Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 2 décembre 2017
|1000 plants de manguiers saisis alors qu’ils allaient être vendus frauduleusement

Burundi – Sécurité 1er décembre 2017
|Une personne tuée à Muramvya

Burundi - Sécurité30 novembre 2017
|Des cas d’insécurité ici et là dans le pays

Burundi - Sécurité29 novembre 2017
|La pluie d’hier a fait une victime au nord de la capitale

Burundi - Sécurité 28 novembre 2017
|Quatre enfants tués dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité 27 novembre 2017
|Des manifestations pour soutenir le président Nkurunziza

Burundi - Sécurité25 novembre 2017
|L’Unicef condamne sans détour l’amputation de deux enfants

Burundi – Sécurité 24 novembre 2017
|Accusés de vol de maïs, des enfants amputés de poignées

Burundi - Justice - Sécurité23 novembre 2017
|L’ancien patron de l’Aprodh au centre du pays transféré

Burundi - Sécurité22 novembre 2017
|Le Focode craint pour la sécurité du brigadier Cishahayo

Burundi - Sécurité 21 novembre 2017
|Quand les anciens activistes des droits de l’hommes sont inquiétés

Burundi - Sécurité 20 novembre 2017
|Une pluie torrentielle tue trois enfants

Burundi - Réconciliation18 novembre 2017
|"Le souvenir des victimes doit être régie par la loi", dixit Mgr. Jean Louis Nahimana

Burundi - Politique 17 novembre 2017
|Une célébration qui relate

Spécial Médias16 novembre 2017
|Une commémoration qui relate

Burundi - Sécurité 15 novembre 2017
|Un corps en extrême décomposition a été trouvé à Muramvya

Burundi - Sécurité14 novembre 2017
|Toujours des assassinats signalés un peu partout dans le pays

Burundi -Sécurité13 novembre 2017
|Deux personnes trouvent la mort dans une noyade

Burundi - Belgique - Coopération11 novembre 2017
|La semaine belge annulée à la dernière minute

Burundi - Sécurité10 novembre 2017
|Deux bandits de Mutakura arrêtés par les militaires frappés comme Jésus Christ sur la croix

Burundi - Environnement - Sécurité9 novembre 2017
|Une foudre fait parler d’elle dans la province de Muramvya

Burundi - Sécurité8 novembre 2017
|Treize personnes arrêtées pour trafic humain

Burundi – Sécurité 7 novembre 2017
|La police arrête plus de 100 personnes au centre ville de Bujumbura

Burundi - Ouganda – Sécurité 6 novembre 2017
|Deux morts dont le directeur de ligue Iteka dans un accident de roulage en Ouganda

Burundi - Sécurité4 novembre 2017
|Un homme tué à Rugombo

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Toujours des assassinats signalés un peu partout dans le pays

14 novembre 2017

Bujumbura, le 14 novembre 2017 (Net Press) . L’on signale depuis dimanche le 12 novembre 2017 des assassinats dans plusieurs coins du pays, un homme du troisième âge a été fusillé dans la nuit de ce dimanche sur la colline de Gatongati, zone Gitaba, dans la commune et province de Rutana. Selon le leitmotiv de la police, les enquêtes sont en cours pour connaitre les mobiles de ce crime.

Dans la même foulée, un homme du même âge, accusé de sorcellerie, a été tué sur la colline de Kizi, commune Gasorwe dans la province de Muyinga au nord du pays. La police de cette entité parle d’enquêtes en cours.

Et dans la même rubrique des morts, un corps sans vie non encore identifié a été découvert dans la matinée de ce lundi 13 novembre 2017 dans les environs de la rivière Nyasa, commune Kabezi dans Bujumbura rural. Comme pour les autres régions, la police évoque des enquêtes qui sont déjà en cours.

Des bandits armés des machettes ont envahi plusieurs ménages situés sur la colline de Matongo, commune Ndava dans la province de Mwaro. Ils ont blessé 5 personnes qui ont été par après évacuées dans différents hôpitaux. L’administration policière indique que des enquêtes ont déjà commencé.

Burundi - Belgique - Justice

La Cnared réagit face à l’ouverture d’enquêtes sur les crimes commis au Burundi

Bruxelles, le 14 novembre 2017 (Net Press) . A travers un communiqué rendu public ce lundi le 13 novembre 2017, la plateforme de l’opposition burundaise en exil au Royaume de Belgique, le Cnared, dit avoir accueilli avec une immense joie la décision de la cour pénale internationale d’ouvrir des enquêtes sur les crimes commis au Burundi depuis le 26 avril 2015 jusqu’au 26 octobre 2017.

Selon ce communiqué signé par le professeur Charles Nditije, ce dernier salue le courage et la détermination des avocats, des victimes et des témoins qui ont bravé les dangers et ont permis à l’aboutissement de cette phase historique qui constitue le début de la fin du règne de l’impunité au Burundi.

Le même communiqué déplore la position des présidents tanzaniens et ougandais, respectivement John Pombe Magufuli et Yoweli Kaguta Museveni, qui ont condamné cette décision, arguant que cette dernière vient hypothéquer le processus de dialogue, surtout que la région n’a pas été consultée avant la prise d’une telle mesure.

Le Cnared–Giriteka estime que la Cpi est un tribunal international qui prend la décision en toute indépendance, dans le pays où la justice est indépendante. Elle n’a pas consulté l’exécutif, encore moins recevoir des injonctions. Selon le communiqué « la cour dit le droit et rien que le droit " Le Cnared s’interroge dans ce communiqué pourquoi les deux présidents s’inquiètent alors qu’ils n’ont pas pu résoudre la crise burundaise depuis plus de 2 ans.

La plateforme de l’opposition burundaise lance un appel vibrant aux 2 présidents, leur demandant d’exiger du président burundais Pierre Nkurunziza d’arrêter immédiatement le projet d’amendement de la constitution en cours qui vise à enterrer définitivement l’accord d’Arusha et sans condition.

Et s’il persiste, le Cnared leur suggère de décréter un embargo économique et sur les armes comme ils l’ont déjà fait par le passé, estime ce communiqué et le pousser à dialoguer avec les vrais visages de l’opposition burundaise au pays de John Pombe Magufuli et d’assurer la sécurité des délégations venues participer dans les pourparlers au risque de connaitre le même sort que les 4 leaders de mouvement Fpb, aujourd’hui disparus. La plateforme de l’opposition burundaise demande que les réfugiés soient protégés dans leurs camps, dans leurs intégrités physiques et ne soient plus contraints de rentrer.

Burundi - Economie

Agence de la promotion des investissements : le pouvoir change de mains

Bujumbura, le 14 novembre 2017 (Net Press) . Léonard Sentore, originaire de l’Est du pays, vient d’être promu à la tête de l’agence de la promotion des investissements au Burundi. Il venait de présider aux destinées de l’office burundais des recettes Obr, pendant quelques temps. Il vient de remplacer à ce poste Didace Ngendakumana qui était en fonctions depuis le mois de janvier 2016.

Léonard Sentore est un jeune cadre qui connaît une ascension fulgurante car dès sa sortie de l’université du Burundi, il a été directement désigné deuxième vice-gouverneur de la banque de la République du Burundi. Par après, il avait trouvé du boulot à l’extérieur du pays pendant un bon bout de temps avant de revenir au pays pour devenir patron de l’Obr.

Un autre changement est intervenu à l’autorité de régulation de la filière café’’ Arfic’’ où Jean de Dieu Mutabazi, alors directeur général de l’entreprise, a été démis de ses fonctions en date du 9 novembre 2017. Ce départ a eu lieu au lendemain d’une conférence de presse qu’il avait animée et où il semblait devenir un syndicaliste, luttant pour les intérêts des caféiculteurs.

Il avait évoqué un flou dans la gestion des devises à la banque centrale du Burundi, une intervention que bon nombre de gens pensent qu’elle n’a pas fait plaisir. Sans toutefois affirmer que ceci prouve cela, le prompt renvoi qui a suivi cette conférence pourrait amener tout observateur à une telle conclusion. Il a été remplacé à ce poste par un ancien gouverneur de la province de Muramvya, Ir. Emmanuel Niyungeko.

Malgré cela, son départ a étonné plus d’un car il s’était même forgé un parti politique dont le but était de soutenir becs et ongles le régime en place. Il n’hésitait pas à déclarer qu’il soutient celui qui a quelque chose à lui donner, une position qui a fait comprendre à ceux qui ont entendu ses propos que finalement, c’était son intérêt personnel qui primait avant celui de la Nation.

Burundi - Usa - Russie - Elections

Le secrétaire américain à la justice entre le marteau et l’enclume

Washington, le 14 novembre 2017 (Net Press) . Le secrétaire américain à la justice, Jeff Sessions, doit témoigner ce mardi 14 novembre devant la Chambre des représentants au sujet des interférences russes lors du scrutin présidentiel aux Etats-Unis. Devant le Sénat en juin dernier, Jeff Sessions avait été catégorique. « Je n’ai eu aucun contact avec la Russie et à ma connaissance, personne n’en a eu pendant la campagne », avait-il affirmé. Celui qui dirigeait l’équipe conseillant Donald Trump sur sa politique étrangère durant la campagne présidentielle était alors interrogé sur des contacts entre l’équipe du candidat républicain et des intermédiaires russes.

Mais la déclaration du secrétaire à la justice a depuis été démentie par George Papadopoulos, ancien conseiller de campagne de Donald Trump pour les Affaires étrangères. Dans sa déposition à la police fédérale, celui-ci a assuré avoir fait état de ses relations privilégiées avec les Russes lors d’une réunion en mars 2016, à laquelle Jeff Sessions participait.

Un autre témoignage pourrait bien mettre le secrétaire à la justice en difficultés. Devant la commission du renseignement de la Chambre des représentants il y a deux semaines, Page Carter, également conseiller de campagne de l’actuel président, a affirmé s’être rendu dans un cadre privé à Moscou avant l’élection présidentielle, et y avoir eu un « bref » contact avec un vice-premier ministre russe. Il a indiqué avoir averti Jeff Sessions de son voyage.

Le secrétaire à la justice devra donc expliquer ces deux omissions lors de sa déclaration sous serment devant le Sénat. Et il risque de passer un mauvais quart d’heure : les démocrates ont annoncé qu’ils étaient prêts à en découdre pour obtenir la vérité.

Pour certains observateurs, Jeff Sessions est désormais sur un siège éjectable. Une hypothèse que n’exclut pas Corentin Sellin, même si, dit-il, ce serait « un scandale énorme ». Car pour l’historien et spécialiste des Etats-Unis, le ministre de la justice se trouve entre deux feux, obligé de rendre des comptes tout en évitant de déplaire à Donald Trump. « Pour lui, ça va être difficile », note ce spécialiste.

Après Sessions, à qui le tour ? Donald Trump, en tout cas, ne manque pas de rappeler qu’il n’est toujours pas directement visé par l’enquête menée par le procureur spécial Mueller. Mais pour combien de temps ? Impossible à dire. « Mueller est connu pour verrouiller ses enquêtes et il ne fait filtrer que ce qui l’arrange. On n’a aucune idée de l’avancement de l’enquête », remarque Corentin Sellin. Toutefois, estime-t-il, le feu se rapproche du président américain : « L’enquête Mueller a vraiment maintenant touché les plus hauts dignitaires de la Maison Blanche. On ne peut pas dire que Donald Trump puisse dormir tranquille. ».

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.