali, c’est pire : elle est quasiment au point mort. Un état de fait qui désespère Apolline Verlon. « Notre temps à nous n’est pas le temps de la justice, c’est ce qu’on entend depuis quatre ans, se désole la fille de Claude Verlon. Mais voilà, c’est quand même deux ressortissants français journalistes qui ont été tués ! Ils étaient là pour faire leur métier et c’est vrai que c’est inacceptable de se dire que quatre ans après, on n’a toujours aucune réponse valide, certaine. »

Apolline Verlon regrette ainsi qu’aucun magistrat n’ait encore pu se rendre sur les lieux de l’assassinat, à Kidal dans le nord du Mali. Sur place, la situation est toujours extrêmement tendue. Les attaques jihadistes y sont régulières. Certes, l’administration commence à faire son retour dans une ville jusque-là tenue par les groupes armés, mais les conditions de sécurité empêchent toute venue des autorités judiciaires françaises et maliennes. « Au niveau local, les questions de justice, d’enquête, sont des questions un peu sensibles parce qu’elles touchent à certains intérêts, elles touchent à des groupes, explique Sidi Mohamed Ag Ichrach, le nouveau gouverneur de la ville qui a récemment pris ses fonctions. Je pense qu’il faut savoir patienter pour faire un bon travail. L’important est qu’un jour ou l’autre la vérité se fasse ».

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi