Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 2 décembre 2017
|1000 plants de manguiers saisis alors qu’ils allaient être vendus frauduleusement

Burundi – Sécurité 1er décembre 2017
|Une personne tuée à Muramvya

Burundi - Sécurité30 novembre 2017
|Des cas d’insécurité ici et là dans le pays

Burundi - Sécurité29 novembre 2017
|La pluie d’hier a fait une victime au nord de la capitale

Burundi - Sécurité 28 novembre 2017
|Quatre enfants tués dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité 27 novembre 2017
|Des manifestations pour soutenir le président Nkurunziza

Burundi - Sécurité25 novembre 2017
|L’Unicef condamne sans détour l’amputation de deux enfants

Burundi – Sécurité 24 novembre 2017
|Accusés de vol de maïs, des enfants amputés de poignées

Burundi - Justice - Sécurité23 novembre 2017
|L’ancien patron de l’Aprodh au centre du pays transféré

Burundi - Sécurité22 novembre 2017
|Le Focode craint pour la sécurité du brigadier Cishahayo

Burundi - Sécurité 21 novembre 2017
|Quand les anciens activistes des droits de l’hommes sont inquiétés

Burundi - Sécurité 20 novembre 2017
|Une pluie torrentielle tue trois enfants

Burundi - Réconciliation18 novembre 2017
|"Le souvenir des victimes doit être régie par la loi", dixit Mgr. Jean Louis Nahimana

Burundi - Politique 17 novembre 2017
|Une célébration qui relate

Spécial Médias16 novembre 2017
|Une commémoration qui relate

Burundi - Sécurité 15 novembre 2017
|Un corps en extrême décomposition a été trouvé à Muramvya

Burundi - Sécurité14 novembre 2017
|Toujours des assassinats signalés un peu partout dans le pays

Burundi -Sécurité13 novembre 2017
|Deux personnes trouvent la mort dans une noyade

Burundi - Belgique - Coopération11 novembre 2017
|La semaine belge annulée à la dernière minute

Burundi - Sécurité10 novembre 2017
|Deux bandits de Mutakura arrêtés par les militaires frappés comme Jésus Christ sur la croix

Burundi - Environnement - Sécurité9 novembre 2017
|Une foudre fait parler d’elle dans la province de Muramvya

Burundi - Sécurité8 novembre 2017
|Treize personnes arrêtées pour trafic humain

Burundi – Sécurité 7 novembre 2017
|La police arrête plus de 100 personnes au centre ville de Bujumbura

Burundi - Ouganda – Sécurité 6 novembre 2017
|Deux morts dont le directeur de ligue Iteka dans un accident de roulage en Ouganda

Burundi - Sécurité4 novembre 2017
|Un homme tué à Rugombo

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Quand les anciens activistes des droits de l’hommes sont inquiétés

21 novembre 2017

Gitega, le 21 novembre 2017 (Net Press). Après l’arrestation suivie de l’emprisonnement de l’ancien membre de l’association chrétienne pour l’abolition de la torture, Germain Rukuki, Nestor Nibitanga, ancien président de l’association pour la protection des droits de l’homme et des personnes détenues (Aprodh) dans la province de Gitega, a été arrêté à son domicile ce mardi 21 novembre 2017 par la police présidentielle de Gitega .

Son épouse affirme que la famille a été réveillée par les voisins, l’informant qu’une armada de policiers conduite par le commissaire provincial de la police ainsi que le patron du service national des renseignement de Gitega. Elle explique qu’une fouille-perquisition a été opérée à leur domicile situé au quartier de Musinzira dans le centre ville de Gitega. Elle affirme également qu’aucune arme n’a été saisie à cet endroit. Après cette fouille-perquisition, l’activiste des droits de l’homme arrêté et transféré manu militari au service secret de Gitega.

Dans cette même rubrique des arrestations, Edouard Ndayisaba, ancien officier de l’armée burundaise résidant dans la commune Makamba, a été accusé de fraude dans ce service même si son dossier est toujours pendant devant la justice, a été réveillé ce mardi le 21 novembre 2017 par l’invasion des membres de la ligue des jeunes du parti au pouvoir, les Imbonerakure, procédant à la fouille-perquisition en bonne et due forme.

Cet acte a été mal vu par la population de cette entité ainsi que la police qui a refusé d’emboiter le pas à ces Imbonerakure car Edouard Ndayisaba, expliquant que les Imbonerakure ne peuvent pas substituer à la police pour mener une fouille-perquisition et sans mandat.

Burundi - Droits de l’Homme

L’Acat Burundi dresse un rapport de monitoring des violations des droits de l’homme

Bujumbura, le 21 novembre 2017 (Net Press) . L’action des chrétiens pour l’abolition de la torture, Acat-Burundi, vient de publier un rapport de monitoring sur les violations des droits de l’homme au Burundi, pour les mois de septembre et d’octobre de cette année. Pour cette Ong, depuis le début de la crise en avril 2015, de nombreux cas de violations des droits de l’homme ont été enregistrés et dénoncés par les organisations de défense des droits de l’homme. L’Acat Burundi ne cessera de se joindre à cette importante mission de surveillance des violations des droits de l’homme au Burundi qui s’inscrit dans la lutte contre l’impunité.

En effet, la justice burundaise demeurant toujours à la solde de l’exécutif, ne permet pas aux victimes ainsi qu’à leurs familles d’exercer leur droit à une justice impartiale face aux abus et exactions réguliers des agents de l’Etat et leurs complices. Cette impunité est encouragée par le récent retrait officiel du Burundi du statut de Rome instituant la cour pénale internationale.

C’est un acte irréfléchi aux yeux des Burundais et de la communauté internationale car un pays comme le Burundi, théâtre des violations massives des droits de l’homme, y compris les crimes contre l’humanité, est le seul pays au monde entier qui a osé poser un tel geste. Toutefois, ces développements ne devraient pas décourager les défenseurs des droits de l’homme et tous ceux qui adhèrent au principe de lutte contre l’impunité au Burundi car ce retrait ne pourra pas freiner les procédures en cours devant la Cpi.

Aussi, il existe d’autres mécanismes régionaux et internationaux auxquels les défenseurs peuvent recourir pour enfin voir les présumés auteurs des violations des droits de l’homme traduits en justice. C’est pour cette raison qu’Acat-Burundi continue de bien documenter et dénoncer ces violations perpétrées au Burundi en toute impunité. Dans le présent rapport, 69 cas d’assassinats et de disparitions forcées, 134 cas d’arrestations arbitraires et détentions illégales, 44 d’atteinte à l’intégrité physique, ont pu être répertoriés au cours de la période couverte de septembre et octobre 2017,.Toutefois quelques cas emblématiques seront décrits à titre illustratif.

Les derniers développements du dossier Germain Rukuki, ancien membre de l’Acat en détention arbitraire depuis le 13 juillet 2017 sont également évoqués ainsi que d’autres cas illustratifs de violations des droits de l’homme enregistrés au cours de la même période.

Burundi - Economie

Le sous-sol burundais sur le point d’être exploité par une société canadienne

Bujumbura, le 21 novembre 2017 (Net Press) . Les études de faisabilité sur l’exploitation des minerais burundais éparpillés dans plusieurs coins du Burundi, tel a été un accord conjoint signé ce lundi 20 novembre 2017 entre le ministre de l’énergie et des mines, Côme Manirakiza et une société canadienne chargée de l’exploitation des mines Cvmr représenté par Kamlan Kossan .

Le ministre Manirakiza indique que les études vont commencer en 2018 pour prendre fin en 2019 dans les circonscriptions de Waga et de Nyabikere en province de Karusi et Mukanda, qui regorgeraient des gisements de Nickel et de vanadium.

Le Ministre Come Manirakiza ajoute que ces études viennent à point nommé car d’autres études de ce genre avaient commencé dans les provinces de Gitega et Ruyigi. Il estime que le Burundi regorge d’énormes gisements des minerais et que sa prochaine exploitation contribuera à l’amélioration de la santé économique du Burundi

Burundi - Droits de l’Homme

La ligue Iteka produit son bulletin hebdomadaire n° 85

Bujumbura, le 21 novembre 2017 (Net Press) . Il couvre la semaine du 13 au 19 novembre 2017 et évoque des allégations de violations et des violations des droits de l’Homme qui ont été enregistrées. Au moins 6 personnes ont été tuées dont, 4 cadavres, 2 personnes ont été portées disparues, 18 torturées, 8 arrêtées arbitrairement et 5 victimes des violences basées sur le genre.

Le phénomène de cadavres continue à se manifester dans plusieurs endroits du pays et aucune enquête n’est diligentée, ce qui est très inquiétant. Des jeunes Imbonerakure affiliés au parti Cndd-Fdd au pouvoir, des agents du Snr, des policiers ainsi que des administratifs sont pointés du doigt comme étant les auteurs de la plupart de ces violations des droits humains.

Ce bulletin relève des cas d’assassinat, de disparition, de torture et d’arrestation arbitraire dont sont victimes des présumés opposants du 3ème mandat du Président Pierre Nkurunziza. Le bulletin s’insurge contre l’impunité des crimes qui est accordée aux proches du parti Cndd-Fdd. Des membres de ce parti impliqués dans différents crimes jouissent de l’impunité avec une complicité affichée des pouvoirs publics. Des actes d’intimidation lors de la journée du combattant où les hauts responsables du pays étaient présents ont été relevés dans ce bulletin.
Ce bulletin émet des recommandations qui sont dirigées à l’endroit du gouvernement du Burundi pour le changement de la situation précaire des droits de l’Homme dans le pays.

Burundi - Rwanda – Politique

Ce que l’on savait moins sur l’histoire immédiate du Rwanda

Kigali, le 21 novembre 2017 (Net Press) . Des informations dignes de fois indiquent que l’épouse de l’ancien président rwandais parti en fumée dans le ciel de Kigali, Agathe Habyalimana, voulait renverser son époux pour contrecarrer la prise de Kigali par le front patriotique rwandais. Selon la même source, l’ancienne première dame du pays avait juré becs et ongles que le président Habyalimana ne pouvait pas donner le pouvoir aux soi-disant « Inyenzi", des cancrelats qui désignent dans ce contexte les Batutsi de ce pays.

Dans son ambition de chasser du pouvoir son mari, la première dame Agathe Kanziga Habyalimana voulait qu’il soit remplacer par son frère, en même temps conseiller militaire à la présidence de la république, lui-aussi tué lors du crash du 6 avril 1994, le colonel Elie Sagatwa. Dans cette démarche, la première dame Agathe Kanziga était aidée par son frère, le préfet de la préfecture de Ruhengeri, Protais Zigiranyirazo et le colonel Theoneste Bagosora, son cousin.

Selon nos sources, des inquiétudes planaient sur la mort du colonel Stanislas Mayuya, bras droit du président Habyalimana, qu’ une large opinion indexe rwandais impute à l’ancienne première dame d’être derrière ce crime. Le colonel Mayuya était présumé être successeur naturel du président Habyarimana.

Notre source estime que tout a commencé lorsqu’un haut gradé de l’armée, après une conversation téléphonique avec le président Habyalimana, aurait intimé l’ordre de tuer tout les Tutsis de Kigali. Le président Habyarimana avait répondu sèchement : « Commencez par moi », une réponse qui a fâché la première dame, Agathe Kanziga Habyarimana.

D’après les témoins, après la mort du président Habyalimana, la première dame et sa clique, en l’occurrence, le colonel Bagosora, auraient cherchéàa s’accrocher du pouvoir, un projet qui a été avorté avec la prise de Kigali par le front patriotique rwandais, Fpr,ce qui a obligé dame Kanziga Habyalimana à fuir en toute urgence vers l’Hexagone de François Mitterrand à l’époque des faits où la justice la guette malgré les soutiens de la France qui diminuent d’intensité petit à petit, le temps étant un grand remède du temps.

Une opinion dit que dans les intrigues du pouvoir, il faut craindre même ton fils. Macia Nguema, l’ancien président équato-guinéen, a été renversé par son fils Teodoro Obiang Nguema, la première dame du Zimbabwe Grace Mugabe avec sa génération 40 étaient derrière l’éviction du président Robert Mugabe, n’eussent-été les données qui ont subiteement changé et dont .

Burundi - Zimbabwe –Politique

"Des contacts qui rassurent", dixit le général Chiwenga

Harare, le 21 novembre 2017 (Net Press) . Lors d’une conférence de presse animée dans la soirée ce lundi 20 novembre au QG de l’armée, le général Constantino Chiwenga, le tombeur du président Robert Mugabe, a indiqué que l’ancien vice-président tombé en disgrâce de l’hégémonie Mugabe, va prochainement retourner sur Harare et que des contacts qui rassurent entre Mugabe et son ancien vice Président se poutsuivent.

Le chef d’état major de l’armée zimbabwéenne appelle Harare qui était descendu dans la rue pour exiger le départ du président Mugabe, de « rester calme est patienter " avant les nouvelles manifestations prévues dans 24 heures.

Le général Chiwenga, lors de sa sortie médiatique, indique que dans le cadre de ces entretiens avec le président Mugabe, « plusieurs garantis ont été données" et le président Mugabe « a accepté une feuille de route " pour une sortie de crise sans donner plus de précisions.

Plusieurs analyses qui fussent de partout à travers le monde indiquent que le vieux dirigeant, accusé de violations massives des droits des personnes humaines et de corruption, joue les dernières cartes afin d’obtenir des garanties de son immunité

Dans la même foulée, l’ancien vice président déchu depuis le 6 novembre 2017, Emmersson Mnangagwa, dans un communiqué rendu public dans la soirée de ce lundi, appelle le président Mugabe à démissionner et que son retour sera conditionné par le retour de l’ordre constitutionnel sur Harare ainsi que la paix et la tranquillité.

Et au moment ou nous mettons sous presse, des informations émanant de nos confrères de Cnn indiquent que le président Mugabe et son ancien vice président sont en cours de discussions et que la démission du président Mugabe longuement attendue par la communauté zimbabwéenne assoiffée par la chute du « crocodile zimbabwéen" va tomber incessamment.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.