Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité - Confessions Religieuses10 janvier 2018
|Requête de sécurité pour une délégation des évêques en visite au Burundi

Burundi - Sécurité 9 janvier 2018
|Patrick Giramahoro, un journaliste de la Rtnb arrêté à Jabe

Burundi - Sécurité8 janvier 2018
|La police met la main sur plusieurs criminels

Burundi - Sécurité6 janvier 2018
|Deux personnes tuées à la frontière burundo-tanzanienne

Burundi - Sécurité 5 janvier 2018
|Une découverte d’un nourrisson sans vie à Rumonge

Burundi - Sécurité 4 janvier 2018
|Quatre présumés malfaiteurs ont été interpellés à Musaga

Burundi - Rdc - Sécurité 3 janvier 2018
|Un refus de collaboration suivi de la suspension de l’aide par le Hcr

Burundi - Sécurité 2 janvier 2018
|Les proches d’Agathon Rwasa en phase d’arrestations systématiques

Burundi - Nouvel An1er janvier 2018
|Bonne année : passage d’une année à l’autre sans enthousiasme

Burundi - Sécurité 30 décembre 2017
|Une policière tuée par son domestique

Burundi - Sécurité29 décembre 2017
|Un jeune Imbonerakure trouve la mort dans la province de Muyinga

Burundi - Sécurité28 décembre 2017
|Kiremba : pour n’avoir pas donné à manger, une mère a été assassinée par son fils

Burundi - Justice27 décembre 2017
|Un administratif accusé de « viol » sous les verrous

Burundi - Sécurité 26 décembre 2017
|Et quand la charité commence ailleurs !

Burundi - Sécurité25 décembre 2017
|Un véhicule se renverse dans les hauteurs de Bujumbura

Burundi - Sécurité 23 décembre 2017
|Au-delà des arrestations !

Burundi - Médias - Sécurité22 décembre 2017
|Où peut-il être 17 mois plus tard ?

Burundi - Australie - Sécurité21 décembre 2017
|Un Burundais meurt noyé en Australie

Burundi - Sécurité20 décembre 2017
|Un élève arrêté dans Bujumbura rural pour vol d’arme à feu

Burundi - Sécurité19 décembre 2017
|Des militants proches d’Agathon Rwasa arrêtés

Burundi - Sécurité18 décembre 2017
|Un militaire tanzanien trouve la mort sur le sol burundais

Burundi - Politique 16 décembre 2017
|L’après Nkokora !

Burundi - Sécurité15 décembre 2017
|Deux personnes fauchées par la police dans Bubanza

Burundi - Sécurité14 décembre 2017
|Quand la justice populaire parle d’elle même

Burundi - Politique13 décembre 2017
|Spécial "Journée du 12 décembre !"

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Des Congolais se transforment en gangsters dans la capitale Bujumbura

7 décembre 2017

Bujumbura, le 7 décembre 2017 (Net Press) . Cinq cambrioleurs d’origine congolaise se sont introduits au Burundi et ont jugé bon de loger dans un hôtel La Casa situé dans le quartier de Kigobe, de la zone urbaine de Gihosha. Dernièrement, en date du 5 décembre, ils ont tiré des balles qui ont atteint un député de l’Eala, Pierre-Claver Rurakamvye alias Abega.

Ces Congolais portent les noms de Michel Ashukuriwe, Robert Nondo, Gurin Banyanga, Moïse Burungabo et Sébastien Moussa. Ils étaient à bord d’une jeep Prado, essayant de fuir la police qui était à leurs trousses. Ayant constaté ce moyen de locomotion, la police a rencontré par hasard le député Pierre-Claver Rurakamvye qui rentrait chez lui à la maison. Cette dernière lui a demandé de lui prêter main forte, ce qu’il a automatiquement accepté.

Quand ils étaient sur le point d’être appréhendés, ils ont tiré avec leur pistolet des balles qui ont atteint Abega. Malgré tout, ils ont fini par être attrapés. La police a eu le réflexe de fouiller leur chambre d’hôtel et elle y a trouvé de faux cachets des banques et des associations. La même police demande enfin à la population citadine de collaborer pour mieux assurer la sécurité.

Burundi - Politique

Vers la fin du dialogue inter burundais d’Arusha

Arusha, le 7 décembre 2017 (Net Press) . Jour J-1 à Arusha en Tanzanie où se trouvent des Burundais qui dialoguent pour la paix et la sécurité pour leur pays. A l’approche de cette date, les incertitudes des uns et des autres augmentent car personne ne maîtrise plus rien. Selon des informations en provenance de cette ville, la facilitation a commencé à rédiger un texte que les différents protagonistes doivent signer ce 8 décembre 2017.

Selon toujours les mêmes informations, ce texte se rédige en deux langues, à savoir le français et l’anglais, mais ce qui inquiète les participants à ce dialogue est que personne n’en connaît jusqu’à présent le contenu. Certains pensent même à refuser de signer un document qui n’a pas requis une entente entre les gens qui sont présents dans cette ville.

Or, il semblerait que ceux qui sont sur place n’ont pas le droit de quitter cette ville avant de signer sur ce document. Il y a une exception de gens qui ont évoqué l’urgence à leurs emplois au Burundi pour quitter ces pourparlers. Ce sont ceux qui ont voulu échapper aux différentes pressions ainsi que ceux qui ont conclu bien avant de l’inutilité de cette séance.

Signalons qu’une autre séance plénière est prévue ce jeudi, probablement pour prendre connaissance du document produit par la facilitation. Il doit être signé devant les chefs d’Etat de la sous-région si le programme initial n’a pas été changé. Mais d’autres sources indiquent que les invitations n’auraient pas été émises à l’endroit de ces autorités. Mystère !

Au moment où nous mettons sous presse, nous apprenons que le dialogue inter burundais a pris fin ce jeudi 7 décembre 2017 et que ce 4ème round n’a abouti a rien. L’opinion à Bujumbura se demande quelle sera la suite après l’échec cuisant de la médiation de la communauté de l’Afrique de l’Est. Va-t-on tourner les yeux vers l’Union africaine, l’Onu ? Ce qui est sûr, c’est que l’image positive qu’Arusha s’était construite en l’an 2000 sous Nyerere et Mandela, tous des africains facilitateurs, vient d’être ternie par un autre africain facilitateur originaire de la Tanzanie, du nom de... Benjamin William Mkapa.

Burundi - Usa - Politique

Tsunami américain dans le monde après l’annonce de Donald Trump

Washington, le 7 décembre 2017 (Net Press) . Après avoir reconnu Jérusalem comme la capitale d’Israël, le président américain a créé une peur panique à travers le monde. Avant même son discours de ce 6 décembre, des dirigeants du monde entier avaient appelé le locataire de la Maison Blanche à peser ses mots et mesurer les conséquences de ses actes, tant Jérusalem est un chaudron diplomatique. Même si Donald Trump s’est dit disposé à soutenir une solution à deux Etats entre Israéliens et Palestiniens, le contenu de sa décision a déjà provoqué la colère dans le monde arabe et les réactions se multiplient dans de nombreux pays.

En France, alors que le président Emmanuel Macron était en visite en Algérie, il a condamné la décision de son homologue américain, "une décision regrettable que la France n’approuve pas". Pour le président français, cette décision contrevient au droit international et aux conseil de sécurité des Nations Unies. Pour le mouvement islamiste palestinien Hamas, la décision du président américain ouvre « les portes de l’enfer pour les intérêts américains dans la région ».

Quant à l’organisation de libération de la Palestine Olp, Donald Trump avait « détruit » la solution dite à deux Etats en annonçant la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël. A ses yeux, le président américain a aussi « disqualifié les Etats-Unis de tout rôle dans un quelconque processus de paix ».

Les groupes palestiniens ont appelé à trois « jours de rage ». Dans la bande de Gaza, des centaines de Palestiniens en colère ont brûlé des drapeaux américains et israéliens et des portraits de Donald Trump. Un rassemblement est prévu jeudi à Ramallah en Cisjordanie, territoire occupé par l’armée israélienne depuis 50 ans.

En Arabie Saoudite et en Jordanie, l’on a déploré la décision du président américain de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël et le transfert de l’ambassade des Etats-Unis vers cette ville. Même à l’Onu, le secrétaire général des Nations Unies a condamné la décision du président américain.

De son côté, l’Union européenne a exprime sa sérieuse préoccupation à propos de l’annonce hier du président des Etats-Unis Trump sur Jérusalem et les répercussions que cela peut avoir sur la perspective de paix. Quant au gouvernement allemand, il ne soutient pas cette position car le statut de Jérusalem ne peut être négocié que dans le cadre d’une solution de deux Etats.

Le Royaume Uni va dans le même sens car il n’est pas d’accord avec la décision américaine de transférer son ambassade à Jérusalem et de reconnaître cette ville comme la capitale israélienne avant un accord final sur son statut. Pour l’Italie, Jérusalem, ville sainte, unique au monde. son futur doit être défini dans le cadre d’un processus de paix basé sur les deux Etats, Israël et Palestine. Même au-delà de l’Atlantique, au Canada, la question du statut de Jérusalem ne peut être résolue que dans le cadre d’un règlement général du conflit israélo-palestinien.

En Turquie, on juge "irresponsable" la décision américaine. Elle condamne la déclaration irresponsable de l’administration américaine cat pour elle, cette décision est contraire au droit international et aux résolutions de l’Onu. Le très catholique Vatican, via le Saint Père, François, a déclaré : "Je ne peux pas taire ma profonde inquiétude". Il a adressé "un appel vibrant pour que tous s’engagent à respecter le statu quo de la ville en conformité avec les résolutions pertinentes de l’Onu".

En Iran, la bête noire de Donald Trump, l’on a déclaré que Téhéran ne tolérerait pas une violation des lieux saints musulmans". En Israël par contre, c’est la satisfaction car le premier ministre Benyamin Netanyahou a salué comme un "jour historique" la reconnaissance de Jérusalem en tant que capitale d’Israël par les Etats-Unis.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.