Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Sécurité à Kinindo6 août 2018
|Une balle de pistolet se fait entendre dans la zone de Kinindo

Burundi - Sécurité4 août 2018
|Des personnes trouvent la mort dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité3 août 2018
|Des conflits conjugaux qui virent vers l’irréparable !

Burundi - Sécurité 2 août 2018
|Une personne tuée au bord du lac Tanganyika

Burundi - Sécurité1er août 2018
|Les policiers arrêtent des enfants de la rue au Sud du pays

Burundi - Sécurité31 juillet 2018
|Les policiers dans le collimateur des cordonniers

Burundi - Sécurité30 juillet 2018
|Des crépitements d’armes entendus dans la ville de Gitega

Burundi - Sécurité 28 juillet 2018
|Une personne tuée à Muramvya

Burundi - Sécurité27 juillet 2018
|Un médecin arrêté pour viol dans la province de Gitega

Burundi - Sécurité Routière26 juillet 2018
|Un véhicule de transport calciné au parking de l’ancien marché central

Burundi - Sécurité 25 juillet 2018
|Victime de la folie meurtrière, un enfant est tué à la machette

Burundi – Sécurité 24 juillet 2018
|Une vieille dame ligotée puis brûlée vive à Gitega

Burundi - Sécurité 23 juillet 2018
|Deux fusils découverts ce weekend dans des endroits différents

Burundi - Sécurité21 juillet 2018
|" Il n’y a pas d’hommes armés sur la frontière avec le Rwanda ", dixit le porte-parole de l’armée burundaise

Burundi - Sécurité 20 juillet 2018
|Un refoulement mêlé d’inquiétudes !

Burundi - Sécurité19 juillet 2018
|Le ministère de la sécurité publique fait un bilan du 2ème trimestre

Burundi - Malawi - Sécurité18 juillet 2018
|Un Burundais brûlé vif au Malawi

Burundi - Sécurité17 juillet 2018
|Un présumé criminel appréhendé à Kirundo

Burundi - Sécurité16 juillet 2018
|Un jeune homme tué à Nyakabiga

Burundi - Sécurité14 juillet 2018
|La paix présente dans les discours, absente sur terrain

Bujumbura –Sécurité Routière13 juillet 2018
|Vers un retour à la case départ ?

Burundi - Sécurité 12 juillet 2018
|Bujumbura dans le collimateur de l’église adventiste du 7ème jour !

Burundi - Sécurité 11 juillet 2018
|Deux grenades lancées au sud du pays

Burundi - Sécurité10 juillet 2018
|Un homme tué au Nord Est du pays

Burundi - Sécurité9 juillet 2018
|Un étudiant accusé de collaborer avec le Rwanda enlevé et porté disparu

Archives

 

 

 



Burundi - Politique

L’après Nkokora !

16 décembre 2017

Bujumbura, le 16 décembre 2017 (Net Press) . Après que le président de la République, Pierre Nkurunziza, eut, en date du 12 décembre 2017, procédé au lancement officiel des activités relatives au referendum de la retouche de la constitution sur la colline Nkokora, commune Bugendana, province de Gitega où le président Nkurunziza affirme « que la commune de Bugendana reste le lieu de la construction d’un aéroport international avant de poursuivre que le premier avion qui va décoller dans cette commune est la constitution bien retouchée.

Les femmes et la société civile emboîtent le pas à la retouche

Il était 8h30 quand une armada de camions dits « Fuso" desservaient tous les coins de la capitale. Les femmes étaient réunies autour de l’association des femmes en action pour la paix, Wap, (Women in Action for Peace ), qui a contribué pour le financement de élections de 2020 à hauteur de 2.000.000 de nos francs

Parmi elles, l’on peut distinguer Florine Mukeshimana, notre ancienne consœur de la Radio Publique Africaine, Sabine Ntakarutimana, ancienne ministre de la santé publique et de la lutte contre le sida, Annonciate Sendazirasa, ancienne ministre de la fonction publique et actuellement deuxième vice présidente de la banque de la République du Burundi, Evelyne Butoyi, la députée élue dans la circonscription de Bujumbura rural, Rose Ntawe, présidente de cette association, accompagnées par diverses organisations de la société civile, en l’occurrence, Capes +, Pisc Burundi, Ajp ligue Izere, Casaf …se sont ressemblés au Monument des Nations unies, non loin du permanence nationale du parti au pouvoir (Cndd-Fdd ).

Après le rassemblent, ils ont emprunté le boulevard du peuple Murundi qui mène vers le centre-ville de Bujumbura en entonnant des chansons à la gloire du président Nkurunziza « le président Pierre Nkurunziza reste et restera le symbole de la paix, grâce à lui, il y a la maternité gratuite, la scolarisation gratuite de l’enseignement de base, la construction des infrastructures publiques telles que les routes et les hôpitaux , les écoles …)

Des places huées et bénies par la foule

Empruntant l’avenue du peuple Murundi, la foule s’est arrêtée devant le bâtiment naguère abritant la radio Publique Africaine, détruite après la tentative du coup d’Etat manqué du 13 mai 2015 pour dire que « cette radiodiffuseur a contribué énormément à attiser la haine et la violence et les morts dans la crise que traverse le Burundi sont à sa charge "

Et devant l’hôtel Tanganyika !

Assises par terre, mesdames Annonciate Sendazirasa, Sabine Ntakarutimana, Florine Mukeshimana, Evelyne Butoyi, Rose Ntawe, ainsi que la foule ressemblée autour des associations de la société civile, en sanglots, disent : »il faut que cet hôtel ne serve plus d’hospitalité là où coule à flot les bières, là où on consomme divers menus, mais que dans cette place, y soit érigé un monument commémorant le crime qu’a comis le colonisateur belge en assassinat le héro de l’indépendance le prince Louis Rwagasore.

Et de renchérir que « Louis Michel et sa clique ne pourront ressembler à un noir, mais que les noirs peuvent se métamorphoser en homme blanc, en consommant des produits cosmétiques, nous sommes indépendants et nous sommes contre ceux qui ternissent l’image du pays. Les négociations inter burundaises sont terminées, à bas le gouvernement d’union, l’unité s’est construite autour du pouvoir de Bujumbura".

Burundi - Economie

Quand l’austérité touche les argentiers !

Bujumbura, le 16 décembre 2017 (Net Press) . A travers une ordonnance signée par le ministre des finances et du budget, Domitien Ndihokubwayo, ce dernier annonce la suspension des gratifications des personnels des banques et établissements financiers.

Le ministre Ndihokubwayo rappelle néanmoins à ces entreprises qu’elles sont plutôt soumises au versement obligatoire à l’Etat du Burundi des dividendes calculées en fonction de leurs résultats. M. Ndihokubwayo indique qu’il n’est pas cohérent d’enregistrer un résultat négatif et prétendre octroyer des avantages pécuniaires à qui que ce soit.

Même en cas de résultat négatif, le ministre demande à ces banques de verser à l’Etat des dividendes au moins équivalant à celles de l’exercice précédent. Les banques concernées par cette mesure sont la BANCOBU, la BBCI, la BCB, la BNDE et le Fond pour la Promotion de Habitat Urbain (FPHB). La décision a été mal accueillie du côté du personnel qui s’attendait aux gratifications de fin d’année.

Burundi - Administration

Les anciens présidents de la République perdent leurs sièges au sénat

Bujumbura, le 16 décembre 2017 (Net Press) . D’après des informations proches de ceux qui révisent la constitution, le statut de sénateur à vie qui était prévu pour tous les anciens chefs d’Etat n’est pas envisagé. Dans le projet de la constitution en cours, en son article 184, l’on stipule que le candidat à cette fonction doit être âgé de 35 ans révolus je jour du vote et doit être un homme ou une femme éligible sans aucune entrave ni judiciaire ni administrative.

En cas de purge de la peine, la loi électorale précise la période qu’il doit attendre avant de se faire élire. Quant à l’article 185, il stipule que les membres du sénat sont deux représentants par province élus par ceux qui représentant le peuple au niveau des communes de cette province ainsi que trois personnes qui représentent l’ethnie batwa.

Dans ce projet de constitution, il est prévu au moins 30% des femmes au sein du sénat et la loi électorale en précise les modalités. L’article 186 indique que la commission électorale nationale indépendante doit vérifier que tout est en ordre et que les candidats sénateurs peuvent provenir des partis politiques ou des indépendants.

Burundi - Politique

Le Cnared -Giriteka à la recherche d’autres voies

Bruxelles, le 16 décembre 2017 (Net Press) . A travers un communiqué de presse de cette plateforme de l’opposition en exil et signé le 15 décembre 2017, cette dernière demande aux organisations qui ont parrainé les accords d’Arusha d’août 2000 de s’investir de nouveau et dans les meilleurs délais sur la crise que traverse le Burundi afin d’y apporter une solution durable.

Ces organisations sont entre autres la communauté de l’Afrique de l’Est, l’Union africaine, l’Onu, l’Union européenne, la Fondation Nelson Rolihlahla Mandela ainsi que la Fondation Mwalimu Nyerere.

Le Cnared fait savoir en outre qu’il ne soutient pas du tout le référendum sur la constitution du Burundi car ce serait une occasion de supprimer définitivement les accords d’Arusha alors qu’ils sont le garant des solutions durables sur les questions du Burundi à l’époque. Pour cette plateforme, cela peut engendrer une guerre intestine mais qui pourrait vite contaminer toute la région.

Ce communiqué apparaît comme une réponse à la mise en garde du président de la République, en date du 12 décembre 2017, à l’endroit de toute personnes qui pourrait s’ériger en un frein à la bonne marche de ce projet.

Burundi - Elections

Le référendum sur la constitution pour l’année prochaine

Bujumbura, le 16 décembre 2017 (Net Press) . Le président de la commission électorale nationale indépendante, Ceni, l’inamovible Pierre-Claver Ndayicariye, fait savoir que l’expression populaire sur la constitution du Burundi pourrait avoir lieu au mois de mai de l’année prochaine.

Toutefois, la Ceni porte à la connaissance de l’opinion que cette échéance reste provisoire car la date définitive est connue après la signature du décret présidentiel relatif à ce référendum. Cependant, compte tenu des discussions déjà engagées avec les différentes institutions, la grande probabilité est que ces élections se fassent au mois de mai 2018, conclut Pierre-Claver Ndayicariye.

Burundi - Afrique du Sud - Elections

Vives tensions dans le remplacement du président Jacob Zuma à la tête du pays

Pretoria, le 16 décembre 2017 (Net Press) . C’est probablement l’élection à tête de l’Anc (African National Congress) la plus importante de son histoire. Du 16 au 20 décembre, plus de 5 000 délégués du parti au pouvoir se réunissent pour élire leur prochain leader. Une élection qui se tient tous les cinq ans, mais qui cette année est particulièrement critique tellement les enjeux sont élevés : corruption, déclin du parti, mais aussi avenir du président Jacob Zuma.

C’est une élection cruciale car non seulement celui ou celle qui va succéder au président Jacob Zuma à la tête du mouvement, lui succédera à la tête du pays, en cas de victoire du parti aux prochaines élections de 2019. Mais surtout parce que le plus vieux parti de lutte pour l’indépendance du continent est en pleine crise, miné par les divisions, la corruption et le népotisme. Et le choix du prochain leader va être déterminant pour l’avenir du mouvement.

L’Anc - en perte de popularité – a déjà perdu le contrôle de deux métropoles, Johannesburg et Pretoria, lors des élections municipales, l’année dernière. Et, selon Teffo Lesiba, politologue l’université de Pretoria, le mouvement historique de Nelson Mandela pourrait perdre les élections présidentielles de 2019 s’il ne se ressaisit pas. Au total, 5 240 délégués de l’ANC vont donc devoir élire le leader d’un parti qui n’a jamais été autant divisé.

Le duel entre Cyril Ramaphosa et Nkosazana Dlamini-Zuma

Sept candidats sont en lice. Mais deux favoris ont d’ores et déjà été choisis par les différentes fédérations à travers le pays. D’un côté, il y a Nkosazana Dlamini-Zuma, ex-présidente de la commission de l’Union africaine et ancienne femme de l’actuel président Jacob Zuma. Elle représente l’aile populiste et traditionnaliste de l’Anc. Elle se présente comme la candidate de la continuité et a le soutien du chef de l’Etat ainsi que des différentes ligues des femmes, des jeunes de l’ANC.
Face à elle, l’actuel vice-président du pays Cyril Ramafoza, syndicaliste devenu homme d’affaires avant de revenir en politique. Il représente les réformistes du parti, ceux qui veulent se dissocier de la politique de l’actuel président. Il est le candidat préféré des modérés du parti, estime Daniel Silke, politologue
Dans un parti divisé entre pro et anti Zuma, Ramafoza se présente comme l’homme capable de redorer le blason du mouvement avant l’élection de 2019.

L’avenir de Jacob Zuma

Les analystes prédisent une bataille à couteau tiré entre les deux candidats et leurs supporters lors de ce congrès. Car, non seulement il en va de la survie du mouvement mais également du futur du président Jacob Zuma, embourbé dans les scandales et qui pourrait être rattrapé par la justice une fois qu’il ne sera plus au pouvoir.
Cyril Ramaphosa a promis d’agir contre la corruption et faire en sorte que le pays ne devienne pas un Etat mafieux. Sa rivale, Nkosazana Dlamini-Zuma est restée discrète sur le sujet. Mais en cas de victoire, on l’a soupçonnée de vouloir protéger son ex-mari.

Les Sud-Africains veulent du changement, affirme l’analyste Teffo Lesiba de l’université de Pretoria. Et cela même au sein de l’Anc. Ils voient Jacob Zuma comme le symbole de la corruption, alors que leur vie est devenue de plus en plus difficile. Le taux de chômage dépasse les 27%, le double chez les jeunes, et cette année la croissance ne devrait pas dépasser les 1%.

Le congrès de l’Anc va se tenir à Soweto, le berceau de la lutte contre l’apartheid. C’est là que Tami Ntenteni enseignait début des années 70, quand il a rejoint la lutte armée à l’âge de 21 ans. Aujourd’hui, il fait partie d’un groupe d’une centaine de vétérans de l’Anc. Des anciens respectés qui se désolent du déclin moral de leur organisation et demandent du changement.

Ntenteni ne cache pas que, pour lui, Jacob Zuma est grandement responsable du déclin de l’organisation. Et que le plus tôt il sera parti, le mieux l’ANC s’en portera. Jacob Zuma, même s’il n’est plus président de l’ANC à l’issue de ce congrès, doit rester à la tête de l’Etat jusqu’aux élections générales de 2019 à moins que le parti ne l’évince ou qu’il ne démissionne.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI