Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

29 novembre 2018
|Burundi - Eac - Politique La communauté...

Burundi - Politique - Opinion28 novembre 2018
|Vers l’arrestation de Pierre Buyoya ?

Burundi - Sécurité27 novembre 2018
|La police procède à des rafles dans le centre-ville de Bujumbura

Burundi - Sécurité26 novembre 2018
|La police de Cibitoke à la recherche des éléments armés

Burundi - Sécurité - Politique24 novembre 2018
|Arrestation de plusieurs officiers supérieurs en retraite

Burundi - Sécurité - Environnement23 novembre 2018
|Les pluies diluviennes occasionnent beaucoup de dégâts dans le Sud du pays

Burundi - Sécurité22 novembre 2018
|La police fait face à l’intifada à la burundaise

Burundi - Rdc - Sécurité 21 novembre 2018
|Arrestations des Burundais et Congolais en République Démocratique du Congo

Burundi - Sécurité20 novembre 2018
|Des éléments pris pour rebelles aperçus en Tanzanie

Burundi - Sécurité19 novembre 2018
|Un homme du centre ville de Gitega tué par un policier

Burundi - Sécurité17 novembre 2018
|Une trentaine de maisons emportées par une pluie diluvienne au Sud du pays

Burundi - Rdc - Sécurité16 novembre 2018
|Une quinzaine de personnes tuées dans la localité d’Uvira

Burundi - Rwanda - Ouganda - Sécurité15 novembre 2018
|Le Burundi et l’Ouganda soupçonnés de déstabiliser le Rwanda

Burundi - Somalie - Sécurité14 novembre 2018
|Vers la fin de l’Amisom ?

Burundi - Sécurité13 novembre 2018
|Bujumbura aux prises avec des rébellions tous azimuts

Burundi - Sécurité 12 novembre 2018
|Deux militaires trouvent la mort dans une bagarre

Burundi - Sécurité10 novembre 2018
|L’administration de Bubanza face à une insécurité causée par des mineurs

Burundi – Politique9 novembre 2018
|Après le refus de l’agrément du parti Fnl – Amizero y’Abarundi, qu’est-ce Agathon Rwasa réserve à l’opinion ?

Burundi – Politique8 novembre 2018
|Le ministre de l’intérieur refuse la demande des Fnl - Amizero y’Abarundi.

Burundi - Politique.7 novembre 2018
|Les membres de l’Uprona préoccupés de leur sécurité en province Cibitoke.

Burundi-Sécurité6 novembre 2018
|Une personne de l’ethnie Twa tuée à la machette

Burundi –Sécurité5 novembre 2018
|Un bandit tué lors d’une intervention des agents de sécurité.

Burundi – Sécurité3 novembre 2018
|Des militaires burundais et des rebelles tués en république démocratique du Congo

Burundi –Sécurité2 novembre 2018
|Affrontement armé à l’Est de la République démocratique du Congo

Burundi - Sécurité1er novembre 2018
|L’administratrice de Busoni échappe de justesse à un attentat

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Découverte d’un cadavre dans la commune de Mugamba

12 décembre 2017

Bururi, le 12 décembre 2017 (Net Press) . La demoiselle en question s’appelait Josiane Nikundana, âgée de 24 ans, elle vivait dans le quartier Kibenga de la zone Kinindo, de la commune Muha dans la mairie de Bujumbura, au sud de la capitale. Elle habitait chez son frère et fréquentait l’école secondaire lumière de Kinindo.

Selon des informations concordantes, elle a disparu en date du vendredi le 8 décembre 2017 et après la nouvelle de sa disparition, sa famille a essayé de demander secours via les réseaux sociaux. Ce n’est que ce lundi 11 décembre 2017 que sa dépouille mortelle a été retrouvée dans la zone de Vyuya, commune Mugamba, province de Bururi. Elle a été aperçue pour la première fois par des enfants qui cherchaient du bois de chauffe dans une forêt appelée Rwingwe.

L’on signalera que feue Josiane Nikundana est originaire de la zone Vyuya, commune Mugamba, province de Bururi, non loin de l’endroit où elle a été tuée. Les auteurs de cet assassinat ne sont pas encore identifiés, mais des sources non encore confirmées pointent du doigt des éléments du service national des renseignements. Les mobiles de son assassinat ne sont pas non plus connus.

Rappelons que ce mardi 12 décembre 2017, la plupart des familles de la capitale se souviennent du carnage du 12 décembre 2015 dans la ville de Bujumbura et de Bujumbura dit rural.

Burundi - Politique - Elections

Le ministère de l’intérieur fixe les modalités de contribution aux élections

Bujumbura, le 12 décembre 2017 (Net Press) . Le ministre de l’intérieur et de la formation patriotique, Pascal Barandagiye, fait savoir que la contribution aux élections de 2020 est une affaire de tout le monde même si cela se fait à volonté. Pour ce ministre, la contribution aux élections est différente de l’impôt par tête ou alors d’un éventuel effort de guerre.

Le ministre de l’intérieur indique par ailleurs que la contribution aux élections est une activité prévue par la constitution dans son article 72 où tout le monde est appelé à contribuer à volonté. Par ailleurs, a-t-il renchéri, ce sont les Burundais eux-mêmes qui ont demandé à contribuer aux élections de 2020, comme cela est révélé par le rapport de la commission nationale de dialogue interne, Cndi.

L’étape suivante est de passer à la campagne de sensibilisation et de conviction des populations pour que personne ne passe à une activité dont il ne comprend pas le bien-fondé. Ceux qui vont contribuer, selon toujours le ministre Barandagiye, sont à ranger dans trois catégories. Il y a des agriculteurs, des fonctionnaires de l’Etat et autres. La famille des agriculteurs participera à hauteur de 2.000 Fbu par an au moment où les élèves et jeunes en âge de voter vont payer 1.000 Fbu par mois.

Concernant les fonctionnaires, ceux qui touchent 50.000 Fbu contribueront 500 Fbu par mois, ceux qui ont un salaire variant entre 50.001 et 100.000 Fbu donneront 1.000 Fbu par mois au moment où ceux qui ont entre 100.001 et 200.000 Fbu donneront 2.000 Fbu par mois. De 200.001 à 500.000 Fbu par mois se verront dans l’obligation de fournir 5.000 Fbu par mois. Ceux dont le salaire varie entre 500.001 et 1.000.000 Fbu doivent verser 30.000 Fbu par mois. Pour ceux qui touchent plus d’un million par mois, ils contribueront à concurrence d’un équivalent de salaire par an.

Quant aux associations, les confessions religieuses, des coopératives, des commerçants, ceux du secteur bancaire, des associations non gouvernementales et autres, des Burundais vivant à l’extérieur du pays, ils vont contribuer selon leur bon vouloir en fonction du degré du patriotisme de chacun.

Le ministre de l’intérieur a indiqué que celui qui contribuera aux élections aura un papier certifiant qu’il a contribué, mais il a tenu à préciser que le besoin d’un service de l’Etat ne sera pas conditionné par la possession de cette attestation, ce qui a semé des doutes parmi les populations qui ont écouté le ministre lors de son point de presse de ce 11 décembre 2017.

Burundi - Politique - Elections

L’Olucome s’exprime...

Bujumbura, le 12 décembre 2017 (Net Press) . D’entrée de jeu, l’Olucome estime que "au lieu de réfléchir sur comment relever l’économie nationale, les autorités burundaises réfléchissent toujours sur comment s’éterniser au pouvoir en mettant en avant les intérêts d’un individu ou d’un groupe d’individus". Ce communiqué sort au lendemain de la 4ème session du dialogue inter burundais externe tenue à Arusha en Tanzanie.

Celle-ci a mis en évidence les convergences et les divergences si bien qu’en matière de l’accord d’Arusha et de la constitution, la convergence résidait en un engagement vis-à-vis de l’accord d’Arusha et de la constitution au moment où la divergence était le respect du droit souverain de modifier ladite constitution.

Cet observatoire se dit donc surpris d’apprendre qu’en date du 12 décembre 2017, il y a un lancement officiel des activités relatives au référendum de la constitution. Il déplore donc ce comportement du gouvernement du Burundi de passer outre la voie du dialogue tracée par des Burundais avec les efforts de la communauté internationale.

En outre, ce qui étonne cet observatoire est que le gouvernement en place, au lieu de s’atteler à trouver des solutions durables aux problèmes pertinents qui hantent les citoyens burundais, entre autres les problèmes de l’extrême pauvreté, de lutte contre la corruption, de chômage, etc..., s’acharne pour amender coûte que coûte la constitution du Burundi, spécialement en ce qui est de la limitation des mandats.

Plus grave, trouve l’Olucome, le ministère de l’intérieur et celui des finances viennent de sortir une ordonnance conjointe portant modalités de collecte de la contribution de la population aux élections de 2020. Autant de pratiques illégales que l’Olucome relève à travers son communiqué de presse de ce matin, d’où il demande ce qui suit.

Au gouvernement, il est demandé de suspendre les activités relatives au référendum de la constitution pour attendre que les pourparlers s’y prononcent, d’arrêter la mise en application d’une ordonnance portant modalités de collecte de la contribution aux élections de 2020. A la médiation, l’Olucome demande de prendre des mesures qui s’imposent pour arrêter ces activités liées au référendum de la constitution.

A la population, cet observatoire demande de boycotter ces activités pour l’intérêt supérieur de la Nation et de ne pas payer cette contribution aux élections de 2020 car cette contribution est contre la constitution.

Burundi - Droits de l’Homme

La ligue Iteka sort son bulletin hebdomadaire n° 88

Bujumbura, le 12 décembre 2017 (Net Press) . Il couvre la semaine du 4 au 10 décembre 2017 et évoque des allégations de violations et des violations des droits de l’homme qui ont été enregistrées. Au moins 6 personnes ont été tuées dont 4 cadavres, 2 portées disparues, 2 torturées, 63 arrêtées arbitrairement et 2 victimes des violence basée sur le genre.

Le phénomène de cadavres continue à se manifester dans plusieurs endroits du pays et aucune enquête n’est diligentée, ce qui est très inquiétant. Des jeunes Imbonerakure affiliés au parti Cndd-Fdd au pouvoir, des agents du Snr, des policiers ainsi que des administratifs sont pointés du doigt comme étant les auteurs de la plupart de ces violations des droits humains.

Ce bulletin relève des cas d’assassinat, de disparition, de torture et d’arrestation arbitraire dont sont victimes des présumés opposants du 3ème mandat du président Pierre Nkurunziza. Le bulletin s’insurge contre l’impunité des crimes qui est accordée aux proches du parti Cndd-Fdd. Des membres de ce parti impliqués dans différents crimes jouissent de l’impunité avec une complicité affichée des pouvoirs publics.

Des actes d’intimidation ont été relevés dans ce bulletin. Ce bulletin émet des recommandations qui sont dirigées à l’endroit du Gouvernement du Burundi pour le changement de la situation précaire des droits de l’Homme dans le pays.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte