Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 2 décembre 2017
|1000 plants de manguiers saisis alors qu’ils allaient être vendus frauduleusement

Burundi – Sécurité 1er décembre 2017
|Une personne tuée à Muramvya

Burundi - Sécurité30 novembre 2017
|Des cas d’insécurité ici et là dans le pays

Burundi - Sécurité29 novembre 2017
|La pluie d’hier a fait une victime au nord de la capitale

Burundi - Sécurité 28 novembre 2017
|Quatre enfants tués dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité 27 novembre 2017
|Des manifestations pour soutenir le président Nkurunziza

Burundi - Sécurité25 novembre 2017
|L’Unicef condamne sans détour l’amputation de deux enfants

Burundi – Sécurité 24 novembre 2017
|Accusés de vol de maïs, des enfants amputés de poignées

Burundi - Justice - Sécurité23 novembre 2017
|L’ancien patron de l’Aprodh au centre du pays transféré

Burundi - Sécurité22 novembre 2017
|Le Focode craint pour la sécurité du brigadier Cishahayo

Burundi - Sécurité 21 novembre 2017
|Quand les anciens activistes des droits de l’hommes sont inquiétés

Burundi - Sécurité 20 novembre 2017
|Une pluie torrentielle tue trois enfants

Burundi - Réconciliation18 novembre 2017
|"Le souvenir des victimes doit être régie par la loi", dixit Mgr. Jean Louis Nahimana

Burundi - Politique 17 novembre 2017
|Une célébration qui relate

Spécial Médias16 novembre 2017
|Une commémoration qui relate

Burundi - Sécurité 15 novembre 2017
|Un corps en extrême décomposition a été trouvé à Muramvya

Burundi - Sécurité14 novembre 2017
|Toujours des assassinats signalés un peu partout dans le pays

Burundi -Sécurité13 novembre 2017
|Deux personnes trouvent la mort dans une noyade

Burundi - Belgique - Coopération11 novembre 2017
|La semaine belge annulée à la dernière minute

Burundi - Sécurité10 novembre 2017
|Deux bandits de Mutakura arrêtés par les militaires frappés comme Jésus Christ sur la croix

Burundi - Environnement - Sécurité9 novembre 2017
|Une foudre fait parler d’elle dans la province de Muramvya

Burundi - Sécurité8 novembre 2017
|Treize personnes arrêtées pour trafic humain

Burundi – Sécurité 7 novembre 2017
|La police arrête plus de 100 personnes au centre ville de Bujumbura

Burundi - Ouganda – Sécurité 6 novembre 2017
|Deux morts dont le directeur de ligue Iteka dans un accident de roulage en Ouganda

Burundi - Sécurité4 novembre 2017
|Un homme tué à Rugombo

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un homme tué à Rugombo

4 novembre 2017

Cibitoke, le 4 novembre 2017 (Net Press) . Un corps sans vie, non encore identifié, a été découvert ce vendredi le 4 novembre 2017 au bord du lac Dogodogo, dans la localité de Mparambo 2, commune Rugombo, province de Cibitoke (Ouest du pays). La police de Rugombo déclare que des enquêtes sont en cours pour connaitre l’auteur de ce crime et privilégie que la victime a été tuée ailleurs.

Le leader des jeunes Imbonerakure du parti Cndd-Fdd dans le quartier de Carama, zone Kinama, commune Ntahangwa en mairie de Bujumbura, Jean Claude Nahimana, plus connu sous le sobriquet de Masop, a été arrêté ce vendredi 3 novembre 2017 par la police.

Il a été appréhendé en compagnie de Daniel Nyambere, secrétaire du Cndd-Fdd dans le quartier de Carama. Ils sont accusés d’avoir administré des coups violents à une personne qui était à bord de son véhicule jusqu’à ce qu’elle s’évanouisse. Redevenu conscient alors qu’il est hospitalisé, il a dit avoir reconnu les deux Imbonerakure, d’où leur mise aux arrêts pour des raisons d’enquête. Il semble qu’il y a encore deux membres du parti présidentiel qui sont encore recherchés par la police pour le même dossier.

Selon nos sources, ces Imbonerakure avaient été tombés en disgrâce au parti de l’Aigle pour cause de « violation de l’éthique et de déontologie du parti ». Des sources proches de la permanence du parti indiquent que ces Imbonerakures sont encore en vie même s’ils sont détenu à un endroit inconnu.

A l’Est du pays, dans la province de Ruyigi, des sympathisants du Fnl non reconnu par le gouvernement et piloté par Agathon Rwasa, ont été arrêtés ce 2 novembre 2017 et conduits au commissariat de police à Ruyigi, accusés de tenir une réunion non autorisée. Ces arrestations ont eu lieu sur les collines de Nzozi et de Rushwahunga situées dans la commune Bweru de la province de Ruyigi.

Au sein du Fnl non reconnu par le ministère de l’intérieur, l’on affirme que les différentes séquestrations judiciaires dont font l’objet leurs sympathisants sont d’ordre politique et demande leur libération car ils ne sont délinquants de rien. Un député élu dans cette circonscription sous la couleur d’Amizero y’Abarundi, Pascal Bizumuremyi, trouve que c’est une façon de leur refuser l’accès au terrain politique.

Burundi - Education

Le redéploiement mal vu par les enseignants

Bujumbura, le 4 novembre 2017 (Net Press) . Selon le syndicat Conapes, à travers le journal "La voix de l’Enseignant", les enseignants qui ont été envoyés dans des localités éloignées de leurs domiciles sont confrontés à de nombreuses difficultés, comme le manque de logement tout près du service et de l’argent nécessaire pour équiper leurs maisons louées. Ils sont malgré tout obligés de débloquer une somme importante d’argent pour se rendre au service ou de se faire héberger par ceux qu’ils trouvent sur place par crainte de révocation.

Pour ce syndicat donc, le redéploiement devient beaucoup plus une sanction car les enseignants redéployés sont laissés à eux mêmes et le gouvernement ne semble pas préoccupé de leur calvaire. Par contre, la ministre en charge de l’éducation menace de renvoyer les enseignants redéployés qui ne se seront pas présentés à leur nouveau poste d’attache au plus tard le 2 novembre. Or, il y a des enseignants qui attendent leur nouvelle charge horaire et attendent dans la rue.

Par ailleurs, il y a trop de difficultés dans ce secteur car certains directeurs continuent à collecter de l’argent indu, autre que le minerval et ce, malgré la mesure de la ministre de tutelle interdisant aux directeurs de demander aux parents des contributions pour diverses raisons, en plus du minerval.

Burundi - Justice

Les sympathisants d’Agathon Rwasa emprisonnés sans dossier

Rutana, le 4 novembre 2017 (Net Press) . Dans notre édition du 21 octobre 2017, nous évoquions 5 fideles du Fnl proche d’Agathos Rwasa qui discutaient avec une députée de même obédience, Godeberthe Hatungimana, qui ont été arrêtés par l’administrateur de la commune Rutana, Isidora Nkundizanye, de concert avec les membres de la ligue des jeunes du parti aux affaires.

Ils étaient accusés de tenir une réunion illégale et selon des sources de Rutana, ils sont incarcérés sans dossier à la prison centrale de Rutana. Une délégation parlementaire chargée de statuer sur le cas a écourés sa descente cette semaine.

Burundi - Malversations Economiques

L’Olucome demande la mise en application des recommandations d’un rapport d’examen

Bujumbura, le 4 novembre 2017 (Net Press) . D’entrée de jeu, cet observatoire demande aux Etats Parties à la convention des Nations Unies contre la corruption de voter une résolution obligeant le Burundi de mettre en œuvre toutes les recommandations contenues dans le rapport d’examen du premier cycle de 2011 - 2015.

A la veille de la 7ème session ordinaire de la conférence des Etats Parties à la convention des Nations Unies contre la corruption qui se tiendra à Vienne en Autriche du 6 au 10 novembre 2017, l’Olucome regrette de constater que le Burundi n’a encore mis en œuvre aucune recommandation du premier rapport d’examen alors que les experts des Nations Unies viennent d’évaluer pour la seconde fois le pays cette année.

Dans ce premier rapport, les experts des Nations étaient revenus aux accords d’Arusha pour la paix et la réconciliation qui sont la base des autres lois naissantes depuis août 2000. Or, l’article 5 du protocole I desdits accords prévoit toute une série de recommandations qui devaient être mises en application par le gouvernement. Comme toutes les initiatives légales émanant des accords d’Arusha et de la convention des Nations Unies contre la corruption ont été entièrement financées, le gouvernement avait toutes les chances de réussir la mise en application des initiatives entreprises.

L’Olucome énumère ce qui devait être fait comme la réforme du conseil supérieur de la magistrature vivant à le rendre à le rendre indépendant ainsi que l’appareil judiciaire, mais cela n’a jamais eu lieu. Quant à la loi anti-corruption en vigueur, les autres lois connexes et les institutions de lutte contre la corruption mises en place sont considérées par l’Olucome comme des épouvantails car l’on ne voit pas de réduction de la corruption.

Burundi - France – Justice

Teodorin Obiang interjette appel après sa condamnation en France

Paris, le 4 novembre 2017 (Net Press) . Condamné par la justice française pour les biens mal acquis pour une peine de trois ans avec sursis et une amende de 30.000 euros, le fils du président équato –guinéen et vice de ce pays, Teodorin Obiang, a interjeté appel en France ce vendredi 3 novembre 2017.

Selon le site en ligne "Jeune Afrique", le vice président équato-guinéen, 48 ans, s’est considérablement enrichi et il possède dans le pays d’Emmanuel Macron des objets d’art, des voitures de luxe, de l’hôtel particulier situé sur l’avenue Foch, de 101 pièces avec hammam et discothèque, décoré des marbres et pourvue de robinets recouverts d’or et une somme colossale estimée à 150 millions d’euros.
.
Dirigée depuis 1979 par Teodoro Obiang Nguema, qui détient le record de longévité au pouvoir en Afrique, la Guinée Equatoriale a contesté ces poursuites françaises devant la Cour internationale de justice. Dans l’attente de l’issue de cette procédure, l’hôtel particulier de l’avenue Foch, présenté comme des locaux diplomatiques, ne peut être confisqué.

Teodorin Obiang est le premier dignitaire à être jugé dans le cadre des procédures dites de « biens mal acquis » lancées en 2010 en France. La justice française enquête également sur les patrimoines édifiés en France par des proches de Denis Sassou Nguesso (Congo), du défunt Omar Bongo (Gabon) ou encore du président centrafricain déchu François Bozizé.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.