Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Education 11 septembre 2018
|Une rentrée émaillée d’énormes défis !

Burundi - Sécurité 10 septembre 2018
| Des crépitements d’armes entendus à la frontière tanzano-burundaise

Burundi - Sécurité 8 septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyabihanga

Burundi - Sécurité7 septembre 2018
|Des grenades découvertes au chef-lieu de la province de Ngozi

Burundi - Sécurité6 septembre 2018
|Le chef de poste de la zone Kivumu assassiné par les forces de l’ordre...

Burundi - Sécurité 5 septembre 2018
|La police donne la lumière sur l’attaque de Ngozi

Burundi - Sécurité 4 septembre 2018
|Un hippopotame tue un pêcheur dans la localité de Kumase

Burundi - Sécurité3 septembre 2018
|Une maison brûle dans le quartier de Nyakabiga

Burundi - Sécurité1er septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyamurenza au nord du pays

Burundi - Sécurité31 août 2018
|Des membres d’Amizero y’Abarundi inquiets pour leur sécurité

Burundi - Sécurité 30 août 2018
|Quand les journalistes burundais deviennent de plus en plus inquiétés par la police !

Burundi - Sécurité 29 août 2018
|La police nationale découvre des fusils en zone Cibitoke

Burundi - Sécurité 28 août 2018
|Une personne tuée à Gitega

Burundi - Sécurité27 août 2018
|Du rififi entre la police et la population de Ngagara !

Burundi - Sécurité25 août 2018
|Des disparitions mystérieuses qui refont surface

Burundi - Sécurité24 août 2018
|L’opposition sous le seuil de la peur dans la commune de Kabezi !

Burundi - Sécurité23 août 2018
|Une voiture en excès de vitesse endeuille des familles dans la province de Kirundo

Burundi - Sécurité22 août 2018
|Les enfants de la rue encore une fois déguerpis

Burundi - Sécurité 21 août 2018
|Un jeune berger tué au Sud du pays

Burundi - Sécurité 20 août 2018
|Deux personnes cibles de l’attaque à la grenade

Burundi - Sécurité 18 août 2018
|Un rapatriement sous contrainte !

Burundi - Sécurité 17 août 2018
|Un corps sans vie découvert flottant sur le lac Tanganyika

Burundi - Sécurité 16 août 2018
|Une personne tuée à coups de massue à Bubanza

Burundi -Sécurité15 août 2018
|Une explosion de grenade fait un mort au Nord du pays

Burundi - Justice - Sécurité 14 août 2018
|Accusé de fournir des informations qui ternissent l’image du pays, il écope de 20 ans prison

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Une grenade explose dans un bistrot de la zone Bwiza

11 décembre 2017

Bujumbura, le 11 décembre 2017 (Net Press). Le commissaire municipal de la police, Bonford Ndoreraho, indique qu’une grenade a été lancée dans la nuit de ce dimanche vers 20 heures dans le bar de Maliens spécialisé dans la grillade des viandes appelé communément "Umucopo" , en zone urbaine de Bwiza, de la commune Mukaza, en mairie de Bujumbura .

Selon des informations concordantes, la grenade a détonné tout près d’un caniveau, ce qui fait que ses éclats ont atteint surtout les bois qui constituent le pilier de ce bistrot dénommé "Ku Michopo", situé à la 2ème avenue de cette zone. Des sources sur place indiquent qu’une personne a été blessée. Cependant, les auteurs de ce forfait n’ont pas été identifiés et l’on ne connaît pas encore pour le moment les mobiles de cette attaque. Pour rappel, en moins d’une semaine, quatre grenades ont été larguées dans le centre-ville de Bujumbura, faisant 12 blessés.

Au Nord Ouest du pays, une personne, un père de 4 enfants, a été tuée dans la nuit de ce dimanche sur la colline Rusekebuye, de la commune Musigati en province de Cibitoke. Selon des sources policières de cette entité, deux suspects sont dans les mains de la police pour une enquête préliminaire. Et la même source affirme qu’en moins de deux jours, deux personnes ont été tuées dans cette localité.

Par ailleurs, cinq commerçants qui rentraient du marché de Ndora, dans la commune Bukinanyana de la même province ont été attaqués par des éléments armés dans la nuit de ce samedi 9 décembre vers 21 heures. Ils ont été dépouillés de toutes leurs marchandises. Les auteurs de ce forfait se sont repliés dans la foret de la Kibira.

120 jeunes originaires des province de Bururi, de Kirundo, de Kayanza, de Karusi, de Ruyigi et de Rumonge qui vivaient en situation d’irrégularité au pays de John Pombe Magufuli, ont été refoulés vers la frontière tanzano-burundaise avant d’être récupérés ce dimanche au poste de police de Mugina. D’après nos sources, ils s’étaient rendus en Tanzanie à la quête du lendemain meilleur.

Notons enfin que dans les heures de midi, la sécurité routière a été un petit peu perturbée suite au blocage des grands axes menant vers le centre-ville de Bujumbura. La course des vélos qui doit faire le tour de Burundi en est la cause. Il semble que cette course a débuté ce matin en province de Ngozi et les premiers coureurs ont atterri sur Bujumbura aux environs de la mi-journée.

Burundi –Politique

Après l’échec d’Arusha, le Cnared-Giriteka s’exprime ...

Bruxelles, le 11 décembre 2017 (Net Press) . Apres les assises inter burundaises d’Arusha qui se sont soldées par un échec cuisant, la plateforme de l’opposition burundaise a sorti ce samedi 9 décembre une déclaration à travers laquelle elle revient sur la crise qui mine le Burundi depuis avril 2015. L’Onu et la Cpi se sont saisies de la question et une enquête est déjà en cours pour identifier les crimes. De son côté, poursuit le Cnared, la communauté de l’Afrique de l’Est a désigné le médiateur et son adjoint dans le conflit burundais, respectivement le président ougandais et l’ancien président tanzanien, pour tenter de régler le problème.

Une session que le Cnared juge précipitée et manipulée du 27 novembre au 8 décembre 2017 a été unilatéralement convoquée et vient d’accoucher d’une souris. Ce dernier indique qu’il avait cependant manifesté son inquiétude à deux reprises en désavouant une session de dialogue à laquelle il n’avait pas été invité et qui sonnait comme une volonté du pouvoir d’octroyer un cachet extra territorial aux conclussions du dialogue interne.

A la veille de cette session, le Cnared avait énuméré les raisons qui l’ont poussé au boycott de cette session et exigé son report car son échec était prévisible pour tout acteur politique burundais et observateur avisé. Il est donc temps que le peuple burundais, la facilitation, la médiation, la communauté internationale et les partenaires du Burundi prennent conscience que Bujumbura ne veut pas négocier la paix et le retour à la légalité constitutionnelle. Il demande particulièrement aux présidents Yoweri Kaguta Museveni, en qualité de médiateur et de président de l’Eac et John Pombe Magufuli, président d’un voisin immédiat du Burundi et influent sur le pouvoir de Bujumbura, d’user de toutes leurs forces de pression morale, politique et économique, y compris l’instauration d’un embargo, pour contraindre Bujumbura à négocier afin de rétablir la paix et la sécurité au Burundi.

Que la facilitation cesse de compatir avec le gouvernement burundais car ce comportement lui donne le temps de soursuivre son programme de mettre un terme à l’accord d’Arusha qui avait pourtant fait ses preuves. Que la sous région, l’Onu, l’Union africaine, mais aussi la facilitation et la médiation se rendent compte de la gravité de la situation ainsi que de l’ampleur de leur responsabilité dans cette descente aux enfers de tout un peuple.

Pour cela, le Cnared demande que les Nations unies s’impliquent davantage dans la recherche d’une solution négociée au conflit burundais en renforçant la facilitation d’une équipe d’experts, que la communauté internationale, les bailleurs de fonds entre autres, maintiennent la pression sur Bujumbura par des sanctions économiques et un embargo sur les armes, sur la libre circulation envers les auteurs clés de cette descente aux enfers de tout un peuple.

Enfin, la plateforme de l’opposition radicale condamne le mépris des délégués du pouvoir de Bujumbura affiché ce 8 décembre 2017 envers le facilitateur Benjamin William Mkapa et à travers lui, toute le sous région et l’ensemble de la communauté internationale. Elle réaffirme son engagement pour une solution négociée pouvant permettre aux Burundais de revivre en paix et de se doter de dirigeants démocratiquement élus à travers des élections libres, inclusives, équitables et transparentes dans les strict respect de l’accord d’Arusha.

Burundi - Economie

"Le projet de loi de budget général 2018 est fantaisiste et irréalisable", dixit Olucome

Bujumbura, le 11 décembre 2017 (Net Press) . Cette affirmation est de l’Olucome qui trouve que les recettes globales du budget 2018 s’élèvent à 1224, 12 milliards contre 1152,76 milliards en 2017, soit une augmentation de 71,35 milliards de francs burundais représentant 6.2%. Ce projet dégage un déficit d’un montant de 164,05 milliards contre 174,06 milliards en 2017, soit une diminution de 10.01 milliards de francs burundais représentant 5.7 %.

Les dons sur projet représentent une augmentation de 1.7% représentant un montant de 6,19 milliards de Fbu. Mais suite à la détérioration des relations entre le Burundi et ses partenaires, les dons offerts au Burundi ont connu une chute de plus de 60% si l’on tient compte qu’en 2015, un dollar américain s’achetait à 1700 Fbu contre 2720 Fbu aujourd’hui.

Pour ce projet de loi, 11 taxes ont été reconduites comme la taxe anti-pollution sur les véhicules usagés de plus de 10 ans, la surtaxe de 50% de la valeur en douane sur les sachets en plastique importés à titre d’exemple donnés par l’Olucome. En outre, 21 autres nouvelles mesures fiscales ont été prévues pour l’exercice 2018. Pour les recettes exceptionnelles de 2018, il y a une ligne budgétaire intitulée "Office burundais des mines et des carrières" dont le montant de recettes prévues s’équivaut à 7.557.560.000 Fbu.

Pour tout cela, l’Olucome recommande d’annuler les 21 autres mesures fiscales prévues pour l’exercice budgétaire de 2018 à l’endroit d’une populations déjà pauvre, de destituer certaines hautes autorités du ministère en charge des finances publiques, de l’Api et de l’Obr qui opèrent des exonérations indues. L’Olucome ne précise pas ici le genre d’autorités à destituer. Il propose enfin au gouvernement de revoir comment renouer ses relations avec ses partenaires techniques et financiers en s’impliquant convenablement dans les pourparlers inter burundais externes pour trouver les bonnes solutions.

Burundi - Education

Des difficultés omniprésentes chez les enseignants du Burundi

Bujumbura, le 11 décembre 2017 (Net Press) . D’emblée, les enseignants regrettent qu’il n’y ait pas de représentants de ce corps dans les états-généraux de la mutuelle de la fonction publique. Cette dernière organise des états-généraux sans les représentants des enseignants, 77% de ses affiliés, les enseignants, qui cotisent pourtant jusqu’à 80% de l’assiette des cotisations.

Problème après problème, les enseignants ne savent rien de la nouvelle forme d’évaluation. Dans le cycle post-fondamental, les examens trimestriels comportent deux rubriques : la compétence et les ressources. Les enseignants disent ne rien comprendre de cette nouvelle réparation qui intervient à la fin du trimestre. Pourtant, l’ordonnance ministérielle relative aux évaluations est plus explicite. Elle précise que la compétence se vérifie en soumettant les élèves à une situation dite d’intégration. Cette dernière comporte un problème que les élèves doivent résoudre grâce à la matière apprise. La rubrique ressource consiste à faire des évaluations classiques. Cette procédure est applicable dans le contexte de la pédagogie dite « d’intégration ». Or, dans la plupart des écoles, cette pédagogie n’est pas appliquée.

Toujours dans le secteur de l’enseignement, des enseignants redéployés sans poste d’attache sont en marge des statuts. Des enseignants redéployés sont sans poste d’attache depuis plus de 3 mois .Une situation qui ne cadre pas avec les différentes positions statutaires de la loi régissant les fonctionnaires .Des fonctionnaires qui pourraient être méconnus par le ministère payeur, car sans position statutaire défini par le statut.

Par ailleurs, une question se pose, pourquoi un contrat de performance dans l’enseignement et seulement à Kayanza ? Une fiche de contrat de performance adressée aux enseignants de Kayanza seulement. Aucune autorité du ministère n’endosse cette fiche. Certains enseignants se gardent de signer des documents dont les origines ne sont pas connues. Il semble que le document n’était pas destiné aux enseignants car aucun passage ne mentionne l’enseignant.

L’on pourrait terminer cette information sur le fait que les écoles fondamentales sont en mal de fonctionnement. Des directeurs d’écoles fondamentales, sous anonymat pour protéger leurs postes, se lamentent du manque de frais de fonctionnement dans leurs écoles. Les élèves de cette tranche ne paient pas de minerval. Le gouvernement octroie des subsides aux écoles pour le fonctionnement. Ces frais sont généralement octroyés en 3 tranches par an, selon les effectifs des élèves inscrits à l’école. Tout un trimestre vient de s’écouler sans que les écoles aient reçu ces frais. Ce qui fait que ces écoles sont confrontées au manque de craie, de papiers pour produire des rapports ou encore de faire des photocopies. Ces directeurs indiquent qu’ils sont obligés de mettre la main dans leurs poches pour faire fonctionner l’école. Le second trimestre sera trop dur pour ces écoles, concluent-ils.

Burundi - Droits de l’Homme

Rapport n° 104 de la campagne Sos-Torture

Bujumbura, le 11 décembre 2017 (Net Press) . Ce rapport couvre la période du 2 au 9 décembre 2017 concernant les violations des droits de l’homme au Burundi. Au moins cinq personnes ont été assassinées au cours de la période. Parmi les victimes, figurent deux jeunes hommes de la commune Kanyosha dans la province Bujumbura, abattus par des membres de la milice Imbonerakure en patrouille. Près de onze autres personnes ont été blessées dans des attaques à la grenade et tentative d’assassinat, dont un homme grièvement blessé par un militaire et un policier qui tentaient de l’abattre à Mitakataka. Le rapport évoque aussi une trentaine de personnes arrêtées dont vingt-deux au lycée communal Muhwazi dans la province de Ruyigi suite à une simple grève scolaire. Des cas de torture impliquant un officier de police à Bweru ainsi que des miliciens de la ligue des jeunes du parti au pouvoir à Bubanza notamment sont aussi rapportés.

Burundi - Ethiopie - Sécurité

Eventuel retour de 6000 djihadistes en Afrique, selon l’Union Africaine

Addis Abeba, le 11 décembre 2017 (Net Press) . Smail Chergui, commissaire de l’Union Africaine pour la paix et la sécurité, a mis en garde les pays africains contre le retour des jihadistes de l’EI et préconisé une collaboration dans la lutte contre le terrorisme, estime le journal en ligne Jeune Afrique.

Alors que l’État Islamique (EI) continue de perdre du terrain dans les quelques territoires que l’organisation terroriste contrôle encore en Syrie, le spectre du retour des combattants africains sur le continent inquiète l’Union africaine. À l’occasion d’une rencontre sur la lutte contre le terrorisme dimanche 11 décembre à Oran, Smail Chergui, commissaire de l’Union Africaine pour la paix et la sécurité, a estimé à 6000 le nombre de jihadistes africains parmi les 30.000 éléments étrangers ayant rejoint l’Etat islamique au Moyen-Orient.

Après trois ans de combats, le premier ministre irakien, Haïder Al-Abadi, a déclaré samedi 9 décembre que la victoire sur les djihadistes de l’organisation terroriste était désormais actée. Un revers de taille pour l’Etat islamique qui, en juin 2014, y avait déclaré son « califat » contrôlant près d’un tiers du territoire, et qui pourrait amener les combattants à retourner dans leurs pays.

Sérieuses menaces sur la sécurité et la stabilité

« Le retour de ces éléments en Afrique pose de sérieuses menaces sur la sécurité et la stabilité nationales et exige un traitement spécifique et une coopération intense entre les pays africains », a estimé Smail Chergui.

Le commissaire de l’UA pour la paix et la sécurité a appelé les pays concernés à collaborer dans la lutte contre le terrorisme, notamment en échangeant « les renseignements sur les éléments armés regagnant leurs pays respectifs », après leurs défaites en Irak et en Syrie.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi